2 mai 2017 2 02 /05 /mai /2017 07:29

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

 

C'est quoi : LE TRAVAILLEUR DE LA NUIT

 

 

C'est de qui ? Matz & Chemineau

 

 

La Couv':

 

Chronique Nocturne(s)  /  Le Travailleur de la nuit  Vs.  Les Portes de la nuit

 

Déja croisé sur le site? Oui.

 

 

C’est édité par ? Rue de Sèvres.

 

 

Une planche:

 

Chronique Nocturne(s)  /  Le Travailleur de la nuit  Vs.  Les Portes de la nuit

 

Ca donne Quoi ? Alexandre Jacob, sorte de Robin des Bois anar du début du siècle dernier, avait déjà eu les honneurs de la bio en BD l’an passé.

 

Matz qui, on l’a vu à plusieurs reprises chez nous, aime les rebelles, les marginaux, les insoumis et autres libres penseurs, donne ici sa version de la vie du cambrioleur révolté.

 

Dans une suite de flashbacks chronologiques, en va et vient avec le procès qui l’enverra au bagne pour 20 ans, on assiste donc aux grandes étapes de la vie de Jacob, ses expériences aussi enrichissantes que malheureuses de marin qui le conduiront en prison puis, de fil en aiguille, à rejeter la société et son modèle d’exploitation de l’homme par son prochain (sujet toujours O combien d’actualité hélas), et sa carrière de monte en l’air organisé, jusqu’à sa retraite en partie détachée du monde.

 

On sent  parfois un certain parti pris bienvenu et plus « parlant » que celui de l’album paru chez Sarbacane. Autre atout de cette version ci à mon goût, le dessin.

 

Là où Henry faisait du Blain/Larcenet, Chemineau convainc plus grâce à son trait qui a gagné en maturité, en précision, depuis les Amis de Pancho Villa ou les Premiers et dont la colo est superbe.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE.

 

 

 


C'est quoi ? LES PORTES DE LA NUIT

 


C'est de qui ?  J. Kosma

 

 

La Couv' :

 

Chronique Nocturne(s)  /  Le Travailleur de la nuit  Vs.  Les Portes de la nuit

 

Déjà entendu chez nous ? Oui, quelques fois.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Si la galerie d’acteurs des Portes de la Nuit réunit une jolie brochette de ce que le cinéma français comptait de talents à l’époque (et encore, le rôle de Montand devait être au départ tenu par Gabin), c’est bien Paris qui est le personnage principal de ce drame sur fond de lendemain de guerre qui (dé)chante, inspiré d’un ballet écrit par Carné et Kosma.

 

Ainsi, ce dernier, qui a déjà mis en musique les deux précédentes collaborations du duo Carné-Prévert, les superbes Visiteurs du Soir et non moins réussis Enfants du Paradis, fait encore des merveilles pour évoquer en musique les mots du poète et sa vision de la ville.

 

Outre la musique diégétique, jouée notamment par l’accordéon, et deux chansons dont les immortelles Feuilles Mortes, le compositeur d’origine hongroise insiste sur l’aspect sombre du scénario, reflet d’une époque qui ne l’est pas moins via des thématiques riches et travaillées, discrètes mais efficaces.

 

L’échec relatif du film marquera la fin du travail commun d’un des trios les plus remarquable qu’aura connu le cinéma français.

 

 

-------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags