3 juin 2019 1 03 /06 /juin /2019 08:21
 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  TRANSPERCENEIGE, EXTINCTIONS.

 

 

C'est de qui ? Rochette & Matz.

 

 

La Couv':

 

Ecoterrorisme ou dernière chance  /  Transperceneige, Extinctions  Vs.  Smokin Aces

 

Déjà croisés sur le site? Oui, le scénariste comme le dessinateur.

 

 

C’est édité chez qui ? Casterman

 

 

Une planche:

 

Ecoterrorisme ou dernière chance  /  Transperceneige, Extinctions  Vs.  Smokin Aces

 

Ca donne Quoi ? Je dois vous avouer quelque chose, dans mes jeunes années je me rêvais éventuel éco terroriste alors que je mettais à mal pièges et autres abris de chasseurs.

Aujourd’hui encore, si une réalité plus terre à terre à base de famille, d’enfants et de travail  a enterré mes velléités rebelles, la crise écologique sans précédent que nous sommes en train de vivre me préoccupe –comme beaucoup de mes congénères je l’espère- grandement, surtout pour les enfants sus-cités.

 

Ce Transperceneige Extinctions me touche donc doublement, d’une part de par son propos, profondément ancré dans une réalité actuelle, de l’autre de par son statut de prologue a la grande saga SF, récemment remise à l’honneur chez Casterman, qu’est le Transperceneige.

 

On y découvre l’inventeur humaniste du train gigantesque supposé protéger une partie sélectionnée de la population mais également un groupuscule d’individus, menés par un autre visionnaire, d’un tout autre ordre celui ci, plus radical.

 

Une course contre la montre à distance est lancée entre ceux qui veulent survivre au désastre programmé et ceux qui vont l’enclencher.

 

Ecoterrorisme ou dernière chance  /  Transperceneige, Extinctions  Vs.  Smokin Aces

 

Matz remplit ici son cahier des charges (si tant est qu’il y en ait eu un) haut la main, livrant un scénario visionnaire et désespérément lucide sur un avenir apocalyptique proche que le dessinateur Jean Marc Rochette - artiste de la série d’origine qui a une double actualité ce mois ci avec la sortie simultanée de l’excellent Le Loup (sur lequel nous reviendrons bientôt)- met en image de façon réaliste et convaincante de par son trait nerveux et incisif.

 

Un prologue qui, 35 ans après, fait honneur à son modèle.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : SMOKIN ACES

 

 

C'est de qui ? C. Mansell

 

 

La Couv':

 

Ecoterrorisme ou dernière chance  /  Transperceneige, Extinctions  Vs.  Smokin Aces

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Aux antipodes des morceaux utilisés sur le film et même d’une grosse partie du scénario, Clint Mansell livre, pour ce polar choral délirant, une B.O toute en ambiance, plus dans l’esprit de Requiem For A Dream (toutes proportions gardées) que de Doom (oui, c’est bien Mansell qui est responsable de cette B.O !).

 

 

Il fait preuve d’un éclectisme poussé, mélangeant nappes de synthés planantes et sonorités flamenco ‘si, si !) pour un résultat aussi mélancolique qu’hypnotique avec tout de même quelques pistes plus axées sur le suspense même si elles restent largement minoritaires.

 

Pas du Mansell du haut du panier mais un score atypique au possible qui illustre bien la noirceur prononcée de cette Extinctions annonciatrice (à plus d’un titre !)

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
20 avril 2019 6 20 /04 /avril /2019 16:52

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  INTERCEPTOR

 

 

C'est de qui ? Cates & Burnett

 

 

La Couv':

 

Suceurs de sang futuristes  /  Interceptor  Vs.  The Walking Dead

 

Déjà croisés sur le site? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Casterman

 

 

Une planche:

 

Suceurs de sang futuristes  /  Interceptor  Vs.  The Walking Dead

 

Ca donne Quoi ? Dans un futur chaotique, la Terre a été abandonnée par les humains, partis se réfugier sur Palus.

S’ils ont abandonné la Planète Bleue ce n’est pas en raison d’un quelconque réchauffement climatique ou autre catastrophe écologique mais de la prolifération exponentielle de vampires l’ayant rendue invivable.

 

Quand les suceurs de sang débarquent sur Palus, les autorités décident d’envoyer un super agent, équipé d’une armure robotique surarmée, sur Terre pour enquêter (et plus si affinités).

Sur place notre héroïne tombe sur des humains survivants et se retrouve au sein d’une lutte de pouvoir entre vampires.

 

A la manière d’un John Carpenter dans Ghost Of Mars, les auteurs de Interceptor mixent avec une certaine réussite la Sf et l’horreur et y injectent même une dose de manga via la présence du meccha.

 

Porté par un graphisme nerveux et incisif, cette nouvelle série dans la collection Paperback de Casterman se lit comme on regarde une bonne série B de genre un samedi soir !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE WALKING DEAD

 

 

C'est de qui ? B. MCCreary

 

 

La Couv':

 

Suceurs de sang futuristes  /  Interceptor  Vs.  The Walking Dead

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? A l’instar de Ramin Djawadi sur Game Of Thrones, Bera McCreary peut remercier le ciel d’avoir été retenu pour composer le score De The Walking Dead, l’adaptation au succès massif du comics US.

 

Néanmoins si je suis un fan intégral de GOT, je n’en dirais pas autant pour The Walking Dead, n’étant pas amateur de zombies et autres morts vivants, je n’ai pas suivi la série TV.

L’avantage avec la pléthore de saisons (ç je dirais jusqu’ici ?), c’est que du coup, coté pistes musicales, y a du choix.

 

Etrangement c’est sur les passages intimistes ou dramatiques –riches en cordes et en piano solo- que le compositeur tire le mieux son épingle du jeu. En effet, les pistes dédiées à l’action et à l’épouvante, plus chargées en électronique et en traitement post prod, sont  nombreux et variés, mais dans l’ensemble sonnent assez attendus si ce n’est pour la présence de temps à autre d’une guitare folk bienvenue.

 

La tension et le suspense quasi omniprésents ont été de mise avec le comics futuriste du jour !

 

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
10 décembre 2018 1 10 /12 /décembre /2018 16:46

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  REPLAY

 

 

C'est de qui ? Sala & Zentner

 

 

La Couv':

 

Retour arrière  /  Replay  Vs.  Romeo Is Bleeding

 

Déjà croisés sur le site? Oui mais pas ensemble.

 

 

C’est édité chez qui ? Casterman

 

 

Une planche:

 

Retour arrière  /  Replay  Vs.  Romeo Is Bleeding

 

Ca donne Quoi ? Don a la bougeotte, c'est bien simple, son crédo c'est « faut jamais revenir sur ses pas, ça porte malheur », et ce depuis qu'il est minot et qu'il fait les 100 coups dans le rues avec ses potes, il ne s'est jamais arreté de bruler le bitume.

 

Joueur invétéré qui déménage dés qu'il commence à perdre, Don n'en n'est pas moins un homme qui vit par procuration, indélébilement accroché à son passé via les lettres qu'il envoie à chaque escale à son ami d'enfance pour lui raconter comme sa vie est trépidante.

Mais cette éternelle fuite en avant cache un mal être et un manque de confiance en soi que notre anti-héro va devoir affronter quand l'amour et la deveine lui tombent en même temps sur le coin de la figure.

 

Si il y a bien une œuvre qui méritait la ressortie en intégrale, afin d'en apprécier la construction narrative, c'est ce Replay.

Récit noir en spirale qui se déroule aux Etats Unis de la fin des années 70 à celle des années 90, la trilogie de Zentner et Sala est une œuvre originale et prenante magnifiée par le trait anguleux de l'artiste.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :ROMEO IS BLEEDING

 

 

C'est de qui ? M. Isham

 

 

La Couv':

 

Retour arrière  /  Replay  Vs.  Romeo Is Bleeding

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? On pense évidement beaucoup à Miles Davis à l'écoute de la B.O de ce petit film noir plutôt bien fichu avec un Gary Oldman toujours impeccable.

 

On ne se plaindra pas trop de l'aspect très conventionnel du « jazz » de Mark Isham, tout en trompette solo, vu que, à l'époque, le compositeur avait plutôt l'habitude de proposer des trucs électroniques assez inécoutables aujourd’hui.

Aspect que l'on retrouve de ci de là dans la B.O de Roméo Is Bleeding, sur les scènes de suspense ou d'action, et qui surprendra les auditeurs de moins de 30 ans par ses arrangements très datés même si, coté ambiance, c'est assez efficace et original dans les changements de répertoire.

 

Une musique sinueuse et variable qui colle souvent fort bien aux séquences des diverses époques abordées dans Replay.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
18 novembre 2018 7 18 /11 /novembre /2018 08:26

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  SAUVAGE. ESMERALDA.

 

 

C'est de qui ? Meynet et Yann

 

 

La Couv':

 

 

Mexique Sauvage! Sauvage  Vs.  La Prisonnière du désert

 

Déjà croisés dans le coin? Oui, ensemble sur les précédents.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Casterman

 

 

 

Une planche:

 

Mexique Sauvage! Sauvage  Vs.  La Prisonnière du désert

 

 

Ca donne Quoi ? « Il a bien changé notre petit capitaine ! » s’exclament à plusieurs reprises différents protagonistes de ce quatrième volet de Sauvage.

Et c’est vrai que Felix de Castelbajac, après avoir assouvi sa vengeance, semble avoir perdu ses beaux idéaux et le voilà sabre au clair, ferraillant avec les troupes ennemies comme s’il cherchait à exorciser on ne sait quel démon.

 

Parallèlement la petite Esmeralda, aveuglée par son amour impossible pour Félix, est envoyée dans un couvent où la cruaté des religieuses n’a d’égale que la méchanceté de ses nouvelles camarades.

Mais la petite tigresse n’est pas fille à se laisser faire et ses ennemies vont vite l’apprendre à leurs dépends.

 

La série de Yann (qui n’est jamais meilleur que quand, comme ici, il n’en fais pas des masses coté bons mots et autres références à tout va) et Meynet (qui excelle à reproduire les uniformes d’époque comme les décors arides du Mexique) continue de prendre de l’épaisseur avec une narration alternée réussie et des personnages creusés et intéressants.

Souhaitons lui longue vie si le niveau reste intact !

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :LA PRISONNIERE DU DESERT

 

 

C'est de qui ? M. Steiner

 

 

La Couv':

 

Mexique Sauvage! Sauvage  Vs.  La Prisonnière du désert

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oh oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? L'expression « western à papa » prend toute sa mesure avec ce film puisque c'est l'un de ceux que je regardais avec mon père quand j'étais gamin et que j'ai du le voir bien 4 ou 5 fois même si aujourd'hui je ne le regarderai évidement pas de la même façon.

 

John Ford et John Wayne, tout deux aux pinacles de leurs carrières respectives (et souvent communes), réalisent et interprètent cette adaptation d'un roman où un cow-boy rude (pour ne pas dire raciste) va arracher sa nièce aux indiens qui l'ont enlevés pas mal d'années auparavant.

 

Si le film a forcément bien vieilli il n'en demeure pas moins une référence dans le genre, voire dans le ciné US en général.

 

Max Steiner qui n'en n'est pas à ses coups d'essais lui non plus, est embauché par le studio au vu de ses efforts précédents dans le genre.

 

Il multiplie les thèmes pour illustrer la richesse de l'intrigue et des caractères des différents protagonistes. Faisant de temps à autre appel à quelques airs folklo américains qu'il réarrange pour mieux les inclure dans sa partition, le compositeur livre une partition plutôt grave, au sens propre comme au figuré, mais qui respire les grands espaces et est un peu la quintessence du western à l'époque.

 

Une dimension qui ne pouvait qu'aller à ce quatrième épisode de Sauvage et son mélange de batailles, de grands sentiments et de suspense.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
5 novembre 2018 1 05 /11 /novembre /2018 15:14

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LASTMAN 11

 

 

C'est de qui ? Vivès, Sanlaville, Balak

 

 

La Couv':

 

Un (avant) dernier pour la route  /  Lastman 11  Vs.  Ghoulies

 

Déjà croisés sur le site? Oui sur les précédents.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Casterman

 

 

 

Une planche:

 

Un (avant) dernier pour la route  /  Lastman 11  Vs.  Ghoulies

 

 

Ca donne Quoi ? Elorna plonge sans hésiter dans le vortex qui la conduira à la Vallée des Rois, rapidement suivie par Adrian. Mais une fois sur place les deux jeunes gens ne vont pas se retrouver immédiatement mais vont par contre réaliser l’ampleur des dégâts causés par Howard dans sa quête folle pour ramener Marianne à la vie.

 

De son coté Richard a fort à faire avec la horde de créatures gigantesques qui déboulent des failles et ne doit son salut qu’aux flics de Tommie et au pouvoir immense de Cristo qui se souvient enfin de qui elle est et de son passé commun avec Aldana.

 

Les pièces sont en place pour une conclusion qui s’annonce aussi épique que possible.

Avec cet avant dernier volet, le trio d’auteurs confirment que la qualité et le plaisir restent au rendez-vous tout du long d’une série ultra-référentielle mais en même temps très originale et personnelle.

Notons qu’avoir vu la série animée dérivée apporte un plus au scénario surtout dans ces derniers chapitres.

 

2019 sera triste puisqu’en plus de la fin de Game Of Thrones elle marquera également celle de Lastman !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :GHOULIES

 

 

C'est de qui ? R. Band

 

 

La Couv':

 

Un (avant) dernier pour la route  /  Lastman 11  Vs.  Ghoulies

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Bon sang ne saurait mentir, avec un papa producteur et un frangin réalisateur, tous deux de films d'horreur, le petit Richard, plus attiré par la musique, ne pouvait que se spécialiser dans les films d'épouvante de séries B. Ce qu'il fera avec régularité pendant 20 ans avec quelques moments de gloire que les amateurs connaisseurs chérissent (Re Animator et autre Puppet Master -il en fera cinq!- en tête)

 

Cela dit, quand il ne versait pas dans le tout électronique avec force synthés (probablement plus par restrictions budgétaires que par choix, quoique, rappelons que nous évoquons les -peu- glorieuses années 80), Richard Band savait mettre à contribution un orchestre avec efficacité.

 

J'en veux pour preuve la B.O de ce Ghoulies où, entre deux passages d'action musclée on a droit à des pistes pleines de suspens directement inspirées des travaux d'illustres prédécesseurs (James Bernard, Herrmann,...).

 

Alors c'est vrai que certains passages ne collent pas sur ce onzième Lastman, mais ils sont rares et largement rattrapés par le reste qui fait une illustration décalée à ce festival de bastons contre grosses bestioles et autres sorcellerie nécromancienne !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags