28 avril 2019 7 28 /04 /avril /2019 07:38

 

 

Triste coincidence de l'actualité, alors que je finissais de taper la chronique de cette suite de Lone Wolf And Cub - manga majeur du genre, voire oeuvre incontournable du 9° Art- j'ai appris la disparition de son génial scénariste, Kazuo Koike.

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  NEW LONE WOLF AND CUB

 

 

C'est de qui ? K. Koike & H, Mori

 

 

Une Couv':

 

Le Retour du Louvetau  /  New Lone Wolf And Cub  Vs.  Goyokin

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour Koike.

 

 

Une planche:

 

 

Le Retour du Louvetau  /  New Lone Wolf And Cub  Vs.  Goyokin

 

 

Ca donne Quoi ? Je vous avoue être resté sceptique en découvrant ce « nouveau » Lone Wolf and Cub, suite écrite plus de vingt ans après le dernier volume de la série du même nom, œuvre majeure du manga, voire de la BD en général.

 

En effet, une précédente variation futuriste, parue chez dark Horse, s'était révélée des plus décevante et, même si celle qui nous intéresse aujourd'hui est scénarisée par l'auteur de la série originale, il était légitime de se demander si l'entreprise n'était pas essentiellement lucrative.

 

Les trois premiers tomes invalident rapidement ce mauvais pressentiment ; Koike cherche clairement à se renouveler en recentrant son scénario sur Daigoro, fils du héros décédé de Lone wolf and Cub. Si l'on retrouve une sorte de « duo père-fils », Togo Shigetada le nouveau protagoniste principal, si pas aussi charismatique qu'Ogami Itto est cependant plus attachant (en même temps on avait découvert Ogami Itto lors d'une scène où il présentait à son fils de 2 ans un sabre et une balle en lui expliquant que s'il choisissait la balle il mourrait, coté sympathie on fait mieux !)

 

Le Retour du Louvetau  /  New Lone Wolf And Cub  Vs.  Goyokin

 

Si la partie graphique, assurée par Mori, n'a pas à rougir de la comparaison avec son illustre prédécesseur (déjà décédé à l'époque de cette reprise), elle n'est pourtant pas aussi flamboyante et le découpage est peut être un peu moins cinématographique.

 

Là où cette nouvelle mouture pêche un peu c'est coté intrigue, avec une multiplication des camps en présence et des trahisons à tiroir, et une certaine lourdeur de lecture due à l'emploi quasi continu – dans la traduction en américain- de termes japonais obligeant à d'incessants aller -retour avec le lexique en fin de volumes.

 

Au final, les amateurs de Lone Wolf and Cub apprécieront de lire une «suite au chef d’œuvre d'origine même si il ne faut pas s'attendre à retrouver la même maestria.

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : GOYOKIN

 

 

C'est de qui ? Masaru Sato

 

 

La Couv':

 

 

Le Retour du Louvetau  /  New Lone Wolf And Cub  Vs.  Goyokin

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Goyokin qui, entre autre choses, amena pas mal de changements techniques et idéologiques dans le film de sabre, est mis en musique par le collaborateur habituel du grand Akira Kurosawa, Masaru Sato.

 

L'histoire se déroule à une époque proche de celle de New Lone Wolf And Cub et le personnage principal est également un samouraï errant au grand cœur ; par pas mal d'aspects, le film fait penser aux westerns spaghettis de l'époque et sa musique n'est pas en reste.

En effet, si l'on excepte les instruments traditionnels, finalement assez peu présents, tout, dans la rythmique comme dans les thématiques, fait penser aux B.O italiennes du genre, celle du maestro Morricone en tête.

 

Il est clair que Sato a disposé de plus de libertés ici que sur ses travaux avec Kurosawa et le résultat, hybride au possible, est assez saisissant parfois sur cette nouvelle série riche en scènes chocs.

 

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
24 mars 2019 7 24 /03 /mars /2019 08:46

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LES MONTAGNES HALLUCINEES 2

 

 

C'est de qui ? G. Tanabe

 

 

La Couv':

 

Un week end avec Lovecraft  2 /  Les Montagnes Hallucinées 2  Vs.  Wozzeck

 

 

Déjà croisé chez nous? Oui

 

 

Une planche:

 

 

Un week end avec Lovecraft  2 /  Les Montagnes Hallucinées 2  Vs.  Wozzeck

 

Ca donne Quoi ? Les explorateurs Dyer & Danforth sont partis sur les traces des membres disparus de l’expédition; ils se retrouvent dans une immense et incroyable cité antédiluvienne dont l’exploration révèlent, notamment via des bas reliefs et autres sculptures, l’existence de races monstrueuses inconnues des hommes.

 

Leur quête de savoir va les pousser à explorer l’intérieur de la cité et ce qu’ils y découvrent changera leur vie à jamais !

 

Second volet de l’adaptation virtuose du Maître de Providence par Gou Tanabe qui a su faire preuve d’une maestria graphique impressionnante et qui a trouvé le juste milieu entre récitatif et suspense avec des scènes finales fortes en tension.

 

Mention spéciale à la présentation du bouquin avec sa couverture façon cuir (comme le Necronomicon !) même si je persiste à penser qu’un format bien plus grand aurait permis d’apprécier à leur juste valeur les dessins aux multitudes de détails.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :WOZZECK

 

 

C'est de qui ? H. Trantow

 

 

La Couv':

 

Un week end avec Lovecraft  2 /  Les Montagnes Hallucinées 2  Vs.  Wozzeck

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Adaptation teutonne obscure du Woyzeck de Büchner, ce long métrage d'après guerre mérite néanmoins d'être redécouvert ne serait-ce que pour ses qualités graphiques, son message philosophique (si, si!) sa mise en scène, ou, vous l'auriez compris, sa musique.

 

Supérieur en bien des points à la version de Herzog, ce Wozzeck évoque le destin d'un soldat simple d'esprit qui accepte de faire le cobaye et qui finira jugé et exécuté pour le meurtre passionnel de sa fiancé.

 

Trantow, dont je n'ai trouvé aucune bio si ce n'est une filmographie remplie de films allemands inconnus, insiste autant sur le coté tragique que sur l'aspect philosophique du scénario.

Il construit une tension crescendo à base de lignes de vents, de roulements de percussions, de vibratos de cordes et autres procédés propres à la musique classique qu'il adapte avec réussite à l'illustration musicale.

 

Peu de vrais moments de frayeur ici mais assez pour souligner les passages les nécessitant dans ce second volet des Montagnes Hallucinées pour lequel, le reste du temps, le Wozzeck de Trantowfait un « underscore » intéressant.

 

 

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
25 novembre 2018 7 25 /11 /novembre /2018 08:56

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LES MONTAGNES HALLUCINÉES

 

 

C'est de qui ? Gou Tanabe

 

 

La Couv':

 

 

Week-end Lovecraft  /  Les Montagnes Hallucinées  Vs.  The Thing

 

Déjà croisés sur le site? Oui

 

 

Une planche:

 

Week-end Lovecraft  /  Les Montagnes Hallucinées  Vs.  The Thing

 

Ca donne Quoi ? Au début des années 30 des scientifiques de l'université Miskatonic partis explorer l'Antarctique perdent le contact avec une équipe ayant fait une découverte extraordinaire.

Quand le campement est retrouvé, c'est l'horreur : corps et squelettes de toutes parts, équipement et tentes saccagés... qu'a t-il pu arriver aux explorateurs ?

 

Les Montagnes Hallucinées, un des textes les plus marquants de Lovecraft, renaît à la sauce manga et le moins que l'on puisse dire c'est qu'il a bon Gou(t) (oui, désolé, j'ai hésité à la faire pourtant!)

Si nombre d'adaptations du maître de Providence ont vu le jour en BD, peu ont la force évocative de celle de l'auteur japonais.

 

Il s'était déjà frotté à Lovecraft il y a une dizaine d'années, le temps d'une nouvelle, et j'ai pu, en comparant les deux œuvres, apprécier l'évolution impressionnante de son style graphique et de son sens de la narration. Tanabe rend à merveille l'ambiance anxiogène du texte d'origine et ses paysages sont à couper le souffle parfois.

 

Si l'on peut peut être regretter une poignée de pages qui font un peu remplissage et, donc, le découpage de l'oeuvre en deux tomes, le reste est tout bon, sur le fond comme la forme, jusqu'à la couverture en faux cuir du plus bel effet.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : THE THING

 

 

C'est de qui ? E. Morricone

 

 

La Couv':

 

Week-end Lovecraft  /  Les Montagnes Hallucinées  Vs.  The Thing

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Sorti le même week end que le E.T de Spielberg et descendu en flammes par la critique, The Thing de Carpenter n'a atteint son statut de film culte que bien des années après son premier passage sur grand écran.

 

Avec un scénario qui n'est évidement pas sans faire penser à celui des Montagnes Hallucinées, se déroulant dans un huis clos quasi idéal (comme entourage, à part l'île déserte ou une lointaine planète on fait difficilement mieux dans le genre!), le film est également doté d'un budget plus conséquent que sur les longs précédents du réal, ce qui permet à celui ci de ne pas avoir à assurer la partie musique (il y reviendra vite cela étant) et de se payer même le luxe d'embaucher le maestro Morricone.

 

De façon pour le moins inhabituelle, le compositeur italien opte pour une approche des plus minimaliste avec des cordes en nombre réduit, des nappes de synthés, des traitements électroniques et autres bruitages aux effets angoissants, et des thèmes finalement assez impersonnels.

 

Si l'atmosphère de terreur est plutôt bien rendue, on pourra regretter que le score ne soit pas plus original (et qu'il ait même plutôt mal vieilli) mais on se délectera de certaines pistes à la froideur qui n'a d'égale que celle des paysages des Montagnes Hallucinées.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
5 novembre 2018 1 05 /11 /novembre /2018 15:14

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LASTMAN 11

 

 

C'est de qui ? Vivès, Sanlaville, Balak

 

 

La Couv':

 

Un (avant) dernier pour la route  /  Lastman 11  Vs.  Ghoulies

 

Déjà croisés sur le site? Oui sur les précédents.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Casterman

 

 

 

Une planche:

 

Un (avant) dernier pour la route  /  Lastman 11  Vs.  Ghoulies

 

 

Ca donne Quoi ? Elorna plonge sans hésiter dans le vortex qui la conduira à la Vallée des Rois, rapidement suivie par Adrian. Mais une fois sur place les deux jeunes gens ne vont pas se retrouver immédiatement mais vont par contre réaliser l’ampleur des dégâts causés par Howard dans sa quête folle pour ramener Marianne à la vie.

 

De son coté Richard a fort à faire avec la horde de créatures gigantesques qui déboulent des failles et ne doit son salut qu’aux flics de Tommie et au pouvoir immense de Cristo qui se souvient enfin de qui elle est et de son passé commun avec Aldana.

 

Les pièces sont en place pour une conclusion qui s’annonce aussi épique que possible.

Avec cet avant dernier volet, le trio d’auteurs confirment que la qualité et le plaisir restent au rendez-vous tout du long d’une série ultra-référentielle mais en même temps très originale et personnelle.

Notons qu’avoir vu la série animée dérivée apporte un plus au scénario surtout dans ces derniers chapitres.

 

2019 sera triste puisqu’en plus de la fin de Game Of Thrones elle marquera également celle de Lastman !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :GHOULIES

 

 

C'est de qui ? R. Band

 

 

La Couv':

 

Un (avant) dernier pour la route  /  Lastman 11  Vs.  Ghoulies

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Bon sang ne saurait mentir, avec un papa producteur et un frangin réalisateur, tous deux de films d'horreur, le petit Richard, plus attiré par la musique, ne pouvait que se spécialiser dans les films d'épouvante de séries B. Ce qu'il fera avec régularité pendant 20 ans avec quelques moments de gloire que les amateurs connaisseurs chérissent (Re Animator et autre Puppet Master -il en fera cinq!- en tête)

 

Cela dit, quand il ne versait pas dans le tout électronique avec force synthés (probablement plus par restrictions budgétaires que par choix, quoique, rappelons que nous évoquons les -peu- glorieuses années 80), Richard Band savait mettre à contribution un orchestre avec efficacité.

 

J'en veux pour preuve la B.O de ce Ghoulies où, entre deux passages d'action musclée on a droit à des pistes pleines de suspens directement inspirées des travaux d'illustres prédécesseurs (James Bernard, Herrmann,...).

 

Alors c'est vrai que certains passages ne collent pas sur ce onzième Lastman, mais ils sont rares et largement rattrapés par le reste qui fait une illustration décalée à ce festival de bastons contre grosses bestioles et autres sorcellerie nécromancienne !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
25 septembre 2018 2 25 /09 /septembre /2018 16:02

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : LE SIGNE DES RËVES 1

 

 

C'est de qui ? Naoki Urasawa

 

 

La Couv':

"Gentils" escrocs  /  Le signe des rêves Vs.  Le Chateau de Cagliostro

 

Déjà croisés sur BO BD ? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Futuropolis / Louvre éditions

 

 

Une planche:

 

"Gentils" escrocs  /  Le signe des rêves Vs.  Le Chateau de Cagliostro

 

Ça donne Quoi ? J'aime beaucoup la collection conjointe entre Futuropolis et Louvre éditions. En toute sincérité, je ne les ai pas tous apprécié ou compris, mais la vision des différents auteurs sur une ou plusieurs œuvres exposées au Louvre est toujours intéressante.

 

Ici Naoki Urasawa s'est plus particulièrement intéressée à un célèbre tableau de Vermeer : La dentellière… et à une sculpture égyptienne : Sementaouy et de son épouse Rouiay. J'avoue avoir eu un peu de mal à trouver le nom de la sculpture qui n'est cité à aucun moment même en fin d'album.

 

Du coup, j'ai trouvé quelques informations intéressantes sur la série. La plus intéressante concerne le personnage principal (selon moi) de l'escroc qui est une reprise d'un personnage très célèbre au Japon : Iyami du manga Osomatsu-kun de Fujio Akatsuka. Les expressions répétitives, le bagout, le nœud papillon, les dents en avant sont caractéristiques du personnage ainsi que sa soi-disant connaissance de la France… et sa pratique du français.

 

Pour moi, le personnage le plus intéressant, à part l'escroc, est la petite Kasumi qui a bien les pieds sur terre contrairement à son père Takashi. Et peut-être le jeune pompier Michel qui, apparaissant en fin d'album, n'a pas eu pour le moment un rôle primordial.

 

Ce ne sera sans doute pas mon préféré de la collection, mais j'attends le 2e tome pour en être sûre.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? LE CHÂTEAU DE CAGLIOSTRO

 

 

C'est de Qui ? Yūji Ōno

 

 

La couv' 

 

"Gentils" escrocs  /  Le signe des rêves Vs.  Le Chateau de Cagliostro

 

Déjà entendu chez nous? oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ça donne Quoi ? Difficile de trouver des informations sur le compositeur japonais Yūji Ōno à part le fait qu'il a composé pour des animes (dont certains bien connus des spectateurs du club Dorothée).

 

Il compose une musique très jazzy sans doute influencée par son expérience de pianiste jouant en trio avec le bassiste tchèque Miroslav Vitous et le batteur américain Lenny White… trio unissant 3 continents!

 

La musique composée pour le film de Hayao Miyasaki est plutôt douce et rêveuse au début (nostalgie oblige) avec un beau solo de clarinette, puis un peu plus mouvementée avec une samba très "brésilienne" avant de finir avec un tempo plus calme et des violons un rien dégoulinants.

 

Tout à fait le genre de musique de fond ne perturbant pas une lecture…

 

 

---------------

 

 

Une Chronique de Gen

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags