13 juillet 2016 3 13 /07 /juillet /2016 14:37

 

 

 

Gen, la spécialiste Fantasy chez B.O BD revient pour vous sur une série importante du genre sur laquelle se sont succédés des artistes aujourd’hui majeurs dans le domaine, chaque semaine elle vous fera revivre les grandes heures d'une saga qui compte aujourd’hui 22 tomes.

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : LA GESTE DES CHEVALIERS DRAGONS.

 


C'est de qui : Ange au scénario, et, aux dessins: Varanda, Briones, Guinebaud, Paty, Paitreau, Démarez, Meddour, Ruizge, Guiton, Looky, Cossu, Vax, Palma, Sentenac, Boutin-Gagné, Alexe pour les histoires longues sans oublier le coloriste de la plupart de la série : Paitreau.

 

 

Des Couv':

 

Le dernier tome paru:

La Saga De L'été

Le Premier tome:

 

 

 

Déjà croisés sur B.O BD ? Pas mal d’entre eux oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? "Nul ne sait pourquoi les dragons apparaissent… Leur seule présence déforme la réalité… À mesure que le dragon grandit, vieillit, le voile maléfique croît comme des ronds à la surface d’un lac. Nous l’appelons le Veill. Le Veill tord les choses, transforme les animaux et les gens en êtres monstrueux… Seules les vierges ne sont pas rongées par le Veill. Seules les vierges peuvent approcher la bête pour la tuer"

 

Voilà pourquoi et comment ont été créés les ordres de chevaliers dragons. Seules les épées faites en écailles de dragon peuvent percer la carapace des dragons ou une hache faite avec du métal modifié par le Veill (voir le tome 21 : La faucheuse d'Ishtar qui est un recueil de courts récits).

 

 

 

Cela a commencé comme une série de fantasy classique où les preux chevaliers tueurs de dragon avaient été remplacés par de farouches vierges guerrières, indétectables par les créatures et pouvant donc les approcher au plus près et, si possible, les tuer.

 

La 1e était plus une amazone légèrement vêtue, dans le style des peintures de Frazetta que celui d'une jeune vierge à peine sortie du couvent. Puis l'imagerie a évoluée au gré des saisons (et des dessinateurs) et des lieux d'apparition des dragons ou des conflits impliquant les ordres.

 

La série s'est assez rapidement écartée de la simple opposition des dragons aux guerrières pour introduire les attaques des créatures générées par le Veill, hélas souvent des humains transformés en sortes de goules monstrueuses.

 

Puis le contexte de cet univers s'est affiné avec les rivalités entre les ordres et les chefs des divers états, même si, officiellement," l'ordre ne se mêle pas de politique" (voir tome 4 : Brisken). En particulier, les conflits entre l'Empire et l'ordre de Messara reviendront plusieurs fois, mais  aussi  ceux avec les ordres religieux dominés par les hommes qui n'apprécient pas vraiment de devoir faire appel à des femmes sorties du statut féminin normal (selon eux).

Un personnage du tome 9 les décrit ainsi : « un ordre exclusivement féminin, composé d’illuminées frigides… qui se mêle de toutes les affaires du pays… dont l’influence financière devient insupportable et dangereuse… »

 

 

 

Une bonne partie des hommes intervenant dans les albums sont assez abominables. S'ils ne sont pas devenus fous à cause du Veill, ils sont soit des guerriers ne supportant pas de s'être fait "voler la vedette" par des femmes, soit des politiques qui ont peur de la puissance guerrière et financière de l'ordre et font tout pour le briser.

 

Heureusement plusieurs personnages masculins  ont des personnalités lumineuses qui compensent un peu la médiocrité des autres.

Et, en plus, n'allez pas idéaliser les chevaliers dragons : elles ont aussi leur part de folles dangereuses, de manipulatrices, de politiciennes sans cœurs et sans âmes.

 

 

 

Ange, scénariste bicéphale à demi-féminin et à demi-masculin, excelle à raconter la complexité des relations entre hommes et femmes face aux menaces variées du monde qu'il a créé : dragons destructeurs, mutations plus ou moins dramatiques liées au Veill, complots politiques, oppression religieuse, guerres entre états ou entre l'Orient et l'Occident. Petit à petit il nous a montré une société civile aux mœurs différentes selon les secteurs : pratique de l'esclavage ou non, peuples sédentaires ou nomades, riches cités indépendantes ou petits états ou grands empires…  

 

Nous en resterons là pour aujourd’hui. La suite viendra avec des groupements de tomes assemblés par ordre chronologique plutôt que de parution parce qu'Ange n'avait pas vraiment facilité les choses aux lecteurs : les tomes ayant paru sans souci d'une « time line » quelconque, ce qui avait incité ainsi les amateurs à chercher une chronologie logique.

Magnanime, Ange en a enfin révélé une qui est maintenant donnée en pages de garde finales des albums. Même si j'ai des doutes sur 1 ou 2 tomes par rapport à leur place.

 

 

Voici la liste selon la chronologie :

14 – La première

6 - Par-delà les montagnes

4 – Brisken

9 - Aveugles

1 – Jaïna

3 – Le pays de non vie

5 – les jardins du palais

2 – Akanah

19 – L'antidote

12 - Ellys

13 – Salmyre

8 – Le chœur des ténèbres

7 – Revoir le soleil

22 – La porte du nord

16 – La déesse

10 – Vers la lumière

11 – Toutes les mille et une lunes

14 – La première

15 – L'ennemi

17 – Amarelle

18 - Arsalam

20 – Naissance d'un empire

Hors chronologie : tome 21 – La Faucheuse d'Ishtar et tome HS = Les contrées du Levant

 

 

 

 

---------------------------------

 

 

Une chronique de Gen

Repost0
25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 09:35

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : DEMI- SANG

 


C'est de qui : Hubert & Gatignol

 

 

La Couv':

Demi Sang et Totale réussite  /  Demi-Sang  Vs  Barry Lyndon

Déjà lus chez nous? Oui

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Vous vous souvenez probablement de Petit, un album entre contes traditionnels et fantasy, qui m’avait littéralement enchanté lors de sa sortie, fin 2014. Tenant – avec un peu de retard- la promesse qu’il avait faite l’année d’après, Gatignol, son dessinateur, a enfin terminé le second tome de la série Demi-Sang.

 

Ce n’est pas une suite du précédent puisque cet album nous raconte la destinée de Yori, un humain batârd non reconnu par son noble de père, qui va se hisser parmi les grands de ce monde, au propre comme au figuré car c’est en entrant au service des Ogres qu’il connaîtra richesse et succès (et, évidemment, plus dure sera la chute).

 

Si vous avez lu Petit, vous reconnaitrez le héros de ce nouvel album puisqu’on l’y croisait déjà, et la vision de certains faits communs du point de vue des humains est des plus intéressantes.

 

 

 

 

 

La narration mélange à nouveau BD traditionnelle et pages de textes (pour les flashbacks et autres descriptions de personnages) et le dessin, en noir et blanc, est toujours aussi fin et racé, empruntant à l’animation voire même parfois aux mangas pour illustrer cette ambiance gothico-médievale de fort belle manière.

 

Avec un univers aussi riche, et avec des albums dont le fond n’a d’égale que la forme (comme souvent dans a collection Métamorphoses), gageons que, si la réussite commerciale rejoint la critique, la série des Ogres-Dieux n’a pas fini de nous émerveiller en faisant la richesse d’un genre pourtant déjà bien exploité en BD.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? BARRY LYNDON

 

 

C'est de Qui ?   Divers

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu chez B.O BD ? Oui.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Les similitudes entre les deux univers, celui du film et celui du second tome des Ogres-Dieux, étaient trop évidentes pour ne pas être rapprochées.

 

Vous vous doutez de l’osmose obtenue, la « B.O » du plus beau film de Kubrick (ce qui n’est pas peu dire vous en conviendrez) étant une sélection sans fautes impressionnante de pièces du répertoire classique, de la solennelle et majestueuse Sarabande de Haendel aux cordes imposantes, à la beauté triste du Trio pour piano e Mi mineur de Schubert chaque morceau trouve sa place dans les mésaventures de notre parvenu, même les plus légers Piper Maggot’s Gig ou British Grenadiers, quoiqu’un brin décalés ont fait leur petit effet.

 

Un week-end qui ne pouvait pas mieux commencer n'est-ce pas?!

 

 

----------------------------------

 

Une Chronique de Fab

Repost0
16 juin 2016 4 16 /06 /juin /2016 07:37

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : DURANGO. JESSIE.

 


C'est de qui   Swolfs & Iko

 

 

La Couv':

Panorama du Western  /  Durango. Jessie   Vs.  Colorado

Déjà croisés sur B.O BD? Oui pour le scénariste

 

 

Une Planche:

 

 

C’est édité chez Qui ?  Soleil

 

 

Ça donne Quoi ? Dix septième album pour Durango, qui fête tout de même ses 35 ans cette année. Depuis une dizaine d’année (et trois tomes) Swolfs a laissé la partie graphique à Girod, se concentrant sur les scénarios. Changement de casting puisque c’est l’italien Iko, dont le trait sauvait littéralement la série Ténèbres de Bec, qui reprend les rênes au dessin. Son style ultra détaillé et réaliste est tout à fait adapté à la direction qu’a pris la série, et, même si, couplé à la colo de Stéphane Paitreau, l’ensemble reste assez attendu, le résultat en impose avec un quasi sans fautes.

 

Coté scénario on est également dans le classicisme, et c’est un euphémisme, Swolfs privilégiant les formules ayant fait leurs preuves : association de malfaiteurs, bad guys manichéens, héros monolithique et femme fatale retorse…rien de bien nouveau sous le soleil pour un tome auto-conclusif qui plaira plus aux amateur hardcore du genre (qui seront contents de retrouver Eastwood et Henry Fonda sous les traits respectivement de notre héros et du chef de gang) qu’à ceux plus regardants.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? COLORADO

 

 

C'est de Qui ? E. Morricone

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu chez nous? Souvent.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Nul doute que la présence de Lee Van Cleef et, surtout, de Morricone à la baguette a fait beaucoup pour la réussite de ce western spaghetti écrit et réalisé par Solima, dans la grande tradition de ses illustres prédécesseurs léoniens.

 

Pour cette histoire de traque impitoyable, le compositeur transalpin mise sur les recettes qui ont prouvé leur efficacité : thème imparable joué parfois par différents instruments, pistes courtes mais efficaces, tension et mélodie, chœurs lyriques  employés de façon surprenante, cuivres étincelants, guitare inspirée …tout l’attirail du maestro est de sortie et le résultat est un modèle du genre.

 

Une B.O qui figure dans le top 10 des réalisations de Morricone et qui, si parfois un brin grandiloquente pour ce nouvel épisode de Durango, est cependant évidente à d’autres.

 

 

----------------------------

 

Une chronique de Fab

Repost0
6 juin 2016 1 06 /06 /juin /2016 15:06

 

 

Retrouvez, après la chronique, l'interview "Musique et BD" d'Antoine Carrion, le dessinateur de Nils.

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : NILS. LES ELEMENTAIRES

 


C'est de qui : Hamon et Carrion

 

 

La Couv':

Conscience fantasy  /  Nils  Vs.  Percy Jackson

Déjà croisés chez nous? Pas le scénariste, par contre on a du croniquer la quasi totalité de ce qu’a fait le dessinateur.

 

 

C’est édité chez ? Soleil

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Alors que leurs terres, autrefois riches, restent aujourd’hui désespérément stériles, Ruben, accompagné de son jeune garçon Nils, partent vers l’Est afin d’essayer de comprendre ce mystère. Ils vont bientôt découvrir des contrées désolées et une immense foret où une tribu de femmes guerrière résiste à un envahisseur doté d’une technologie aussi stupéfiante que dangereuse.

 

Au fil des albums, Antoine Carrion, l’ex Tentacle Eye a peaufiné son trait et a bonifié son style qui a évolué de manière indéniable. Sur ce premier tome de Nils récit de science fantasy (c’est histoire de situer un genre plus qu’autre chose n’est ce pas) très avenante, il a une fois encore franchi une nouvelle étape.

 

 

Le scénario de Jérome Hamon, où se télescopent avec bonheur de multiples influences (outre le clin d’œil au Princesse Mononoke, de Miazaki, on notera des réminiscences de fantasy plus classique et de légendes diverses –Amazones, vikings,…- toutes fort bien digérées), lui donne l’occasion de livrer un quasi sans fautes et de donner par la même occasion à la série une vraie personnalité.

 

La collection Métamorphose s’enrichit d’une nouvelle petite pépite.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? PERCY JACKSON AND THE LIGHTNING THIEF

 

 

C'est de Qui ? Christophe Beck

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu chez nous ? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si avant cette B.O Beck n’avait jamais, à proprement parler, mis en musique de fantasy, ses compositions pour le premier volet de la franchise Percy jackson ne s’en ressent pas. Evitant l’écueil John Williams/Harry Potter (dont la série Percy jackson est semble-t-il un « suiveur ») pour mieux s’échouer, au moins en partie, sur ceux de Goldsmith ou de David Arnold, Beck renoue avec la B.O grand spectacle du film de genre, souvent trop connotée pour être vraiment originale mais écrite avec assez d’application et de variété pour accrocher l’oreille.

 

De cuivres vrombissant à des cordes haut perchées, renforcées par des rythmiques souvent maousses, les presque 2 heures de musique de Percy Jackson possèdent assez de thématiques différentes pour coller aux ambiances de Nils, même si les faux airs de « déjà entendu » gêneront peut être un peu les mélomanes/cinéphiles.

 

 

--------------------------------------

 

 

Bonjour Antoine et merci d’avoir accepté de te prêter au jeu du questionnaire croisé B.O/BD.

 

 

Commençons par un classique :

 

 

Tes Cinq Cd de chevet ?

 

  • Massive Attack : mezzanine
  • Prodigy : the fat of the land
  • Portishead : dummy
  • Iam : l’école du micro d’argent
  • Ella Fiztgerald : pure ella

 

 

 

Et tes Albums de Bd ?

 

  • Akira
  • Calvin et hobbes
  • Ghost in the shell
  • Toppi
  • Manara

 

 

 

 

Les influences et les goûts :

 

 

Une musique de film qui t’a marqué, que tu affectionnes particulièrement (indépendamment du film) ?

 

 

La Gloire de mon Pere

 

 

 

Qui sont tes maîtres à penser en BD, ceux qui t’ont donné envie d’en faire, quelles sont tes influences ?

 

 

Otomo, Manara, Prado

 

 

 

Ton travail :

 

Ecoutes tu de la musique quand tu écris/dessine, et plutôt quoi ?

 

De tout.

 

 

Ce sur quoi tu travailles actuellement, tes prochains projets (si tu as la liberté de les évoquer bien sûr) ?

 

Les deux prochains tomes de Nils.

 

 

 

Et si…

 

 

…en lieu et place de la Bande Dessinée tu avais fait de la musique tu aurais été qui, tu aurais joué quoi ?

 

J’aurais joué du violoncelle !

 

 

Encore un grand merci pour tes réponses, et au plaisir de te retrouver dans les pages de Bandes Originales Pour Bandes Dessinées ! 

 

 

 

----------------------------

 

 

Une chronique et une interview réalisées par Fab

Repost0
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 07:31

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : L’HERBIER SAUVAGE

 

 

C'est de qui ? F. Vehlman et Chloé Cruchaudet

 

 

La Couv':

Plantes vénéneuses  /  L'Herbier Sauvvage  Vs.  I Wanna Do Something Freaky To you

Déjà lus dans le coin? Oui, tous les deux.

 

 

C’est édité par ? Soleil.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Je ne vous cache pas que je me suis intéressé à L’Herbier Sauvage sur les noms de ses deux auteurs, dont j’apprécie énormément le travail séparément et que j’étais donc plus que curieux de découvrir ensemble.

 

J’en ai été quelque peu pour mes frais à la découverte du résultat qui s’avère en fait ne pas être un album de BD mais plus une suite de témoignages sur la sexualité de parfaits inconnus, recueillis par Fabien Vehlman et complétés, de temps à autre, par de fort belles illustrations de Chloé Cruchaudet, visiblement inspirée par le sujet.

 

Cela étant les histoires compilées si elles sont souvent très crues ne tombent jamais dans le salace ou le voyeurisme, et sont même parfois très touchantes. Peut être qu’un traitement à la Première Fois, paru il y a quelques années chez Delcourt m’aurait plus parlé.

En l’état, L’Herbier Sauvage est un album hors-norme et des plus original qui, une fois de plus, vaut le coup d’œil, ne serait-ce que pour la maestria graphique de la dessinatrice.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi? I WANNA DO SOMETHING FREAKY TO YOU

 

 

C'est de Qui ? Leon Haywood

 

 

La couv' 

 

 

Déjà croisé sur le site? Non

 

 

On peut écouter?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Vous connaissez très probablement la mélodie de ce morceau hyper sensuel de Leon Hayward (qui nous a quitté le mois dernier à l’âge de 76 ans) vu qu’elle a été largement samplée par une clique de rappeurs des années 90,  Dr Dre en tête, pour son Nothing but a G thang.

 

Sorti au milieu des années 70, I Wanna do Something Freaky To You fût un success instantané, un brûlot de funk langoureux et moite où les riffs de guitar saturée répondent aux cris d’orgasme d’une voix feminine, le tout emballé par le groove imparable et la voix de Hayward.

Une bande-son des plus en phase avec le sujet de l’Herbier Sauvage.

 

 

------------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags