1 avril 2021 4 01 /04 /avril /2021 08:52
 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  DECORUM 1

 

 

C'est de qui ? Hickman & Huddleston

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Urban

 

 

Déjà croisés sur le site? Le scénariste oui.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Dans un monde futuriste organisé en planètes, castes et autres peuples d’une manière aussi tentaculaire que complexe, Neha, une jeune marginale chargée de transporter des paquets pour un type louche se retrouve au milieu d’un sanglant assassinat orchestré par Morley, une spécialiste du genre qui va, contre toute attente, prendre la jeune fille sous son aile et la former à son art.

 

Résumé comme ça Decorum pourra vous embler assez lambda comme intrigue et…c’est le cas. En effet, si Hickman installe un background très –trop ?- développé, avec historique et peuplades divers et variés, la trame de son scénario ne semble être, au bout de ce premier TPB, qu’un récit d’initiation aux protagonistes aux caractères antinomiques de plus.

Là où le titre se démarque c’est dans sa présentation, avec grands renforts de cartes, infographies, symboles, imbriqués dans les chapitres, avec une narration en parallèle entre ses héroïnes et « the big picture ». A voir si la suite va donner plus de corps à l’histoire ?

 

Urban avec cette série (et une paire d’autres) lance un format plus grand, proche de celui de l’album franco-belge qui, en dehors d’une éventuelle volonté d’expansion du lectorat- permet d’apprécier à leur juste valeur les compositions d’Huddleston, véritable intérêt au final de Decorum.

 

 

Si elles ne font peut être pas partie des influences de l’artiste, il est assez frappant de voir les réminiscences dans certaines parties de son travail de ceux de pointures comme Toppi ou Breccia, mais pas que ! Le style graphique de ce tome 1 évolue en effet sans cesse, passant d’un noir et blanc expressionniste old school à une peinture picturale aux couleurs chatoyantes ou encore au comics actuel dans la lignée d’un Jock ou d’un Sean Murphy.

 

Alors certes on pourra avancer, à raison, que c’est peut être justement un peu trop varié et que ce n’est pas la forme qui sauve le fond mais c’est néanmoins une bien belle découverte en soi.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :PREDATORS

 

 

C'est de qui ? J. Debney

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Malgré un potentiel certain quasiment aucune des suites du  Predator original, celui avec Arnold, n’a su exploiter le filon correctement, et encore moins dans les spin-off pourtant ô combien prometteurs Alien Vs Predator.

 

Ce n’est clairement pas le volet de 2010 qui infirmera cette hypothèse. Multiplier les bestioles chasseresses n’a en effet pas fait évoluer l’intérêt du scénario et l’on se retrouve avec un gros film d’action-survival classique.

Le score du film est d’ailleurs un exemple assez parlant de la volonté de la prod de ne pas –plus ?- dériver du matériau d’origine mais au contraire de rentabiliser.

 

En effet John Debney, derrière le pupitre, est expressément commissionné pour reprendre le travail d’Alan Silvestri sur le premier Predator et de broder dessus tout en restant scrupuleusement dans le même esprit.

 

En bon artisan Debney s’exécute et l’on a l’impression d’entendre des chutes de studios de la première B.O avec quelques variations de thèmes plus ou moins inspirées mais pour le reste c’est cordes sur exictées succédant à des nappes de cuivres graves, rythmiques martiales et envolées lyrico-brutales de l’orchestre dans son ensemble.

 

Rien de bien nouveau sus le soleil donc si ce n’est un pastiche bien ficelé et, donc, une musique de genre maîtrisée et qui atteint sans peine son but.

Et c’est tout ce qu’il nous fallait sur le premier volet décalé de Decorum !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
27 mars 2021 6 27 /03 /mars /2021 16:49

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LE LION ET LA SOURIS VS LES ENVAHISSEURS ZURG

 

 

C'est de qui ? Rodriguez & Harper

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Les Aventuriers de l’Etrange

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour le dessinateur.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? On a toujours besoin de plus petit que soi ! C’est ce que va apprendre Napoléon, le lion chef de la résistance face aux envahisseurs extraterrestres quand ces derniers vont le faire prisonnier et que c’est une petite souris débrouillarde dont il s’était moqué qui va venir le délivrer.

Grace au courage de notre héroïne miniature les affreux Zurg n’ont qu’à bien se tenir surtout qu’elle va découvrir leur point faible !

 

Un soupçon de féminisme, une pincée d’esprit de rébellion, et une fable à la morale qui ne vieillit pas, Benjamin Harper imagine là une variation inspirée du Lion et le Rat de La Fontaine qu’il transpose dans un univers SF où les animaux sont sous le joug de vilains E.T.

 

Le scénario est dynamique et bien mené et il a trouvé un vecteur idéal dans le style graphique de Pedro Rodriguez, familier lui aussi des adaptations littéraires, qui livre ici comme à son habitude des graphismes cartoony et colorés et des personnages accrocheurs.

 

A noter également que l’éditeur, toujours soucieux de la qualité de ses ouvrages, a opéré une refonte de la version sortie aux States et propose une fois encore un bien bel album que les deux générations de lecteurs chez B.O BD ont beaucoup aimé partager !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :BRISBY

 

 

C'est de qui ? J. Goldsmith

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Fort souvent oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Après deux décennies à animer certains des plus gros longs métrages de chez Disney, Don Bluth claque la porte des studios avec son projet rejeté sous le bras ; au vu du résultat de Brisby et le secret de N.I.M.H, on se dit que le film n’a rien à envier à ses comparses estampillés Disney.

 

Pour la musique, le réal va embaucher rien moins que Jerry Goldsmith qui, malgré une filmo aussi riche que diversifiée, ne s’est jamais frotté au monde de l’animation (il y reviendra d’ailleurs, chez Disney, pour Mulan).

 

Le compositeur, friand de nouveaux défis, envisage Brisby comme un film live plutôt qu’un dessin animé même s’il est vrai qu’il sacrifie quelque peu aux codes du genre. Ainsi l’influence est plus à aller chercher du coté des grands de l’age d’or hollywoodien, voire de leur prédécesseurs classiques avec notamment une richesse des textures et une maturité des thèmes qui feront école dans l’animation par la suite.

 

Si c’est une année chargée pour le compositeur (4 B.O dont Rambo 1 et Poltergeist) il n’en bâcle pas pour autant le travail et se fend d’une partition lyrique et variée qui est un modèle du genre.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab


 

 

Repost0
23 mars 2021 2 23 /03 /mars /2021 14:13
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  DENSITY 3

 

 

C'est de qui ? Trondheim & Vince

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt comics

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, ensemble même.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Plus forte que les Avengers réunis, Chloé et ses pouvoirs de densité + et – marave la sentinelle extraterrestre envoyée par les envahisseurs aliens causant ainsi pléthore de dommages collatéraux au Japon.

Dans le même temps, le mafieux qui avait vendu les armes à Marco enlève la sœur et la copine de Chloé afin de faire pression sur cette dernière si toutefois elle comptait mettre à exécution ses menaces de taxer notre trafiquant d’une grosse partie de ses gains malhonnêtes.

 

Entre ça et le désir de vengeance des E.T, autant dire que ça va déménager sévère !

 

Deux ans et demi après le tome 2 voici enfin la suite de la délirante trilogie SF/super héroïque signée Trondheim et Vince. Autant dire que le scénariste s’est diablement lâché sur cette délirante série, qui se révèle bien plus aboutie et fun à mon goût que Infinty 8 dans le même esprit.

 

Le dessin de Vince est également  un régal, que ce soit sur ses héroïnes sexy, ses aliens monstrueux où les effets pyrotechniques grandiloquents. Bon maintenant m’sieur Trondheim, vous lui avez écrit de la fantasy, de la sf, faut lui pondre un scénar de bd X, c’est encore là qu’on le préfère notre Vince ! (et puis même Morvan s’y est mis –on en a parlé ici- alors hein !)

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :ARCHENEMY

 

 

C'est de qui ? Umberto

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? En matière de super héros, surtout au cinéma, on a deux écoles : le grand spectacle bubble gum qui fait dans la surenchère, dont DC et Marvel se sont fait les fleurons, a grand renforts de superproductions bourrée d’effets spéciaux avec scénario en option ; et à l’autre bout du prisme les versions alternatives du mythe où l’on rencontre des personnages plus humains, aux pouvoirs marginaux ou aux failles intéressantes avec des backgrounds plus originaux.

 

De Kick Ass à Misfits la liste est longue est on trouve à boire et à manger ; l’un des derniers en date, Archenemy, présente un héros tombé sur terre et dépossédé de ses pouvoirs, moqué par les gens qu’il rencontre et qui va faire équipe avec un ado pour éradiquer une bande de gangsters.

 

La B.O, loin des clichés tonitruant du genre, s’apparenterait plus à du Goblin speed mis au goût du jour. Goblin est un groupe de rock prog italien  des années 70 qui s’est fait un nom en mettant en musique des films phares du Giallo (et que l’on a du croiser une paire de fois chez nous).

La culture musicale d’Umberto, l’homme derrière le score d’Archenemy vient de là, de son propre aveu, et que ce soit au cinéma ou dans sa carrière perso, le musicien a profondément exploité ses influences.

Ici aux synthés sous acides il ajoute de bonnes grosses claques sonores dignes des ponctuations Zimmeriennes, mais moins systématiques et surtout plus efficace dans le sens qu’elles s’opposent justement à l’ambiance hypnotique du reste de la B.O.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
8 mars 2021 1 08 /03 /mars /2021 10:33
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  SEARCH AND DESTROY

 

 

C'est de qui ? Kaneko

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Dans un monde futur, ravagé par les guerres, une humanoïde composée de chair et de métal tuent d’autres créatures semblables pour leur prendre des parties de corps humaines lui appartenant.

Un jeune garçon va se mettre en tête de faire équipe avec elle.

 

Kaneko se libre ici à un exercice de style un peu casse gueule en adaptant le foisonnant Dororo de Tezukza. Exit le Japon médiéval pour un univers post apo trash et des protagonistes hybrides monstrueux.

 

Prévue en trois tomes, le scénario ne perd pas son temps et la majorité de ce premier tome est dédiée à le violence des meurtres de son héroïne. Si l’on perd pas mal en intérêt (moins de background, personnages moins creusés), graphiquement Kaneko livre une copie sans fautes, riches en détails, dans son style fougueux à la narration au cordeau.

 

Comme Lone wolf and cub en son temps avait eu droit à la variation SF, Search and destroy passe un peu son modèle à la moulinette mais reste un manga bien foutu et un hommage original.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :TERMINATORE DARK FATE

 

 

C'est de qui ? T. Holkenborg

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Malgré la présence de Linda Hamilton, David Goyer et même James Cameron au générique, cette énième suite de Terminator n’est hélas pas la réussite que les fans de la première heure ne verront sans doute jamais.

 

Il en va de même pour sa B.O, Tom Holkenborg succède à Lorne Bafle (il y a au moins une cohérence dans la filiation) mais peine autant que son prédécesseur à rivaliser avec les scores des deux premiers opus, signés Brad Fiedel.

Fiedel avait compris qu’il fallait une musique aussi agressive que synthétique, certes difficile à appréhender en tant que telle, mais au service des images et de la noirceur du propos.

 

Holkenborg retient le côté rentre dedans et l’exacerbe jusqu’à quasi plus soif. Gros roulements de batteries synthétiques, cuivres dignes d’une battue au sanglier, drones menaçants récurrents dans les B.O d’action de ces deux dernières décennies (merci qui ?!) et même une sirène d’alarme sur quelques pistes…

 

L’ensemble est assez harassant mais se pose là en tant que B.O de SF agressive et pessimiste, ce qu’est la version de Dororo millésime 2021 de Kaneko !

 

- - - - - - - - - - - - 

 

Une Chronique de Fab

 

 

Repost0
23 février 2021 2 23 /02 /février /2021 15:31
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  POUSSIERE TOME3.

 

 

C'est de qui ? G Monde

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, il y  a peu.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Ca y est les gigantesques cyclopes se sont développés sur la Terre et ont entamé leur funeste mission d’anéantissement de la planète. Si l’armée a bien une solution de réponse au travers de soldats volontaires qui ont subi une mutation à base de la roche provenant d’Altia, l’affrontement cause d’irrémédiables dégâts et bientôt c’est l’escalade vers le pire.

Malgré toute leur bonne volonté, la poignée d’humains comme d’Altiens désireux d’endiguer cette mutuelle destruction ne parviendront pas à arrêter l’Armageddon.

 

Si ce tome 3 a de faux airs de blockbusters US avec destruction massive de buildings par des créatures gigantesques et réponses armée musclée, la comparaison s’arrête bien évidement là, le propos de Monde étant plus profond que celui d’un scénariste Marvel (certes ce n’est pas bien difficile me direz-vous !) et les enjeux moins basiques.

 

Ici les terriens sont mis face à leur irresponsabilité écologique et les altiens ne sont pas mieux lotis puisqu’ils cherchent à détruire les humains afin d’endiguer les désastres subis sur leur planète, prouvant par là même qu’ils ne sont pas meilleurs que leurs congénères d’un univers parallèle.

 

 

Le scénario ne fait donc pas dans l’optimisme (et évite l’écueil d’un quelconque happy end pour quelque chose de plus…abstrait), et l’auteur, via son style si particulier à la croisée des codes de genres, propose une variation SF inspirée qui plaira aux amateurs du genre et à ceux qui aiment les alliances de fond et de forme originales.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :EXTRACTION

 

 

C'est de qui ? H. Jackam & Belcher

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Jackman ne sort certes pas grandi de ce travail de commande pour Netflix, sur un thriller d’action politique bas du front qui véhicule son lot de clichés divers et variés, mais il a tout de même le mérite de savoir se tenir à la note près à son cahier des charges.

 

Pensé pour une section fournie de cordes, avec, c’est la mode ces dernières années, un violoncelle en instrument lead- ici en version électrifiée- sa partition privilégie les ambiances lourdes de tension et de suspense, avec coups d’éclats qui prennent son auditeur par surprise.

 

Résolument sombre, chargé d’effets électroniques en post prod, le score d’Extraction quand il tente d’émuler un John Powell n’arrive que rarement à atteindre son but, zonant plutôt dans la lignée des passe partout de chez Remote Control.

 

La noirceur de l’ensemble fait cependant un écho intéressant à la conclusion de Poussière, à défaut ‘être original, mais la BD l’est bien assez pour deux !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags