14 septembre 2017 4 14 /09 /septembre /2017 09:09

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  KENNEL BLOCK BLUES

 

 

C'est de qui ? Ferrier, Bayliss & Metcalf

 

 

La Couv':

 

Comme chiens et chats  /  Kennel Block Blues  Vs.  Fritz The Cat

 

Déjà croisé dans le coin? Non

 

 

 

C’est édité chez qui ? Ankama

 

 

 

Une planche:

 

 

Comme chiens et chats  /  Kennel Block Blues  Vs.  Fritz The Cat

 

Ca donne Quoi ? Le concept aussi original que saugrenu derrière Kennel Block Blues c’est un peu  Oz, la série TV qui se déroule en prison,  transposée dans un…chenil, et adaptée en comédie musicale ! Le tout évidement avec une certaine dose de second degré.

 

Oliver, le bon toutou enfermé par erreur à Jackson n’arrive tellement pas à assimiler la violence de son nouveau foyer qu’il s’évade dans un monde de chansons et de danses qui, s’il étonne ses codétenus, les irrite aussi passablement.

 

Avec les quelques amis qu’il va parvenir à se faire, et face à la menace constante du gang adverse des chats, Oliver n’a plus qu’une alternative : se faire la malle !

 

Ce n’est pas un hasard si le scénariste de cette série a bossé sur l’adaptation en comics de Sons Of Anarchy, on retrouve dans Kennel Block Blues la violence inhérente aux gangs de l‘univers des bikers dans laquelle il a eu la bonne idée d’insuffler une bonne dose de déconne.

 

Si l’histoire est parfois un peu bavarde, elle retourne plutôt bien les poncifs du genre et est servie par un dessin qui alterne bien entre le glauque de l’univers carcéral et le délire cartoony des passages fantasmés par le héros.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : FRITZ THE CAT

 

 

C'est de qui ? Ed Bogas et Ray Shanklin

 

 

La Couv':

 

 

Comme chiens et chats  /  Kennel Block Blues  Vs.  Fritz The Cat

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Ralph Bakshi, avant de se spécialiser dans la Fantasy animée, fricotait avec le politiquement correct, notamment sur son premier long, tiré du comics culte de Robert Crumb (même si les deux artistes eurent quelques désaccords sur le film) Fritz The Cat.

 

Sorti au tout début des années 70, premier dessin animé a être classé X (bon après c’est l’Amérique puritaine qui jugeait n’est ce pas), le film a gardé pas mal du coté provoc’ du comics ; coté B.O, au milieu d’une poignée de chansons rock et funk de l’époque (pas forcément connue et ce n’est pas plus mal), Ed Bogas et Ray Shanklin composent une musique dans l’air du temps où orgue hammond, guitares électriques pleines de disto aux cocottes à faire palir un Isaac Hayes et autres rythmique funky rythment les errances turbulentes du félin politiquement peu correct.

 

C’est assez groove et old school pour mettre l’accent sur l’aspect décalé et déconnant de Kennel Block Blues qui en devient du coup quasiment fun à lire.

 

 

 

---------------

 

 

Une Chronique de Fab

Repost 0
12 juin 2017 1 12 /06 /juin /2017 15:17

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : HEARTBREAKER

 

 

C'est de qui ? Run, Tran, Hasteda, Llovet…

 

 

La Couv':

 

Le retour de la suceuse... de sang  /  Doggybags présente Heartbreaker  Vs. The Lords of Salem

 

Déjà lu chez nous? La plupart oui.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Ankama

 

 

 

Le retour de la suceuse... de sang  /  Doggybags présente Heartbreaker  Vs. The Lords of Salem

 

Ca donne Quoi ? Doggybags est mort, vive Doggybags ! Alors que les cendres de la série de courts récits d’horreur ne sont pas encore froides voici que déboule ce Heartbreaker (estampillé « DoggyBags Présente ») qui n’est rien moins que la suite du volume 6, celui co-scénarisé par l’ex actrice de films de b... pour adultes, Céline Tran.

 

On retrouve donc notre héroïne sanglante qui part pour Frisco afin de se venger de Karl qui a fait d’elle un vampire.

 

3 récits aux graphismes dans l’esprit de feu la série mère, influencés manga, indés,  ou plus design (Bad Blood) … coté scénars également on est dans la pure veine Doggybags, à savoir action/épouvante/sexy ; les aficionados qui se lamentaient de ne plus avoir leur dose seront jouasses, les autres pourront faire comme votre serviteur, prendre ce nouvel Heartbreaker comme ce qu’il est : une série B craspec qui s’assume, idéal pour une lecture estivale.

 

 

 

 

Le retour de la suceuse... de sang  /  Doggybags présente Heartbreaker  Vs. The Lords of Salem

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? THE LORDS OF SALEM

 

 

C'est de Qui ? John 5

 

 

La couv'

 

Le retour de la suceuse... de sang  /  Doggybags présente Heartbreaker  Vs. The Lords of Salem

 

 

 

Déjà entendu sur le site? Pas sur.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Quand l’exubérant leader de White Zombie se met derrière une caméra (et écrit des scénars) on se doute qu’il ne va pas nous faire un remake de Madame Bovary.

 

De là à tomber dans le film d’épouvante lambda pas très innovant (et, surtout, qui se répète !) il n’y a qu’un pas que ce bon vieux Rob franchit à chaque fois, donnant le premier rôle à sa charmante femme mais ô combien mauvaise actrice.

 

Pour cette version cheap du mythe de Salem, éculé s’il en est, c’est au guitariste de Marylin Manson que notre Zombie préféré fait appel pour la bande son.

 

Et je dis bien bande « son » car sur la plupart des pistes, John 5 a opté pour un environnement sonore fait de larsens et autres effets distordus,  secondés par une rythmique marteau piqueur qui n’est pas sans rappeler les premiers (et moins originaux) des albums de son ex-compère androgyne.

 

L’atmosphère voulue, un sentiment de malaise tenace, est néanmoins bien présente et les quelques chansons pop-rock disséminées dans la B.O (un peu de Velvet, un Springsteen) ne parviennent pas à l’adoucir ; et c’est tant mieux car les suceurs de sang de Heartbreaker ne sont pas la pour déconner !

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost 0
12 mai 2017 5 12 /05 /mai /2017 13:02

 

 

 

 

LA BD

 

 

 

C'est quoi : OMS EN SERIE 3.

 

 

C'est de qui ? Jean-David Morvan & Mike Hawthorne, d'après Stefan Wul

 

 

La Couv':

 

Je ne suis pas un animal, je suis un Om!!  /  Oms en série 3 vs Star Trek IV Retour sur Terre

 

Déjà croisé sur le site? oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Ankama

 

 

Une planche:

 

Je ne suis pas un animal, je suis un Om!!  /  Oms en série 3 vs Star Trek IV Retour sur Terre

 

Ca donne Quoi ? Fin de l'adaptation du roman de Stefan Wul Oms en série. Tiwa, la jeune draag qui avait choisi Terr, a décidé de venir le voir. Elle l'aide à convaincre les draags de ne pas s'attaquer aux oms suite à une démonstration d'explosion d'une bombe. Le peuple draag vit en paix depuis si longtemps qu'il a oublié les dégâts que peut causer une arme de destruction massive. Ce tir de démonstration suffit donc à d'arrêter immédiatement la guerre avec les oms…

 

La fin de la trilogie est digne des 2 premiers tomes autant par le scénario qui comporte des éléments plutôt originaux que par les dessins qui restent d'excellente facture. Jean-David Morvan a imaginé une façon de mettre les oms en série différente de celle du roman mais très astucieuse. Il est aussi allé un peu plus loin que ne l'avait fait Stefan Wul dans sa conclusion. Mike Hawthorne a délaissé les draags, à part Tiwa, car ce tome donne la part belle aux aventures des oms dans des décors, naturels ou technologiques, souvent impressionnants.

 

Voilà une trilogie qui ravira les amateurs de SF autant que ceux d'aventure.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? STAR TREK. RETOUR SUR TERRE.

 

 

C'est de Qui Leonard Rosenman

 

 

La couv'

 

Je ne suis pas un animal, je suis un Om!!  /  Oms en série 3 vs Star Trek IV Retour sur Terre

 

Déjà entendu chez nous?  oui.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Les musiques de la saga Star Trek ont des passages grandiloquents et l'on ne coupe pas au thème musical de la série à certains moments. Pourtant cette B.O accompagnera la lecture de ce 3e tome avec ses effets de déplacements d'engins et surtout ses chants de baleine (vers la fin) qui pourraient être ceux des draags, peuple aquatique.

 

Si l'on en croit sa biographie, Leonard Rosenman a écrit sa 1e BO de film (À l'Est d'Eden d'Elia Kazan) parce qu'il était le professeur de piano de James Dean et que ce dernier l'a présenté au réalisateur. Puis il n'a plus arrêté de composer pour le cinéma et la télévision quasiment jusqu'à sa mort en 2008.

 

Je trouve triste cette phrase qu'il a dite : "L'année où j'ai composé ma 1e BO de film, j'avais 5 grands concerts programmés à New York. Après cette année-là, je n'ai plus eu de concerts là-bas pendant 20 ans." Phrase prononcée en référence à ses autres œuvres composées dans un registre plus classique : symphonies, concertos, musique de chambre dont plusieurs quatuors à cordes (il avait eu Arnold Schoenberg comme professeur, rien que cela!). Cela montre le mépris qu'une partie du public avait pour les compositeurs de musiques de films.

 

Mépris que nous n'avons pas à BOBD…

 

 

 

 

------------------

 

 

 

Une Chronique de Gen

 

Repost 0
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 08:42

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : THE LAST CONTRACT

 

 

C'est de qui : Estherren & Brisson

 

 

La Couv':

 

Dernière tournée  /  The Last Contract  Vs.  The Takers

 

Déjà croisée sur le site? Non.

 

 

C’et édité chez qui ? Ankama

 

 

Une planche:

 

Dernière tournée  /  The Last Contract  Vs.  The Takers

 

Ca donne Quoi ? A la lecture de The Last Contract on se dit que les acteurs comme Clint Eastwood ou Bruce Willis ont fait les beaux jours de pas mal de scénaristes de comics US. Que ce soit le récent Southern Bastards ou cette mini série ci, les vieux durs à cuire implacables à qui on l’a fait pas et qui dézinguent à tout va, sont à la fête.

 

Ancien tueur à gages ultra efficace, un vieux retiré du métier comme, quasiment, de la vie en général, voit débarquer chez lui un duo de punks venu le refroidir. Ils bossent pour le compte d’un caid qu’un maitre chanteur menace de couler en dévoilant tous ses contrats passés…à moins qu’il ne fasse buter notre « héros ».

 

S’engage alors une multiple course poursuite des plus sanglante entre tout ce petit monde de tueurs dégénérés afin de sauver leurs  peaux et retrouver l’origine de tout ce bordel.

 

Si pas forcément des plus original dans son sujet (l’un des protagonistes envoie même une vanne très second degré à ce sujet), The Last Contract a pour lui une narration et un rythme ultra nerveux et un dessin à l’encrage léger et plutôt réussi même si la mise en couleur fait parfois perdre de la lisibilité.

.

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? TAKERS

 

 

C'est de Qui ? P. Haslinger

 

 

La couv'

 

Dernière tournée  /  The Last Contract  Vs.  The Takers

 

Déjà croisé dans le coin?  Une fois ou deux oui.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Petit film de casse avec trahisons, mafia russe, flic acharné et j’en passe, Takers a dû plus attirer par son casting éclectique que par son pitch ou sa réalisation…et encore !

 

La B.O a été confiée au faiseur Paul Haslinger qui, en parallèle de presque 20 ans de carrière avec Tangerine Dream s’est appliqué à rester dans le ventre mou de la discipline en  mettant en musique films d’action ou d’horreur burnés (les Underworld c’est lui), et jeux vidéo du même tonneau (quelques Rainbow Six ou Far Cry pour les connaisseurs).

 

Pour finir de vous situer, on est dans de l’électro froide et incisive, pas souvent inspirée pour ne pas dire téléphonée  qui vieillira aussi mal que le héros de The Last Contract sans forcément être aussi mortelle (quoique !) ; après, le temps d’un one shot, pourquoi pas ?

 

 

 

-------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 07:53

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : DOOGYBAGS 13

 


C'est de qui : Divers, dont Run, Rosset ou Secheresse

 

 

La Couv':

 

Un dernier pour la route?  /  Doggybags 13  Vs.  Terror Tract

 

Déjà croisé sur le site? La plupart oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Ankama

 

 

Une planche:

 

Un dernier pour la route?  /  Doggybags 13  Vs.  Terror Tract

 

Ca donne Quoi ? Ca y est, ce treizième numéro de l’anthologie Doggybags sonne son glas…ou presque, nous y reviendrons.

 

6 années et 13 tomes de récits courts horrifiques, souvent sur des thématiques communes, et qui ont permis la découverte, voire la confirmation, de quelques talents actuels du paysage BD français.

 

Dans cette nouvelle fournée, on ne déroge pas à la règle, Run signe deux des scénars et laisse à Calla le troisième. Un flic barge pête un plomb sur Times Square et fait un carton sur les touristes, un clown de profession se voit prendre à partie (le mot est faible) par des jeunes revanchards et, pour le fun, un petit tour à l’abattoir.

 

Cerise sur le gâteau, Loïc Sècheresse revisite le calvaire et la résurrection du Christ en une poignée de vignettes bien décalées.

 

Certes cette ultime salve n’est pas, à mon sens, la meilleure, mais les fans de Doggybags s’y retrouveront sans problèmes.

 

On apprend dans l’album que si la série s’arrête sous cette forme, deux concepts vont voir le jour : des one-shots et des séries dérivées de certaines des histoires courtes parues dans certains volumes.

 

Doggybags est mort mais tel le phénix…

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? TERROR TRACT

 

 

C'est de Qui ? B. Tyler

 

 

La couv'

 

Un dernier pour la route?  /  Doggybags 13  Vs.  Terror Tract

 

Déjà entendu chez nous?  Quelquefois.

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? Si ce score d’un film de seconde zone a refait surface c’est grâce au nom de Tyler Bates, dont c’était l’un des premiers travaux avant qu’il ne soit associé à des daubes films à gros budget.

 

Avec un petit bagage notable pour le petit écran, Bates avait surtout la réputation de pouvoir faire sonner un ensemble restreint comme un grand orchestre ce qui tombait bien, la prod de Terror Tract voulait un score « symphonique » pour se démarquer de ce qui se faisait d’habitude dans le genre.

 

Certes, outre quelques gros clichés des familles (Tyler singe même le thème de Jaws à un moment !), Tyler utilise à bon escient ses quelques instruments, en en tirant un maximum, mais on est quand même loin du chef d’œuvre voir de l’originalité espérée.

 

Un peu grandiloquent de temps à autre sur cet ultime Doggybags, il se révèle plutôt fun à d’autres même si pas assez pour vraiment emporter l’adhésion d’un coté comme de l’autre.

 

 

 

--------------------------

 

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags