3 octobre 2016 1 03 /10 /octobre /2016 13:24

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : LA SAGA D’ATLAS ET AXIS. 4

 


C'est de qui : Pau

 

 

La Couv':

Le meilleur ami de l'homme  /  Atlas et Axis 4  Vs.  Tygra

Déjà lus sur B.O BD ? Oui, sur les tomes précédents.

 

 

C’est édité par ? Ankama

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Toutes les bonnes choses ont une fin, voici qu’arrive, avec ce quatrième volet, celle de la saga des deux compagnons canidés dans leur monde de Fantasy, toujours à la recherche de l’Os Magique.

 

Cette conclusion est clairement à la hauteur du reste de la série, et va même plus loin car, outre une forte dose d’action et de retournements de situations, parfois pleins de suspense, d’autres fois humoristiques, Pau se fend même d’une dernière partie ambitieuse et inattendue où il ne va pas hésiter à réinterpréter l’histoire de l’Homme et donner sa propre version de l’évolution des espèces chère à ce bon vieux Darwin.

 

Coté graphisme c’est toujours un grand plaisir de suivre nos héros anthropomorphiques,  le dynamisme et la colo finissant de faire de la Saga d’Atlas et Axis le chainon manquant entre un Mouse Guard -pour un certain réalisme comportemental (comprenne qui pourra)- et l’ Epée D’Ardenois pour le coté style disneyen et grande aventure animale.

Je suis impatient de voir ce à quoi Pau va s’atteler maintenant !

 

 

 

 

LA MUSIQUE  

 

 

 

C'est Quoi ? TYGRA

 

 

C'est de Qui ? W. Kraft

 

 

La couv'

 

 

Déjà entendu par ici? Pas impossible.

 

 

On peut écouter ?  

 

Ça donne quoi? :  A conclusion épique, B.O du même ordre, ainsi j’ai sélectionné la musique du dessin-animé de Ralph Bakshi, déjà responsable de la version du Seigneur des Anneaux en animation. Tout comme sur ce dernier, il a utilisé la rotoscopie pour donner plus de réalismes aux dessins de Frank Frazetta (l’homme derrière l’iconographie définitive de Conan le Barbare) dans cette histoire d’affrontement entre les royaumes de la glace et du feu pour la domination d’un monde sauvage.

 

Si le film fera lever un sourcil d’incompréhension (voir de dégoût) à la jeunesse blasée d’aujourd’hui, du fait de son aspect désuet, sa musique ne manquera pas de laisser plusn d’un auditeur averti ravi.

 

Kraft vient de la musique contemporaine, pratique extensivement la percussion et n’a quasiment pas composés pour le grand écran. Son travail pour Fire and Ice en est d’autant plus précieux. S’il écrit quelques thèmes obligatoires, il joue surtout des contrepoints et autres oppositions d’ambiances via une utilisation audacieuse des cuivres (souvent déchainés, on est tout de même dans un univers de Fantasy violent) et, bien entendu, de multiples percussions.

 

Novateur, voire avant-gardiste (quoique finalement peu suivi par la suite hélas), le score de Kraft est un modèle à part du genre, élément crucial du film de par des choix radicaux mais payants.

Parfois en décalage avec ce quatrième et dernier tome D’Atlas et Axis il a néanmoins été très surprenant et clairement efficace surtout sur la fin.

 

 

 

-----------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost0
23 septembre 2016 5 23 /09 /septembre /2016 15:18

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : LOUVE. LA REINE DES ALFES NOIRS.

 


C'est de qui : Yann & Surzhenko

 

 

La Couv':

Les chiens ne font pas des louves  /  Louve La reine des alfes noirs  Vs.  Fable The Journey

 

Déjà lus sur B.O BD ? Oui, les deux.

 

 

C’est édité par ? Le Lombard

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Les caractères antagonistes de la mère et la fille font des étincelles chez les Aegirsson, et l’absence de leur héros de mari/père n’est clairement pas vécue de la même manière. Ainsi si la blonde Aaricia s’est résignée à attendre l’hypothétique retour du héros, la brune Louve, préado en pleine rébellion, ne supporte plus cette interminable attente et fugue.

 

Son périple sera de courte durée puisqu’elle va devoir voler au secours du peuple nain, asservi par les alfes noirs qui fomentent le noir dessein de trancher les racines d’Yggdrasil et provoquer ainsi Ragnarök et autres joyeusetés.

De retours inattendus en épreuves héroïques, notre jeune guerrière à la double personnalité aura fort à faire !

 

Avec cet avant-dernier tome de la série dérivée de Thorgal (si l’on en croit la frise en fin d’album) Yann, fidèle à sa ligne directrice, continue de faire intervenir des figures plus ou moins marquantes de la séri en préparant ce qui semble s’annoncer comme de sacrées retrouvailles de la petite famille…à suivre.

 

 

 

 

LA MUSIQUE   

 

 

 

C'est Quoi ? FABLE. THE JOURNEY

 

 

C'est de Qui ? R. Shaw

 

 

La couv'

 

 

Déjà entendu par ici? Oui.

 

 

On peut écouter ?   

 

 

 

Ça donne quoi? : Compositeur de quelques uns des chapitres de cette saga vidéo ludique déclinée sur Xbox et ordinateurs, Shaw s’est semble t-il bien amusé avec ce Journey puisqu’il n’a pas hésité à utiliser les modes myxolydiens pour l’atmosphère sombre de certains passages et une grande variété de percussions et autres instruments traditionnels du monde entier pour le coté folklorique du jeu.

 

Contrairement aux précédents épisodes, ce Fable est plus axé action et la bande son s’en ressent, si les plages ambiantes sont toujours là (toujours aussi travaillées et mélodiques), on a droit également à un peu plus de pistes typiquement fantasy qui ne sont pas sans faire penser à quelques longs métrages du genre, que ce soit au niveau de l’écriture ou de la production.

 

Au final une fois encore nous voilà en présence d’une B.O de jeu vidéo qui n’a pas grand-chose à envier à celles de cinéma et est un véritable atout pour ce nouveau tome de Louve.

 

 

 

-----------------------

 

 

 

Une chronique de Fab

Repost0
20 septembre 2016 2 20 /09 /septembre /2016 07:03

Allez, ca y est cette fois c'est la bonne, la der des der, et toujours avec Ange, pour finir en beauté!

 

 

 

LA BD:

 

 

C'est quoi ?  La geste des chevaliers dragons (série)

 

C'est de qui ? Ange (scénariste) et plein de dessinateurs : Varanda, Briones, Guinebaud, Paty, Démarez, Meddour, Ruizge, Guiton, Looky, Cossu, Vax, Palma, Sentenac, Boutin-Gagné, Alexe pour les histoires longues sans oublier le coloriste de la plupart de la série : Paitreau.

 

 

Voici la 2e partie de la conclusion de cette saga estivale où je partage avec vous quelques points qui m'ont semblés curieux ou bizarres (erreurs des auteurs ou mauvaises lectures et/ou incompréhensions de ma part).

 

Ange nous a fait des commentaires sur ces points qui sont à découvrir après chaque tome cité.

 

14 – La première : les bizarreries par rapport au contexte néolithique sont soulignées par les novices donc rien à dire de plus.

6 - Par-delà les montagnes

4 – Brisken

9 - Aveugles : j'ai du mal à croire que les matriarches des 6 ordres concernés n'étaient pas d'accord pour cette "mise à l'épreuve" de chevaliers expérimentées. Il a quand même fallu les droguer, pendant plusieurs jours pour celles des ordres les plus éloignés, pour qu'elles se réveillent en même temps. En admettant que les 5 matriarches hors Messara (dont 3 que nous ne verrons pas) ignoraient la teneur réelle de l'épreuve. - L'ombre de Narak a changé de nom depuis Brisken : Samera est devenue Halyssa.

 

Ange : Les Ombres ont plusieurs noms. Et non – les autres Matriarches ne savaient pas, mais on laisse l’ombre planer sur le nombre de complices auxquels notre Matriarche coupable a fait appel pour sa conspiration.

 

 

 

 

 

1 – Jaïna : il semble un peu étrange que tous les hommes du fort ne soient pas déformés (à moins qu'ils ne soient cachés). – Pourquoi Ellys ne s'est-elle pas défendue?

 

Ange : C’est une des particularités du Veill que nous devons absolument garder pour des raisons scénaristiques – le Veill n’agit pas sur tout le monde de la même manière, ni dans le même temps, et des effets ou des retards psychologiques ne sont pas à exclure. Dans « Jaïna », les soldats de la Forteresse sont atteints mentalement mais pas physiquement. Dans « Par delà les Montagnes », les Nauris sont atteints physiquement mais pas mentalement. Peut-être que les discours enflammés du Prince ont fait un blocage psychologique dans la Forteresse qui a retardé les effets du Veill sur les soldats. Et peut-être que Jan dans le Tome 2 pensait vraiment que le talisman le protégeait, et donc que là aussi l’effet maléfique a été retardé.

Mais le Veill vous rattrapera toujours.

Ellys ne s’est pas défendue parce qu’elle était jeune et innocente, terrifiée, et sensible à l’autorité.

 

 

 

3 – Le pays de non vie : il semble que la Mara de ce tome ne peut pas être la petite récitante du tome 9 puisqu'elle est d'Ishtar et pas de Messsara… Mais cela permet de boucler pour Akanah et Eléanor qui suivent Oris. À moins qu'il n'y ait un non-dit sur des échanges d'apprenties chevaliers dragons entre les divers ordres… ce qui semble improbable ici puisque c'est Messara qui avait besoin de renouveler ses troupes après le massacre de Brisken.

 

 

Ange : Non non, c’est bien la petite Mara. Et oui, elle a changé d’Ordre.

 

5 – les jardins du palais : une certaine ambiguïté viendra par la suite avec l'ordre de Faïza actif ou fermé selon les tomes. – c'est la seule fois où des croisements entre dragons et autres créatures sont évoqués.

 

Ange : Faïza est un Ordre des Chevaliers Dragon qui sera fermé après la mort de Ralène, quelques années après « Les Jardins du Palais ». Il est de nouveau actif en époque 2, au temps de La Guerre des Sardes.

 

 

 

 

2 – Akanah : la hache semble ici être faite en écailles de dragons et nous n'apprendrons que bien plus tard qu'elle est en métal.

 

 

Ange : C’est en effet une des trois armes en métal.

 

 

19 – L'antidote : le remède est d'abord décrit comme des feuilles séchées d'une plante. Mais, à la fin de l'aventure, Akanah a récupéré un sac contenant aussi des racines! Une plantation est envisagée avec redevances pour Akanah et Eléanor, mais cela risque d'être difficile si les racines sont desséchées!

 

Ange : Allez, il y a aussi des graines.

 

 

 

 

12 – Ellys : comme signalé dans la chronique, le maître d'armes Henj a beaucoup de chance d'avoir combattu le dragon sans aucune séquelle… C'est bien l'un des rares hommes de la série à en sortir intact physiquement et intellectuellement.

Ange : Cela peut se déclarer au fil des ans.

 

13 – Salmyre : sur la carte, il y a une grande zone orange qu'on ne revoit pas sur la carte finale (tome18) et que je pensais correspondre à un grand désert.

Ange : Il est très important pour notre crédibilité scénaristique que les cartographes se trompent régulièrement.

 

8 – Le chœur des ténèbres : selon les tomes, il y a une certaine ambiguïté entre "iNoire" et "iVoire"… peut-être due à une correction involontaire (voir tome 9).

Ange : Oui, c’est « Inoire ».

 

 

7 – Revoir le soleil : là encore, je me pose des questions sur le Veill qui a agi sur le haut lignage, mais pas sur les esclaves! - Et sur l'organisation de la cité : au début Vaune dit vouloir rencontrer les "3 grands", puis elle rencontre "le grand couple"… Un grand aurait-il disparu entretemps?

Ange : Il n’a pas disparu, mais « Le Grand Couple » fait partie du Conseil des Trois. La petite héroïne esclave est vierge, mais le Veill aurait fini par atteindre les esclaves, bien sûr ! Nous allons revoir tous ces enfants esclaves fugitifs dans un tome proche, dessiné par Alexe, et il y aura quelques séquelles.

 

22 – La porte du nord

 

16 – La déesse : encore une fois, le Veill semble avoir épargné les habitants d'un village qui vont aider les chevaliers. Pourquoi cette résistance? - La matriarche serait-elle Haro du tome 11? Même cheveux gris et même coupe, mais marques aux yeux spécifiques à ce tome… et caractère différent selon moi. - La signification du terme "raïad" est découverte au détour d'une bulle : "femme guerrière"… Les Nauris (tome 6) ont sans doute croisés les missionerias.

 

Ange : La Matriarche n’est pas Haro du tome 11, car les deux histoires se passent à deux époques différentes. « La Déesse » se passe en l’an 300 environ, Haro, de « Toutes les Mille et une Lunes » voit le moment du déclenchement de la Guerre des Sardes, trois siècles plus tard. Pour le village, même commentaire que pour les esclaves de « Revoir le Soleil », ils sont touchés, mais on en verra les séquelles plus tard.

Les Nauris ont croisé les Missionerias ! Bien vu ! Tu es la troisième personne à l’avoir remarqué, Gen.

 

 

10 – Vers la lumière : la seule fois où sont montrés des vaisseaux volants de l'ordre (des "voiles pourpres"), point qui semble en contradiction avec les chemins de pierres rouges à proximité desquels volent les vaisseaux (tome 19) puisque le combat a lieu en plein désert. – Les novices viennent de Faïza qui est une coquille vide dans le tome 5… à moins qu'une autre ville de la partie Est de l'empire ait le même nom!

 

Ange : Non, il y a bien un chemin de pierres pourpres qui dessert cette route volante. Et les novices viennent de Faïza, parce qu’à l’époque de la Guerre des Sardes, l’Ordre de Faïza est de nouveau ouvert.

 

11 – Toutes les mille et une lunes : si on compte en lunes terrestres, cela fait une rencontre tous les 76-77 ans. Cela semble difficilement compatible avec la marque identique sur les fronts de la matriarche d'Ishtar Farida, 38 ans, et sa novice Amarelle, ~13 ans… Cet écart correspondrait à des lunes de ~9 jours qui semblent plus compatibles avec une éventuelle réélection de l'ancienne… et conforme à une image fugitive d'une voute où j'ai cru distinguer 5 lunes autour de la planète. – Faïza est annoncée comme fermé par Haro au début, mais vers la fin il est dit que 2 novices de Faïza sont mortes! – La première épreuve des novices et les discussions du conseil commencent alors qu'il manque encore 5 ordres (voir page 6). – Pourquoi Letty crie-t-elle "Messara" en frappant sa tortionnaire au lieu de "Ishtar"?

 

Ange : Les lunes sont en effet différentes, et hou-là ! Que raconte Haro ! L’Ordre de Faïza est rouvert. Elle s’est trompée, c’est sûr. Et Letty allait certainement dire « Messara, tous des petits bras ! » ou « Messara, j’aime pas ça ! ». Pauvre Letty, certainement, une erreur de sa part elle aussi.

 

 

14 – La première : comment des hommes ont-ils pu tailler une montagne pour en faire le fort avec un dragon à l'intérieur? – Comment le dragon a-t-il été endormi aux temps néolithiques?

 

Ange : Alors là… secret défense, parce que des histoires et des révélations sont prévues.

 

15 – L'ennemi : j'ai du mal à admettre que l'ordre ait laissé entre les mains d'un collectionneur (fût-il sultan!) une arme aussi légendaire que la 2e épée faite avec le même métal que la faucheuse d'Ishtar. – Pourquoi les gardes ne sont pas touchés par le Veill lors de l'enlèvement de Saraï, alors qu'en fin d'album Sarkis et Saraï se transforment rapidement? – Sur la carte du sultan, la partie orange dans le tome 13 est devenue bleue : serait-ce un bras de mer?

 

Ange : Toujours la même réponse pour le Veill – qui frappe à la vitesse qui arrange les scénaristes. Mais à la fin, le Sultan Sarkis et Saraï sont peut-être là depuis des heures. Et ah, cette Guilde des Cartographes, franchement, ils ne sont pas sérieux. Ou peut-être qu’une petite histoire de déluge pourrait apparaître…

Le Sultan ne garde pas très longtemps l’arme dans sa collection. Il faut dire que c’est la guerre et que les Chevaliers Dragon ont d’autres Sardes à fouetter.

 

 

17 – Amarelle & 18 - Arsalam : Le nom de l'impératrice a changé : Helsana -> Hersana. – La carte du monde est très différente de la précédente : les chaînes de montagnes ont bougées, ainsi que les fleuves. Ishtar s'est éloignée des montagnes et Salmyre s'est rapprochée de Messara. Un lac ou bras de mer est apparu au nord-est. La zone orange ou bleue a disparu…. Je sais que les dragons provoquent des changements dans le paysage, mais, là, il en aurait fallu quelques centaines!! (Voir en fin de chronique l'image de comparaison des cartes) – Les sardes ne portent plus d'armures comme dans le tome 10. Les choix esthétiques de Guiton ont totalement été oubliés.

 

Ange : C’est Helsana. Et certains cartographes vont être fusillés. Mais bon… Le tome 13 dans lequel apparaît la première carte est une histoire racontée à une jolie jeune fille. Peut-être les informations données ne sont-elles que menteries…

 

 

20 – Naissance d'un empire : Lorta est duc maintenant alors qu'il était prince dans le tome 15 (scène du bal). – L'impératrice s'appelle à nouveau Helsana. – Pourquoi les sardes ne parlent-ils plus normalement? – L'empire d'Occident a-t-il perdu 1/3 (tome 18) ou ½ (tome 20) de sa superficie?

 

Ange : Ce n’est pas le même Lorta. Les Lorta sont une grande famille très puissante dont nous entendons parler dans de nombreux albums. Le premier Lorta à apparaître chronologiquement est Yassine Lorta, jeune lettré issu d’une bonne famille d’Arsalam, qui est exilé de la ville à la fin de « La Déesse ». Il va fonder une famille à Messara, qui va rapidement faire fortune en occident et devenir une Maison Princière extrêmement riche et un peu frondeuse, du genre à causer des soucis aux Empereurs successifs. Le dernier descendant en date de cette lignée à avoir une importance dans notre scénario est le Duc de Lorta, dans « Naissance d’un Empire », mais un autre descendant de cette famille, extrêmement différent, va bientôt apparaître dans un album dessiné par Stéphane Colignon.

 

Et les Sardes parlent différemment selon l’époque de l’album, leur tribu et leur niveau d’occidentalisation. L’Empire a perdu 1/3 de sa superficie au moment de la négociation avec les Sardes, mais l’Ancienne en a profité pour se tailler son royaume à elle dans les territoires du Nord, ce qui a encore réduit la taille de l’Empire… Bref, mauvaise période pour la pauvre Impératrice Helsana. Aussi, n’oublions pas que les gens mentent, exagèrent et se trompent dans leurs dialogues…

 

21 – La Faucheuse d'Ishtar : les chevaliers auraient-elles un moyen de préserver leur virginité tout en jouant les prostituées dans un bordel? -  Verna est-elle la Viala du tome 2?  

HS - Les contrées du Levant : si les courants ont emporté la grand-mère des jeunes filles jusqu'à l'île, j'ai du mal à croire qu'ils puissent les ramener d'où la grand-mère est venu. Auraient-ils complètement changé de sens?

 

Ange : Les courants varient selon les saisons, et puis il y a le vent et les routes maritimes ! Oui, Verna est Viala… Disons que ce sont peut-être deux prononciations régionales de son nom.

 

La jolie fille qui joue la prostituée est une Ombre (elle n’est donc pas vierge). La petite fille est le Chevalier.

 

Merci de cette discussion, c’est un plaisir que d’échanger sur cette série que nous adorons !

 

 

 

 

Merci beaucoup à Ange pour les explications et révélations donnés dans ses commentaires.

 

--------------------------

 

 

                                                                                          Chronique de Gen commentée par ANge

Repost0
16 septembre 2016 5 16 /09 /septembre /2016 14:34

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : LA GESTE DES CHEVALIERS DRAGONS

 


C'est de qui : Ange, toute une flopée de dessinateurs, et S. Paitreau à la colo

 

 

 

En guise de première partie de conclusion (si, si, promis!) à cette saga de l'été, je voudrais revenir sur quelques points qui sont soit importants pour la lecture des albums déjà publiés ou pour les prochains, soit curieux (erreurs des auteurs ou mauvaises lectures et/ou incompréhensions de ma part).

 

Importants tout au long de la série :

 

  • Les dragons : il n'y a pas un seul modèle de dragon. L'imaginaire de chaque dessinateur y est sans doute pour beaucoup. Ailé ou non, cracheur de flammes ou non, cornu ou pas, avec ou sans crête, ces charmantes bestioles vont du lézard surgonflé au gigantesque cauchemar volant à 6 yeux en passant par le yong coréen. Un point est apparu rapidement dans l'album 13 : les dragons apparaissent le long de lignes sur la carte (des méridiens du monde?)… Il ne semble pas avoir été repris par Ange depuis.

 

 

 

 

 

 

  • Le Veill : cette aura des dragons qui contamine leur entourage et grandit en force avec la puissance de la bête. Personne ne sait vraiment comment agit le Veill : certains êtres sont touchés immédiatement, d'autres après une longue durée; certains êtres sont touchés physiquement, d'autres mentalement ou les 2 ensemble.

  • La virginité des chevaliers dragons : seules les vierges ne sont pas touchées par le Veill et peuvent approcher des dragons… bien que la proximité des dragons puisse leur provoquer des cauchemars (le plus souvent des réminiscences du passé).

  • Les épées : seules les armes faites en écailles de dragon ou dans un métal créé par le Veill peuvent traverser la carapace des dragons. 3 armes historiques ont été faites avec le premier métal trouvé : 2 épées et 1 hache. Une épée peut être transmise de chevalier à chevalier. Mais quand l'une d'elle meurt face à un dragon, ses compagnes marquent sa tombe avec son épée ou l'incinère avec.

 

 

 

  • La politique : officiellement, l'ordre ne se mêle pas de politique, mais en réalité celle-ci est omniprésente. De plus comme le dit Oris dans le tome 2 : "un acte public, quel qu'il soit, est toujours politique." Ce qui explique l'hostilité de l'ordre religieux d'Aman ou de certains dirigeants à diverses époques envers l'ordre.

  • La corruption : elle existe un peu partout (ordres religieux, dirigeants ou fonctionnaires des cités). Côté ordre des chevaliers dragons, il y a beaucoup d'hypocrisie : les chevaliers ont interdiction d'accepter des dons d'argent mais elles peuvent recevoir des cadeaux "symboliques" comme vêtements, armes, denrées à manger ou à boire… à condition que cela ne soit pas trop voyant auquel cas elles devront tout donner au trésor de l'ordre. Comme le dit la très vieille Oris dans le tome19 : "La prochaine fois, elles n'auront qu'à mieux dissimuler leurs bêtises…"

 

 

 

 

  • La sexualité : elle est sous-jacente plus d'une fois dans la série. D'abord au sein de l'ordre : soit par des pratiques hétérosexuelles protégeant la virginité (voir Eléanor dans le tome 19: "Rien en-dessous de la ceinture"), soit par des pratiques homosexuelles plus ou moins cachées. Hors de l'ordre: mariages forcés, polygamies, viols, dons d'êtres humains… reviennent plus d'une fois dans les albums.

 

 

 

  • La misogynie : mis à part les chevaliers dragons, la position des femmes n'est pas vraiment enviable dans la plupart des lieux rencontrés dans la série. Les prêtres d'Aman maintiennent des règles tenant la femme en position de faiblesse vis-à-vis des hommes. Le mariage les met sous la tutelle de leur époux après celles de leurs pères ou leurs frères. Dans beaucoup de villes, les femmes doivent avoir une tenue chaste et décente (comportement et vêtements). Mais, curieusement, Messara a une impératrice dirigeant la partie ouest du monde au moment de la guerre des Sardes… Comme disait La Fontaine dans la fable "Les animaux malades de la peste" : "Selon que vous serez puissant ou misérable, / Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir."

  • Les sciences : le monde des chevaliers dragons est dans un contexte plutôt médiéval où les études scientifiques ne semblent pas être faites au grand jour (voir Hassan dans le tome 9 et les allusions faites à ses écrits dans les tomes 13 et 19). Seule la cartographie du monde semble être couramment pratiquée (même si les auteurs ne nous ont pas encore donné une carte du monde). L'utilisation de tisanes ou drogues sans doute issues des plantes est utilisée pour soigner et sans doute aussi des onguents ou cataplasmes.

 

 

 

  • Les arts et artisanats : le travail des métaux ou des tissus ou du verre, la fabrication du papier, la construction de bâtiments, la fabrication de meubles ou de bijoux… sont florissants et ont générés quelques merveilles. Des artistes réputés sculptent, peignent ou, sans doute, composent (plus difficile à représenter en BD!)

  • La magie : elle est sous-jacente dans certains albums comme le 1e où la ville est protégée des chutes d'eau par un sort si l'on en croit les prêtres d'Aman. Ellys peut devenir enceinte grâce à un collier magique dans le tome 12. Le fonctionnement des bateaux volants, évoqué dans le tome 19, est lié à la magie des routes de pierres rouges qu'ils sont obligés de suivre. Sans doute, une persistance des pratiques religieuse et magiques des Nauris du tome 6. Le capitaine du vaisseau résume ainsi : "Vous ne savez pas pourquoi les dragons apparaissent… et nous ignorons pourquoi nos vaisseaux volent."

 

 

 

 

  • Les sardes : ce peuple de pillards nomades vivant dans le désert est cité quelques fois avant d'apparaître dans le tome 11 et d'être en permanence soit physiquement, soit en citation dans d'autres tomes puisque ce sont les ennemis de l'empire de Messara pour la guerre de 1000 ans.

  • La liste n'est sans doute par complète. À chacun de rajouter ses points marquants manquants.

​---------------

 

 

Nous avons eu la chance de pouvoir échanger avec le scénariste Ange (la partie féminine du duo) et voici ses commentaires et éclaircissements :

 

 

 

 

"Analyse extrêmement intéressante et complète ! Merci Gen !

 

 

J’en profite pour rajouter quelques points qui intéresseront peut-être les Nerds de la Geste. ;)

 

 

L’univers de la Geste s’étale sur 12 000 ans environ, de l’histoire de « La Première », à l’époque actuelle. L’époque actuelle, dans la Geste, évolue constamment : elle correspond à l’album le plus avancé chronologiquement dans notre histoire. Pour l’instant, « l’époque actuelle » est la Guerre des Sardes ; il n’y a rien de publié qui se passe « après »… cela va changer bien sûr.

 

Dans les pages de garde des albums, tu trouveras maintenant les histoires classées par ordre chronologique, donc de « La Première » (- 11 000 ans) à « Naissance d’un Empire », + 628 dans notre chronologie non officielle.

 

L’an zéro correspond au premier album de la Geste.

 

Il y plusieurs époques dans notre série :

 

- D’abord, l’avant premier tome... La préhistoire (avec « La Première »), la création de l’Ordre des Chevaliers Dragon (dont on voit la légende dans « La Faucheuse d’Ishtar », et ses débuts difficiles (illustrés dans « Par delà les Montagnes »). Au moment de la création de l’Ordre, Messara est une petite ville, dirigée par un petit roi. Mais la montée en puissance de l’Ordre des Chevaliers Dragons, dont le premier Ordre est installé à Messara, donne à la cité l’impulsion pour devenir une puissance militaire… puis un Empire.

 

 

 

 

 

 

 

- Ensuite vient « notre époque narrative numéro un ». C’est l’an zéro de notre chronologie non officielle, l’époque de « Jaïna » (le tome 1), la première époque où nous nous sommes arrêtés. L’époque classique, l’âge d’or de l’Ordre des Chevaliers Dragons. Là, nous avons écrits toute une série d’albums dont les histoires s’enchevêtrent sur une période de soixante ans environ… (« Brisken », « Aveugles », « Jaïna », « Akanah », «Le Pays de Non Vie », « les Jardins du Palais »). C’est l’époque de la bataille de Brisken et de ses conséquences, ce sont les histoires de Jaïna, d’Ellys, d’Akanah et d’Eléanor.

Et d’Oris qui est le Chevalier Dragon qu’on voit le plus dans la Geste. Oris apparaît à peu près dans tous les albums de cette époque, à des âges divers. C’est notre Chevalier préféré !

 

Un Empereur, celui qui a trahi les Chevaliers à Brisken, est à la tête de l’Empire de Messara, qui sera ensuite nommé simplement « l’Empire », puis « L’Empire d’Occident » après la scission.

 

- Ensuite… six cent ans passent. Certains albums non reliés aux autres, comme « La Déesse », « La Porte du Nord », « Revoir le Soleil », sont placés entre les deux époques majeures.

 

- Puis vient notre « époque narrative numéro deux », celle de la Guerre des Sardes. Là encore nous nous arrêtons pour toute une série d’albums dont les histoires s’enchevêtrent sur une période de cinquante ans. « La Guerre des Sardes » bien sûr, mais aussi « Toutes les Mille et Une Lunes », « La Mer Close », « L’Ennemi », « Vers la Lumière » « Naissance d’un Empire », et même certaines parties de « La Première » qui montrent Amarelle enfant.

 

Oris était le personnage clé de la première période narrative, Amarelle est le personnage clé de cette période ci. C’est le moment du schisme, et de la séparation de l’Ordre des Chevaliers Dragons en deux organisations rivales : l’Ordre des Chevaliers Dragons d’Orient et l’Ordre des Chevaliers Dragons d’Occident… qui vont se haïr et se combattre. Et il y a maintenant deux Empires. L’empire d’Occident (l’ancien Empire) est dirigé par une femme, Helsana.

 

Pour l’instant, la chronologie s’arrête là – il n’y a pas d’album publié qui se déroule après la mort d’Amarelle. Mais deux d’entre eux sont en cours de réalisation.

 

 

 

 

 

 

Tout cela pour dire que certaines des différences culturelles entre les albums de La Geste des Chevaliers Dragons sont des différences d’époques. En 12 000 ans, beaucoup de choses changent, et même en six cents.

Nous faisons bien attention à faire évoluer les rituels, les habitudes et les traditions… il ne serait pas crédible que deux Ordres séparés de mille kilomètres et de sept cent ans aient les mêmes habitudes.

 

Et quant aux femmes (bien vu !), en l’an – 400 (« Par delà les Montagnes ») elles n’ont pas le droit d’entrer dans les auberges non accompagnées, en l’an zéro c’est un Empereur sur le trône et les femmes commencent à se battre pour leurs droits (la Comtesse de Cressay dans « Aveugles ») et six cent ans plus tard, une femme est impératrice.

 

La magie existe en effet mais elle est légère, et parfois, elle n’est qu’un mensonge. Comme le collier qui permet à Ellys de tomber enceinte dans le Tome 12. (Ne le répétez pas, mais la voyante n’a fait qu’un peu de travail psychologique…)"

 

 

 

 

2e partie de cette conclusion à paraître en début de semaine prochaine.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

 

Une chronique de Gen, commentée par Ange

 

 

 

Repost0
15 septembre 2016 4 15 /09 /septembre /2016 12:38

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : NARAGAM. L’APPEL DES PRIMORDIAUX

 


C'est de qui : Le Galli & Mike

 

 

La Couv':

World of Fantasy  /  Naragam 2  Vs.  Warcraft

Déjà croisé chez nous? Oui

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Nous avions laissé nos trois protagonistes- le chétif mais volontaire  Geön, le reptilien Sajiral et la grosse brute Brog- dans une mauvaise passe à la fin du premier volet de Naragam. Les voilà prisonniers et destinés à périr en combats ou en sacrifice, mais c’est  sans compter sur leur opiniâtreté et, au mépris d’un certain danger, les voilà qui faussent compagnie à leurs ravisseurs…pour tomber de Charybde en Scylla !

 

Araignée géante, créatures colossales, guerriers assoiffés de sang… ce second volet est mené à une allure soutenue, de rencontres dangereuses en course poursuites le tout sur fond visuel impressionnant de primordiaux figés titanesques qui apportent une atmosphère très dark à la trilogie fantasy de Le Galli et Mike.

 

Le premier prouve qu’il sait écrire dans des domaines pourtant fort différents avec la même réussite, et il est fort bien secondé ici par le second qui crée un univers marquant dans un genre pourtant surexploité en BD.

 

Naragam est un récit qui, si sa conclusion reste à ce niveau, n’aura aucun mal à figurer dans e haut du panier de la fantasy franco-belge de ces dernières années !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? WRACRAFT

 

 

C'est de Qui ? R. Djawadi

 

 

La couv' 

 

 

Déjà croisé par ici ? Oui

 

 

On peut écouter? En entier même:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Ne nous leurrons pas, si Ramin Djawadi s’est retrouvé aux manettes de la B.O de cette adaptation à gros budget de l’un des jeux vidéo les plus célèbres de sa catégorie, c’est très probablement grace à ses travaux sur la série TV Game Of Thrones.

 

A l’écoute de morceaux comme The Horde la ressemblance avec certains thèmes de GOT est tellement évidente qu’elle en deviendrait presque génante, c’est dire.

 

Après, le scénario et le monde de Warcraft étant résolument plus fantasy que la série de HBO, le film permet au compositeur des envolées épiques bien heavy, à base de percussions survoltées et de chœurs masculine lyriques comme on peut en attendre dans ce genre d’univers.

 

Djawadi, connu pour son manque certain de subtilité et d ‘originalité, laisse cependant entendre, au milieu de cette furie musicale, quelques passages plus calmes de bon aloi, axés sur les ambiances sourdes ou mélancolico-héroique (comme dans My Gift To You aux accents là encore très GOTiens).

Un cocktail explosif bien dans l’esprit de ce second volet de Naragam.

 

 

----------------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags