22 mars 2020 7 22 /03 /mars /2020 13:32

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  RENCONTRES MALEFIQUES

 

 

C'est de qui ? Mignola & Johnson Cadwell

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt comics

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour Mignola, fort souvent.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Mike Mignola n’a jamais caché son amour inconditionnel pour le personnage de Bram Stoker, signant même, pour son entrée dans la cour des grands, une adaptation magistrale de la version de Coppola de Dracula.

 

Il revient aujourd’hui à ses premiers amours avec cette variation quelque peu burlesque où un chasseur de monstres à mi-chemin entre Van Helsing et le Professeur Bruttenholm, flanqué d’un assistant qui ressemble à un Humpty Dumpty qui aurait grandi. Ensemble, notre improbable duo lutte contre un erzatz de Dracula, s’acoquinent avec un loup garou suicidaire, s’incrustent dans un sabbat de Walpurgis ou encore affrontent des créatures infernales nées des restes de deux vampires.

 

L’ambiance décalée est surtout crée  par le style graphique de l’artiste choisi par Mignola pour sa nouvelle série, en effet, le trait de Johnson Cadwell est très dans l’esprit de cette frange de dessinateurs lancée par Sfar, Blain et consorts. Ce trait que d’aucuns qualifieraient d’hésitant, qui emprunte aux codes de la BD jeunesse, apporte une originalité bienvenue à ces Rencontres Maléfiques !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : RETURN TO HORROR HIGH

 

 

C'est de qui ? S. Widelitz

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Production un peu fauchée que l’on pourrait qualifier de surréaliste si elle ne poussait pas tant le pastiche, avec des pseudos ambitions scénaristiques peu en phase avec sa réalisation, son budget ou encore son casting.

 

De son coté Widelitz, dont on comprend que la carrière soit restée  cantonné aux téléfilms moyens et autres épisodes de séries tv) en fait des tonnes, à grands coups de piano limite désaccordé, d’orgue d’église gothique hystérique, le tout bien appuyé par des effets électronique d’un autre âge, réverb’ en tête.

 

Cet aspect ouvertement « too much » de la musique la rend, soyons honnêtes, quasi inécoutable en tant que telle mais fort amusante en fond sonore des délires mignolesques de Rencontre Maléfiques.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
22 février 2020 6 22 /02 /février /2020 10:07
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  BOLCHOI ARENA

 

 

C'est de qui ? Boulet & Aseyn

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Imaginez un monde – probablement pas si lointain- où le monde virtuel, via les jeux vidéo notamment, aura pris une telle place qu’il en viendra à concurrencer la vraie vie.

Pas forcément attirée par le Bolchoï, sorte de MMO/ réalité alternative aux millions de joueurs, Marje, initiée par sa meilleure amie, s’est prise au jeu avec une telle intensité qu’elle a rapidement gravi les niveaux et est devenue complètement accro.

Lors d’un bug la voilà coincée dans cet univers virtuel tandis que son corps est resté inerte dans le monde réel.

 

Alors que ses amis tentent de la faire revenir, ses expériences dans le Bolchoï, entre missions suicide et autres duels entre joueurs, rendent son retour de plus en lus incertain.

 

De Tron à Ready Player One, les fictions qui évoquent le passage de la réalité au virtuel sont nombreuses. Dans cette série à la croisée des genres, Boulet et Aseyn ont fort bien saisi les enjeux et l’impact du jeu vidéo tout comme l’omniprésence des écrans sur notre société actuelle, avec tous les travers que leur usage abusif peut engendrer. Loin d’être moralisateur, le scénario va à cent à l’heure avec notamment des scènes d’action et de combat fort bien mises en scène.

 

 

Au-delà du message, de la thématique, la forme complète également bien le fond via le style graphique hybride d’Aseyn qui emprunte aux codes du manga old school (l'Akira d'Otomo en tête) comme à ceux du comics, mais avec une vraie identité franco-belge indé. Le dessinateur fait clairement partie de cette nouvelle génération d'artistes qui a su digéré et s'approprier ses influences multiples et variées, et le résultat est enthousiasmant.

 

Un récit maîtrisé et original qui plaira à un large public, à commencer par les amateurs éclairés de SF bien foutue.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : SPLINTER CELL. CHAOS THEORY

 

 

C'est de qui ? Amon Tobin

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? C’est après la sortie du sombre et novateur Out from out where qu’Amon Tobin commence réellement à se faire un nom sur la scène internationale.

Le studio derrière la série vidéoludique Splinter Cell ne s’y est pas trompé et embauche le musicien brésilien pour écrire la B.O du troisième volet du jeu.

 

Gardant cette approche atmosphérique souvent inquiétante, Tobin enregistre des instruments en live, pas mal de cordes notamment, pour ensuite en studio les remixer, les triturer voire les torturer ; leur ajoutant des rythmiques syncopées souvent nerveuses pour ne pas dire épileptiques.

 

On est à mi-chemin entre l’électro expérimental et le score de film d’action/sf et le résultat dépasse les attentes, fonctionnant aussi bien avec son support qu’en tant que galette à part entière.

 

Une musique inventive pour aller avec une BD qui ne l’est pas moins !

 

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab


 

 

Repost0
7 février 2020 5 07 /02 /février /2020 09:41

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  DAYBREAK

 

 

C'est de qui ? Brian Ralph

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt Comics

 

 

Déjà lu sur B.O BD? Non

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? The Walking dead, en mode Livre dont Vous Etes le Héros, sauce indé.

Voici en une phrase – à rallonge je reconnais- le résumé de DayBreak de Brian Ralph.

 

Pour creuser un peu, le lecteur (moi, vous si vous achetez cet album) se réveille dans un environnement post-apo glauque au possible, accueilli par un mec plutôt sympa, dont le bras droit à été amputé.

Commence alors une sorte de course poursuite pour leur survie face à des créatures (morts vivants, infectés, on ne sait pas trop ?) qui cherchent à vous bouffer.

Les quelques humains survivants que vous rencontrez ne sont pas forcements sympathiques, eux aussi risquent, pour diverses raisons, de tenter de se débarrasser de vous.

 

Bref, vous l’aurez compris, on n’est pas là pour rigoler même si le contrepied choisi par Ralph, que ce soit dans le traitement graphique – un trait typique indé US assez dépouillé tout en sépias- comme narratif –une aventure vécue en point de vue subjectif sans réel fil rouge ou intrigue prononcée- peut plaire aux amateurs du genre usés par ses déclinaisons à l’infini comme aux lecteurs curieux.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : THE ROAD

 

 

C'est de qui ? N. Cave & W. Ellis

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Disons le d'emblée, si les scores du duo Nick Cave et Warren Ellis,

Ils retrouvent John Hillcoat, le réal de The Proposition, premier effort des musiciens dans le monde du 7° art, pour cette adaptation du roman éponyme de Mc Carthy.

 

A un scénario post apocalyptique blafard, la musique répond par des nappes instrumentales atmosphériques erratiques et douloureuses, traversées à quelques endroits de passages plus tendus où les rythmiques se font frénétiques, les cordes dissonantes et les sonorités torturées.

 

De la B.O de circonstance donc même si quelque chose de plus décalé aurait peut être été plus intéressant.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

Repost0
20 janvier 2020 1 20 /01 /janvier /2020 19:31

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  MARSHALL BASS. L’ANGE DE LOMBARD STREET.

 

 

C'est de qui ? Macan & Kordey

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, sur les précédents.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? C’est une chose de survivre au milieu de montagnes enneigées ou de s’évader d’un pénitencier haute sécurité, mais quand notre improbable Marshall se retrouve au milieu de la faune de ses semblables, en pleine Exposition Universelle à Philadelphie en cette fin de XIX° siècle, la donne n’est pas la même.

 

Bass va avoir à faire à un féroce tueur en série qui répond au nom d’Ange, défenseur des rescapés de la Guerre de Sécession aux gueules cassés, mais  mener une enquête en étant noir, même avec une étoile dorée, n’est pas pour plaire aux officiers blancs de la ville.

 

Un cinquième épisode un peu plus classique que les précédents dans cette série dont l’intérêt est justement l’originalité des environnements, mais tout de même prenant grâce à une intrigue tendue et un graphisme atypique travaillé et riche.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : CARNY

 

 

C'est de qui ? A. North

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Alex North, légende de la discipline avec 3 riches décennies derrière lui, collabore avec le guitariste de The Band pour créer un panorama musical adéquat pour ce petit film se déroulant dans un carnaval ambulant.

 

Si les compositions des deux artistes se mélangent plutôt bien à la vision du long métrage, c’est bel et bien North qui a du -et su- s’adapter à l’écriture de Roberston, qui lorgne plus vers une sorte de folklore étrange que vers l’illustration musicale.

 

Relativement libre de toute pression North livre une B.O où il peut panacher son écriture en altérant des compositions assez classiques avec des atmosphères plus inattendues où il expérimente quelque peu via la diversification des instruments utilisés et leur emploi.

 

Le score de ce Carny a finalement amené à L’Ange de Lombard street la pincée d’originalité qui lui faisait quelque peu défaut.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
18 janvier 2020 6 18 /01 /janvier /2020 16:34

 

Le grand retour de Gen chez B.O BD avec cette première chronique de 2020 pour un tome...20!

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : SILLAGE 20

 

 

C'est de qui ? Philippe Buchet – Jean-David Morvan

 

 

La Couv': 

 

 

Déjà croisés sur BO BD ? oui

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Une planche: 

 

 

Ça donne Quoi ? Une fois n'est pas coutume, je vais vous parler du dernier tome d'une série à succès et qui a débuté il y a longtemps (février 1998).

 

Je la suis depuis le début et comme beaucoup de lecteurs, j'attendais avec impatience que les auteurs nous en disent un peu plus sur Nävis. Dès le tome 3, ils laissent entendre qu'elle n'est pas humaine par la réflexion d'un personnage qui éclate de rire : "Un être humain? Toi?". De même, nous savions aussi que ses bandes blanches peuvent lui provoquer des chocs électriques allant jusqu'à l'évanouissement.

 

Enfin, les auteurs révèlent des détails sur son passé et sa naissance. Non sans révéler au passage quelques petites choses sur son environnement de jeunesse vue dans les séries dérivées Nävis ou Les chroniques de Sillage ou dans certains albums précédents. Le côté intéressant de ces croisements est de découvrir que Jean-David Morvan a créé un univers cohérent dès le début à propos des origines de Nävis et de son vaisseau.

 

La fin de l'album laisse présager une rencontre proche avec les humains et/ou les semblables de Nävis. Et donc peut-être une clôture totale de la série.

 

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? OUTLAND

 

 

C'est de Qui ?  Jerry Goldsmith

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu chez nous ? oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ça donne Quoi ? Je ne sais pas pourquoi le film Outland est souvent décrié comme un simple "western" dans l'espace avec le gentil shérif en lutte contre le méchant patron de la mine… Ce film vaut mieux que cela et la BO de Jerry Goldsmith y est pour quelque chose. Une musique aux tonalités aussi sombres et noires que la mine où triment les ouvriers.

 

Après tout, la traduction française de son nom est bien "orfèvre", non? Et c'est exactement ce qu'il est : un orfèvre de la musique de film qui sait s'adapter au sujet illustré. En regardant la filmographie du monsieur, j'y ai trouvé beaucoup de films que j'ai vus et dont la musique me revient facilement en tête.

 

Mais cet orfèvre n'a pas été vraiment reconnu par la profession car il n'a jamais reçu la statuette doré bien que nommé 18 fois pour l'oscar de la meilleure musique de film.

 

La musique d'une enquête sur un satellite de Jupiter pour accompagner une enquête policière dans un vaisseau spatial, cela coulait de source!

 

 

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Gen

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags