15 janvier 2018 1 15 /01 /janvier /2018 14:52

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : KOOKABURRA 8

 

 

C'est de qui ? Mitric (scénario) – Louis et Crisse (dessins) – Lamirand (couleurs)

 

 

La Couv':

 

Space opera ou fin… "space"  / Kookaburra  Vs. L'oiseau de feu

 

 

Déjà croisés sur B.O BD? Oui

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil

 

 

Une planche:

 

Space opera ou fin… "space"  / Kookaburra  Vs. L'oiseau de feu

 

Ça donne Quoi ?

Pour resituer tout le monde dans la foison d'albums parus en 3 séries, je nous ai fait un tableau pour remettre les parutions en ordre chronologique :

 

Space opera ou fin… "space"  / Kookaburra  Vs. L'oiseau de feu

 

 

Tout s'est étalé sur 20 ans depuis le 1e tome (1997) jusqu'au 8e de la série de base (dont 7 ans entre les tomes 7 et 8).

Le 1e cycle concernant les 5 premiers tomes a été bouclé en 9 ans (2006) avec, au milieu, les 6 premiers tomes de la série Kookaburra (centrés à chaque fois sur une aventure spécifique d'un ou plusieurs personnages de la série mère) et le 1e tome de la série Kookaburra K.

 

Autant vous dire tout de suite que, pour moi, la série mère aurait dû s'arrêter là. Toujours selon mon avis, le 2e cycle qui vient de se clore avec ce tome 8 est un peu alambiqué avec une fin un peu trop abrupte.

 

Mitric et Louis ont offert la page finale à Crisse qui avait lancé la série à la fois au scénario et au dessin. Peut-être parce qu'il n'y avait que lui pour oser dessiner Dragan (personnage principal de la série) sur son lit de mort!

 

Attention, ma mémoire n'étant pas forcément parfaite, j'ai relu toutes les séries avant de me décider à écrire cette chronique et voici un petit résumé de mes lectures récentes :

1 – Kookaburra : comme dit plus haut, je choisis de m'arrêter au tome 5 (avec sa splendide quadruple page) pour garder une fantastique série de SF (qualifiée de space opera par les auteurs eux-mêmes à moins que ce ne soit par l'éditeur)

 

2 – Kookaburra universe : comme toutes les séries de one-shots autour d'un thème commun, les albums sont inégaux à la fois côté scénarios et côté dessins. Chacun y trouvera son compte à condition de connaître la série mère… et parfois de précédents albums de la série. Mes 6 préférés sont en gras dans le tableau où j'ai indiqué quels personnages importants de la série mère étaient dans l'album.

 

3 – Kookaburra K : qualifiée de "trilogie essentielle" en préface du tome 2 par Mitric, j'avoue ne pas aimer du tout cette série qui vient un peu comme "un cheveu sur la soupe" en suite du tome 5 de la série mère… et donc pas vraiment consommable. Je n'ai pas accroché aux dessins de Ramos, ni au scénario de base de Hicks. Comme la série a été aussi publiée aux USA, c'était peut-être une tentative pour vendre la série mère aux USA??

 

Quand je relis une série plus ou moins ancienne à la suite plutôt qu'au moment de la sortie, je retrouve plus facilement les influences des scénaristes ou dessinateurs. Ici, l'influence de beaucoup de sagas de SF est visible et parfaitement assumée par les auteurs comme le rat dakoïd clone de l'Alien de Ridley Scott qui va passer du nom de Walt à Ripley ou le cycle Dune d'Herbert (prophétie, êtres supérieurs, ordres mystiques complotant en secret… et même vers des sables!!) ...

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ?  L'OISEAU DE FEU

 

 

C'est de Qui ?  Igor Stravinsky

 

 

La couv' 

 

Space opera ou fin… "space"  / Kookaburra  Vs. L'oiseau de feu

 

Déjà entendu chez nous? Je ne suis pas sûre…

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

Ça donne Quoi ? J'aurai pu choisi la BO de Dune ou de n'importe film de la saga Star Wars ou de la saga Star Trek pour accompagner des séries qualifiées de space opera par leurs auteurs.

Mais finalement c'est la musique de L'oiseau de feu d'Igor Stravinsky qui s'est imposée à moi pour accompagner ces divers albums. Après tout, le kookaburra mythique est le cousin de cet oiseau russe.

 

C'est la suite tirée du ballet en 1919 qui a été mise en images par les studios Disney pour Fantasia 2000…  L'oiseau est symbole de la destruction de la nature puisque ses flammes ravagent tout jusqu'à ce que l'apaisement arrive et que reverdisse la nature.

 

La fureur et la rage des cordes et cuivres, suivies du calme et de la sérénité des bois et des flutes avant l'apothéose finale et tonitruante conviendront à la plupart des albums.

 

Un petit plus avec une musique aborigène qui conviendrait aussi très bien aux parties australiennes et au final du tome 5 puisque la prophétie est partie d'Uluru (Ayer's Rock).

 

 

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Gen

Repost0
12 décembre 2017 2 12 /12 /décembre /2017 12:45

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : ORCS & GOBELINS 1 - TURUK

 

 

C'est de qui ? Jean-Luc Istin – Diogo Saïto

 

 

Le coté obscur du Soleil  /  Orcs & Gobelins 1. Turuk  Vs. Warcraft III Frozen Throne

 

Déjà croisés sur B.O BD? Oui pour J.L. Istin

 

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil

 

 

 

Une planche:

 

Le coté obscur du Soleil  /  Orcs & Gobelins 1. Turuk  Vs. Warcraft III Frozen Throne

 

Ça donne Quoi ?

Il manquait une série sur les Terres d'Arran : celle qui raconterait les exploits de quelques "culs-verts" comme les appellent les nains, autrement dit les orcs et les gobelins. Le manque est corrigé.

 

Pour ce 1e tome, c'est l'orc Turuk qui tient la vedette. Se réveiller un peu amoché et sans idées très claires dans une ville infestée de goules et poursuivi par une elfe n'est pas la meilleure situation qui soit. Mais petit à petit, il va retrouver la mémoire, ses ex-compagnons de cellule et même passer une alliance temporaire avec l'elfe (son ancienne gardienne de prison).

Mais un orc, même fluet ou semi-orc, reste un orc; donc s'il faut sacrifier les copains pour survivre, Turuk n'a pas d'états d'âme, il le fait!

 

J.L. Istin est un vieux routier de la fantasy et il a su écrire un scénario sans failles qui prend le lecteur dès la 1e page et le tient jusqu'au bout. Avec une bonne idée de fin en voix off.

 

Diogo Saïto, qui est brésilien et pas japonais, arrive en franco-belge après avoir dessiné plusieurs comics. Il avait commencé chez Soleil en tant que coloriste… Ici il signe dessins et couleurs et on en prend plein les yeux : une superbe double page avec la ville-île où se déroule l'action, des orcs tout en muscles et bien verts, une elfe aussi belle et blonde que l'on pouvait s'y attendre, des combats dynamiques… Des graphismes pareils, j'en redemande!

 

Bon, d'après ce que j'ai écrit plus haut, vous comprenez aisément que j'ai apprécié cet album…

Les orcs sont les "bad boys" de la fantasy et rarement mis en valeur, mais que seraient les héros sans adversaires intéressants, et vice-versa ?

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? WARCRAFT III – REIGN OF CHAOS

 

 

C'est de Qui ?  Tracy W. Bush, Derek Duke, Jason Hayes, Glenn Stafford

 

 

La couv' 

 

Le coté obscur du Soleil  /  Orcs & Gobelins 1. Turuk  Vs. Warcraft III Frozen Throne

 

 

Déjà entendu chez nous? Je ne crois pas

 

 

On peut écouter?

 

 

Ça donne Quoi ? Nos chers "culs verts" méritent une musique à la fois musclée et angoissante (vu leurs adversaires goules) et quoi de mieux que la musique d'un jeu vidéo déjà ancien mais qui remplit les critères recherchés.

 

Trompes, percussions, cuivres éclatants et rugissements en alternance avec des passages très assourdis accompagneront à la perfection la lecture d'un album où l'action domine. Les variations de rythme des 2 supports s'accordent bien.

 

J'avoue une relation un peu particulière avec le jeu Warcraft puisque c'est moi qui l'ai offert à mes fils dès le numéro 1. Mais, comme je n'étais pas assez douée pour jouer seule, je les aidais… en surveillant au passage le temps passé devant l'ordinateur!

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Gen

Repost0
22 novembre 2017 3 22 /11 /novembre /2017 08:31

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

 

 

C'est quoi : SERVITUDE. V. SHALIN.

 

 

C'est de qui ? David et Bourgier

 

 

La Couv':

 

Fantasy en Série  /  Servitude V  Vs.  Shadow Of Mordor

 

Déjà croisés sur B.O BD? Oui

 

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil

 

 

 

Une planche:

 

 

Fantasy en Série  /  Servitude V  Vs.  Shadow Of Mordor

 

 

Ca donne Quoi ? Le roi Akanor et ceux qui ont survécu à la bataille du 3° tome (il y à 6 ans déjà !) poursuivis par une alliance –fragile-  menée par Othar de Vériel.

Des deux côtés des hauts murs les tensions entre factions et peuplent sont au plus haut et, alors que le siège commence, on sent que la moindre étincelle mettra le feu aux poudres dans un camp comme dans l’autre.

 

Evidement dire que Servitude est une série qui aura pris son temps est un euphémisme mais la qualité est au rendez-vous, que ce soit du coté d’un scénar qui nous propose ici un cas de siège classique mais bien mené avec en trame de fond les luttes de pouvoir des différentes factions, comme de celui d’un dessin réaliste aux proportions épiques et aux personnages bien campés (même si quelques visages sont assez semblables parfois).

 

 

 

Ce tome V, qui devait être le dernier fait monter la tension en se recentrant plus sur l’action et on sent que la fin –que l’on espère voir venir plus rapidement que le reste de la série- sera aussi tragique que brutale.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

 

C'est Quoi ? SHADOW OF MORDOR

 

 

C'est de Qui ?  Garry Schyman & Nathan Grigg

 

 

La couv' 

 

Fantasy en Série  /  Servitude V  Vs.  Shadow Of Mordor

 

 

Déjà entendu chez nous? Non

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Les connaisseurs auront compris que le jeu vidéo dont nous avons utilisé la B.O pour ce nouveau tome de Servitude est dérivé de l’univers de Tolkien.

Of course c’est dans la lignée de l’adaptation par Peter Jackson qu’est sorti Shadow Of Mordor et ce dernier, tout comme la société Wetta, ont même été consultés pendant le développement du soft ; on peut donc considérer que la franchise est respectée.

Pour être tout à fait complet, l’action du jeu se déroule entre les deux grands textes de Tolkien (Le Hobbit et le Seigneur des Anneaux pour ceux qui viendraient de se réveiller d’un siècle d’hibernation).

 

Coté B.O on sent que les moyens ont également été mis en place.

Plus d’une heure de musique (sans compter l’illustration sonore « accessoire »), composée à quatre mains par deux américains au répertoire pas forcément très glorieux mais à qui l’on ne pourra pas reprocher de d’être impliqués dans leur tâche.

En effet, au sein d’une orchestration résolument grandiloquente avec force explosions de cuivres et de chœurs  guerriers, l’utilisation de choses aussi surprenantes que le Waterphone et ses sonorités inharmoniques rythmiques ou encore la Boîte à tonnerre rajoutent une dose d’originalité bienvenue en mêlant effets sonores réalistes (si l’on peut dire) à une B.O de fantasy burnée et réussie.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
13 novembre 2017 1 13 /11 /novembre /2017 15:32

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : NILS. CYAN.

 

 

C'est de qui ? Hamon & Carrion

 

 

La Couv':

 

Bleu sang  /  Nils. Cyan  Vs.  Legacy

 

Déjà croisés sur B.O BD? Oui, sur le précédent.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil.

 

 

 

Une planche:

 

 

Bleu sang  /  Nils. Cyan  Vs.  Legacy

 

 

Ca donne Quoi ? Tout n’est plus que chaos dans les terres nordiques ; alors que Nils et Arun tentent de débarrasser Yygrdasil des tuyaux que lui ont implanté les hommes de Cyan, Alba, la nouvelle reine des femmes guerrières et deux autres survivantes, se sont mises en marche pour attaquer leur ennemi de toujours.

D’en haut les 3 déesses vont s’immiscer dans le conflit, par amour ou par haine…

L’issue sera tragique pour tout le monde.

 

La fantasy-écolo du premier volet laisse place, dans cette suite fort attendue, à une noirceur post apocalyptique teintée de shamanisme et de steampunk.

 

Si l’on regrettera des transitions narratives parfois un rien abruptes, on ne pourra que s’émerveiller devant les planches d’Antoine Carrion.

Il glisse subrepticement ici des influences manga à un trait plus dans la veine de celui d’un Alex Alice, notamment au niveau de certains protagonistes, tout en gardant sa personnalité à nulle autre pareille, magnifiquement rendue sur les doubles planches (et les illustrations bonus en fin d’album).

 

Graphiquement, probablement l’un des fleurons de la collection Métamorphose, aux cotés des Ogres-Dieux et autres Carmilla.

 

 

Bleu sang  /  Nils. Cyan  Vs.  Legacy

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? LEGACY

 

 

C'est de Qui ?  J. Kyd

 

 

La couv' 

Bleu sang  /  Nils. Cyan  Vs.  Legacy

 

Déjà entendu chez nous? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Jesper Kyd, après s’être fait la main sur quelques franchises de jeux vidéo aux notoriétés grandissantes – nous l’avons écouté chez nous sur les très réussis premiers volets d’Assassin’s Creed entre autres- se fait un petit plaisir dans la lignée de groupes comme Two Steps From Hell en sortant un album de pistes conçues comme des musiques de trailers.

 

Un souffle épique souffle sur l’ensemble de la galette, avec une prédilection pour les intros plutôt calmes qui monte rapidement dans les tours avec force envolées lyriques de cordes, thèmes massifs digne de blockbusters hollywoodiens et autres arrangements héroïques à base de chœurs enflammés.

 

Certes l’ensemble manque clairement de l’originalité qu’on avait pu trouver sur les Assassin’s Creed, mais pour de la fantasy grand spectacle à visuels époustouflants, ça en impose pas mal !

 

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
12 novembre 2017 7 12 /11 /novembre /2017 16:35

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : ELFES 18 - ALYANA

 

 

C'est de qui ? Peru – Bileau – Goux - Merli

 

 

La Couv': 

 

"N'est pas mort ce qui à jamais dort…" /  Elfes 18  Vs.  The Omen

 

Déjà croisés sur B.O BD? oui

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil

 

 

Une planche:

 

"N'est pas mort ce qui à jamais dort…" /  Elfes 18  Vs.  The Omen

 

Ça donne Quoi ? Cet album est une "abomination" (référence à Alya de Dune d'Herbert) : un croisement entre la sous-série des elfes blancs et les créatures du mythe de Cthulhu de Lovecraft… Détruisez-le vite sans l'ouvrir sous peine de cauchemars!!

 

Trêve de plaisanteries, cet album raconte la naissance d'Alyana, fille des elfes blancs Tenashep et Fall… mais rappelez-vous : Fall était possédé par la nécromancienne Lah'Saa au moment de la conception du bébé. D'où un bébé qui parle le jour de sa naissance et grandit aussi vite qu'une pousse de bambou. Dans les contes traditionnels, cela est souvent l'apanage d'un(e) futur(e) grand(e) héro(s/ïne) dont le rôle sera de vaincre des forces maléfiques… ou au contraire d'une créature particulièrement maléfique. Difficile de savoir de quel côté penchera Alyana.

 

Alyana sera aidée dans sa quête par La Poisse, un orkelin (métis orc-gobelin). Pas vraiment le genre de personnage que l'on a envie de croiser sur sa route.

 

Peru a-t-il fait une poussée de fièvre mythique en écrivant son scénario? J'en ai l'impression : créatures cauchemardesques, titans, destructions violentes… se retrouvent dans l'album. Mais la logique est respectée par rapport à l'influence de Lah'Saa.

 

Bileau et Goux ont réalisé quelques planches à 4 mains sans que cela nuise à la cohésion des graphismes adoucis ou violemment accentués par la colorisation de Merli.

 

Au final, c'est un album étrange qui tranche avec les précédents de la sous-série des elfes blancs mais qui ouvre des portes intéressantes sur le futur des Terres d'Arran.

 

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? THE OMEN

 

 

C'est de Qui ?  Jerry Goldsmith

 

 

La couv' 

 

"N'est pas mort ce qui à jamais dort…" /  Elfes 18  Vs.  The Omen

 

Déjà entendu chez nous? oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ça donne Quoi ? A album horrifique, musique horrifique.

 

La suite créée par Jerry Goldsmith à partir de sa BO du film The Omen (La malédiction en VF) sera le parfait pendant côté ouïe de l'album côté vue. Vos nerfs y résisteront-ils?

 

C'est pour cette BO que Jerry Goldsmith a obtenu son unique oscar de la meilleure musique de film. Il a détourné le code des grands chœurs liturgiques en créant une messe en latin (désolée, Fab, il y a des paroles mais elles ne devraient pas gêner la lecture).  Cette suite a tout d'un requiem pour orchestre symphonique et chœurs avec quelques stridences et dissonances alternant avec des parties doucereuses.

 

Avant cette BO, Jerry Goldsmith a composé pour des westerns, films d'aventures, de science-fiction, de guerre, d'horreur…  Il sait donc parfaitement comment jouer sur les nerfs des spectateurs avec un accompagnement adapté.    

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Gen

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags