22 novembre 2017 3 22 /11 /novembre /2017 08:31

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

 

 

C'est quoi : SERVITUDE. V. SHALIN.

 

 

C'est de qui ? David et Bourgier

 

 

La Couv':

 

Fantasy en Série  /  Servitude V  Vs.  Shadow Of Mordor

 

Déjà croisés sur B.O BD? Oui

 

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil

 

 

 

Une planche:

 

 

Fantasy en Série  /  Servitude V  Vs.  Shadow Of Mordor

 

 

Ca donne Quoi ? Le roi Akanor et ceux qui ont survécu à la bataille du 3° tome (il y à 6 ans déjà !) poursuivis par une alliance –fragile-  menée par Othar de Vériel.

Des deux côtés des hauts murs les tensions entre factions et peuplent sont au plus haut et, alors que le siège commence, on sent que la moindre étincelle mettra le feu aux poudres dans un camp comme dans l’autre.

 

Evidement dire que Servitude est une série qui aura pris son temps est un euphémisme mais la qualité est au rendez-vous, que ce soit du coté d’un scénar qui nous propose ici un cas de siège classique mais bien mené avec en trame de fond les luttes de pouvoir des différentes factions, comme de celui d’un dessin réaliste aux proportions épiques et aux personnages bien campés (même si quelques visages sont assez semblables parfois).

 

 

 

Ce tome V, qui devait être le dernier fait monter la tension en se recentrant plus sur l’action et on sent que la fin –que l’on espère voir venir plus rapidement que le reste de la série- sera aussi tragique que brutale.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

 

C'est Quoi ? SHADOW OF MORDOR

 

 

C'est de Qui ?  Garry Schyman & Nathan Grigg

 

 

La couv' 

 

Fantasy en Série  /  Servitude V  Vs.  Shadow Of Mordor

 

 

Déjà entendu chez nous? Non

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Les connaisseurs auront compris que le jeu vidéo dont nous avons utilisé la B.O pour ce nouveau tome de Servitude est dérivé de l’univers de Tolkien.

Of course c’est dans la lignée de l’adaptation par Peter Jackson qu’est sorti Shadow Of Mordor et ce dernier, tout comme la société Wetta, ont même été consultés pendant le développement du soft ; on peut donc considérer que la franchise est respectée.

Pour être tout à fait complet, l’action du jeu se déroule entre les deux grands textes de Tolkien (Le Hobbit et le Seigneur des Anneaux pour ceux qui viendraient de se réveiller d’un siècle d’hibernation).

 

Coté B.O on sent que les moyens ont également été mis en place.

Plus d’une heure de musique (sans compter l’illustration sonore « accessoire »), composée à quatre mains par deux américains au répertoire pas forcément très glorieux mais à qui l’on ne pourra pas reprocher de d’être impliqués dans leur tâche.

En effet, au sein d’une orchestration résolument grandiloquente avec force explosions de cuivres et de chœurs  guerriers, l’utilisation de choses aussi surprenantes que le Waterphone et ses sonorités inharmoniques rythmiques ou encore la Boîte à tonnerre rajoutent une dose d’originalité bienvenue en mêlant effets sonores réalistes (si l’on peut dire) à une B.O de fantasy burnée et réussie.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
13 novembre 2017 1 13 /11 /novembre /2017 15:32

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : NILS. CYAN.

 

 

C'est de qui ? Hamon & Carrion

 

 

La Couv':

 

Bleu sang  /  Nils. Cyan  Vs.  Legacy

 

Déjà croisés sur B.O BD? Oui, sur le précédent.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil.

 

 

 

Une planche:

 

 

Bleu sang  /  Nils. Cyan  Vs.  Legacy

 

 

Ca donne Quoi ? Tout n’est plus que chaos dans les terres nordiques ; alors que Nils et Arun tentent de débarrasser Yygrdasil des tuyaux que lui ont implanté les hommes de Cyan, Alba, la nouvelle reine des femmes guerrières et deux autres survivantes, se sont mises en marche pour attaquer leur ennemi de toujours.

D’en haut les 3 déesses vont s’immiscer dans le conflit, par amour ou par haine…

L’issue sera tragique pour tout le monde.

 

La fantasy-écolo du premier volet laisse place, dans cette suite fort attendue, à une noirceur post apocalyptique teintée de shamanisme et de steampunk.

 

Si l’on regrettera des transitions narratives parfois un rien abruptes, on ne pourra que s’émerveiller devant les planches d’Antoine Carrion.

Il glisse subrepticement ici des influences manga à un trait plus dans la veine de celui d’un Alex Alice, notamment au niveau de certains protagonistes, tout en gardant sa personnalité à nulle autre pareille, magnifiquement rendue sur les doubles planches (et les illustrations bonus en fin d’album).

 

Graphiquement, probablement l’un des fleurons de la collection Métamorphose, aux cotés des Ogres-Dieux et autres Carmilla.

 

 

Bleu sang  /  Nils. Cyan  Vs.  Legacy

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? LEGACY

 

 

C'est de Qui ?  J. Kyd

 

 

La couv' 

Bleu sang  /  Nils. Cyan  Vs.  Legacy

 

Déjà entendu chez nous? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Jesper Kyd, après s’être fait la main sur quelques franchises de jeux vidéo aux notoriétés grandissantes – nous l’avons écouté chez nous sur les très réussis premiers volets d’Assassin’s Creed entre autres- se fait un petit plaisir dans la lignée de groupes comme Two Steps From Hell en sortant un album de pistes conçues comme des musiques de trailers.

 

Un souffle épique souffle sur l’ensemble de la galette, avec une prédilection pour les intros plutôt calmes qui monte rapidement dans les tours avec force envolées lyriques de cordes, thèmes massifs digne de blockbusters hollywoodiens et autres arrangements héroïques à base de chœurs enflammés.

 

Certes l’ensemble manque clairement de l’originalité qu’on avait pu trouver sur les Assassin’s Creed, mais pour de la fantasy grand spectacle à visuels époustouflants, ça en impose pas mal !

 

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
12 novembre 2017 7 12 /11 /novembre /2017 16:35

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : ELFES 18 - ALYANA

 

 

C'est de qui ? Peru – Bileau – Goux - Merli

 

 

La Couv': 

 

"N'est pas mort ce qui à jamais dort…" /  Elfes 18  Vs.  The Omen

 

Déjà croisés sur B.O BD? oui

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil

 

 

Une planche:

 

"N'est pas mort ce qui à jamais dort…" /  Elfes 18  Vs.  The Omen

 

Ça donne Quoi ? Cet album est une "abomination" (référence à Alya de Dune d'Herbert) : un croisement entre la sous-série des elfes blancs et les créatures du mythe de Cthulhu de Lovecraft… Détruisez-le vite sans l'ouvrir sous peine de cauchemars!!

 

Trêve de plaisanteries, cet album raconte la naissance d'Alyana, fille des elfes blancs Tenashep et Fall… mais rappelez-vous : Fall était possédé par la nécromancienne Lah'Saa au moment de la conception du bébé. D'où un bébé qui parle le jour de sa naissance et grandit aussi vite qu'une pousse de bambou. Dans les contes traditionnels, cela est souvent l'apanage d'un(e) futur(e) grand(e) héro(s/ïne) dont le rôle sera de vaincre des forces maléfiques… ou au contraire d'une créature particulièrement maléfique. Difficile de savoir de quel côté penchera Alyana.

 

Alyana sera aidée dans sa quête par La Poisse, un orkelin (métis orc-gobelin). Pas vraiment le genre de personnage que l'on a envie de croiser sur sa route.

 

Peru a-t-il fait une poussée de fièvre mythique en écrivant son scénario? J'en ai l'impression : créatures cauchemardesques, titans, destructions violentes… se retrouvent dans l'album. Mais la logique est respectée par rapport à l'influence de Lah'Saa.

 

Bileau et Goux ont réalisé quelques planches à 4 mains sans que cela nuise à la cohésion des graphismes adoucis ou violemment accentués par la colorisation de Merli.

 

Au final, c'est un album étrange qui tranche avec les précédents de la sous-série des elfes blancs mais qui ouvre des portes intéressantes sur le futur des Terres d'Arran.

 

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? THE OMEN

 

 

C'est de Qui ?  Jerry Goldsmith

 

 

La couv' 

 

"N'est pas mort ce qui à jamais dort…" /  Elfes 18  Vs.  The Omen

 

Déjà entendu chez nous? oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ça donne Quoi ? A album horrifique, musique horrifique.

 

La suite créée par Jerry Goldsmith à partir de sa BO du film The Omen (La malédiction en VF) sera le parfait pendant côté ouïe de l'album côté vue. Vos nerfs y résisteront-ils?

 

C'est pour cette BO que Jerry Goldsmith a obtenu son unique oscar de la meilleure musique de film. Il a détourné le code des grands chœurs liturgiques en créant une messe en latin (désolée, Fab, il y a des paroles mais elles ne devraient pas gêner la lecture).  Cette suite a tout d'un requiem pour orchestre symphonique et chœurs avec quelques stridences et dissonances alternant avec des parties doucereuses.

 

Avant cette BO, Jerry Goldsmith a composé pour des westerns, films d'aventures, de science-fiction, de guerre, d'horreur…  Il sait donc parfaitement comment jouer sur les nerfs des spectateurs avec un accompagnement adapté.    

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Gen

Repost0
3 novembre 2017 5 03 /11 /novembre /2017 08:30

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

 

C'est quoi : LA MILLE ET UNIEME NUIT

 

 

C'est de qui ? Le Roux & Froissart

 

 

La Couv':

 

Celle qu'il manquait  /  La Mille et unième nuit  Vs.  Sharaz

 

Déjà lus chez nous? Oui, les deux, et même ensemble.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil.

 

 

 

Une planche:

 

 

Celle qu'il manquait  /  La Mille et unième nuit  Vs.  Sharaz

 

 

Ca donne Quoi ? A chaque parution, le catalogue de Métamorphose, la collection poético-fantastico-gothique de chez Soleil, s’enrichit d’une nouvelle pépite.

 

Le nouvel album des auteurs du Dernier Voyage d’Alexandre Humboldt ne déroge pas à la règle ; dés sa pochette au vernis sélectif reproduisant les dorures d’une fenêtre persane, qui ferait une superbe couverture pour une édition des Mille et Une Nuits, ce récit de la suite de l’œuvre en question (Les Mille et Une Nuits pour ceux que mes phrases décidemment trop longues auraient perdus en route) annonce la couleur (superbes au demeurant que ce soient les bleutés de la vie nocturne au Palais ou les ocres des épisodes dans le désert), nous voilà dans l’onirique oriental !

Shérazade est toujours sujette à sauver sa tête en inventant chaque nuit une histoire à son redoutable époux, secondé dans cette tâche digne de Sysiphe par sa chère sœur, Dinarzade.

 

Alors que l’infatigable sultan part à la chasse (et aurait mieux fait de se contenter des proies rabattues par ses serviteurs plutôt que d’aller taquiner le Roi des animaux !) la dévouée sœur part en quête de matériau pour de futurs contes et tombe sur un étrange bonhomme accompagné d’une ânesse et d’un singe…qui parlent !

 

Celle qu'il manquait  /  La Mille et unième nuit  Vs.  Sharaz

 

Sans en dévoiler plus, La Mille et unième nuit, à l’image de son inspiration, imbrique les récits plus grands que nature, mélange le rêve, le frisson et l’humour avec subtilité et se révèle un plaisir à lire…

 

…Plaisir décuplé par une partie graphique superbe que l’on prendra son temps à admirer, entre les embellissements de pages à la façon de décorations orientales, le trait léger et original rehaussés (donc) de pastels bien choisis qui confèrent l’ambiance adéquate à ce conte qui n’a pas à rougir de a comparaison avec ses vénérables ancêtres !

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? SHARAZ

 

 

C'est de Qui ?  N. Fidenco

 

 

La couv' 

 

Celle qu'il manquait  /  La Mille et unième nuit  Vs.  Sharaz

 

Déjà entendu chez nous? Probable

 

 

On peut écouter? Pas d’extraits vidéo déniché sur la Toile mais la B.O est écoutable notamment sur Itunes

 

 

 

Ca donne Quoi ? En marge d’une prolifique carrière dans le cinéma bis érotique italien (dont les versions transalpines de notre Emmanuelle nationale), Nico Fidenco, auto-didacte de la composition, a également à son actif de la série B à la pelle : du western, du thriller, un peu de fantastique, et, donc, de l’aventure.

 

Sharaz, aussi connu sous le titre L’esclave du paradis (non malgré les apparences ce n’est pas un film X) voire encore 1OO1 Nights, n’a comme point commun avec les Contes du même nom  d’avoir tenté de tirer la substantifique moelle de certains d’entre eux, les avoir virilement mélangé avant d’en avoir tiré un scénario abracadabrant qui ne se prend pas trop au sérieux (heureusement !).

 

Fidenco propose une ambiance orientale agréable via un thème assez passe partout qui est hélas décliné jusqu’à quasi écoeurement dans quasiment toutes les pistes du film mais, heureusement pour les oreilles de l’auditeur (et accessoirement du lecteur de la BD du jour), il est interprété par différents instruments : oud (ou assimilé), flute, hautbois, …le tout orchestré et arrangé avec un peu plus d’inventivité, amenant un semblant de variété bienvenu.

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
31 octobre 2017 2 31 /10 /octobre /2017 08:38

 

 

 

 

 

LA BD

 

 

 

 

C'est Quoi ? L’ESPRIT DE LEWIS

 

 

C'est de Qui ?  Richerand & Santini

 

 

La couv'

 

Lewis est tu là?  /  L'Esprit de Lewis  Vs.  Saint Ange

 

Déjà lus dans le coin ? Non

 

 

C’est édité par? Soleil.

 

 

Une planche :

 

Lewis est tu là?  /  L'Esprit de Lewis  Vs.  Saint Ange

 

 

Ca donne Quoi ? Dévasté par la mort de sa mère, Lewis quitte Londres pour la petite ile de Childwickbury et son manoir solitaire où il a passé une partie de son enfance et compte faire son deuil en écrivant son premier roman.

Si l’inspiration lui fait cruellement défaut, sa retraite n’aura pas été vaine puisqu’il fait la connaissance de l’esprit qui hante le lieu, Sarah, dont il va chercher à percer le mystère et, contre toute attente, tomber amoureux.

 

En retour le fantôme lui confère l’inspiration qui lui faisait défaut mais quand Lewis, revigoré, se décide à retrouver la civilisation et profiter de sa future gloire, Sarah ne le voit pas d’un très bon œil.

 

D’inspiration ouvertement gothique, le scénario de Santini fait cependant la part belle au romantisme et à l’humour ; ces trois ingrédients fonctionnent ensemble à merveille et ce premier volet –sur deux- de l’Esprit de Lewis, nouvelle pépite de la collection Métamorphose, se lit comme un classique du genre.

 

Le trait de Richerand, faussement tremblant, détaillé voire foisonnant, rend fort bien cette atmosphère lugubre et participe en plein à la réussite de l’ensemble (même si l’on regrettera une ou deux maladresses et autres « oublis »)

Dans le style on pense à du Tanquerelle première époque, voire à du Zanzim et les couleurs d’Hubert, collaborateur de ces deux dessinateurs, n’y est pas étranger, même si elles sont ici plus sombres (en accord avec l’ambiance).

 

La toute fin de ce premier tome promet une suite bien plus effrayante et nous ne pouvons qu’être impatients !

 

 

 

 

 

LA B.O:

 

 

 

 

C'est quoi : SAINT ANGE

 

 

C'est de qui ? J. Lo Duca

 

 

La Couv':

 

Lewis est tu là?  /  L'Esprit de Lewis  Vs.  Saint Ange

 

Déjà entendu sur B.O BD? Une poignée de fois.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Joseph Lo Duca, après un (long !) intermède essentiellement dédié à de la fantasy télévisée fun, revient à ses premiers  amours, le genre sur lequel il a débuté : le fantastique.

 

Mais si les Evil Dead, sans prétentions aucunes, devinrent les films cultes que l’on sait, gageons que jamais Saint Ange ne s’approchera de près ou de loin de ce statut.

 

Tentant de renouer avec les films d’épouvante d’antan, et sur le principe Ô combien porteur (mais aussi Ô combien casse-gueule) de la maison hantée, le film produit par Christophe « j’ai fait un Pacte avec les loups » Gans est quasi totalement miné par le jeu de ses deux principales interprètes.

 

Lo Duca de son côté s’en tire lui avec les honneurs ; n’hésitant pas à panacher les passages de tension horrifique attendus, à grands renforts de cordes survoltées, par des mélodies au piano et violons plus romantiques (qui sont cela dit souvent à un cheveu de tomber dans le mélo sirupeux), il propose une B.O gothique à souhait, variée et riche ; ce qui, vous l’aurez compris, est tout à fait dans l’esprit de …Lewis !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags