1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 07:24

 

 

 

Retrouvez, en fin de chronique, l'interview "Musique et BD" de Renaud Farace.

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : DUEL

 

 

C'est de qui ? R. Farace

 

 

La Couv':

 

Dualité retrouvée  /  Duel  Vs.  Jeanne la Pucelle

 

Déja croisé sur le site? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Casterman

 

 

Une planche:

 

Dualité retrouvée  /  Duel  Vs.  Jeanne la Pucelle

 

Ca donne Quoi ? Je devais avoir une douzaine d’années quand j’ai vu pour la première fois le film Les Duellistes, premier long métrage aujourd’hui injustement oublié d’un réalisateur qui allait être amené, en faisant chasser Sigourney Weaver en petite culotte par un dangereux alien ou en faisant traquer des réplicants à un jeune Harrison Ford,  à inscrire son nom au panthéon des metteur en scène du XX° siècle.

 

Pourtant, en lisant la nouvelle de Joseph Conrad-  auteur que j'affectionne- quelques années plus tard, j’ai trouvé à l’adaptation cinématographique des manques, ne serait-ce que dans la portée psychologique du propos de l’auteur, qui font qu’aujourd’hui je ne peux que me réjouir de la version en BD de Renaud Farace, plus en adéquation à mon goût avec le texte d’origine.

 

Le postulat de départ peut sembler maigre pour remplir un album de plus de 190 pages ( la longue nouvelle de Conrad en fait cependant déjà 150 ) : pendant les guerres napoléoniennes, deux officiers diamétralement opposés, Hubert et Féraud,  vont, sur près de deux décennies, s’affronter en duel à maintes reprises.

 

L’affaire part d’une question d’honneur assez triviale et prendra des proportions dantesques qui feront des deux hommes et de leur différend (par ailleurs inconnu de tous hormis le lecteur) une légende au sein des armées.

 

Dualité retrouvée  /  Duel  Vs.  Jeanne la Pucelle

 

 

Outre une belle exploitation du background historique et une mise en avant bienvenue d’un Féraud plus sympathique que celui campé par Keitel chez Scott, Farace réintroduit la dimension psychologique via l’alliance fond et forme qui sont une constante chez Conrad (si vous en doutez je vous invite à relire Au Cœur des Ténèbres qui, via un parcours initiatique prenant, recèle de réflexions quasi philosophiques d’une grande richesse).

 

L’auteur n’a pas hésité à introduire quelques éléments de son cru, tous bienvenus (le frère d’armes Corse en tête), et, surtout, a fait preuve d’une ingéniosité graphique pour représenter les différents duels via une bichromie rouge sang assez géniale.

 

Le trait, étonnante symbiose d’un Breccia et d’un Juncker, dans un noir et blanc tantôt réaliste et précis, tantôt plus lâché est un vecteur aussi inattendu que réussi.

 

Un de mes gros coup de cœur de ce premier semestre !

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? JEANNE LA PUCELLE

 

 

C'est de Qui ? Jordi Savall

 

 

La couv'

 

Dualité retrouvée  /  Duel  Vs.  Jeanne la Pucelle

 

Déjà entendu sur B.O BD? Au moins une fois oui.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? S’inspirant entre autre de la Messe de l’Homme Armé de Dufay, le compositeur catalan, accompagné de  ses deux ensembles de musique médiévales Hespèrion XXI et la Capella Reial de Catalunya, compose pour la vision de Jacques Rivette de l’histoire de Jeanne D’Arc, une bande son majestueuse.

 

Séparée en deux parties, l’une toute instrumentale et l’autre ponctuée de voix, la musique de Savall, directement héritée des modes d’écriture (harmonies et instruments) du XV° siècle, arrive à décrire avec force à la fois l’épopée guerrière de la Pucelle d’Orléans et de sa foi quasi mystique.

 

Tout un pan de la musique de l’époque est revisité ici, martiale, populaire, et, évidement, sacrée, l’interprétation est à la mesure de l’écriture, avec une mention toute particulière aux solistes.

 

Les puristes (si toutefois il y en avait !) me feraient justement remarquer que les époques entre la BD du jour  et la musique retenue sont fort éloignées ; je le rétorquerais que la dimension dramatique de l’œuvre de Savall, ainsi que sa variété, en font un compagnon de route aussi remarquable que l’adaptation du Duel par Farace.

 

 

 

 

--------------------------

 

 

 

Bonjour  Renaud et merci d’avoir accepté de te prêter au jeu du questionnaire croisé B.O/BD.

 

 

 

Commençons par un classique :

 

 

Tes Cinq Cd de chevet ?

 

 

Justement, je vais essayer de sortir des éternels classiques incontournables (Beatles, The Who, The Clash et toussa toussa) pour retenir :

 

 

- Wampas, le Toutafonlive
- Stupeflip, The Hypnoflip Invasion
- Svinkels, Bons pour l’asile
- Beck, Odelay
- The Pixies, Trompe le monde (peut-être pas le préféré des amateurs, mais j’ai commencé avec celui-ci, et on reste toujours plus attaché à l’album qui fait découvrir tel groupe ou tel artiste)

 

 

 

 

 

Et tes Albums de Bd ?

 

 

- Qrn sur Bretzelburg, Spirou & Fantasio n°18, André Franquin
- La Valléé des bannis,  Spirou & Fantasio n°41, Tome & Janzy
- 3 ombres, Cyril Pedrosa
- Vitesse moderne, Blutch
- Les 5 conteurs de Bagdad, Duchazeau & Vehlman
- Ici même, Tardi
- Dieu est mort ce soir, Soda n°4, Tome & Gazzotti


Ça en fait 7, mais ça aurait pu en faire 700, je me suis limité…

 

 

 

Dualité retrouvée  /  Duel  Vs.  Jeanne la Pucelle

 

 

 

 

Les influences et les goûts :

 

 

Une musique de film qui t’a marqué, que tu affectionnes particulièrement (indépendamment du film) ?

 

 

Conan le barbare, de Basil Poledouris.
Sinon, dans la catégorie purs films musicaux, The Rocky Horror Picture Show et Hair.

 

 

 

Qui sont tes maîtres à penser en BD, ceux qui t’ont donné envie d’en faire, quelles sont tes influences ?

 


                  Les influences restent inconscientes, dans le sens où je ne me rends pas compte si je cherche à dessiner ou raconter comme untel ou untel, mais j’ai une grande admiration pour :
Franquin, Tome & Janry, Blutch, Blain, Tardi, Pratt, Alberto Breccia, Goscinny, Luc Warnant, Pedrosa, Duchazeau, Frederic Peeters, Alfred, Frank Miller (ses œuvres en N&B), Alan Moore, Bonhomme, Brüno...

 

 

Dualité retrouvée  /  Duel  Vs.  Jeanne la Pucelle

 

 

Ton travail :

 

Ecoutes tu de la musique quand tu écris/dessine, et plutôt quoi ?

 

 

 

J’écoute tout le temps quelque chose. Après, cela dépend du moment dans la conception de la BD.

 

Pour le scénario, du non vocal pour ne pas être distrait : du classique (beaucoup), du jazz, des BO…

 

Pour le dessin, ça dépend de l'énergie requise et bien entendu de l'envie du moment : hip hop, punk, rock inde, electro, chansons françaises...  les émissions musicales « Certains l'aiment Fip » et « C’est MagniFip », et les podcasts de France Culture.


Sinon, je me suis mis License to ill des Beasty Boys pour répondre à tes questions.

 

 

 

 

Ce sur quoi tu travaille actuellement, tes prochains projets (si tu as la liberté de les évoquer bien sur) ?

 

Ma priorité : une saga tragique qui prend place au crépuscule de la colonisation en Indochine. Puis un récit d’aventures avec des pirates et du vaudou. Et, en parallèle à tout ça, écrire des scénarios en apparence légers mais bien trashs dans le fond — un peu à la Joe Dante — pour des potes/ses incroyablement doué/e/s.


Sinon, la suite des aventures de Détective Rollmops, mon précédent album, avec Olivier Philipponneau.

 

 

 

 

Et si…

 

…en lieu et place de la Bande Dessinée tu avais fait de la musique tu aurais été qui, tu aurais joué quoi ?

 

 

 

Ce qui est marrant, c’est que tous les auteurs de BD que je connais font de la musique, voire jouent dans un groupe. Je crois que ce n’est pas un hasard si on appelle « album » l’objet produit en BD et en musique, il y a un lien d’amour, d’admiration et de désir entre ces 2 univers (Solé et Crumb ont illustré pas mal de pochettes de 33 tours par exemple).

 


Je gratouille moi-même à mes heures perdues (ou gagnées, parce que c’est toujours un plaisir), et si j’avais choisi une vie de musicien, j’aurais été moi-même, à hurler du hip hop punk hardcore psychédélique à la face de ce monde de merde, à fumer avec Zappa, les Cypress Hill et Iggy Pop…

 

 

 

Encore un grand merci pour tes réponses, et au plaisir de te retrouver dans les pages de Bandes Originales Pour Bandes Dessinées !


 

Big up !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags