25 août 2019 7 25 /08 /août /2019 09:58

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi ? MW

 

 

C'est de qui ? Tezuka

 

 

La Couv':

 

 

 

C’est édité chez qui ?Delcourt

 

 

Déjà croisés sur le site? Probable.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Dans le japon des années 70 la destinée tragique d’un jeune homme empoisonné par un gaz toxique (le MW du titre) et du religieux qui l’a initié à un amour interdit et cherche dorénavant sa rédemption.

 

Alors adolescents, Michio et Garai se retrouvent par un concours de circonstance sur une petite île au large du Japon. Réfugiés dans une grotte ils ont une relation sexuelle puis découvrent, le lendemain matin, que toute la popualtion de l’île a été décimée par une fuite de produit.

 

Bien des années plus tard, Garai est rentré dans les ordres tandis que Michio, devenu employé de banque, commet d’horribles crimes.

Apprenant ce qui s’est réellement passé sur l’île, Michio fomente un plan diabolique visant à empoisonner des milliers de japonais.

 

Le père Garai va tout faire, malgré son amour contre nature pour Michio, pour l’empêcher d’arriver à ses fins.

 

 

Dans ce manga fleuve, Tezuka, loin d’Astro et du Roi Leo, livre, sur fond de thriller psychologique tendu, une vraie réflexion sur des sujets de société brulants (surtout pour l’époque, nous sommes au milieu des années 70) : l’homosexualité, la religion, la sexualité des prêtres.

 

Dans un style déroutant qui mélange réalisme des décors et caricature des visages, le mangaka déroule la toile de son scénario avec une maestria rare, ménageant ses effets, multipliant les moments de suspense.

 

Rarement on aura pu apprécier une telle harmonie du fond et de la forme et l’on peut se réjouir de la réédition de quelques unes des œuvres majeures de Tezuka dans la collection de Delcourt.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :LE PROFESSIONEL

 

 

C'est de qui ? E. Moricone

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Fort souvent.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Au début des années 80 (oui, je sais, je l’ai laissé exprès !), Bebel, alors au sommet de sa gloire, enchaîne les longs métrages, alternant les comédies, les films d’aventure et les polars.

Ce Professionnel, adapté d’un roman (lui même en partie inspiré d’une histoire vraie) mélange ces genres tout en mettant continuellement en valeur sa star.

 

L’autre star du film c’est la musique de l’italien stakhanoviste Ennio Morricone, 4° film avec Belmondo pour lequel il écrit la partition, le Professionnel est peut être le moins réussi, si l’on se contente de la version cinéma.

En effet, le thème principal, écrit pour un autre film plus obscur (et réutilisé pour une pub de croquette pour chien !), si intéressant, est réutilisé à toute les sauces par la prod qui, de fait, ne fait pas cas du reste des pistes écrites par le compositeur.

 

Et c’est fort dommage car entre des morceaux au suspense évoquant les années western de Morricone, en passant par des thèmes plus romantiques mais toujours teintés de mélancolie, le tout sur des rythmiques et utilisations d’instruments judicieuses, cette B.O est un mélange riche d’atmosphères qui s’est fort bien prêté à MW et son panache de genre !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
18 août 2019 7 18 /08 /août /2019 09:54
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? USAGI YOJIMBO 1

 

 

C'est de qui ? Stan Sakai

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Paquet

 

 

Déjà lu sur le site? Non

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Ayant perdu son maître lors d’une bataille, Usagi, lapin samouraï, devient un ronin, guerrier sans maître, qui décide de vendre sa lame comme mercenaire (Yojimbo).

Sa vie errante va l’amener à faire la connaissance d’autant d’ennemis que d’alliés, et à rentrer –bien malgré lui- dans une machination visant le shogun en personne.

 

Dès ce premier tome aux histoires indépendantes, les références et clins d’oeils abondent, ainsi Sakai rend hommage dans le premier récit au Groo de Aragones, dans une autre aventure l’un des protagonistes s’appelle Mifune, comme l’acteur star des films de Kurosawa, on croise plus loin un samouraï aveugle qui fait penser au héros Zatoïchi, …j’en passe et des meilleurs.

 

Usagi Yojimbo c’est un peu l’équilibre parfait entre un manga de sabre classique et le haut du panier de la bd anthropomorphe.

Sakai, en connaisseur et amoureux de la culture abordée, livre une série (fleuve ! en noir et blanc, Paquet propose en parallèle le 29° volume des aventures du lapin ronin) aussi originale que personnelle au succès mérité et constant.

 

Une nouvelle version colorisée qui devrait, n’en doutons pas, amener un nouveau public à découvrir Usagi Yojimbo.

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : THE SWORD OF DOOM

 

 

C'est de qui ? M. Sato

 

 

La Couv':

 

 

Déjà croisé chez nous? Une poignée de fois oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? S’il est un habitué des films d’époque, Masaru Sato se retrouve pourtant ici dans une ambiance bien plus sombre que celle des films de Kurosawa qu’il a mis en musique auparavant.

 

The Sword of doom brille par sa noirceur, sa violence et son nihilisme, Sato joue donc dans des registres plus graves que d’habitude, avec finalement assez peu d’instruments traditionnels, voire même avec une approche plus occidentale sur les passages les plus durs.

Seules les percussions donnent vraiment la couleur folklorique dans une partition où les cuivres grondent, menaçants.

 

L’ambiance générale de la B.O est d’autant plus intéressante sur cette version colorisée de Usagi Yojimbo qu’elle atténue pas mal le faux aspect « jeunesse » du dessin de Sakai, dont cependant les scénarios sont assez dur ; ne vous y trompez pas, la série n’est pas destinée à nos chères têtes blondes (du moins pas aux plus jeunes) !

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
bobd - dans manga Paquet Sakai Sato
11 août 2019 7 11 /08 /août /2019 14:46

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  AKIRA TOME 6

 

 

C'est de qui ? Otomo

 

 

La Couv':

 

Akirapocalypse !  /  Akira tome 6  Vs.  Doomsday

 

Déjà lu chez nous? Oui, le mois dernier encore.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

 

Une planche:

 

Akirapocalypse !  /  Akira tome 6  Vs.  Doomsday

 

Ca donne Quoi ? L’apocalyptique conclusion du manga d’Otomo dans une VF qui lui fait honneur !

L’armée américaine débarque à Néo Tokyo, les factions en présence sont à couteaux tirés, Tetsuo perd peu à peu le contrôle de ses transformations alors que son pouvoir augment démesurément, la coalition de Kei et Miyako pour tenter d’endiguer le drame massif semble mal en point , et quid de Akira, potentiellement le plus dangereux des cobayes du projet secret ?

 

Ce sixième et ultime volet, proposé dans une édition soignée, supervisée par l’auteur en personne, est une suite de combats épiques, de destruction massive et autres moments de gloire et d’apothéose visuelle et scénaristique, avec un final ouvert et plutôt optimiste en prime.

 

A la lecture de l’ensemble, on comprend aisément l’engouement et le succès d’Akira au fil des décennies. Sous ses aspects de récit post-apocalyptique parfois bourrin, l’œuvre d’Otomo possède une véritable réflexion sur le danger de l’armement nucléaire et la folie des hommes avides de pouvoir.

 

Alors que son créateur vient d’annoncer une nouvelle adaptation en anime de la série, sa (re)lecture prouve que c’est une œuvre majeure du 9° Art et qu’elle n’a pas pris une ride.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :DOOMSDAY

 

 

C'est de qui ? Tyler Bates

 

 

La Couv':

 

Akirapocalypse !  /  Akira tome 6  Vs.  Doomsday

 

Déjà entendu chez B.O BD? oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Quand on pas de dollars on –essaye- d’avoir des idées.

Après produire un mélange hasardeux entre Escape frome New York et Mad Max peut s’avérer casse-gueule ; ce qu’apprendront à leur dépend les responsables de ce Doomsday qui n’a heureusement pas l’ambition de rivaliser avec ses grandes sœurs  (mais n’a pas trop à rougir de la comparaison cela dit).

 

Pour la musique c’est au toujours très délicat Tyler Bates qu’on a fait appel. Neil Marshall, le réalisateur, souhaitait en effet faire un clin d’œil aux classiques du genre des années 80 avec une partie électronique affirmée, mais également de la grosse machine symphonico-métallique pour les scènes d’action.

 

Et bien on peut dire qu’il a été servi avec la partition de Bates qui ne fait pas dans la dentelle, dans la lignée de ce que le compositeur propose en général (oui, pour ceux qui n’auraient pas saisi le « délicat » c’était du second degré).

Disons que Bates, comme souvent, se rapproche plus d’un Hans Zimmer que d’un Brian May (le compositeur austraien de Mad Max, pas le guitariste de Queen) et que coté années 80 on repassera (ou pas d’ailleurs, est ce bien nécessaire ?).

 

Reste un score rentre dedans qui fait largement le job (à défaut de faire dans l’originalité) sur cette conclusion d’Akira et sa déferlante pyrotechnique.

 

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
bobd - dans manga Glénat Otomo Bates SF
11 juin 2019 2 11 /06 /juin /2019 07:57

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  MIDNIGHT TALES 3

 

 

C'est de qui ? Bablet, Bordier, Maudoux, The Neb Studio…

 

 

La Couv':

 

Soeurs ennemies  /  Midnight Tales 3  Vs.  Only lovers left alive

 

Déjà lus chez nous? Tous, sur les précédents tomes notamment.

 

 

C’est édité chez qui ? Ankama

 

 

Une planche:

 

Soeurs ennemies  /  Midnight Tales 3  Vs.  Only lovers left alive

 

Ca donne Quoi ? Dans le Japon de 1945 à aujourd’hui, on suit la destinée de Makoto - qui s’est sacrifiée pour détruire la créature responsable de l’explosion d’Hiroshima, ainsi que de sa fille kyoko - mais aussi de la rivalité entre les Filles de Sélène et les Midnight Girls qui, à coups d’affrontements entre Yokai gigantesques et autres Kaiju, vont précipiter l’archipel dans diverses catastrophes.

 

L’anthologie Midnight Tales, bébé prospère de Mathieu Bablet, s’enrichit d’un troisième volet à nouveau chargé en symbolique, en « lore », en personnages charismatiques, le tout intelligemment emballé dans un parallèle fort entre la magie, les créatures monstrueuses et la délicate histoire du Japon avec le nucléaire (de Hiroshima à Fukushima).

 

Si le fil conducteur chronologique est une idée intéressante, qui fonctionne bien, j’ai un peu tiqué sur les différences de styles graphiques assez disparates, les deux premiers étant ceux qui m’ont le moins emballé (il faut dire que The Neb Studios et Maudoux placent la barre fort haute).

Après je conçois qu’il en faut pour tous les goûts et que le graphisme typé manga parlera probablement plus à un lectorat différent.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : ONLY LOVERS LEFT ALIVE

 

 

C'est de qui ? J. Van Wissem

 

 

La Couv':

 

Soeurs ennemies  /  Midnight Tales 3  Vs.  Only lovers left alive

 

Déjà croisé sur B.O BD? Non

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Le cinéma de Jarmusch a toujours été étroitement lié à ses B.O. Des débuts avec son alter ego à l’écran John Lurie, acteur et compositeur des longs du réal’, jusqu’à les derniers en date où il participe activement à la musique avec son combo Squrl.

A la tête de cet énigmatique groupe on retrouve Jozef Van Wissem, l’homme qui a remis au goût du jour, et à plus d’un titre, le luth, prouvant qu’un instrument médiéval pouvait tout à fait trouver sa place dans la musique d’aujourd’hui.

 

A l’écoute de la B.O de Only Lovers Left Alive, variation vampirique signée Jarmusch, on ne peut qu’abonder dans son sens. Mélangeant sonorités du passé et du présent, mariant le luth à l’électricité et travaillant le tout en post prod avec force effets inspirés, Van Wissem produit une musique organique hybride aux sonorités fraiches (voire glaçantes si je peux me permettre le raccourci facile).

 

Ajoutes quelques voix à ce mélange déjà réussi et vous obtenez une B.O baroque, oscillant entre hypnose, mélancolie et tragique qui surprend souvent, surtout en l’écoutant avec ce troisième Midnight Tales.

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
8 mai 2019 3 08 /05 /mai /2019 11:47

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LEVIUS EST 1

 

 

C'est de qui ? Nakata

 

 

La Couv':

 

A Boire et à Manga  /  Levius Est  Vs.  Terra Formars Revenge

 

Déjà lu sur le site? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Kana

 

 

Une planche:

 

A Boire et à Manga  /  Levius Est  Vs.  Terra Formars Revenge

 

Ca donne Quoi ? Il y a une paire d’années de ça, à l’occasion du week end hautement commercial dit des « 48H de la BD », j’ai découvert le premier tome d’une série manga entre steampunk et combats de gladiateurs technoïdes intitulée Levius.

 

Si je peux être grand fan du médium – Lone Wolf and Cub est une série qui fait par exemple partie de mon top 5 de BD tout genre et origines confondus- j’ai un peu de mal avec le foisonnement graphique dont font preuve certains mangakas, surtout ceux qui touchent à la S.F, le format me semblant toujours trop petit (mais, vous me direz, ayant dépassé les 40 ans c’est peut être aussi une question de vue qui baisse !)

 

C’étais le cas avec ce Levius premier du nom et, malgré d’autres qualités manifestes, je n’ai pas poussé l’expérience plus loin, redoutant la série à rallonge.

 

C’est pourtant via la série « spin off » Levius Est que je reviens dans cet univers uchronique, mais avec plus de bons a-prioris.

 

En effet, ce nouveau départ (suite en fait à la disparition du magazine d’origine où paraissait la série de base) reprend là où les 3 tomes de Levius s’étaient arrêtés, à savoir les deux principaux protagonistes, Levius et AJ -respectivement jeune homme et jeune fille adversaires dans l’arène- se remettent tous deux difficilement de leurs blessures.

Le premier est en assistance médicale poussée la seconde est confinée sous terre, amnésique.

 

A Boire et à Manga  /  Levius Est  Vs.  Terra Formars Revenge

 

Outre une poignée de flashbacks sur la jeunesse du héros et le combat, on en apprend également un peu plus sur le background (la vapeur notamment, sorte d’éther permettant de multiples choses).

 

La boxe mécanique va devenir le moyen pour les superpuissances mondiales de régler les conflits et nos deux combattants vont donc devenir des atouts majeurs sur l’échiquier géopolitique.

 

Nakata est un artiste hyper doué, la majeure partie des planches et cases m’ont parues moins touffues et plus lisibles que sur le premier Levius et la série a clairement pris de l’épaisseur avec ce nouveau départ.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :TERRA FORMARS REVENGE

 

 

C'est de qui ? Takafumi Wada

 

 

La Couv':

 

A Boire et à Manga  /  Levius Est  Vs.  Terra Formars Revenge

 

Déjà entendu chez nous? Non.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Anecdote amusante, c’est aussi à l’occasion d’une opération 48h de la BD (la précédente je crois) que j’ai découvert la série Terra Formars, avec le premier album.

Enfin découvrir c’est un bien grand mot puisque je n’ai toujours pas pris le temps de m’y pencher. Néanmoins je connais la réputation asse bonne du manga et ait découvert qu’il existait une adaptation en série animé, et même une suite de cette adaptation.

Il n’en fallait pas plus pour que je jette une oreille à son score et le garde sous le coude pour …une occasion comme aujourd’hui.

 

Des mythiques B.O des divers épisodes vidéo ludiques de Metal Gear Solid aux grands classiques blockbusters des deux dernières décennies, Takafumi Wada a retenu l’essentiel et propose des thèmes héroïques où l’orchestre s’en donne à cœur joie via des montées en puissance assez impressionnantes parfois à défaut d’être toujours originales.

 

Pas dénuée de passages moins emportés où le suspense règne en maître via des incursions électroniques bienvenues, la musique de ce spin off est quasi idéale pour cette suite de Levius.

 

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
bobd - dans manga SF uchronie kana Nakata

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags