17 septembre 2019 2 17 /09 /septembre /2019 09:58
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LE FANTOME DE L’OPERA

 

 

C'est de qui ? Gaudin, Picaud.

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour Gaudin.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? L’Opéra Garnier est en émoi ! Alors que la salle vient d’être reprise par un nouveau duo de directeurs, ces derniers entendent bien faire fi des bruits qui courent sur la présence d’un fantôme au sein de l’opéra.

Pourtant, après qu’un technicien ait été retrouvé pendu et que d’autres évènements troublants se soient déroulés, force est de reconnaître que quelqu’un hante les lieux.

 

Le fantôme va jeter son dévolu sur une jeune cantatrice que seul l’amour et la détermination de l »élu de son cœur, le vicomte de Chagny, vont sauver des griffes du monstre…mais est-ce vraiment un monstre ?!

 

Troisième adaptation d’une aventure de Rouletabillle…qui n’en n’est en fait pas une ! En effet, si le Fantôme de l’Opéra est probablement l’œuvre la plus connue de Gaston Leroux, son personnage fétiche n’y apparaît pas.

Jean Charles Gaudin a su contourner ce point en faisant enquêter Rouletabllle sur l’affaire, bien des années après.

 

L’adaptation est fidèle et bien rythmée, le dessin, semi réaliste de Christophe Picaud assez classique est de bonne facture et rend bien l’atmosphère du Paris de l’époque, mais dans ce domaine j’avais cependant préféré la version de Christophe Gaultier parue il y a quelques années.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE GHOST

 

 

C'est de qui ? F. De Masi

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? The Ghost, réinterprétation des Diaboliques de Clouzot version gothique, partage quelques éléments clés avec le Fantôme de l’Opéra : voix d’outre tombe, esprit vengeur, scènes chocs, victime de complot…

Réalisé au début des années 60, à l’époque où la Cinecitta connaît l’effervescence d’une bouteille de coca dans laquelle on aurait versé un tube de menthos, le film possède une B.O qui allie le savoir faire italien et l’efficacité des classiques de la Hammer, avec force glissandos de cordes et alternance de passages romantiques et de pistes dédiées à l’épouvante.

 

Notons que la paternité de la partition reste floue, en effet si le générique du film l’attribue à Franco Manino, une réédition tardive en cd affiche Francesco de Masi comme auteur.

Les compositeurs compatriotes ayant été de vrais stakhanovistes de la discipline et comptant des centaines de scores à leur actif (avec parfois des dizaines de réalisations en une seule année), il y a fort à parier qu’à un moment donné, même les deux intéressés auraient été bien incapables de dire s’ils avaient écrit cette B.O de série B honnête mais, reconnaissons le, assez passe-partout !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
28 août 2019 3 28 /08 /août /2019 12:21
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  TIME LOST. OPERATION RAINBOW 2.

 

 

C'est de qui ? Sala & Khaled

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil

 

 

Déjà croisés sur le site? Non

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? 1944, une équipe de soldats alliés spécialisée dans la récupération de scientifiques nazis se lance à la recherche d’un génie juif retenu prisonnier.

Des décennies plus tard, une cheerleader et un footballeur parcourent un hangar plein de reliques de la deuxième guerre mondiale à la recherche d’une de leur camarade.

 

Une invention aussi géniale qu’improbable va réunir tout ce petit monde dans une réalité parallèle où ils vont devoir affronter de terribles dinosaures et de non moins agressifs nazis !

 

La nouvelle série du duo Sala/Khaled a ce goût de plaisir coupable que l’on peut ressentir en regardant un film d’exploitation improbable comme le cinéma bis ‘ricain est capable d’en produire, un truc qu’aurait rêvé de réaliser Rob Zombie ou Robert Rodriguez (enfin avant qu’il ne se mette à faire des navets pour les gamins).

 

Ajoutez à cela un excellent dessin semi réaliste aux décors riches et aux personnages inspirés « anime » et vous obtenez un album qui se lit en mode décontracté avec une B.O décalée…ah ben ça c’est juste en dessous.

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :CRUISE INTO TERROR

 

 

C'est de qui ? G. Fried

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Difficile fin de carrière pour Gerald Fried qui, après deux décennies sur grand écran, dont les premiers longs de Kubrick, excusez du peu, se retrouve cantonné à mettre en musique des séries B bancales pour la télévision américaine.

 

Cette croisière de la terreur, dont les invraisemblances scénaristiques n’ont d’égale que la médiocrité du jeu des acteurs has been qui la peuplent est un exemple type de ce que le compositeur était réduit à faire.

Pourtant à l’écoute de sa partition on ne peut que saluer l’effort de ne pas bâcler le travail avec, après un début de galette plutôt serein et très easy listening, une évocation de l’horreur solide via des montées hystériques de cordes, des cuivres qui s’emballent à la moindre occasion, le tout sur des rythmiques survoltées.

 

Du grandiloquent juste ce qu’il faut pour aller avec le mash-up surréaliste de ce Time Lost.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
20 août 2019 2 20 /08 /août /2019 11:56

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  ASPIC DETECTIVES DE L'ETRANGE 7. LE MYSTERE DE LA MOMIE BLETTE.

 

 

C'est de qui ? Gloris & Despujol

 

 

La Couv':

 

L'Agence en goguette  /  Aspic. Le Mystère de la momie Blette  Vs.  Death on the four poster

 

Déjà croisés sur le site? Oui sur les précédents tomes.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil.

 

 

 

Une planche:

 

L'Agence en goguette  /  Aspic. Le Mystère de la momie Blette  Vs.  Death on the four poster

 

 

Ca donne Quoi ? Après avoir arrêté avec brio un fabricant d’ascenseur adepte du déguisement et des tentatives d’assassinat, notre duo de choc et de charme se retrouve à devoir descendre à Bordeaux afin de porter assistance à la tante revêche -et pingre- de Flora.

 

La vieille dame a fort a faire face à de récalcitrants fantômes qui hantent sa demeure, prennent possession de ses dizaines de chats et mettent une sacré panique dans la maison. Rajoutez à cela une antique momie égyptienne dans laquelle s'est réfugiée l'esprit de la défunte mère de Flora, une vieille histoire sordide d'esclavagisme, des séances de spiritisme risquées et un peu de politique de gauche et vous aurez le cocktail explosif de cette nouvelle aventure de l'agence Aspic.

 

Thierry Gloris s'en donne à cœur joie avec ses multiples pistes, plaçant jeux de mots et situations cocasses au sein d'un scénario déjà bien animé et Emmanuel Despujol a trouvé son rythme de croisière et bien repris à son compte l'identité graphique de la série.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :DEATH ON THE FOURPOSTER

 

 

C'est de qui ? M. De Martino.

 

 

La Couv':

 

L'Agence en goguette  /  Aspic. Le Mystère de la momie Blette  Vs.  Death on the four poster

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Dans l'univers du Giallo, Death on the fourposter est un film à part. Précédant de quelques années le déferlement de longs métrage sanguinolents qu'allaient

Un groupe de jeunes gens se retrouve dans une immense maison afin d'y faire la fête. Bientôt les jeux tournent à la séance de spiritisme improvisée où sont prédits le décès de certains des convives ; décès qui commencent à survenir plus tard dans la soirée.

 

L'avantage du score de De Martino c'est qu'il mélange musique dansante et légère, essentiellement du jazz easy listening des sixties, notamment en musique diégétique, et pistes plus sombres quand les choses commencent à mal tourner pour les personnages ; ce qui ne pouvait pas mieux tomber comme panaché d’ambiances pour ce nouveau tome d’Aspic !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
19 juin 2019 3 19 /06 /juin /2019 08:04

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  MICKEY ALL STARS

 

 

C'est de qui ? Divers

 

 

La Couv':

 

Jeunesse animalière  /  Mickey All Stars  &  Buck Chien Perdu

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour pas mal d'entre eux.

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat.

 

 

Une planche:

 

Jeunesse animalière  /  Mickey All Stars  &  Buck Chien Perdu

 

Ca donne Quoi ? Le nouvel opus dans la collection Disney de chez Glénat est un album choral sur lequel 50 auteurs se sont vus proposé d'imaginer une histoire en une page avec la seule contrainte que Mickey entre par une porte dans la première case et ressorte par une porte dans la dernière.

 

Exercice de style amusant qui donne lieu à de jolies trouvailles avec des gags réussis, d'autres plus anecdotiques, des jeux sur la narration et la mise en page (Kermaidas et Flix par exemple)qui ne sont pas sans faire penser au Imbattable de Jousselin, ou encore des clins d'oeils à d'autres personnages.

Jeunesse animalière  /  Mickey All Stars  &  Buck Chien Perdu

 

Dans le panel d'artistes ont constate que nos compatriotes oeuvrent dans des styles graphiques souvent décalés (Bouzard, Alfred, Brüno,...) tandis que les auteurs transalpins font dans le plus classique avec de fort belles planches, comme celle de Federico « Love » Bertolucci (accompagné au scénario de son inséparable pote Fredéric Brrémeaud).

 

Un album hommage qui ravira les fans de la souris la plus célèbre de la bande dessinée qui vient de souffler ses 90 bougies excusez du peu !

 

 

 

- - - - - - - - - - - -  

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  BUCK LE CHIEN PERDU

 

 

C'est de qui ? A. Demont

 

 

La Couv':

 

Jeunesse animalière  /  Mickey All Stars  &  Buck Chien Perdu

 

Déjà lu chez B.O BD? Oui sur le précédent.

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil.

 

 

Une planche:

 

Jeunesse animalière  /  Mickey All Stars  &  Buck Chien Perdu

 

Ca donne Quoi ? Revoilà l'étrange créature mi-chien mi-niche, Buck, qui, comme une tortue ou un escargot porte sa maison sur son dos et semble avoir peur d'en sortir.

Et pourtant il vaincra, un temps du moins, cette crainte, dans sa quête de moutons perdus.

 

N'ayant pas lu en amont le résumé de ce nouvel opus de Buck, album totalement muet , dans un format à l'italienne original (mais qui, plus grand, aurait permis de mieux apprécier les superbes peintures d'Adrien Demont), j'ai cru que notre atypique héros partait sur les traces de son père, chien de berger, et, au terme d'aventures fantastiques en parties rêvées (la chouette géante, les autres « animaux-maisons », les nuages en forme de moutons,,,,) reprenait sa paisible existence.

 

Il s'avère que ce n'était pas exactement ce qui se passe dans l'album mais peu importe, les errances de Buck, superbement mises en images par un artiste doué qui travaille « à l'ancienne », sont propices aux interprétations poétiques et mes enfants et moi y avons été particulièrement sensibles !

 

 

 

---------------

 

 

 

Deux Chroniques de Fab

Repost0
23 mai 2019 4 23 /05 /mai /2019 09:41

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  RAHAN. INTEGRALE.

 

 

C'est de qui ? Cheret & Lecureux

 

 

La Couv':

 

Madeleine des âges farouches  /  Rahan  Intégrale  Vs.  Tarzan and the Leopard Woman

 

Déjà lu sur B.O BD? Non.

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil.

 

 

Une planche:

 

Madeleine des âges farouches  /  Rahan  Intégrale  Vs.  Tarzan and the Leopard Woman

 

Ca donne Quoi ? Ah Rahan ! Le Fils des Ages Farouches avec son coutelas d'ivoire et son collier de dents. Double orphelin -de ses parents naturels, tués par des « goraks », puis de Crao tué par l'éruption d'un volcan- qui, tout au long de ses aventures cherche à se lier d'amitiés avec « Ceux qui marchent debout » qui, pour la majorité le rejettent.

 

S'il y a bien une BD qui a marqué mon enfance, en marge des périodiques de super héros, c'est celle d'André Chérèt et Roger Lécureux.

Remplie de bons sentiments sans pour autant avoir la candeur de ses illustres prédécesseurs, pleine de scènes marquantes, de suspense, d'aventure et d'action, Rahan est, dans le paysage de la Bande dessinée Franco Belge un peu l'équivalent du Silver Surfer en comics. Un héros puissant et courageux, au cœur pur, prêt à s'impliquer pour les autres sans pour autant se sacrifier (et qui sait être violent si nécessaire), qui réfléchit à haute voix sur les mystères de l'existence et sur la philosophie de la vie et puis, surtout, qui doute.

 

Pour les 50 ans de Rahan, Soleil réédite en versions intégrales couleur l'intégrale de la saga (le 9° tome vient de paraître), donnant aux anciens lecteurs comme votre serviteur l'occasion de partager tout un pan de sa culture bédéphilique avec ses enfants (et ça, ça n'a pas de prix). De leur raconter qu'à l'époque, Pif Gadget avait même proposé un numéro avec une réplique en plastique du coutelas d'ivoire que j'a vais chéri des années durant !

 

Alors certes on trouvera les couleurs parfois psychédéliques (mais à l'époque c'était de rigueur) et le scénario souvent un brin bavard et/ou redondant (là aussi, question d'époque) mais si Rahan a encore du succès aujourd'hui, non démenti au fil des décennies, ce n'est pas pour rien, et cette nouvelle collection en est la preuve.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :TARZAN AND THE LEOPARD WOMAN

 

 

C'est de qui ? Paul Sawtell

 

 

La Couv':

 

Madeleine des âges farouches  /  Rahan  Intégrale  Vs.  Tarzan and the Leopard Woman

 

Déjà croisé par ici? Il y a peu encore.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Sur douze films où il incarnera la création de Edgar Rice Burroughs, la qualité va vite décliner, surtout au changement de studios de production.

 

Dixième de la série ce Tarzan et la femme Léopard est une aventure assez mineure, loin des premiers longs aux scénarios plus ou moins adaptés des écrits de Burroughs, où l'Homme Singe n'a plus grand chose de sauvage et enquête sur des morts suspectes.

 

La B.O est signée d'un stakhanoviste d'Hollywood (durant trois décennies), qui alors à ses débuts enchaîne néanmoins déjà les scores (six sur cette seule année 1946).

 

Thème catchy d'aventure à l'ancienne, tams tams tribaux et autres cuivres exotiques sont le lot de ce score dépaysant qui, au moins sur une poignée d'aventures du fils de Crao, est très en phase (après, sur la longueur, mieux vaut varier un peu).

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags