1 février 2016 1 01 /02 /février /2016 17:45

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : LES SPECTATEURS.

 

 

C'est de qui ? Victor Hussenot

 

 

La Couv':

 

 

Déjà croisé sur B.O BD? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Gallimard.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Que voilà une BD intrigante ! Dans son fond comme dans sa forme mais également sur son propos et sa portée. Les Spectateurs, dans un style graphique des plus particulier mais très accrocheur, à mi-chemin entre l’illustration artistique et la BD pointue, suit un personnage anonyme qui endosse plusieurs « personnalités » et déambule dans des paysages urbains, citadins même, assistant au spectacle sans cesse renouvelé d’un milieu grouillant et en mouvement. Hussenot, via des saynètes expressionnistes,  surréalistes ou poétiques questionne le rapport visceral et antédiluvien de l’homme à la cité, du lien sociétal intrinsèque poussé jusque dans les retranchements de l’urbanisation. Si je me sens aujourd’hui à l’opposé du sujet de l’album, j’en ai capté la substance et y ai adhéré bien plus que je n’aurai cru. Quand on vous dit que la BD ce n’est pas que les petits mickeys…

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? STRANGER THAN PARADISE.

 

 

C'est de Qui ? John Lurie

 

 

La couv' 

 

 

Déjà croisé chez nous? Oui.

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Entre minimalisme, expérimentation et free jazz, la B.O du film de Jarmusch, due à son interprète principal, John Lurie, n’est pas ce qu’on pourrait appeler une musique de film très traditionnelle. Remarquez ça tombe bien, Stranger Than Paradise n’est pas du cinoche lambda non plus. Amateur de jazz et de musique conceptuelle, Lurie a écrit une poignée de morceaux assez courts (l’ensemble doit durer une grosse vingtaine de minutes) qui, à défaut d’être forcément très écoutables par une oreille non avertie, donne une ambiance  de poésie urbaine déroutante (l’un des morceaux s’intitule d’ailleurs  Bela By Barlight, référence au standard de Young). Le leader des Lounge Lizzards réalise un mélange improbable et pourtant poussé dans ses extrémités d’une instrumentation classique (Violon et violoncelle)  qui s’essaierait à mixer la musique de chambre européenne et des bases folkloriques plus afro-américaines. Un ovni qui, malgré son âge (le film date de 1984 tout de même), reste toujours aussi intéressant et hors normes. Une sacrée B.O pour une sacrée BD (notez que les plus réfractaires pourront toujours se rabattre sur  l’autre morceau proposé sur la galette, The Resurrection of Albert Ayler, plus abordable.

 

------------------

 

Une chronique signée Fab

Partager cet article

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags