19 octobre 2020 1 19 /10 /octobre /2020 12:50
 
Nous avons quasiment du faire le tour de la ribambelle de sorties BD animalières de cet automne et il semblerait bien que l'on ait gardé le meilleur pour la fin!

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LES 5 TERRES. LA MEME FEROCITE.

 

 

C'est de qui ? Lewelyn & Lereculey

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, sur les précédents.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Mederion a bien mené son affaire et le voilà roi d’Angleon, avec à ses cotés un lion comme Ombre et un jeune prodige de la lame comme ange gardien.

Fin stratège et politicien hors pair malgré son jeune âge, le tigre sait caresser dans le sens du poil aussi bien les membres du sénat que les étudiants idéalistes.

 

Du coté des aspirants à la liberté, que ce soit les otages retenus au château ou la princesse en fuite, leurs espoirs semblent aussi sombres que ce que leur chance de réussite sont minces.

 Qu’aucun ne s’y trompe, dans son gant de velours la main du roi est belle et bien de fer et beaucoup vont l’apprendre à leurs dépends.

 

Décidément malgré le rythme de parution soutenu des tomes (3 cette année, le prochain dés janvier), l’excellent niveau de ce premier cycle des 5 Terres ne faiblit à aucun moment.

Avec un sens de la narration quasi parfait, notre trio de scénaristes déroule ses intrigues toutes aussi prenantes les unes que les autres en ménageant aussi bien le suspense que l’action, même si, comme c’est le cas depuis le début, ce n’est pas l’ingrédient principal de la série.

On n’aurait cependant pas l’idée de s’en plaindre tant l’histoire est bien ficelée et les personnages bien écrits. Dans ce quatrième volet l’aspect politique se taille la part du lion (oui, elle était facile) avec une profondeur qui trouve une résonnance aussi bien dans la Rome des Césars que dans la situation géopolitique actuelle.

 

 

Chapeau bas également à Lereculey qui soigne toujours autant ses copies, et a même repris l’encrage sur ce quatrième tome.

 

Je le disais dans la chronique du premier, et celui ci le confirme dores et déjà, Les 5 Terres est une série majeure dans les deux genres qu’elle aborde – la fantasy et l’animalier- et elle fer date à n’en point douter.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :TELLTALE GAME OF THRONES EPISODE 5

 

 

C'est de qui ? J. Emerson-Johnson

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? On ne le dira sans doute jamais assez mais le métier de compositeur pour le petit écran et probablement encore plus pour le jeu vidéo est au moins aussi louable si ce n’est plus que celui pour le cinéma.

En effet du fait de la longueur parfois conséquente des saisons dans un cas et des séquences de jeu dans l’autre, l’artiste se voit contraint d’écrire une quantité non négligeable de matériau.

A cet exercice l’américain Jared Emerson Johnson est passé maître avec près de deux décennies dans le domaine et une grosse activité ces dernières années à être en musique les expériences immersives Telltale Games qui reprennent des franchises connues en proposant aux joueurs de participer pleinement à l’aventure.

 

Sa grande réussite sur la version Game Of Thrones c’est de rester très éloigné des B.O de la série TV signées Ramin Djawadi (qui lui a par contre eu énormément de mal à éviter les redites) tout en gardant quelques éléments marquants. Ainsi violoncelle grave et autres chœurs mixtes mélodramatiques sont utilisés à bon escient dans une partition aussi fournie que variée qui fait la part belle aux ambiances sombres où le suspense est souvent menaçant surtout dans ce cinquième épisode.

 

Un bien bel ouvrage musical qui méritait d’être loué et qui est clairement un score de circonstance pour ce nouveau tome des Cinq Terres.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
14 octobre 2020 3 14 /10 /octobre /2020 14:46

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  SA MAJESTE DES OURS.

 

 

C'est de qui ? Vatine, Cassegrain & Dobbs.

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, tous.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Branle bas de combat au royaume de Valencyre quand un jeune garçon échoue sur les côtes de ces terres dirigées par les ours. Il annonce le retour d’une sorcière craint des animaux et d’une menace d’invasion humaine.

Le roi dépêche son fils à la tête d’une mission diplomatique afin d’avertir les autres peuples animaux et s’assurer leur soutien.

 

Mais l’aventure va se révéler ardue pour nos vaillants émissaires, d’attaques maritimes en faux pas à l’étiquette en passant par des rencontres…imposantes.

 

 

Vatine pour l’idée d’origine, Dobbs au scénar et Cassegrain aux dessins, l’amateur de Bd Franco-belge peut difficilement rêver mieux comme tiercé gagnant.

Et force est de reconnaître que le métier des trois auteurs fait de ce début de série une réussite.

Comme on le disait le mois dernier cette rentrée BD est fournie en albums anthropomorphiques et Sa Majesté des Ours, s’il reste un récit de fantasy assez classique sur le fond, parade en tête de ces sorties.

 

Le trait de Cassegrain, que l’on a adoré ici récemment sur son Conan et sur son adaptation des Nymphéas noirs, peut surprendre sur de l’animalier mais se démarque de la production actuelle par son originalité et son expressivité . On regrettera peut être juste quelque choix de colo un peu sombres.

 

Là où Les 5 Terres fait dans l’intrigue et les complots, Sa Majesté des Ours accentue plus le coté aventure et action mais cette introduction porte en elle des promesses de développement qui donne envie de découvrir la suite !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE THRONE

 

 

C'est de qui ? Bang Jun Seok

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD?

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Pour ce film historique se déroulant au début du XVIII° siècle et où un roi enferme son fils soupçonné de trahison dans un coffre de riz ( !) l’influence majeure du compositeur est plus à chercher du côté de ses pairs occidentaux que du folklore sud-coréen ce qui donne une B.O des plus intéressantes.

 

En effet, Bang Jun Seok, s’il utilise des instruments traditionnels, notamment pas mal de percussions, marche ici sur les plates-bandes du Howard Shore période Seigneur des Anneaux avec des mélodies travaillées, en constante évolution qui peuvent passer d’un calme printanier à une ambiance lourde de tension et de menace.

 

Les instruments à vents sont à l‘honneur, avec les cordes en back up constant et, pour les passages plus épiques un renfort appuyé de cuivres et, donc, de percussions.

Le mariage des  origines et des traitements est payant et fait de The Throne un condensé d’atmosphères et de genres très réussi. Un score riche et atypique qui a bien fonctionné sur ce premier tome prometteur de Sa Majesté des Ours.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

Repost0
4 octobre 2020 7 04 /10 /octobre /2020 07:20

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  SIRENES ET VIKINGS. LE FLEAU DES ABYSSES

 

 

C'est de qui ? Ruscak & Briones

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Les Humanos

 

 

Déjà croisés sur le site?Non

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Cette série parait chez Les Humanos mais aurait tout à fait sa place chez Soleil, maison de la fantasy depuis des lustres. Ici on a droit à un mélange de légendes plus ou moins nordiques où des vikings ont maille à partir avec des sirènes qui maîtrisent un monstre aquatique mythique, lui faisant détruire les drakkars des norrois.

 

Le héros, fils du Jarl et piètre combattant, est...créaturophile! Amouraché d'une batarde croisée entre une ogre et un humain, il va bien vite la délaisser pour une sirène avec qui il va tenter de trouver une trêve entre les peuples.

 

Mais la jalousie féminine, de quelque race qu’elle soit, peut faire des ravages et va être cause d'un incident tragique.

Coté graphismes c'est là aussi de la fantasy assez classique, semi réaliste aux décors fouillés et aux visages expressifs mais l'ensemble est trop passe partout pour moi.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE GREAT WALL

 

 

C'est de qui ? R.Djawadi

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? La réussite de la B.O de Game Of Thrones lui ayant apporté la célébrité (et le melon qui va avec probablement) Ramin Djawadi, pur produit de l’écurie Remote Control d’Hans Zimmer, s’est dit qu’à l’avenir il n’avait qu’à appliquer la recette de la série, à savoir décliner jusqu’à plus soif ses ingrédients.

 

On retrouve donc pour le score de ce film qui mêle fantastique et histoire sans se prendre la tête (c’est un euphémisme !) des phrasés martelés en crescendos de cuivres menaçants rejoints par les cordes jusqu’à des paroxysmes brutaux, des rythmiques martiales où les percussions se transforment en marteau piqueur et autres joyeusetés qui, dans l’ensemble, rendent vite l’écoute lassante.

 

Cela étant sur ce premier tome de Sirènes et Vikings on peut dire qu’on est dans le même état d’esprit, et que l’on ne s’inquiète pas d’éventuels sonorités orientales (oui, vous savez, la Grande Muraille du titre, tout ça), Djawadi les a expédiées via quelques cœurs vaguement typés de ci de là, préférant se contenter de recycler les chutes de ses partitions de GOT.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
2 octobre 2020 5 02 /10 /octobre /2020 16:40

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  CONAN. LA MAISON AUX 3 BANDITS.

 

 

C'est de qui ? Louinet & Martinello

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Non (quoique).

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Victime de son impulsivité (mais pas que c’est vrai) notre cimmérien préféré se retrouve à moisir dans une geôle après avoir été trahi par une compagne d’un soir. Pas pour longtemps cela dit car il reçoit la visite d’un noble arriviste désireux de faire disparaître un prêtre noir qui pourrait le faire chanter.

Conan accepte le deal mais va bien évidemment se fourrer dans un pétrin pas possible  à base de groupuscule nationaliste, magie noire, homme singe et autre trahisons en série.

 

Je me répète (c’est l’âge peut être) mais décidément la collection d’adaptations des récits de Howard chez Glénat fait un quasi sans fautes depuis le début.

Ce dixième tome, scénarisé par Patrice Louinet, spécialiste de Howard et co-directeur de la collection, ne fait pas exception à la règle. Sous couvert d’un scénario basique aux scènes d’action et de combat nombreuses, le thème de la civilisation progressiste face à un état naturel (et barbare !) est abordé avec profondeur.

 

Aux crayons l’italien Paolo Martinello rend une copie soignée, dans un style réaliste et dynamique qui sied à merveille à l’univers de Conan. Entre ses compostions riches, ses visages expressifs et sa palette de couleur sélectionnées avec talent, on ne peut qu’apprécier sa version du monde Hyborien.

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :LE REGNE DU FEU

 

 

C'est de qui ? E. Shearmur

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Peut être

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Loin des clichés de la fantasy et du post-apo, le britannique Edward Shearmur, que rien ne prédisposait à atterrir sur un tel projet (hormis Sex Intentions et les premier Drôles de Dames –qui ne sont déjà pas des chefs d’œuvres !- sa filmo en dent de scie alignait les séries B), compose pour ce film sombre où Christian Bale et Matthew Mc Conaughey rivalisent de bodybuilding et de mines renfrognées, un score aussi ténébreux qu’épique.

 

Les cuivres ont certes la part belle mais ils sont loin de la fanfare héroïque où on les entend d’habitude dans le genre. Ici ils sont agressifs, saccadés, flirtent avec les dissonances, appuyés par des cordes dans les aigus et des percussions très métalliques.

 

S’il est vrai que la rudesse quasi constante de la B.O, son absence de thème porteur et le schéma un brin répétitif de la lente montée en puissance qui se finit en apothéose, peuvent lasser l’auditeur sur la longueur, avec ce nouveau Conan, riche en action et en suspense, c’est du tout cuit !

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

 

Repost0
28 juin 2020 7 28 /06 /juin /2020 10:48
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  L’EXILE

 

 

C'est de qui ? E. Kriek

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Anspach éditions.

 

 

Déjà lu chez nous? Oui

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Après sept longues années d’exil, Hallstein foule à nouveau sa terre natale d’Islande. Mais le souvenir de son crime est toujours présent dans les esprits de ceux qui sont restés et qui ont refaits leurs vies.

Son retour ravive les vieilles rancœurs et pourrait contrecarrer les plans de certains, il va donner lieu à toute une suite Evènements qui vont provoquer une escalade de violence et de vengeance.

 

Âpre et dur comme les contrées où il se déroule, le récit de l’Exilé ne cherche à aucun moment à rendre ses protagonistes plus attachants qu’ils ne devraient l’être, tous si terriblement humains, avec leurs défauts et leurs faiblesses.

A un casting bien  choisi vient s’ajouter une intrigue tragique, digne des classiques du genre où vengeance, trahison et sombres histoires de famille dysfonctionnelles viennent s’entrechoquer dans un maelstrom de sentiments qui n’a d’égal que l’inéluctabilité de son dénouement.

 

 

Pour son premier roman graphique d’envergure en solo, Erik Kriek, loin des images d’Epinal véhiculées par le cinéma les séries télé ou même la Bande dessinée (lecteurs de Thorgal, soyez prévenus !), réussit là un album sans concessions où l’originalité de son trait rend parfaitement l’ambiance terrible de son histoire.

 

L’artiste hollandais nous avait déjà enchantés sur ses adaptations de Lovecraft et de chansons folk avec Dans les Pins, mais ici le background lui donne l’occasion de faire étal de tout son talent.

Son sens de l’utilisation de la trichromie noir/blanc/gris (ou gris bleuté si l’on veut chipoter) parfois parcourue de rouges sanglants, est toute désignée pour l’atmosphère  de cette Islande du X° siècle. Que ce soit dans les paysages blafards et hostiles ou dans les trognes limites caricaturales de ses personnages, son style graphique fait mouche à tout coup.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : THE KING

 

 

C'est de qui ? N. Britell

 

 

La Couv':

 

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Comme beaucoup de gens de sa génération (et donc de la mienne peu ou prou) Nicholas Britell a une culture musicale ultra variée dans le sens où, né à un carrefour des genres, il a pu toucher du doigt l’évolution et la naissance de pas mal de styles de musique tout en gardant un pied dans ce qui c’était fait avant.

 

Ainsi son sens et son approche de la composition s’en ressentent dans leur fraicheur et leur inventivité.

Plutôt que d’aborder l’adaptation de la pièce de Shakespeare par l’angle purement historique, il va décider d’utiliser des instruments et des techniques actuelles pour rendre une atmosphère ancienne.

 

Le procédé eut être casse gueule, nombre de ses pairs des années 80-90 s’y sont d’ailleurs fourvoyés dans les grandes largeurs. Nous voilà donc avec entre autre une clarinette basse mixée, une guitare folk en guise de luth, une section de cordes imposante et un panel de chœurs lyriques, le tout jouant des mélodies inspirées de pièces médiévales mais aux accents de score d’action.

Un peu de post-prod et se sons inhabituels (du métal tordu par exemple !) et nous voilà avec un score qui ne manque ni d’ampleur ni de qualité et c’est tout à fait ce qu’il fallait à la tragique saga nordique d’Eric Kriek !

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags