4 août 2016 4 04 /08 /août /2016 15:51

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : LE PORT DES MARINS PERDUS

 

 

C'est de qui : Teresa Radice et Stefano Turconi, sans oublier le traducteur Frédéric Brémaud

 

 

La Couv':

C'est pas les hommes qui prennent la mer... /  Le Port des Marins Perdus  Vs.  Master and Commander

Déjà croisé sur le site? Non

 

 

C'est édité chez qui ? Glénat (treize étrange)

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Gen : Un chef d'œuvre… Un de mes coups de cœur (je palpite peut-être trop souvent) de ces derniers mois!

 

Fab : Complètement, en tout cas ce que j’ai lu de plus réussi cet été, belle alliance du fond et de la forme. Qu’est-ce qui t’as plu dans ce Port des Marins Perdus Gen ?

 

Gen : Pour reprendre l’expression très à propos des auteurs cet "opéra graphique en 4 actes"

nous offre une histoire baignant dans l'étrange, l'aventure, le romanesque… avec des personnages centraux auxquels on s'attache très vite. Dans l'ordre d'entrée en scène, il y a :

  • Abel, jeune garçon amnésique découvert sur les côtes du Siam en juillet 1807. Ramené à Plymouth par le HSM Explorer, il montre une connaissance importante de la vie en mer et des usages sur les bateaux de sa Majesté.
  • William Roberts, premier officier et commandant de l'Explorer depuis que le capitaine Stevenson a disparu avec le trésor de guerre pris sur un vaisseau espagnol
  • Helen, Heather et Harriet Stevenson, filles du capitaine déchu, qui tiennent l'auberge L'Albatross… où William va loger Abel
  • Rebecca Riordan, tenancière de la maison close Pillar to Post
  • Nathan Mc Leod, capitaine du Last Chance appartenant à la Compagnie des Indes, colosse écossais amant de la belle Rébecca
  • Yasser Allali, premier officier du Last Chance et ami de Nathan Mc Leod, qui cite régulièrement des adages et citations arabes

Il y a aussi le port des marins perdus que, seuls, Abel et Rébecca peuvent voir comme tous ceux qui ont eu une chance de rattraper une mission que la mort leur avait volé.

 

Fab : On sent le souffle de la grande aventure à l’ancienne souffler sur cet album, l’inspiration vient clairement des grands classiques du genre.

 

Gen : Oui, une nouvelle épopée s'ajoute aux grands récits maritimes mondialement connus que sont L'île au trésor (d'un certain Stevenson!), Moby Dick, 20000 lieues sous les mers… (Chacun pourra ajouter ses propres lectures).

 

 

 

 

Fab : Et que dire du parti pris graphique !Dés les premières pages j’ai trouvé un air très disenyen aux visages et en effet la bio des artistes en fin de volume indique qu’ils ont bossé tous deux pour le studio aux Grandes Oreilles.

 

Gen : Les auteurs ont eu une excellente idée en choisissant de garder les pages crayonnées plutôt que de les encrer et de les coloriser. Cela ajoute un charme extraordinaire que la page scannée ne peut rendre convenablement. Les dessins sont fins et les personnages d'une expressivité rarement atteinte en bande dessinée. Peut-être que les spécialistes auraient des choses à dire sur les détails des uniformes ou les voiles des bateaux, mais les décors marins ou terrestres sont si beaux que l’on se moque que les boutons ne soient pas exacts!

 

Gen :  Il serait dommage de passer à côté : ce gros livre de plus de 300 pages est tellement prenant qu'il est difficile de lâcher avant d'avoir atteint la fin. Il y a des albums de 50 pages bien plus indigestes.

 

Fab : C’est pas souvent, mais sur ce coup là on est clairement sur la même longueur d’ondes ! Faut-il que l’un de nous deux s’en inquiète ? ^^

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? MASTER AND COMMANDER

 

 

C'est de Qui ? Iva Davies, Christopher Gordon & Richard Tognetti

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu chez nous?  Non

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? Pour ce film de marins qui surfe (hum !) sur la vague de popularité de Russel Crowe à l’époque sans pour autant atteindre forcé ment la qualité de ses illustres prédécesseurs, ce ne sont pas moins de trois compositeurs à qui a fait appel la prod’.

 

Plus ou moins connus dans leur contrée d’origine –l’Australie- ils conjuguent, chacun dans sa partie,  chansons originales, adaptations de folklore et œuvres de grands compositeurs classiques: Bach, Boccherini, Corelli, Mozart…

 

Si coté musiques déjà existantes et chansons la B.O est impeccable pour le Port des Marins Perdus, le reste du score à proprement parlé manque parfois un peu d’enthousiasme, d’esprit de grand spectacle à l’ancienne et ça pourrait être dommage si la BD n’avait pas besoin de moments plus intimistes.

 

D'ailleurs les auteurs du livre ont mis Master et Commander dans la longue et intéressante liste de musiques qui les ont inspiré pour l’écriture de l’album.

 

 

 

----------------------------------

 

 

Une chronique de Gen et Fab

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags