27 mars 2019 3 27 /03 /mars /2019 14:24
 

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  AUJOURD’HUI EST UN BEAU JOUR POUR MOURIR

 

 

C'est de qui ? Colo

 

 

La Couv':

 

Ne remettez pas à demain  /  Aujourd’hui est un beau jour pour mourir  Vs.  The Cloverfield Paradox

 

Déjà lu dans le coin? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Le Long Bec

 

 

Une planche:

 

Ne remettez pas à demain  /  Aujourd’hui est un beau jour pour mourir  Vs.  The Cloverfield Paradox

 

Ca donne Quoi ? Bien, commençons par dire que, si vous n’avez pas le moral, si vous vous sentez un peu dépressif, ce n’est peut être pas le bon jour pour entamer la lecture de cet album de Colo qui, d’une certaine façon, a crée là son From Hell à lui.

En effet si les deux œuvres ont des sujets et des portées fort éloignés, ils n’ont pourtant pas en commun que leur poids et leur généreuse pagination.

Noirceur du ton, originalité de la partie graphique, fond au service de la forme… nul doute qu’à l’instar d’un Allan Moore, Colo, auteur complet d’Aujourd’hui est un beau jour pour mourir, a crée là une œuvre qui sera marquante dans sa carrière (que l’on ne peut que lui souhaiter d’être aussi riche que celle du vieux barbu de Northampton).

 

Mais recentrons nous un peu sur l’album. Il y est question de plus sieurs personnages, entretenant des liens plus ou moins proches, aux vies fort différentes mais toutes reliées même si les fils qui les lient sont parfois infimes ou n’apparaissent que très tard dans l’histoire.

 

Dans une Espagne d’un futur proche, un dirigeant de laboratoire pharmaceutique sans scrupules va charger un tueur redoutable de propager un virus à la propagation aussi rapide qu’exponentielle qui rend les victimes dépressives au point d’en mourir.

 

Dans le même temps un mystérieux activiste pirate les réseaux télévisuels à intervalles irréguliers afin de semer le doute dans l’esprit des gens par rapport à la société qui les entoure.

 

Ne remettez pas à demain  /  Aujourd’hui est un beau jour pour mourir  Vs.  The Cloverfield Paradox

 

Au sein d’un chaos rampant inéluctable, qui va créer une crise sanitaire et sociale sans précédent et surtout sans remèdes, le reste du casting (un groupe de potes musiciens assez disparate, un vieil écrivain à la recherche de l’inspiration, un restaurateur friand d’histoires, notre tueur en roue libre, etc…) va tenter, bien vainement pour la plupart, de survivre.

 

Aujourd’hui est un beau jour pour mourir est un livre foisonnant, qui, de l’aveu même de son auteur, a été pas mal improvisé, et si cela se ressent parfois sur des longueurs inévitables sur un tel marathon (on parle toue de même de plus de 380 pages de bande dessinée ici !), on ne peut être qu’épaté par le résultat qui invoque des scènes qui commencent à nous être désagréablement familières et aborde des sujets sociaux, moraux voire philosophiques traités avec un certain talent et abordés par le biais d’images souvent fortes dans un style graphique très actuel, aux teintes de couleurs souvent sombres, évocatrices de l’ambiance générale fort noire du scénario.

 

Un album qui fera date à n’en pas douter, et pas que dans la carrière de son auteur.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : THE CLOVERFIELD PARADOX

 

 

C'est de qui ? B McCreary

 

 

La Couv':

 

Ne remettez pas à demain  /  Aujourd’hui est un beau jour pour mourir  Vs.  The Cloverfield Paradox

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Il y a une dizaine d’années de ça je me souviens avoir vu un film de SF dont la fausse bonne idée était d’être filmé à la façon d’un caméscope (à la manière du déjà pénible Blair Witch) pour faire croire que ce qui se passait dedans (New York attaqué par une grosse bestiole qui la détruire consciencieusement) était vrai.

Le nom de JJ Abrams associé au bouzin et une promo savamment agencée firent pour beaucoup dans le succès d’un film aussi fatiguant que moyen.

 

Quelle ne fut pas ma surprise, alors que je cherchais quelques B.O intéressantes à utiliser pour mes futures lectures, de découvrir que non pas une mais bien deux « suites » avaient vu le jour depuis, dont celle abordée aujourd’hui, qui date de l’année dernière.

 

C’est Bear McCreary qui est aux commandes de la musique de ce Cloverfield Paradox et vu qu’on a croisé le bonhomme une paire de fois chez nous je ne vous referais pas la bonne blague qu’un compositeur qui se prénomme Ours ne doit pas forcément avoir la patte fine (pour les moins anglophones de nos lecteurs, ceux qui dormaient en cours d’anglais dés la 6°, Bear est donc en effet la traduction d’ours).

 

Surtout qu’en plus d’être facile la remarque serait un peu déplacée vu que son boulot sur le film est relativement inattendu dans le genre. En effet il propose une variété de thèmes assez impressionnante avec des rappels entre eux intelligents que ce soit coté rythmique ou mélodique, des atmosphères qui évoluent de l’action à la terreur, sans pour autant oublier des respirations bienvenues, qui sonnent plus romantiques.

 

Au rayon des instruments solistes on retrouve là encore des choses insolites comme la flute et le violoncelle, bien exploités.

 

Il ne fallait pas moins coté changement et variation pour un récit aussi dense que l’album du jour.

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
15 mars 2019 5 15 /03 /mars /2019 10:08

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  MAX, LES ANNEES 20. TOME 2.

 

 

C'est de qui ? Rubio & Ruben Del Rincon d’après A. Perez-Reverte

 

 

La Couv':

 

 

Le Dernier Tango à Paris (et ailleurs!)  /  Max Les Années 20 Vs.  Tueur à gages

 

Déjà lus sur le site? Oui, ensemble et séparément.

 

 

C’est édité chez qui ? Le Long Bec

 

 

Une planche:

 

Le Dernier Tango à Paris (et ailleurs!)  /  Max Les Années 20 Vs.  Tueur à gages

 

Ca donne Quoi ? Nous avions laissé notre héros beau gosse, après ses mésaventures avec la Légion Étrangère , en fort piteux état. Heureusement pour lui une jeune femme au tempérament de feu, Boske, va le prendre sous son aile et les voilà partis pour une nouvelle -grande- vie, à base de faux semblants, d'arnaques en tout genre et de cambriolages de haut vol !

 

Suite et fin de ce premier diptyque (en tout cas j' espère fortement qu'il y en aura d'autres vu la qualité de celui ci!) où le scénariste relève avec panache le défi d'adapter le personnage inventé par Perez-Reverte, à grand renforts d'aventure, de suspense, de romance, de sensualité exacerbée et de scènes hautes en couleur.

 

Il est épaulé par le superbe dessin de Ruben Del Rincon, dont l'originalité et le dynamisme sont un atout majeur pour la série qui a tout pour devenir un futur classique si le succès est au rendez vous !

 

Assurément l'un des coups de cœur de ce début d'année chez B.O BD !

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : TUEUR A GAGES

 

 

C'est de qui ? D. Buttolph

 

 

La Couv':

 

Le Dernier Tango à Paris (et ailleurs!)  /  Max Les Années 20 Vs.  Tueur à gages

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Avec un pitch toujours efficace dans le genre, Tueur à gages s'inscrit dans la lignée des films noirs classiques amenés à devenir des modèles qui donneront des variations inspirées comme le Samouraï de Melville ou de Ghost Dog de Jarmusch (qui en est un remake plus ou moins avoué).

 

Il donne l'occasion à David Buttolph, plutôt connu pour ses scores de western, de renouer avec le suspense torve de certains de ses travaux précédents (notamment le très bon Chien des Baskerville), et d'y insuffler une couleur jazzy bienvenue, via un piano soliste , des cuivres au groove imparable et une section rythmique chaloupée.

 

Une ambiance chaude comme du velours et une tension sous-jacente froide comme l'acier : un cocktail adéquat pour cette seconde partie de Max, Les Années 20.

 

 

 

 

---------------

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
6 mars 2019 3 06 /03 /mars /2019 14:52

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  GEANT ET LE FACHEUX RENDEZ VOUS

 

 

C'est de qui ? R. Ryberg

 

 

La Couv':

 

Des Géants et des Aliens  /  Géant et le fâcheux rendez-vous  Vs.  Alien Nation

 

Déjà lu Non

 

 

C’est édité chez qui ? Les Aventuriers de l'étrange

 

 

Une planche:

 

Des Géants et des Aliens  /  Géant et le fâcheux rendez-vous  Vs.  Alien Nation

 

 

Ca donne Quoi ? Ozzy est plutôt d'un naturel chétif et du genre à fuir la bagarre ce qui lui a valu auprès de ses potes- dont il est un peu le souffre douleur- le surnom de « géant » ,

Mais quand sa copine se fait avaler par une créature monstrueuse sortie de nulle part, notre anti-héros ne va pas hésiter à surpasser ses peur pour la sauver, suite à en voir des vertes et des pas mûres !

 

Pour son premier album le suédois Rune Ryberg mettait la barre plutôt haute avec un récit complètement barré qui va à 100 à l'heure, peuplé de créatures dignes d'un Lovecraft sous acide.

 

Si la BD a reçu le prix du meilleur album jeunesse en 2015, j'ai trouvé que le propos et le traitement la destinait plutôt à un public un peu plus averti qui en appréciera probablement mieux la démesure!

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :ALIEN NATION

 

 

C'est de qui ? C. Sobel

 

 

La Couv':

 

Des Géants et des Aliens  /  Géant et le fâcheux rendez-vous  Vs.  Alien Nation

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Chose rare mais dont pas mal de compositeurs ont eu à subir, le score d'Alien Nation d'origine, écrit par Goldsmith, fut écarté pour un autre écrit lui par Curt Sobel.

 

Cela étant la qualité de l'écriture de Goldsmith n'était pas -vous vous en doutez- en cause mais les projections tests n'ayant pas convaincu, le montage fut refait et la musique ne correspondait plus. Goldsmith, pris sur un autre projet, ne pût retravailler sa partition et c'est donc un tout autre score qui fut choisi.

 

Sobel garde l'électronique choisie dés le départ mais donne à sa musique une saveur plus axée sur le film noir, tout en conservant de grands moments d'action et une dynamique prononcée.

 

Considéré le temps imparti à Sobel, son boulot est assez remarquable et, abstraction faite de l'aspect résolument désuet des sonorités électro de l'époque, l'atmosphère générale accentue le décalage de l'album de Ryberg, déjà bien déconnant !

 

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
3 mars 2019 7 03 /03 /mars /2019 10:23

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  FOUCHE. 3. L'HOMME D'ETAT.

 

 

C'est de qui ? Juncker & Mallet

 

 

La Couv':

 

Puissants de l'ombre  /  Fouché. L'Homme d'Etât  Vs.  Lacenaire

 

Déjà croisés sur le site? Oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Les Arènes BD

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? L'opportuniste par excellence Fouché, sert les intérêts de Napoléon, tout autant que les siens en agissant à sa guise alors que l'Empereur n'a de cesse d'affronter l'Europe entière (ou presque).

Puissant et craint, il sent néanmoins le vent tourner quand Napoléon apprend sa tentative de rapprochement avec l'ennemi anglais et le limoge.

 

Retombant toujours sur ses pattes notre homme va ourdir le retour de la royauté et la chute de l'empereur.

 

Avec ce troisième tome Juncker et Mallet concluent leur évocation d'une des figures ô combien importante de tout un pan de l'Histoire de France. La vie et la carrière du père de la police moderne, intriguant né et génie politique est un terreau riche que Juncker, féru d'Histoire qui n'en n'est pas à son coup d'essai, raconte avec une passion communicative.

 

Le dessin de Mallet, si moins original que celui de son scénariste, fait néanmoins fort bonne impression dans la retranscription historique.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :LACENAIRE

 

 

C'est de qui ?L. Petitgirard

 

 

La Couv':

 

Puissants de l'ombre  /  Fouché. L'Homme d'Etât  Vs.  Lacenaire

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ?Choisir la musique d’un biopic sur un célèbre malfrat pour accompagner celui du père de la police moderne peut paraître cavalier mais, à la lecture de la trilogie de Juncker et Mallet on aura bien saisi que Fouché n’est pas un perdreau de six semaines.

 

Laurent Petitgirard compositeur à la solide formation classique, auteur de nombreux opéras, pièces de chambre et symphonique, collabore à nouveau avec Francis Girod et choisit de mettre en avant cuivres et vents pour sa partition.

 

S’il est venu au grand écran autant par hasard que pour l’aspect lucratif, la richesse de son écriture est manifeste et n’est pas sans faire penser à d’illustres prédécesseurs des débuts du cinéma quand les grands du classique s’essayaient à l’exercice de la musique de film.

 

Mariant avec savoir faire les possibilités de l’orchestre et l’illustration musicale pure, Petitgirard livre une B.O bien au dessus du film pour lequel elle a été écrite (et qui ne sera pas un succès d’ailleurs) dont les qualités sont des plus appréciables ici.

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
13 février 2019 3 13 /02 /février /2019 10:28

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LE CUIRASSE POTEMKINE

 

 

C'est de qui ? P. Auladell

 

 

La Couv':

 

Révolution (In)Temporelle  /  Le Cuirassé Potemkine  Vs.  Suite Symphonique

 

Déjà lu sur B.O BD? Oui, déjà chez L'An 2

 

 

 

C’est édité chez qui ? Actes Sud L’An 2

 

 

 

Une planche:

 

 

Révolution (In)Temporelle  /  Le Cuirassé Potemkine  Vs.  Suite Symphonique

 

Ca donne Quoi ? Décidément en ce moment chez L’An 2 on est révolutionnaires ! En effet, après le Manifeste du Parti Communiste et alors que Revolution vient de paraître (nous y reviendrons bientôt), c’est une adaptation inspirée du Cuirassé Potemkine d’Eisentstein signée par Pablo Auladell que l’éditeur nous propose aujourd’hui.

 

Déjà responsable d’une saisissante version du Paradis Perdu de Milton, parue il y a quelques années déjà chez L’AN 2, l’artiste espagnol délaisse ici quelque peu son style pictural flamboyant pour coller au plus près à l’esthétique du film d’Eisenstein. Fidèle à la narration et au découpage du long métrage, Il ajoute à un noir et blanc gras, de ci de là, une infime touche de couleur –rouge évidemment !-

 

Le Cuirassé Potemkine évoque un des incidents clés qui donnera naissance aux deux révolutions russes : la rébellion de l’équipage d’un navire face à leurs conditions déplorables de vie et de travail. Mutinerie soutenue par la population et qui sera réprimée dans le sang par les troupes du pouvoir en place.

 

Auladell retrouve toute la force d’expression d’une oeuvre majeure dans l’histoire du 7° Art, lui redonnant une jeunesse inespérée dans un monde où la profusion d’écrans et de média relèguent un film muet en noir et blanc à l’état de relique inregardable par une génération qui en aurait pourtant grand besoin. 

 

Vœux pieux : Maintenant Pablo, il faut nous faire une version d’Ivan Le Terrible !

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : SUITE SYMPHONIQUE OP 81

 

 

C'est de qui ? S. Prokoviev

 

 

La Couv':

 

Révolution (In)Temporelle  /  Le Cuirassé Potemkine  Vs.  Suite Symphonique

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Sous le régime tout sauf sympathique de Staline, héritier abâtardi de la révolution bolchevique, Prokoviev, bien obligé de se plier aux désidératas du petite père du peuple,  livre cette œuvre ouvertement partisane, pour ne pas dire propagandiste qui va hélas connaître un funeste sort.

 

Prévue alors que l’URSS et l’Allemagne nazie viennent de signer un pacte de non agression – le héros de l’œuvre est un soldat russe qui lutte contre l’envahisseur allemand !- et exécution sommaire du directeur de l’opéra et ami du compositeur juste avant les premières représentations, elle est interdite et il faudra deux bonnes décennies pour la voir réapparaître.

 

Sujet aidant, la musique de Prokoviev est pleine d’allant et d’élans héroïques, avec des montées de cuivres épiques dignes de certains passages de son score pour Alexandre Nevski.

Une œuvre assez grandiose pour l’adaptation d’une qui ne l’était pas moins !

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags