6 décembre 2016 2 06 /12 /décembre /2016 08:20

 

 

 

L'hiver est arrivé et voici enfin la chronique finale de la saga sur La Geste des chevaliers dragons portant sur les conseils de musiques.

 

Pour ne pas alourdir l'article seuls quelques extraits sont proposés en lien vidéos, le reste est facilement trouvable sur youtube.

 

 

 

 

LA BD :

 

 

 

C'est quoi ?  LA GESTE DES CHEVALIERS DRAGONS  (série)

 

 

C'est de qui ? Ange (scénariste) et plein de dessinateurs : Varanda, Briones, Guinebaud, Paty, Démarez, Meddour, Ruizge, Guiton, Looky, Cossu, Vax, Palma, Sentenac, Boutin-Gagné, Alexe pour les histoires longues sans oublier le coloriste de la plupart de la série : Paitreau.

 

 

 

LA MUSIQUE OU PLUTÔT LES MUSIQUES (1 par tome ou presque)

 

 

 

Un choix de musique est toujours très personnel… alors quand cela se fait sur une série de 23 albums, l'exercice devient encore plus périlleux à partager.

 

 

La Saga ...en musique!  Quelques accompagnements musicaux à tester

 

Pour tout l'ensemble de la série on peut choisir une seule et même bande sonore qui convient par son côté épique, certains diront grandiloquent, et où on retrouve un tueur de dragon (Siegfried) et une belle vierge guerrière (Brunhilde).

Sur ce point je ne suis pas vraiment objective puisque j'aime la tétralogie de Richard Wagner autant que j'aime La geste des chevaliers dragons. Je vous propose la version sans chants dirigée par Lorin Maazel.

 

 

C'est Quoi ?   Wagner sans paroles.

 

 

C'est de Qui ?  Richard Wagner

 

 

Mais pour le tome 14, je vous propose la suite scythe de Sergueï Prokofiev. Une musique plutôt sauvage racontant une cérémonie religieuse avec sacrifice superbement jouée ici par le Chicago Symphony Orchestra dirigé par Claudio Abbado.

 

C'est Quoi ? Suite scythe

 

 

C'est de Qui ? Sergueï Prokofiev

 

 

 

Pour le tome 6, la BO de The Thing s'impose : même univers glacé et même contexte de chasse au monstre. Le toujours génial Ennio Morricone a réalisé une musique froide et mélancolique en parfaite adéquation avec l'ambiance de l'album.

 

 

Pour le tome 4, une BO s'impose comme le pendant filmographique et musical de la bataille pour la passe de Brisken : celle de 300 de Tyler Batesavec un score final positif pour les chevaliers dragons de 15/400 alors que les spartiates finissent à 0/300. Même si je n'ai pas beaucoup aimé le film (ou plutôt ce que j'en ai vu), la musique avec son côté martial et orientalisant convient bien à l'album avec ces attaques répétitives et sans fin par des créatures effrayantes.

 

Pour répondre aux intrigues de cour complexes et tortueuses du tome 9, je vous propose le générique d'une série télévisée plutôt ancienne : Les Rois Maudits d'après Maurice Druon, version 1972. Georges Delerue a composée pour cette série (et donc ce générique) une musique apparemment simple et totalement dans le style de musique de cour de l'époque : violons nobles, amples et dominants cédant par instants la place aux flutes à bec aux tonalités acidulées. Malheureusement, cette très bonne musique est courte et il faudra la faire tourner en boucle pendant la lecture!

 

 

C'est Quoi ? Les Rois Maudits (1972)

 

 

C'est de Qui ? George Delerue

 

 

 

Pour le tome 1, en référence à la tenue de combat plutôt légère de Jaïna, la suite symphonique tirée de la BO de Red Sonja (Kalidor en VF) s'impose… D'accord, c'est plus un nanar qu'un bon film mais c'est le grand Ennio Morricone qui a écrit la musique. À écouter pour le plaisir de l'alternance de parties claironnantes et tonitruantes et d'autres très symphoniques avec des violons un rien larmoyants.

 

Pour le tome 3, la BO du film Dune écrite par Toto s'est imposée rapidement pour l'ambiance étrange qui rendra encore plus angoissante les séjours de la famille de chercheurs de Veill dans des zones dévastées. L'équation est quasiment parfaite : des substances précieuses dans un désert à ramasser au péril de sa vie, des grosses bébêtes pas vraiment sympathiques, des relations familiales complexes. La musique de Toto quasi hypnotique par moments accompagnera aussi le combat final où Mara est en état de transe guerrière.

 

Pour le tome 5, il y a une BO qui restitue parfaitement le côté angoissant de ces jardins où la faune a gentiment muté sous l'effet du Veill, c'est celle de Le Monde perdu : Jurassic Park. Après tout, il y a eu le même effet d'abandon par l'humanité d'une zone où les gentilles bébêtes du film comme de l'album ont pu vivre leurs vies et évoluer en toute liberté. Il est amusant de constater que les créatures qui attaquent Ralène dans le château ressemblent assez à des raptors… en moins intelligents heureusement pour elle! Pas besoin de présenter John Williams qui a composé la musique des 2 premiers films avec le talent qu'on lui connait pour créer une ambiance sombre et angoissante.

 

Pour nos guerrières du tome 2 et du tome 19, un peu fêtardes, grandes buveuses… une seule et même musique tellement elles se ressemblent : celle du film Nikita. La musique électronique plutôt agressive d'Éric Serra alternant avec des morceaux plus calmes (plus liquides… il avait composé Le grand bleu) convient aux combats comme aux passages "romantiques".

 

Le tome 12 est celui qui ressemble le plus à un conte de fées : l'écuyère chassée de l'ordre qui trouve l'amour en la personne d'un duc aux nobles sentiments. Voici comment j'associe les parties du conte de fées mis en musique par Tchaïkovski aux évènements de l'album : le remords d'Ellys qui la stérilise vs le sommeil de 100 ans de la princesse, le réveil par un tendre baiser vs l'amour que Louis prouve à sa femme malgré son aveu difficile, le maléfice de la vieille fée vs les vilénies du beau-frère et de la belle-sœur, la belle-mère ogresse vs le dragon… Bien sûr, pour la plupart d'entre nous, ce sont les images du film de Walt Disney qui nous viennent à l'esprit à l'écoute de cette belle musique… mais il y avait trop de chansons pour les garder en fond sonore d'une lecture!

 

 

C'est Quoi ? La Belle au Bois Dormant

 

 

C'est de Qui ? Piotr Ilitch Tchaïkovski

 

 

 

Pour le tome 13, un morceau de la BO du film Troy (Troie en VF) donne un côté martial aux divers combats de l'album, mais aussi une tonalité inquiétante parfaite pour le siège et toutes ses conséquences : The Greek Army And Its Defeat (6e plage). James Horner est un compositeur souvent écouté dans ce blog pour ses compositions accompagnant idéalement de nombreux films mais aussi de nombreux albums.

 

Dans le tome 8, le chevalier Marly a sombré dans la folie au milieu du décor grandiose de la forêt tropicale. Face à cette folie tropicale, quel BO pouvait mieux coller que celle d'Apocalypto? Forêt tropicale, chasse à l'homme, brutalité, démence : les 2 œuvres ont tout cela en commun… Plus quelques chants qui auraient pu être entonnés par le chœur des ténèbres! Encore James Horner, mais cette fois-ci il a joué avec les flutes indiennes et les percussions en plus des instruments occidentaux classiques.

 

Pour le tome 7, rien de tel que le quatuor à cordes de Schubert : La mort et la jeune fille pour accompagner cet album très noir en ambiance avec ce contexte de l'esclavage des enfants. Miyo est la parfaite image de la jeune fille face à la mort : celle qui protège d'autres esclaves, celle donnée en cadeau sexuel, celle qui vit avec le danger mortel du dragon et, enfin, celle qui croit à la vie!

 

Pour les raison évidentes citées dans la chronique, le générique de la série Game of Thrones fera un très bon accompagnement sonore de l'album 22. Un coup de maître pour le compositeur Ramin Djawadi car cette musique est reconnue facilement par toute personne qui l'entend… même sans avoir vu la série.

 

Pour le tome 16, la BO du film le nom de la rose de Jean-Jacques Annaud mettra le lecteur dans une ambiance glaciale et mystique à la fois. La lutte pour la suprématie religieuse entre les cultes sur fond de manipulations des masses populaires trouve un parfait écho dans la musique de James Horner (eh oui, encore lui!). Des personnages du livre trouvent leurs alter-ego dans le film : prêtres torturés par le doute envers leur croyance, responsables religieux corrompus, manipulateurs sans remords, jeunes émules naïfs…

 

 

C'est Quoi ? Le nom de la rose

 

 

C'est de Qui ? James Horner

 

 

La musique

 

 

Pour le tome 10, une nuit sur le mont chauve, qui illustre un soir de sabbat avec rassemblement de sorcières et diables de tous genres participant à une ronde infernale, fera un fond sonore idéal en bruit et en fureur pour un album rempli de combats, de hurlements de femmes vendues et de cris de guerre des guerriers prisonniers… pour arriver à la fin à l'apaisement et au soulagement des rares survivants. La musique a aussi un petit côté oriental qui convient bien aux terribles hordes sardes venues de l'est.

 

Pour le tome 11, le côté froid et funèbre de l'adagio de la sonate au clair de lune de Ludwig van Beethoven mettra le lecteur un peu plus mal à l'aise devant ce jeu de massacre horrible concernant des gamines de 12-13 ans. Le côté tourmenté de l'allegretto convient parfaitement aux combats politiques des matriarches. Et le final presto agitato s'accorde avec la fin de l'album.

 

Pour le tome 15, la BO du film Angélique et le sultan aidera le lecteur à plonger dans l'ambiance orientalisante du harem. Le parallèle entre Saraï et Angélique et entre les 2 sultans est évident. Michel Magne a composé une bande son utilisant le thème de base d'Angélique avec une variation orientale bienvenue ici… c'est un peu kitsch mais parfaitement adapté à l'album.

 

Les tomes 17&18 se suivent et racontent le même combat. Ouverture 1812 de Tchaïkovski raconte d'abord la victoire française sur la Moskova et la prise de Moscou, puis la riposte russe qui se finit par des coups de canon et des envolées de cloches pour marquer la défaite française. Tumulte et fureur feront un fond sonore amusant (du fait de l'usage de la Marseillaise) en unissant 2 grandes guerres entre l'Est et l'Ouest : la conquête napoléonienne et la guerre de 1000 ans de la Geste.

 

 

C'est Quoi ? Ouverture solennelle 1812

 

 

C'est de Qui ? Piotr Ilitch Tchaïkovski

 

 

 

Pour le tome 20, une BO en décalage par son côté guilleret avec le nid d'espions qu'est Arsalam mais qui raconte l'ascension d'un autre Louis. L'empereur d'Orient Louis et Louis XIV ont en commun une certaine mégalomanie au vu de leurs palais. Les combats de l'un répondront aux danses de l'autre.

 

Le tome 21 étant composé de plusieurs histoires, je vous renvoie vers la tétralogie de Wagner sans paroles.

 

Le tome HS mérite un accompagnement sonore asiatique. Lang Lang est reconnu comme pianiste, mais Raymond Yiu est un compositeur chinois nettement moins connu. Il a composé le morceau Maomao Yü pour piano et quatuor d'instruments traditionnels chinois (erhu, pipa, yangqin and guzheng). Le résultat est un curieux mélange de musiques occidentale et chinoise, donc parfaite pour accompagner cet album hybride.

 

 

C'est Quoi ? Maomao Yü

 

 

C'est de Qui ? Raymond Yiu

 

 

Merci de m'avoir suivi jusqu'au bout de cette saga.

 

 

Gen

Repost0
4 décembre 2016 7 04 /12 /décembre /2016 13:05

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : LA TRAVERSEE

 


C'est de qui : K. Lucbert

 

 

La Couv':

Bande des Indés  /  La Traversée  Vs. Vampyrotheone

 

Déjà lu sur B.O BD ? Non

 

 

Une planche:

Bande des Indés  /  La Traversée  Vs. Vampyrotheone

 

Ca donne quoi? Bd? Livre d'illustration? Art Book?...La Traversée est un peu tout cela à la fois.

Sorte de Au Coeur des Ténèbres (qui, si vous venez souvent ici vous le savez déjà, est un de mes livres de chevet),  ré-écrit par Lovecraft, l'oeuvre de Kevin Lucbert se compose d'une suite d'illustrations pleine page, dans un grand format à l'italienne, tout à l'encre noire, sans le moindre texte.

 

On y suit le voyage d'un capitaine sur un fleuve, sa rencontre avec un mystérieux être masqué qu'il poignarde, puis apparaissent d'autres masques, invocateur d'une créature tentaculaire monstrueuse qui va tenter d'avaler notre personnage.

 

L'album est hypnotique, le dessin, tout en trames hachurées, joue sans cesse avec les oppositions de noir et de blanc, jusqu'à en devenir aussi hypnotique que son propos.

 

Un album soigné, certes un peu cher surtout que ça se lit assez vite mais c'est assez original pour être découvert.

 

 

Bande des Indés  /  La Traversée  Vs. Vampyrotheone

 

 

LA MUSIQUE   

 

 

 

C'est Quoi ? VAMPYROTHEONE

 

 

C'est de Qui ? O. Neuwirth

 

 

La couv'

 

Bande des Indés  /  La Traversée  Vs. Vampyrotheone

 

Déjà entendu par ici? Oui

 

 

On peut écouter ?  

 

Ça donne quoi? :   Artiste touche à tout  (elle a entre autre étudié le cinéma avant de se consacrer à la musique) Neuwirth, dont on a écouté une pièce pour théremine il y a peu, se lance ici dans une variation sur le thème des vampires, dans son registre contemporain que d'aucun trouveront probablement trop abstrait.

 

Il est certain que Vampyrotheone, avec ses instruments électrons libres qui se percutent et se répondent, jouent dans les extrêmes tout en sonnant le plus barré et/ou effrayant possible, n'est pas une oeuvre facile d'écoute. Passant de silences à peine entrecoupés de sons soudains torturés à des cacophonies déroutantes, cette pièce d'un peu plus de 13 minutes et, en plus de son ambiance à nulle autre pareille, juste assez longue pour lire La Traversée.

 

 

-----------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost0
1 décembre 2016 4 01 /12 /décembre /2016 17:06

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : MAGRITTE. CECI N'EST PAS UNE BIOGRAPHIE.

 

 

C'est de qui ? Zabus & Campi 

 

 

La Couv':

 

Ceci n'est pas une chronique / Magritte Vs. Parade

 

Déjà croisé sur le site? Oui pour le scénariste

 

 

C’est édité chez qui ? Le Lombard

 

 

Une planche:

Ceci n'est pas une chronique / Magritte Vs. Parade

 

Ca donne Quoi ? Magritte est un peintre qui me fascine depuis déjà très longtemps et dont j'aime beaucoup les œuvres surprenantes. Une biographie, qui n'en est pas une tout en l'étant, et en BD, en plus, ne pouvait que m'intéresser.

 

Pari réussi car j'ai trouvé cet album passionnant pour faire découvrir les toiles de Magritte avec une histoire bien dans l'esprit surréaliste : Charles Singulier, individu quelconque, a acheté un chapeau melon (quelle extravagance!), mais c'était le chapeau de Magritte et il ne pourra l'ôter qu'après avoir percé le mystère de l'œuvre du peintre. Dure épreuve pour un être aussi falot.

 

Les auteurs montrent ici une érudition incroyable car on retrouve des œuvres de Magritte quasiment à chaque page dans des graphismes et couleurs digne du maître. En plus, le lecteur moins savant qu'eux découvre la vie du peintre en pénétrant dans ses toiles.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? PARADE

 

 

C'est de Qui   Erik Satie

 

 

La couv' 

 

Ceci n'est pas une chronique / Magritte Vs. Parade

 

Déjà entendu chez nous?  Non.

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? A album surréaliste, musique surréaliste (selon l'appellation de Guillaume Apollinaire).

Erik Satie a écrit la musique de ce ballet étrange sur un poème de Jean Cocteau évoquant une troupe de cirque dont personne ne veut voir la représentation.

Le rideau de scène, les décors et les costumes avaient été réalisés par Pablo Picasso. Quand les Ballets Russes de Serge Diaghilev ont créé le spectacle en 1917, cela a été un joli scandale suivi de quelques échanges aigres-doux entre Satie et les critiques. Il faut dire que le public n'était pas encore habitué à entendre des machines à écrire ou des sirènes mélangées à un orchestre symphonique, voire à des arrangements jazz audacieux.

 

Un bon accompagnement parfois un peu "bruyant" pour les aventures mouvementées du héros de tableau en tableau.

 

 

-------------

 

Une chronique de Gen

Repost0
26 novembre 2016 6 26 /11 /novembre /2016 16:18

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : AXOLOT TOME 3

 

 

C'est de qui ? Gaud et divers artistes

 

 

La Couv':

 

Nouveau Cabinet de Curiosité  /  Axolot 3  Vs.  Iberia

 

 

Déjà croisé chez nous? Oui pour le scénariste et certains dessinateurs, Gaelle Hersent par exemple, ou encore Steve Baker

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt.

 

 

Une planche:

 

Nouveau Cabinet de Curiosité  /  Axolot 3  Vs.  Iberia

 

Ca donne Quoi ? Plus tôt dans l’année, Lio nous vantait les deux premiers tomes de cette anthologie inspirée par l’émission de Patrick Baud consacré aux étrangetés en tout genre.

 

Chaque volume compile une grosse poignée de faits extraordinaires, souvent délirants, parfois effrayants, mais toujours vrais. Ainsi on croise ici un sculpteur tellement obsédé par sa création qu’il en perd son épouse, des villages habités par des sourds ou des gens qui voient en noir et blanc,  des spirites pas très honnêtes, j’en passe et des meilleurs.

 

Si peu client en général de l’exercice – l’anthologie- j’ai tout de même sauté le pas pour ce troisième volet, et ce sur un seul nom : Stéphane Fert. En effet, souvenez-vous, j’avais été littéralement enthousiasmé par son Morgane, version féminine et inspirée du mythe de la Table Ronde réalisée avec Simon Kansara.

 

En toute objectivité (hum !) son histoire est probablement la plus réussie de ce troisième opus, talonnée de près par celles de Margaux Saltel, David Combet ou encore Steve Baker.

 

Nouveau Cabinet de Curiosité  /  Axolot 3  Vs.  Iberia

 

Je suis beaucoup moins client des styles de Boulet, Geoffroy Monde ou encore El Diablo mais évidement tout n’est que question de goûts artistiques, je vous l’accorde, et le bouquin se lit avec beaucoup de plaisir même si je conseillerai d’y piocher à plusieurs reprises plutôt que d’une traite histoire de, justement, ne pas être rebuté par les différences de graphismes.

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi? IBERIA

 

 

C'est de Qui ? Debussy

 

 

La couv' 

Nouveau Cabinet de Curiosité  /  Axolot 3  Vs.  Iberia

 

Déjà entendu sur B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ?  Composées sur trois années, les trois pièces d’Iberia, partie elle-même du triptyque Images Pour Orchestre, étaient prévues au départ pour deux pianos. Rapidement Debussy réalise que sa vision de l’œuvre ne peut être magnifiée que par un orchestre plus conséquent, à la manière de ses pièces plus fameuses.

 

Développant à loisir les idées germées dans L’Après-midi d’un Faune, mais en insistant sur le coté rythmique (Iberia, vous l’auriez deviné sans peine, a été inspirée par un voyage en Espagne), le compositeur livre donc trois morceaux qui se suivent où l’on retrouve la quintessence de la musique impressionniste qui aura rarement mieux mérité son nom qu’ici.

 

Si l’on reprochera éventuellement à ce choix le manque d’atmosphère, disons,  « lugubre », on lui reconnaîtra sans peine une variété apte à accompagner quasiment l’ensemble des récits de cet Axolot troisième du nom, et ce quasiment sans fausses notes (c’est le cas de le dire !)

 

 

----------------------------

 

 

 

Une chronique de Fab

Repost0
19 novembre 2016 6 19 /11 /novembre /2016 14:07

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : RED ANGELS

 


C'est de qui : Seven & Li Yaosha

 

 

La Couv' :

 

 

A Boire et à Manga  /  Red Angels  Vs.  Knight Of Cups

 

C’est édité chez qui ? Urban China

 

 

Déjà lus chez B.O BD? Non

 

 

Une planche:

A Boire et à Manga  /  Red Angels  Vs.  Knight Of Cups

 

Ca donne Quoi ? Attention, Red Angels n’est pas un bouquin à lire si vous vous sentez déjà un peu déprimé vu la noirceur de son contenu. Noirceur d’autant plus marquée et marquante qu’elle est vraie, l’histoire étant tiré de faits réels.

 

Les années 90, pendant plusieurs mois Li Yaosha, journaliste indépendant, a « étudié » le monde de la prostitution en Chine récoltant histoires et anecdotes qu’il compilera dans un documentaire devenu best-seller dans son pays.

 

C’est de ces témoignages que s’est servi Seven, jeune artiste chinois aussi doué qu’original, pour raconter la vie de trois prostituées aux parcours et aspirations différents mais aux destins aussi sombres que les rues qu’elles arpentent en quête de clients.

 

Vous le savez en général je suis assez peu client de la BD/Reportage, surtout quand il s’agit de sujets trashs ou sensationnalistes, mais les auteurs de Red Angels (qui m’a tout d’abord attiré par son graphisme très coloré et anguleux, au carrefour de pas mal d’influences) traitent leur scénario avec talent, sans insister dans le mélo ou le pathos, livrant une photographie sans concessions du plus vieux métier du monde, toujours aussi sordide quelle que soit l’époque, quel que soit le lieu.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ?  KNIGHT OF CUPS

 

 

C'est de Qui ? H. Townshend

 

 

La couv' 

A Boire et à Manga  /  Red Angels  Vs.  Knight Of Cups

 

Déjà entendu par ici? Il me semble bien oui.

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? Si le trio d’acteurs m’encourageait à jeter un œil à Knight Of Cups, son sujet, et, surtout, son réalisateur, me fait freiner des quatre fers depuis la sortie du film.

 

Cependant la diversité, l’originalité et la qualité de sa B.O plaiderait plutôt en sa faveur. Au milieu de pièces aussi puissantes qu’éloignées, des extraits de  l’Exodus de Kilar ou du Peer Gynt de Grieg en passant par  du Debussy, la canadienne Hanan Townshend compose une petite dizaine de morceaux assez planants qui ne sont pas sans faire penser parfois au minimalisme d’un Phillip Glass, notamment dans la répétition de motifs mélodiques simples et entêtants.

 

Une B.O tout en nuances très underscoring, ce qu’il fallait à un sujet comme celui de Red Angels.

 

 

--------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags