13 janvier 2021 3 13 /01 /janvier /2021 14:42
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LES 5 TERRES. L’OBJET DE VOTRE HAINE.

 

 

C'est de qui ? Lewelyn & Lereculey

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, sur les précédents.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Fin de cavale dans ce nouveau tome pour Astrelia qui va apprendre dans la douleur que la vengeance est un plat qui non seulement se mange froid mais peut se révéler des plus amers. Pendant ce temps son cousin, sous ses airs de gentil chaton règne d’une main de fer sur Angelion n’hésitant pas à intensifier ses représailles sur les étudiants aux idées progressistes. Toute cette cruauté a néanmoins un prix : son Ombre se rapproche de son prédécesseur, son garde du corps commence à entrevoir la nature de celui qu’il sert et le conseil lui est plus hostile que jamais.

 

Cet avant dernier volet du premier cycle des Cinq Terres est donc, vous l’aurez compris, aussi riche en rebondissements qu’en longues scènes de  dialogues politiques sur le pouvoir et ses dangers qui - si assez basiques parfois- se font clairement l’écho de la situation mondiale actuelle. Plus que sur les précédents encore, L’Objet de votre Haine justifie comparaison à la série TV Game Of Thrones dans ce qu’elle a de meilleur.

 

Ajoutez à cela une partie graphique toujours aussi léchée (Lereculey est décidément un stakhanoviste surdoué du dessin !) et vous obtenez –encore- un album quasi parfait qui se lit trop vite et sur lequel on aura plaisir à revenir dés la sortie du prochain voire plus tard quand les ramifications des différents cycles se feront jour !

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE CRIMES OF GRINDENWALD

 

 

C'est de qui ? J.N. Howard

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Souvent.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? En une paire de décennies James Newton Howard s’est imposé comme le compositeur de score de fantasy capable de naviguer du coté dark voire fantastique de celle-ci jusqu’à son aspect grand spectacle quasi familial sans se perdre en route.

 

Ses travaux pour Night Shyamalan ou les récentes « adaptations » live de la Belle au Bois Dormant et de Blanche Neige ont démontré que le bonhomme savait poser une ambiance en conjuguant le sens du grand spectacle à consonnance gothique.

Le prequel d’Harry Potter ayant un ton un peu plus mature (quoique !) Howard a donc naturellement été embauché pour mettre en musique les deux volets déjà sortis.

Sans thème trop catchy et fortes quelques assonances aussi inattendues qu’intelligemment utilisées, avec des solos de piano aux accents tragiques et autres  percussions électroniques  sourdes et massives, les atmosphères sombres sont ici légions, et vont bien aux nombreuses scènes dramatiques de ce nouvel album des 5 Terres. On zappera peut être les aspects plus « potteriens » de la B.O où le compositeur cherche à se rapprocher des premiers thèmes de John Williams, voire flirte avec les grandes œuvres d’Elfman pour Burton.

 

Dans l’ensemble un score plus typé fantasy aurait peut-être mieux convenu mais ils ne sont pas légion et un panache d’ambiances est tout de même intéressant sur cette série aux qualités manifestes qui mérite le haut du panier comme accompagnement musical.

 

 

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
4 décembre 2020 5 04 /12 /décembre /2020 15:14
 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  FIRE POWER 1

 

 

C'est de qui ? Kirkman, Shamnee & Wilson.

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt comics

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Un américain orphelin parcourt la Chine, passant d’un senseï à l’autre et apprenant diverses méthodes de combat à la recherche d’informations sur ses parents.

 

Quand il arrive enfin au bout de son périple, dans un temple éloigné de tout, il va se découvrir des pouvoirs inattendus et un destin probablement plus compliqué que ce à quoi il s’attendait !

 

 

Si le principe même n’est pas neuf, loin s’en faut surtout dans le comics (de super héros entre autre !), avec un voyage initiatique formateur, des condisciples jaloux voire agressifs, un senseï aux multiples facettes, une amourette accessoire et j’en passe, Kirkman dont le savoir-faire n’est plus à démontrer- les nombreux fans de Walking Dead et Invincible confirmeront- livre une narration soignée aux dialogues ciselés et bien dosée que ce soit dans l’humour, l’action ou les diverses pistes possibles.

 

 

Le trait cartoony et fort dynamique de Shamnee, bien appuyé par les couleurs tantôt flashys tantôt plus douces sert bien le propos de ce premier volet qu’on sent calibré mais avec des qualités manifestes.

 

Mention spéciale à la conclusion de qui, évidemment intrigue assez le lecteur  (voire relance l’intérêt de ceux que le reste de l’album aurait pu lasser) pour avoir envie de découvrir la suite.

Celle-ci confirmera si Kirkman a encore touche le jackpot.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :WARRIOR SAISON 2

 

 

C'est de qui ? Safinia & Scott Salinas

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Le western –et ses dérivés- ne se démode décidément pas tant qu’il est revisité à bon escient. La série de Cinémax Warrior vient confirmer ces dires avec cette évocation du San Francisco de la fin du XIX° siècle où les chinois arrivent par bateaux entiers, recréant peu à peu leur mode de vie dans la cité californienne, avec leurs tongs et leurs disputes intestines face à une population américaine naissante qui les accepte difficilement.

 

Après attention on est bel et bien là sur de la série d’action et d’arts martiaux plus que sur un docu historique, le scénario d’origine est d’ailleurs l’idée d’un certain…Bruce Lee. La B.O de la série est un score pur western, agrémenté de maints ajouts orientaux bien placés le tout truffé d’arrangements électroniques, de distorsion et autres rythmiques endiablées.

Le mélange, aussi improbable sur le panier que la série elle-même, fonctionne pourtant pas mal, mélange de traditionnel et de modernisme qui ne se prend pas la tête et met l’action sur le devant de la scène.

 

Tout comme Kirkman a compris que le comics doit être avant tout un divertissement fun, Salinias et Safinia livrent une partition qui alterne entre le cliché et le jouissif.

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
23 novembre 2020 1 23 /11 /novembre /2020 10:33
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  CASTELMAURE

 

 

C'est de qui ? Trondheim & Alfred

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Déjà croisés sur le site? Trondheim souvent, Alfred une seule fois.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Un troubadour d’un genre bien particulier, qui se fait appeler mytographe, recueille les histoires des gens qu’il rencontre afin d’en faire des contes.

L’histoire qu’il aimerait connaître par-dessus tout est celle du roi Eric, souverain de Castelmaure, errant depuis qu’une malédiction s’est abattue sur lui et son peuple. Bientôt ses recherches vont le mettre sur la bonne piste et lui révéler la destinée peu enviable d’Eric et des protagonistes qui gravitent autour de la légende de Castelmaure.

 

 

Il y a longtemps que Trondheim ne m’avait pas autant fait plaisir. En effet si j’avais été peu convaincu par ses récents travaux, ce conte médiéval est une réussite qui vient se ranger aux côtés d’autres du même genre, le très bel Age d’Or de Pedrosa et Moreil, l’excellent Petit de Hubert et Gatignol, Bouffon de Zidrou et Porcel ou encore la Morgane de Fert et Kansara.

 

 Un roi perdu, un narrateur témoin (« mythographe », quelle jolie invention !), une sorcière, une malédiction, des créatures monstrueuses, les ingrédients du fantastique sont mélangés avec talent et la sauce prend on ne peut mieux, on se laisse guider par ce récit à tiroir plein de symbolique, rendu encore plus goûtu par le dessin d’Alfred qui s’éloigne de sa zone de confort pour flirter à la fois avec le style jeunesse mais aussi les influences de l’illustration d’antan.

 

Une des belles lectures de cet automne qui mérite de figurer dans toute bédethèque qui se respecte.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THIRD EAR BAND

 

 

C'est de qui ? Third Ear Band

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui, une fois.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Imaginez l’alchimie entre le free jazz, domaine de l’improvisation par excellence, et la musique médiévale européenne. Vous aurez alors peu ou prou une idée de ce que produisait Third Ear Band, combo éclectique qui sévit sporadiquement entre la fin des années 70 et le début des années 90.

 

Leur second album, au titre éponyme, est une ode aux éléments, avec quatre pistes portant sobrement le nom de ces derniers. Rythmiques envoutantes aux percussions, phrases décousues et hypnotiques jouées par le hautbois, la viole, la flûte, incursions surréalistes et lointaines de guitare électrique, le concept est poussé assez loin mais reste fort dans son expressivité. Polanski ne s’y trompera pas et demandera au groupe de composer la B.O de son Macbeth l’année suivante.

 

Si les errances sonores de Third Ear Band peuvent parfois déstabiliser l’auditeur d’aujourd’hui, elles sont assez inventives et originales pour être utilisées comme B.O de ce conte signé Trondheim et Alfred.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
12 novembre 2020 4 12 /11 /novembre /2020 10:30
 

 

 

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  DONJON MONSTERS. REVEILLES TOI ET MEURS.

 

 

C'est de qui ? Sfar, Trondheim et David B.

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, tous, mais pas ensemble.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Le Gardien et Alexandra reviennent du royaume des morts sous forme de squelettes et sont emportés par une marée de leurs semblables à l’assaut de la tour d’Herbert version Sauron vilain petit canard.

Amnésique, notre héros d’os philosophe sur sa condition au milieu du fracas des os et de l’acier.

 

La Bd c’est un peu comme le football, on peut rassembler des stars au mercato, sur le terrain le résultat n’est jamais garanti (les lecteurs me pardonneront j’espère ce parallèle footballistique qui me surprend moi même !)

 

Si le doyen du trio ici présent s’en sort haut la main, avec une partie graphique qui est un véritable caviar pour lui, pleine de créatures monstrueuses, de décors et armures fantasy et autres bastons épiques, lui permettant de donner libre cours à ses délires, ceux du duo de scénaristes tournent vite au surréalisme, véhiculé par une voix off omniprésente, faisant de ce 13ème Donjon Monsters une curiosité quelque peu hors du temps, que je conseillerais au fan hardcore de la série concept, aux amateurs esthètes du style caractéristique et racé de David B, voire aux complétistes pointilleux.

Les non initiés pourraient quant à eux ressortir confus de ce surprenant Réveilles toi et meurs.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :ESCAPE FROM THE PLANET OF THE APES

 

 

C'est de qui ? J. Goldsmith

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD?

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Avec l’adaptation –tés réussie par ailleurs- au cinéma de la Planète des Singes, Jerry Goldsmith avait clairement marqué le monde de la B.O avec une partition aussi inventive qu’efficace où son sens de l’écriture n’avait d’égale que ses expérimentations inédites.

Après avoir fait l’impasse sur le second film –retenu par le tournage de Patton- le compositeur revient à la série sur ce troisième épisode, clairement en deçà niveau filmique mais sur lequel Goldsmith livre encore un matériau impeccable.

 

Reprenant une poignée de thématiques de sa B.O précédente, il rajoute une batterie de percussions variées et une section d’instruments jazzys à son cocktail. Le résultat est certes plus ancré dans son époque avec des pistes que n’auraient as reniées un Lalo Schifrin par exemple et le mélange entre musique d’action et groove trippant fait des étincelles.

 

C’est me semble-t-il le seul épisode de la franchise dont on n’avait pas encore écouté la B.O., c’est chose faite, et avec une BD tout aussi décalée en plus !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
30 octobre 2020 5 30 /10 /octobre /2020 16:17

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LA COURONNE DE VERRE. PLUS PEINE QUE GLOIRE.

 

 

C'est de qui ? Richemond & Bennato.

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour France Richemond

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? En cette fin de XIV° siècle la France vit des heures bien incertaines alors que Charles V s’éteint et que son héritier n’est pas encore en âge de gouverner.

Les oncles du futur Charles VI entendent en effet bien récupérer leur part du gâteau même si cela doit être aux dépends du pays et de la paix. Exsangue, la couronne voit le peuple se révolter contre les impôts injustes et bientôt la capitale est en proie aux émeutes.

 

Heureusement pour le dauphin de nouveaux et fidèles alliés font leur apparition dans son entourage.

 

L’excellent Trône d’Argile étant en stand-by jusqu’en 2022, France Richemond, seule au scénario cette fois ci, entreprend de raconter les évènements qui y ont amené avec cette nouvelle série. Après Jeanne la mâle Reine, l’historienne chevronnée prouve une fois encore qu'elle est également une scénariste et une narratrice de talent, en mariant à la perfection la Grande Histoire et la petite via une intrigue prenante aux personnages attachants, qu’ils soient réels ou inventés (voire les deux dans le cas de Tanneguy.

 

Tout comme sur la précédente série elle a bien su s’entourer avec, au dessin, l’italien Tommaso Bennato, formé aux comics, qui livre ici une copie sans fautes.

Son trait est moins réaliste peut être que celui de Théo mais non moins riche et détaillé et tout aussi expressif.

Si comme moi vous êtes amateurs de belle BD historique pas didactique pour un sou, je ne saurais que trop vous recommander la lecture de ce premier volet de la Couronne de Verre.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : JEANNE D’ARC

 

 

C'est de qui ? E. Serra

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Fort de son succès du 5° Elément et souhaitant à nouveau donner un grand rôle à son égérie du moment, Besson le nabab se lance dans la superproduction historique Jeanne d’Arc. Casting trois étoiles, gros moyens, décors naturels et B.O épique signée, une fois encore, par son collaborateur des premières heures : Eric Serra.

 

Grand orchestre symphonique, chœurs fournis, on est loin des synthés des précédents opus et ce n’est pas moi qui m’en plaindrait (même si l’électronique pointe son nez de temps à autre cela dit). Serra met les petits plats dans les grands en alternant des thèmes simples mais efficaces – essentiellement aux cordes- repris ensuite avec d’intéressants développements dans des passages aux envolées lyriques souvent saisissantes.

 

Si on pourra lui reprocher de s’être beaucoup inspiré de grandes œuvres classiques, le Carmina Burana de Orff en tête, on appréciera le changement de registre du compositeur et la volonté de coller à l’aspect grand spectacle soigné des images.

 

Il n’en fallait pas moins pour ce premier volet de la Couronne de Verre.

 

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags