11 mai 2021 2 11 /05 /mai /2021 09:14
 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LES REINES DE SANG. CATHERINE SFORZA 1

 

 

C'est de qui ? Pecau & Parma

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Déjà croisés sur le site? Pecau oui.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Si la famille Sforza est surtout connue pour ses « interactions » avec les Borgia, il ne faut pas pour autant minimiser l’importance de cette lignée dans l’histoire de la Renaissance. On peut compter sur Jean Pierre Pécau, scénariste chevronné, amateur autant d’Histoire que d’uchronie pour réparer cet éventuel oubli.

 

Dans l’excellente collection des Reines de Sang – que j’ai un peu délaissé je l’avoue malgré mon enthousiasme pour ses premières séries- il évoque le destin de Catherine Sforza, jeune femme aux idées et aspirations fort en avance sur son temps qui n’hésites pas, dès les premières années de son règne de princesse, à prendre les armes pour défendre une place forte, à braver les convenances et à fomenter des alliances tout en échappant aux manigances et autres tentatives d’assassinats de ses nombreux rivaux.

 

Une série de vulgarisation à la hauteur de ses aînées, et même si j’ai trouvé le trait de Gabriele Parma moins flamboyant que certains de ses prédécesseurs il faut lui reconnaître un vrai talent dans la reconstitution historique.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :OPHELIA

 

 

C'est de qui ? S. Price

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? On peut regretter à l’écoute de la B.O de cette version d’Hamlet qui met en avant le personnage de la pauvre Ophélia (jouée par une jeune Jedi), qu’un quelconque contexte historique n’ait été envisagé si ce n’est par l’usage de l’instrument probablement le plus réhabilité ces dernières années, à savoir le violoncelle.

 

Cela étant on peut reconnaître à Steven Price d’avoir su retranscrire toute la mélancolie puis la tragédie de l’histoire via des mélodies aux arrangements et variations parfois intéressants où les flutes et les voix se posent plutôt bien.

 

Probable qu’un autre de ses pairs aurait plus subtilement et efficacement troussé la chose mais en l’état, et en tant que bande son de ce nouveau diptyque des Reines de Sang, la B.O d’Ophélia reste agréable à écouter même si loin d’être inoubliable.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab


 

 

Repost0
18 avril 2021 7 18 /04 /avril /2021 15:05
 

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  MARSHAL BASS. LOS LOBOS.

 

 

C'est de qui ? Macan & Kordey

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Déjà croisés sur le site? Sur les précédents tomes oui.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Rejeté par sa fille, Bass se met en tête de renouer avec le reste de sa famille (qui a toute les raisons de lui en vouloir) et apprend que sa femme s’est mise à la colle avec un don Vega, propriétaire terrien possessif.

 

Mais on ne choisit pas sa famille et le frère de Vega n’est autre que le chef du gang Los Lobos, ramassis de révolutionnaires ratés, de freaks avinés et autres baltringues excités de la gâchette.

 

Ce bon vieux River ne va donc pas danser La Bamba avec le gang de Los Lobos (blague réservée aux plus de 35 ans !) et heureusement que sa progéniture (nombreuse !) est plus débrouillarde que lui sinon son destin aurait bien pu être scellé ce coup ci !

 

Comme je le faisais remarquer avec le précédent tome Macan, scénariste de la série,  arrive à se renouveler épisode après épisode en choisissant un décor à chaque fois différent et souvent surprenant.

Cette fois il prend même le lecteur à contre pied en faisant de son protagoniste principal un témoin assez passif de l’histoire face à un casting haut en couleur.

 

De son côté Kordey, malgré plusieurs séries menées de front, rend toujours une copie impeccable aux décors riches et à la distribution réussie, même si l’on a droit qu’à une seule double page ici, le reste est à l’avenant.

 

De la série western comme on aimerait en lire plus souvent !

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :RINGO AND HIS GOLDEN PISTOL

 

 

C'est de qui ? C. Savina

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Chef d’orchestre tout autant que compositeur, Savina a travaillé avec les plus grands noms de son époque : Nascimbene, Rozsa, Sarde ou encore, évidement, son compatriote Morricone.

 

Expérience ô combien gratifiante pour l’italien qui a su mettre à profit ces collaborations. Avec plus de 200 B.O à son actif, Savina a bien entendu écrit extensivement pour les westerns spaghettis, ainsi sur le score de cette série B lambda  s’il en est, il propose une partition calibrée certes mais bourrée de qualités illustratives et mélodiques.

 

A l’instar de Morricone, Savina ne bâcle jamais un travail et, si la panoplie au complet du score de western est de la partie (guitare, trompette et même …sifflement) quelques trouvailles intelligentes comme des brisures dans les rythmiques ou encore des notes bleues qui flirtent avec l’atonal, pimentent sa B.O avec originalité.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

 

 

 

Repost0
25 mars 2021 4 25 /03 /mars /2021 09:29

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : LE BARON

 

 

C'est de qui ? Jean-Luc Masbou

 

 

La Couv': 

 

 

Déjà croisés sur BO BD ? oui

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Une planche: 

 

 

Ça donne Quoi ? Les aventures fantastiques du baron de Münchhausen ont déjà été adaptées, détournées, modifiées… très souvent entre cinéma, bande dessinée et autres média. Donc on pourrait penser que ce nouvel album ne mérite pas vraiment que l'on s'y attarde. Je vais essayer de prouver le contraire.

 

L'apprentie conteuse que je suis ne pouvait ignorer un album évoquant l'un des plus grands conteurs (certains diront menteur ou affabulateur…) qui soient. Surtout que j'ai découvert grâce à lui que le baron avait vraiment existé alors que j'étais persuadé que c'était un personnage de fiction.

 

C'est la découverte que fait le camelot Engelbert Bodmann en s'arrêtant dans la ville de Bodenwerder au printemps 1787. Il propose le livre aux citadins qui lui expliquent que c'est "leur" baron qui habite à côté. Ils vont tenter de décider le baron à venir à l'auberge pour raconter ses histoires. Le garde-chasse va lui montrer le livre et réentendre au passage des histoires de chasse. Un jeune serviteur aura droit aux aventures lunaires, le capitaine aux histoires russes, le cuisinier aux aventures sur mer. Hélas, le baron respecte la promesse faite à sa femme de ne plus s'enivrer à l'auberge. Mais…

 

 

Jean-Luc Masbou a eu l'heureuse idée de placer les aventures du baron au milieu d'une histoire entre histoire revisitée et conte. Le baron est flatté d'être devenu le personnage principal d'un livre qui restera à la postérité tandis que sa femme déplore que son nom reste attaché à des mensonges. Mais quel noble des environs, aussi riche et/ou snob soit-il, peut se vanter d'être le héros d'un livre? De quoi se poser des questions : vaut-il mieux être connu de son vivant pour ses richesses, sa beauté… ou rester dans les mémoires même comme un intarissable vantard ou menteur ou conteur (parfois les 3 à la fois)?

 

C'est le traitement graphique de l'auteur qui fait de cet album une vraie pépite originale. S'il a conservé au personnage le physique régulièrement utilisé depuis longtemps, il a choisi un style d'illustration différent pour chaque série d'aventures :

Images d'Épinal pour la vie du baron

Toiles de Jouy rose pour les aventures de chasse (voir ci dessous)

Théâtre de marionnettes pour les aventures dans la Lune (voir plus haut)

Pages cernées de petits dessins dans le style des illustrations de Bilibine pour les aventures russes (pour lesquelles on peut regretter le choix d'inverser quelques lettres pour évoquer le cyrillique)

 

 

Tonalité jaune et rose pour les aventures sur mer

Pages de parchemin pour les aventures exotiques et sous la mer

 

Et le boulet me direz-vous? Qu'en est-il du boulet?

À vous de le découvrir en lisant l'album!

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? LES AVENTURES DU BARON DE MÜNCHHAUSEN

 

 

C'est de Qui ?  Michael Kamen

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu chez nous ? oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ça donne Quoi ? C'était une évidence pour la fan de Terry Gilliam que je suis que la musique de son film soit un accompagnement idéal pour l'album.

 

Michael Kamen a composé de nombreuses musiques de films ou téléfilms dont certaines sont bien connues des cinéphiles (voir sa filmographie ailleurs). Il a montré dans ce score une souplesse extrême pour s'accorder avec la fantaisie du réalisateur en passant du côté martial de la guerre à une douceur tendre en passant par une fantaisie orientale. Mais il y a souvent avec des trompettes tonitruantes pour rappeler la carrière militaire du baron ou que c'est un "claironnant" vantard?

 

Mais ma partie préférée (et celle que je vous propose) concerne les aventures dans la Lune avec des instruments un peu étranges sifflants ou désaccordés bien en phase avec le côté baroque des aventures contées.

 

 

---------------

 

 

Une Chronique de Gen

Repost0
23 mars 2021 2 23 /03 /mars /2021 14:13
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  DENSITY 3

 

 

C'est de qui ? Trondheim & Vince

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt comics

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, ensemble même.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Plus forte que les Avengers réunis, Chloé et ses pouvoirs de densité + et – marave la sentinelle extraterrestre envoyée par les envahisseurs aliens causant ainsi pléthore de dommages collatéraux au Japon.

Dans le même temps, le mafieux qui avait vendu les armes à Marco enlève la sœur et la copine de Chloé afin de faire pression sur cette dernière si toutefois elle comptait mettre à exécution ses menaces de taxer notre trafiquant d’une grosse partie de ses gains malhonnêtes.

 

Entre ça et le désir de vengeance des E.T, autant dire que ça va déménager sévère !

 

Deux ans et demi après le tome 2 voici enfin la suite de la délirante trilogie SF/super héroïque signée Trondheim et Vince. Autant dire que le scénariste s’est diablement lâché sur cette délirante série, qui se révèle bien plus aboutie et fun à mon goût que Infinty 8 dans le même esprit.

 

Le dessin de Vince est également  un régal, que ce soit sur ses héroïnes sexy, ses aliens monstrueux où les effets pyrotechniques grandiloquents. Bon maintenant m’sieur Trondheim, vous lui avez écrit de la fantasy, de la sf, faut lui pondre un scénar de bd X, c’est encore là qu’on le préfère notre Vince ! (et puis même Morvan s’y est mis –on en a parlé ici- alors hein !)

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :ARCHENEMY

 

 

C'est de qui ? Umberto

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? En matière de super héros, surtout au cinéma, on a deux écoles : le grand spectacle bubble gum qui fait dans la surenchère, dont DC et Marvel se sont fait les fleurons, a grand renforts de superproductions bourrée d’effets spéciaux avec scénario en option ; et à l’autre bout du prisme les versions alternatives du mythe où l’on rencontre des personnages plus humains, aux pouvoirs marginaux ou aux failles intéressantes avec des backgrounds plus originaux.

 

De Kick Ass à Misfits la liste est longue est on trouve à boire et à manger ; l’un des derniers en date, Archenemy, présente un héros tombé sur terre et dépossédé de ses pouvoirs, moqué par les gens qu’il rencontre et qui va faire équipe avec un ado pour éradiquer une bande de gangsters.

 

La B.O, loin des clichés tonitruant du genre, s’apparenterait plus à du Goblin speed mis au goût du jour. Goblin est un groupe de rock prog italien  des années 70 qui s’est fait un nom en mettant en musique des films phares du Giallo (et que l’on a du croiser une paire de fois chez nous).

La culture musicale d’Umberto, l’homme derrière le score d’Archenemy vient de là, de son propre aveu, et que ce soit au cinéma ou dans sa carrière perso, le musicien a profondément exploité ses influences.

Ici aux synthés sous acides il ajoute de bonnes grosses claques sonores dignes des ponctuations Zimmeriennes, mais moins systématiques et surtout plus efficace dans le sens qu’elles s’opposent justement à l’ambiance hypnotique du reste de la B.O.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
6 mars 2021 6 06 /03 /mars /2021 09:59
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? DORORO INTEGRALE 1

 

 

C'est de qui ? O. Tezuka

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Déjà lu sur B.O BD? Oui

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Promis à des démons à sa naissance par son père, en échange du pouvoir, Hyakkimaru est abandonné au fil de l’eau dans un panier, tel Moïse.

 

Amputé de 48 membres divers et variés, récupéré et rafistolé par un vieux médecin notre malchanceux héros va développer des dons hors du commun et errer à la recherche des démons qui en veulent à sa vie, chacun d’entre eux, une fois occis, lui ramenant l’un de ses membres perdus.

 

En route il va croiser le chemin de Dororo, jeune vagabond chapardeur qui a le chic pour se mettre dans des situations dangereuses dont Hyakkimaru le tire avec force dommages collatéraux.

 

 

Delcourt poursuit ici sa mise en valeur de l’œuvre de Tezuka en proposant une édition des plus soignée de Dororo,  œuvre à part dans la carrière du « dieu du manga », à mi-chemin de ses récits fantastiques aux paraboles soignées et de ses thrillers sombres et dérangeants.

A l’instar de récits comme MW, le trait enfantin presque naïf de Tezuka est en complète opposition avec la violence de certaines séquences, qu’elle soit graphique ou psychologique.

 

Preuve (s’il en fallait une) de l’influence majeure de Tezuka sur ses pairs, en substance, on trouve à divers degrés dans Dororo les prémisses d’œuvres incontournables du manga, que ce soit le génial Lone Wolf and Cub de Koike et Kojima, le culte Berserk de Miura ou encore l’Habitant de l’infini de Samura.

 

.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :KUMONOSU JO

 

 

C'est de qui ? M. Sato

 

 

La Couv':

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Si l’influence du scénario du Château de l’Araignée de Kurusawa vient directement du Macbeth de Shakespeare, celle de la partition de son collaborateur quasi attitré Masaru Sato serait plutôt à aller chercher du coté de la musique traditionnelle nippone et de l’illustration scénique du théâtre NO.

 

Thème courts, nappes de flutes alternants les registres graves et aigus selon l’ambiance recherchée, percussions traditionnelles saccadées et chants masculins solennels sont autant de composantes d’une B.O qui apporte une puissance aux images de Kurosawa et dont les sonorités intemporelles vont de pair avec le trait suranné de Tezuka et les errances sanglantes de ses deux atypiques héros.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags