10 octobre 2017 2 10 /10 /octobre /2017 11:46

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

 

 

C'est quoi : VOLTAIRE AMOUREUX

 

 

C'est de qui ? C. Oubrerie

 

 

La Couv':

 

 

La Faute à...  /  Voltaire Amoureux  Vs.  Concerto pour Hautbois

 

Déjà lu chez nous? Oui.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Les Arènes

 

 

 

Une planche:

 

La Faute à...  /  Voltaire Amoureux  Vs.  Concerto pour Hautbois

 

Ca donne Quoi ? Dans le Paris du début du XVIII° siècle un tout jeune et fringuant Voltaire, débarrassé des projets d’avenir que son père avait pour lui, n’aspire qu’à devenir rien moins que le plus grand auteur de son temps. Après un bref séjour en prison (et il n’était même pas coupable !) le voilà qui butine les conquêtes féminines, tente désespérément d’éditer son Henriade et voyage en Europe où il va notamment retrouver son ancien mentor, Rousseau en personne, que l’âge a bien changé.

 

C’est donc au tour de Clément Oubrerie, auteur à succès entre autre des séries Aya De Yopougon ou encore de l’adaptation des Royaumes du Nord, de rejoindre le giron de la branche BD des Arènes (qui compte déjà quelques pointures) pour livrer une bio de l’un des plus grands auteurs de son temps.

 

Poète, philosophe, dramaturge, libertin (oserai-je dire libertaire, ne serait-ce que dans son anticléricalisme forcené  !?), Voltaire, sous le crayon d’Oubrerie devient également un personnage attachant, brillant et hors-norme, au cœur d’artichaut et aux réparties cinglantes.

 

Dessiné dans un style plus délié que les précédents, avec toujours de belles couleurs bien choisies,  l’album est souvent fort drôle (mention spéciale au passage avec les docteurs charlatans) et prouve si besoin était tout le talent de conteur et d’illustrateur de son auteur.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? CONERTO POUR HAUTBOIS

 

 

C'est de Qui ?  G.P. Telemann

 

 

La couv' 

 

La Faute à...  /  Voltaire Amoureux  Vs.  Concerto pour Hautbois

 

 

Déjà entendu chez nous? Non

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? C’est d’autant plus étrange que l’on ait jamais rien écouté de Telemann sur B.O BD car c’est probablement l’un des compositeurs les plus prolifiques de l’histoire de la musique classique.

Avec plusieurs centaines (milliers même semblerait-il) d’œuvres à son actif, l’allemand était, en son temps, plus connu que ses pairs Haendel ou Bach, précurseur de bien des genres, on se perd littéralement dans la profusion des styles et des compositions.

 

Je vous avouerai que c’est avant tout de par sa proximité chronologique avec Voltaire que j’ai choisi ce concerto pour hautbois. Souvent aérien, voir enjoué, l’ensemble reste tout de même trop baroque pour moi et je préfère largement l’emploi de l’instrument soliste chez Prokoviev par exemple.

 

Néanmoins que ce soit sur les quelques scènes de cour, sur celles de représentation ou celles du périple en carrosse, la musique de Telemann apporte à Voltaire Amoureux autant de classe que de gaieté et c’est très bien comme ça.

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
7 octobre 2017 6 07 /10 /octobre /2017 08:07

 

 

Y avait longtemps! Voici donc un nouveau week-end consacré aux mangas avec deux oeuvres aux antipodes (mais vous avez l'habitude maintenant) dont la première, finalement, n'en n'est peut-être même pas un...de manga:

 

 

LA BD:

 

 

 

 

 

C'est quoi : LA FORET MILLENAIRE

 

 

C'est de qui ? J. Taniguchi

 

 

La Couv':

 

A Boire et à Manga  /  La Forêt Millénaire  Vs.  Kikujiro

 

Déjà lu sur le site? Oui.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Rue de Sèvres.

 

 

 

Une planche:

 

 

A Boire et à Manga  /  La Forêt Millénaire  Vs.  Kikujiro

 

Ca donne Quoi ? Un jeune garçon quitte la capitale japonaise pour aller vivre dans un village avec ses grands-parents ; à nouvelle-école, nouveaux camarades et l’intégration est parfois difficile.

Et puis il y a aussi cette forêt, primale et imposante, dont toute une partie a été mise à jour par un tremblement de terre, et qui recèle de biens curieuses créatures.

 

 La Forêt Millénaire est un album aussi précieux que frustrant. Précieux car, outre le fait que ce soit un bel objet, format à l’italienne (comme le Fanfulla de Pratt également chez Rue de Sèvres), couverture toilée avec pas mal de bonus en fin d’ouvrage, c’est également le dernier livre de Jiro Taniguchi, conçu pour le marché français avant tout, auteur complet qui nous a autant plu ici, qu’il nous fasse visiter le Louvre à sa façon, ou qu’il revisite le mythe du Far-West.

 

Frustrant car c’est également le premier tome d’une trilogie dont nous ne connaîtrons donc jamais le développement ni la conclusion, du moins sous forme dessinée, et que ce début d’histoire, s’il prend son temps pour installer ses personnages et, surtout, son décor, porte en lui de passionnantes pistes.

 

Avec son trait fin et réaliste, aux couleurs directes superbes, le tout parfois étalé sur de pleines pages, qui doit autant sinon plus aux grands auteurs de la BD franco-belge, Taniguchi est probablement l’un des auteurs les plus accessibles, oserai-je dire universel, dans le manga ; le choix de ce mélange de thèmes qui promettait d’être aussi intéressant dans son analyse de l’humain que dans sa description d’un monde fantastique, laisse donc tristement rêveur.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE :

 

 

 

 

 

C'est quoi : KIKUJIRO

 

 

C'est de qui ? J. Hisaishi

 

 

La Couv':

 

A Boire et à Manga  /  La Forêt Millénaire  Vs.  Kikujiro

 

 

Déjà entendu chez nous? Une fois ou deux très probablement.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? La bande son que Hisaishi a écrit pour le film de Kitano, qui s’éloigne ici avec bonheur de ses règlements de comptes sanglants entre yakuzas, est, assez basique ment il faut le reconnaître, une variation de deux thèmes (déjà assez proches !) qui, sans être aussi oniriques ou poétiques (et…encore que !) que les travaux du compositeur japonais pour les studios Ghibli, résonnent de phrases très mélancoliques aux mélodies riches en arpèges.

 

Le piano est prédominant sur l’ensemble de l’album mais est souvent bien secondé par un violon et autres percussions folkloriques astucieusement utilisée.

 

Le phénomène de répétition évoqué plus haut ne posera finalement pas de problèmes à la lecture de La Forêt Millénaire vu que cette dernière est donc assez courte et je préconise l’écoute du morceau Mad Summer au moins, la plus originale des pistes très probablement.

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
30 septembre 2017 6 30 /09 /septembre /2017 12:31

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : FANFULLA

 


C'est de qui : Milani et Pratt

 

 

La Couv':

 

Le premier gentilhomme de fortune  /  Fanfulla  Vs.  Capitain From Castille

 

Déjà croisé sur le site? Oui pour Pratt

 

 

C’est édité chez qui ? Rue de Sèvres

 

 

Une planche:

 

Le premier gentilhomme de fortune  /  Fanfulla  Vs.  Capitain From Castille

 

Ca donne Quoi ? Entre la fin de l'année 67 et le début de 68, alors qu'il fait ses derniers mois au sein du Corriere dei Piccoli, Pratt, après avoir déjà livré de forts bonnes choses en pâture à ses lecteurs ( l'Ombre, Sandokan ou encore deux adaptations de Stevenson), termine en apothéose en mettant en image ce scénario de Mino Milani où l'on retrouve déjà comme protagoniste principal un gentilhomme de fortune, anti héros soiffard, bagarreur et bon vivant en la personne de Fanfulla.


L'intrigue se déroule dans l'Italie de la Renaissance, alors que les Plantagenets, après avoir mis à sac Rome, assiègent Florence, débarrassée des Médicis.


De la grande aventure à l'ancienne, avec une histoire solide, pleine de rebondissements faits de batailles' trahisons et autres émotions.


Longtemps restée inédite en tant que telle, cette œuvre de Pratt porte en elle pas mal des prémisses de celles à venir, l'artiste italien aura bien appris de ses sçenaristes avant de sauter le pas de l'écriture.


Le seul reproche que l'on pourrait faire à cette belle édition à l'italienne parue il y a une paire d'années chez Rue de Sèvres c'est, en gardant le découpage en strips horizontaux, d'avoir également conservé quelques problèmes de lectures dus à une narration parfois incongrue dans là disposition de ses cases.
Mais rien qui ne vienne gâcher le plaisir de cette redécouverte.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

 

C'est Quoi ? CAPITAIN FROM CASTILLE

 

 

 

C'est de Qui ? Alfred Newman

 

 

La couv'

 

Le premier gentilhomme de fortune  /  Fanfulla  Vs.  Capitain From Castille

 

Déjà entendu chez nous? Oui

 

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Connu pour ses scores d’envergure sur de grosses productions, Alfred Newman est mandaté pour celui de cette adaptation du roman éponyme qui se déroule dans l’Espagne du XVI° siècle.

 

Outre les passages obligés d’emploi de musique traditionnelle, où la guitare soliste est fort bien représentée d’ailleurs, Newman s’attache surtout à utiliser au maximum, comme il en a l’habitude, les différentes tessitures de l’orchestre.

 

Balançant entre romantisme luxueux et épique bon ton, la longue B.O de Capitain from Castille (plus d’une heure trente de matériel tout de même), comporte pas mal de pistes qui se marient fort bien avec la bande dessinée de Milani et Pratt (certaines vu la différence « géographique » étant peut être moins adaptées).

 

 

 

-------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost0
27 septembre 2017 3 27 /09 /septembre /2017 06:29

 

 

Et revoilà le mercredi des plus jeunes; avant la salve d'albums conseillés par ma fille (pour cet après-midi), voici les second tome d'une série qui plaira sans problème aux plus vieux également:

 

 

 

 

LA BD

 

 

 

 

C'est Quoi ? LES SPECTACULAIRES. LA DIVINE AMANTE.

 

 

C'est de Qui ?  Hautière et Poitevin

 

 

La couv'

 

Divin Spectacle  /  Les Spectaculaires, La Divine Amante  Vs.  The Raven

 

Déjà croisé dans le coin ? Oui sur le tome précédent.

 

 

C’est édité par? Rue de Sèvres.

 

 

Une planche :

 

Divin Spectacle  /  Les Spectaculaires, La Divine Amante  Vs.  The Raven

 

 

Ca donne Quoi ? Après un premier tome d’introduction bien sympathique on retrouve notre équipe de super-héros un rien bras cassés dans une nouvelle aventure.

 

Les voilà assignés à la protection rapprochée de rien moins que la star du théâtre de l’époque, Sarah Bernhardt en personne (que, comme moi peut être, vous avez découvert avec l’album de Lucky Luke où elle apparaît !).

 

On en veut à la vie de la star et son entourage décide donc de la cloitrer dans son manoir de Belle-Ile au fin fond de la Bretagne afin de mieux la protéger…mais son mystérieux agresseur a suivi !

 

Un scénario en forme de Cluedo, avec un huis clos bien fun même si parfois un rien bavard au début (surtout par rapport à la rapidité du dénouement), toujours fort bien mis en image par un poitevin inspiré.

Une série à suivre assurément !

 

 

 

 

 

 

LA B.O:

 

 

 

 

C'est quoi : THE RAVEN

 

 

C'est de qui ? L. Baxter

 

 

La Couv':

 

Divin Spectacle  /  Les Spectaculaires, La Divine Amante  Vs.  The Raven

 

 

Déjà croisé chez nous? Souvent même.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Alors que d’aucuns considèreraient plus ou moins à juste titre les productions Corman de l’époque comme d’honnêtes séries B de genre, et que d’autres encore semblent les hisser au rang d’œuvres cultes au sens premier du terme, il est intéressant de noter que Les Baxter, infatigable pourvoyeur de bandes originales de ce genre de longs métrages, mettait un point d’honneur à ne pas les considérer comme alimentaires même si c’était bien souvent le cas.

 

Se comparant avec, je l’espère, un certain sens de l’humour voire de la distanciation, à Stravinsky, Baxter n’hésitait jamais à tenter des choses originales dans ses partitions.

Expérimentateur pionnier, amateur de motifs étranges, les thématiques qu’il appliquait aux protagonistes, héritées de ses gimmicks de la décennie précédente (sur de la SF entre autre), étaient toujours d‘une remarquable efficacité.

 

Agrémentée d’une pointe de comédie noire bienvenue, la musique de The Raven pourra peut être sembler un peu décalée chronologiquement avec le récit des Spectaculaires mais l’ambiance générale est, je trouve, plutôt bon enfant avec ce mélange de genres et de styles justement.

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
17 septembre 2017 7 17 /09 /septembre /2017 14:14

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : STREAMLINER 2. ALL-IN DAY

 

 

C'est de qui ? Fane

 

 

La Couv':

 

Chapeau!  (De Roues)  /  Streamliner All-in Day  Vs.  Le Temps des Loups

 

Déjà croisé chez B.O BD? Sur le tome précédent.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Rue de Sèvres

 

 

 

Une planche:

 

 

Chapeau!  (De Roues)  /  Streamliner All-in Day  Vs.  Le Temps des Loups

 

 

Ca donne Quoi ? Nous y voilà, le père de Crystal ayant misé la station essence, la course, déjà bien tendue entre les rivalités, l’implication du FBI, les médias voraces  et la présence du Kid, tueur en série,  a pris une autre dimension.

Les participants sont sur la ligne de départ, les moteurs gueulent, la gomme chauffe… Et c’est parti !

La chevauchée sera aussi épique que fatale, pleine de morceaux de bravoure et de victimes.

 

Fane conclue son très bon premier volet par une suite bourrée de testostérone, où son dessin nerveux et sexy est au service d’une action débridée le tout bien porté par une narration virevoltante, cinématique à souhait, même si un rien ralentie à deux reprises.

 

L’album est complété par un faux magazine d’une douzaine de pages qui revient sur la genèse du projet, présente les belles carrosseries de l’histoire (les mécaniques et les autres !), des scènes coupées et autres bonus.

Un diptyque dédié au grand spectacle qui ne trompe pas sur la marchandise, du tout bon !

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

 

C'est Quoi ? LE TEMPS DES LOUPS

 

 

C'est de Qui ?  G, Garvarentz

 

 

La couv' 

 

Chapeau!  (De Roues)  /  Streamliner All-in Day  Vs.  Le Temps des Loups

 

Déjà entendu chez nous? Une fois ou deux oui.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? On retrouve à l’affiche de cet obscur film de casse de la toute fin des années 60, réalisé par un tâcheron transalpin, nos Robert Hossein et Charles Aznavour nationaux.

Le beau frère de ce dernier, Georges Garvarentz, parolier à succès et collaborateur du gratin du showbiz de l’époque signe une bande son mémorable, mélange vigoureux de rock psyché et de funk où une guitare électrique est admirablement rehaussée par des cuivres et des flutes que n’auraient pas renié un James Brown.

 

Le film jouant la carte de la violence un brin jusqu’au-boutiste, la musique prend le contrepied en apportant une touche groove très américaine qui atténue l’ensemble et relève bien les scènes de cascades et poursuites par exemple.

 

Une sévère dose d’action et de fun pour coller aux pots d’échappements vrombissant des bolides de Streamliner.

 

 

 

---------------

 

Une Chronique de Fab


 

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags