21 juillet 2015 2 21 /07 /juillet /2015 10:15

 

Au rayon des (re) découvertes estivales, attaquons avec l'intégrale d'une oeuvre marquante:

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : LUPUS

 


C'est de qui  Frederik Peeters

 

 

La Couv':

 

 

Déjà vu chez nous?  Non.

 

 

C’est édité chez qui ?Atrabile, un lien vers le site :

http://atrabile.org/livres/lupus-nouvelle-edition

 

 

Une  planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ?   Tour à tour maladie de la peau, constellation ou nom latin du loup, Lupus est également le titre de l’odyssée spatiale de Frederik Peeters ainsi que de son principal protagoniste, un jeune homme parti avec son meilleur ami dans un voyage sans autre but que de pêcher des espèces rares pour tuer l’ennui et de tester diverses drogues. Peeters construit une odyssée de l’absurde là où on ne l’attendait pas forcément pourtant Lupus force le respect par le détournement de ses codes et le portrait sans concessions de ces êtres vivants abimés par leur passé dans l’espoir d’une vie meilleure sans construction de leur présent. De drames en rencontres improbables, Lupus va devenir un fugitif à travers la galaxie. Ce sera peut-être l’occasion pour lui de prendre en main sa destinée … ou pas. Peeters a construit en 4 actes un drame étonnant de justesse qui se rapproche davantage des road movies que des films Space Opera . Le décor tissé n’est que là pour recentrer l’individu dans l’espace, c’est-à-dire un grain de sable dans l’océan. Cet « immensément vide » est ressenti à tous les moments par les précisions narratives de l’auteur. On n’est jamais perdu dans Lupus, juste un peu désorienté dans cet univers crédible de toute beauté à l’issue étonnante et émouvante. A ne pas louper.

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? CARRIE ET LOWELL

 

 

C'est de Qui ?  Sufjan Stevens

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu sur B.O BD?  Non.

 

 

 

On peut écouter? 

 

 

 

Ca donne Quoi? Tout aussi étonnant que l’œuvre culte de Peeters, Sufjan Stevens offre avec cet album dédié à sa mère absente 11 perles folk à la beauté désarmante. Afin d’exorciser le deuil et la douleur inattendue, Stevens a composé des morceaux simples et mélancoliques mais dont les arrangements se poursuivent bien après les paroles comme si les notes se perdaient et perduraient dans le vide de l’espace. Lupus clamait à Sanaa qui lui demandait pourquoi il se droguait qu’il le faisait simplement parce qu’il s’agissait du moyen le plus simple pour ne pas être comme tout le monde. Le dernier album de Sufjan Stevens rappelle à quel point il est en phase pour accompagner cette lecture sans stupéfiants mais les pieds comme le cœur bien au delà de notre gravité. Chaudement recommandé.

 

 

--------------------------

 

Une chronique signée Jet

Partager cet article

Repost 0
bobd

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags