29 janvier 2020 3 29 /01 /janvier /2020 10:59

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LA VENIN. LAME DE FOND.

 

 

C'est de qui ? Astier

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Rue de Sèvres

 

 

Déjà lu chez B.O BD? Oui, sur le précédent entre autre.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? On retrouve donc notre Emily dans sa quête de vengeance après le meurtre de sa mère, bien décidée à éliminer toute la confrérie responsable.

Le prochain sur la liste est un révérend, ça tombe bien notre héroïne a déjà le déguisement adéquat.

Avec un indien comme ange gardien et une détermination à toute épreuve, elle va faire semble-t-il d’une pierre deux coups car le religieux en question a de bien sales habitudes avec ses protégées, et un châtiment n’arrivant jamais seul voilà que mère nature se met de la partie sous la forme d’un raz de marée qui menace Galveston.

 

Raconté, comme le premier volet, en alternance de flash-backs, cette suite de La Venin confirme tout le bien que l’on pensait du premier avec un scénario à rebondissement très d’actualité (de #Metoo aux scandales de l’église) traité à la façon parfois d’un western spaghetti un brin too much que l’on lit avec un plaisir –coupable ?- évident.

Coté graphismes c’est également toujours original avec ce trait semi réaliste coloré plus efficace à mon sens que pas mal de choses que l’on voit d’habitude dans le genre.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :SOMETHING BIG

 

 

C'est de qui ? B. Bacharach

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si Something Big s'apparente plus à une parodie qu'à un vrai western, dans une décennie qui va marquer un certain tournant (voire un tournant certain) pour le genre, sa musique n'y est pas étrangère.

En effet, Burt Bacharach, qui a signé le score de Butch Cassidy et le Kid deux ans auparavant, livre ici une partition digne de ses plus luxurieux arrangements, ceux qui en ont fait un des compositeur-arrangeur les plus recherchés de l'époque, loin des canons du genre, dictés notamment par la mainmise grandissante d'un certain Ennio Morriconne. 

 

Pour Something Big, Bacharach panache les thèmes de parties instrumentales multiples où des cuivres ronflants sont contrebalancés par des cordes et un piano plus légers, voire mélancolique ou même pop par moments et même quelques choeurs limite psyché.

 

Si l'ensemble est d'un naturel joyeux voire bon enfant, l'aventure est tout de même au rendez-vous et le compositeur balance de ci de là des instruments et des sonorités typiquement western.

Pas évident de prime abord, le score de ce western burlesque se place souvent bien sur ce second volet de La Venin même s'il manque peut être un peu de moments plus sombres.

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
29 mai 2019 3 29 /05 /mai /2019 14:20
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  MES COP’S PARTY

 

 

C'est de qui ? B. Carrère, C. Cazenove & P. Fenech

 

 

La Couv':

 

Jeunesse en fête  /  Alienor Mandragore   -  Mes Cop's Party - Des Lumières dans la nuit

 

Déjà croisés sur le site? Cazenove oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Bamboo

 

 

Une planche:

 

Jeunesse en fête  /  Alienor Mandragore   -  Mes Cop's Party - Des Lumières dans la nuit

 

 

Ca donne Quoi ? Notre ainée, qui vient d’avoir dix ans, nous tanne depuis des semaines pour organiser une méga fête d’anniversaire.

Voilà t’y pas que les auteurs de la série humoristique ado Mes Cop’s sortent, en collaboration avec Brigitte Carrère, un hors-série spécial : Mes Cop’s Party.

 

Tutos déco (« à faire soi-même »), conseils d’organisation (j’ai bien aimé la partie sur qui inviter…ou pas !) et, of course, recettes salées comme sucrées (dont certains donnent bien envie !) les idées proposées l’ont encore plus motivé ! Elle a même trouvé que les pages de BD qui illustrent chaque partie sont un joli plus qui rend l’album encore plus agréable à lire.

 

Je ne saurais dire pour le moment s’ils nous ont sauvé la mise ou si nous allons les maudire une fois la « party » en question organisée (voire les appeler pour venir donner un coup de main au nettoyage !) mais ce qui est sûr c’est que notre fille est, du coup, d’autant plus déterminée à la faire cette fête !

 

Jeunesse en fête  /  Alienor Mandragore   -  Mes Cop's Party - Des Lumières dans la nuit

 

 

 

- - - - - - - - - - - -  - -

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  ALIENOR MANDRAGORE. LE VAL SANS RETOUR.

 

 

C'est de qui ? Thomas Labourot et Séverine Gauthier

 

 

La Couv':

 

Jeunesse en fête  /  Alienor Mandragore   -  Mes Cop's Party - Des Lumières dans la nuit

 

 

Déjà lus sur B.O BD? Oui, sur les précédents.

 

 

C’est édité chez qui ? Rue de Sèvres

 

 

Une planche:

 

Jeunesse en fête  /  Alienor Mandragore   -  Mes Cop's Party - Des Lumières dans la nuit

 

 

Ca donne Quoi ? Notre héroïne a le moral au plus bas : Lancelot ne lui parle plus depuis qu’une paire de cornes est venue affubler sa tignasse dorée, Merlin et Morgane sont assez furax qu’elle ait posé la main sur la baguette trouvée dans le royaume des Korrigans et son ermite ne peut lui révéler les secrets qu’elle voudrait connaître, ses souvenirs étant restés dans le Val sans retour qui, comme son nom l’indique n’est-ce pas…

 

Mais il en faut plus pour décourager Aliénor et la voilà partie dans le Val en question, à la recherche de réponses ; réponses qui vont changer son existence sur laquelle plane l’ombre de sa mère.

Heureusement qu’elle pourra compter sur l’amitié de Lancelot et l’amour du vieil enchanteur et de la fée acariatre.

 

Ultime tome de la série de Thomas Labourot et Séverine Gauthier, cette aventure prend la forme assez classique de la quête solitaire en territoire malsain, fin de parcours initiatique pour une héroïne diablement attachante entourée d’une galerie de personnages hauts en couleur dont les cinq volets ont passionnés mes deux enfants (4 et 10 ans) que ce soit par la qualité de leurs scénarios ou la beauté de la partie graphique, détaillée, cartoony et colorée.

 

Vivement les prochains projets des auteurs !

 

 

 

 

- - - - - - - - - -

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  DES LUMIERES DANS LA NUIT 2

 

 

C'est de qui ? L. Alvarez

 

 

La Couv':

 

 

Jeunesse en fête  /  Alienor Mandragore   -  Mes Cop's Party - Des Lumières dans la nuit

 

Déjà croisée chez nous? Oui sur le tome 1.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Vent D’Ouest

 

 

 

Une planche:

 

Jeunesse en fête  /  Alienor Mandragore   -  Mes Cop's Party - Des Lumières dans la nuit

 

Ca donne Quoi ? Aujourd’hui la classe de Sandy fait une sortie dans la zone humide, le long de la rivière. Fâchée avec l’une de ses camarades, notre jeune héroïne erre au bord de l’eau où elle découvre une carapace de tortue apparemment vide.

Mais la voilà happée à l’intérieur où elle va découvrir la demeure d’une tortue collectionneuse d’art.

Cette dernière a besoin de l’aide de Sandy pour découvrir ce qui arrive à la rivière, qui, peu à peu disparaît mystérieusement. Commence alors pour la petite fille un voyage onirique aux dangers inattendus au beau milieu d’un bestiaire surnaturel.

 

Avec ses mises en page dynamique qui invitent à la rêverie magnifiées par son graphisme à la croisée des chemins du manga, du fantastique et de la BD Jeunesse classique, Lorena Alvarez propose une seconde aventure qui confirme tout le bien que l’on avait pensé de la première pour cette série clairement à part dans le paysage de la BD Franco Belge.

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
4 mai 2019 6 04 /05 /mai /2019 12:56
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  UN PUTAIN DE SALOPARD

 

 

C'est de qui ? Loisel & Pont

 

 

La Couv':

 

In nomine Patris  /  Un Putain de Salopard  Vs. Dr Terror

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour Loisel.

 

 

C’est édité chez qui ? Rue de Sèvres

 

 

Une planche

 

In nomine Patris  /  Un Putain de Salopard  Vs. Dr Terror

 

Ca donne Quoi ? Années 70, à l’époque et sur les lieux de la construction de la Transamazonienne, un jeune homme en quête de ses origines débarque au Brésil avec comme seul indice deux photos le représentant en compagnie de sa mère et de deux hommes différents. L’un d’entre eux étant supposé être son géniteur.

 

Si son périple commence plutôt bien avec la rencontre de trois filles sympas, il va bien vite tourner au drame entre meurtre de jeune femme, prostitution forcée et chasse à l’homme au cœur d’une jungle hostile.

 

Si le début de la nouvelle série de l’auteur de La Quête de  avec son ambiance baba cool commence plutôt sur un ton léger, le scénar’ tourne vite au thriller oppressant avec une action et des scènes de suspense et de violence soutenus.

 

On sent une belle complicité entre le dessinateur et le scénariste, notamment dans la composition des planches, la personnification des personnages et la narration.

Ce premier tome à la pagination généreuse a tout ce qu’il faut pour accrocher le lecteur (avec même une mini pointe de fantastique forcément intrigante) qui donne clairement envie de connaître la suite.

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : DR TERROR HOUSE OF HORRORS

 

 

C'est de qui ? E. Luytens

 

 

La Couv':

 

In nomine Patris  /  Un Putain de Salopard  Vs. Dr Terror

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Pas sûr.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si les studios de la Hammer ont trusté le marché du film d’horreur durant deux décennies, leurs concurrents quasi directs de chez Amicus étaient également pas mal actifs sur le même créneau (si ce n’est que la plupart des films Hammer étaient à background « historico-gothiques » tandis que ceux de chez Amicus étaient plutôt contemporains).

 

Pour ce film à sketches où l’on retrouve les incontournables Peter Cushing et Christopher Lee (acteurs fétiches de la Hammer par ailleurs), la compositrice Elisabeth Luyden, première femme à écrire de la musique de film mais qui, de son propre aveu, faisait ça plus pour payer les factures que par choix, écrit une partition assez passe partout, où elle laisse de coté le sérialisme dont elle s’est faite spécialiste outre-manche.

 

Néanmoins on reconnaîtra à son score des qualités manifestes dans l’évocation de l’épouvante subreptice, de l’illustration thématique simple mais efficace.

A l’opposé d’un James Bernard, compositeur attitré de la Hammer, Luyden fait dans l’underscoring si nécessaire et, par la même, rend ses compositions plus variées que la moyenne.

 

Une B.O peut être un peu trop appuyée dans le genre mais qui a le mérite de mettre en exergue la tension constante du premier tome de l’album de Pont et Loisel.

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
23 mars 2019 6 23 /03 /mars /2019 08:39
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LA PLANETE AUX CAUCHEMARS

 

 

C'est de qui ? Pion et Sapin

 

 

La Couv':

 

Un week end avec Lovecraft 1 /  La Planète aux Cauchemars Vs.  Uss Callister

 

Déjà lus sur B.O BD? Oui, ensemble d’ailleurs.

 

 

C’est édité chez qui ? Rue de Sèvres

 

 

Une planche:

 

Un week end avec Lovecraft 1 /  La Planète aux Cauchemars Vs.  Uss Callister

 

Ca donne Quoi ? Dans l’espace, dans un futur lointain, une jeune femme désireuse de se rendre sur la planète Arkham, se voit contrainte d’emprunter un itinéraire bis qui l’amène sur Innsmouth, petite planète lugubre habitée de gens tout aussi glauques aux traits bestiaux et aux yeux globuleux.

Alors que la nuit tombe l’enfer va se déchainer pour notre pauvre héroïne !

 

Adapter Lovecraft en changeant d’époque est un concept intéressant qui, on l’a vu de par le passé, en BD notamment (et même par le même duo chez le même éditeur notamment !), est généralement payant.

 

La Planète aux Cauchemars, si elle fait très « hommage », ne déroge cependant pas à la règle, l’étrangeté et l’hostilité de planètes perdues dans l’espace étant tout à fait appropriées au malaise et à la tension des récits de l’écrivain de Providence.

 

Patrick Pion avec son style « à l’ancienne » donne un aspect Creepy à ce récit de SF tendu même si j’ai trouvé que la colo ne rendait pas toujours justice à son trait (exception faite de la scène de cauchemar très réussie).

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :USS CALLISTER

 

 

C'est de qui ? D. Pemberton

 

 

La Couv':

 

Un week end avec Lovecraft 1 /  La Planète aux Cauchemars Vs.  Uss Callister

 

Déjà croisé sur le site? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Touche à tout et versatile, Pemberton passe du petit au grand écran avec le même talent et, semble t-il, la même jubilation.

 

Pour cet épisode de la série Black Mirror, atypique à plus d’un titre (plus axé sur la comédie que les autres, hommages et clins d’oeils à Star Trek et Twilight Zone), il met le petits plats dans les grands en conjuguant les gimmicks des scores classiques de la SF - à grands renforts de cuivres et de percussions- et l’électronique en vogue actuellement, à base de nappes sourdes, de rythmiques sur produites et d’ambiances futuristes.

 

Le compositeur a traité ses deux aspects quasiment comme deux B.O séparées pour mieux les mélanger ensuite.

Le contraste entre les éléments synthétiques et les instruments de l’orchestre de Prague renforçant ce ressenti.

 

De la B.O de haut vol pour une adaptation spatiale, que demander de mieux ?

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
17 mars 2019 7 17 /03 /mars /2019 13:15

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  INFINITY 8. JUSQU'AU DERNIER.

 

 

C'est de qui ? Trondheim et Killofer

 

 

La Couv':

 

Huit à l'infini  /  Infinity 8. Jusqu'au dernier.  Vs.  Rollerball.

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour le scénariste.

 

 

C’est édité chez qui ? Rue de Sèvres.

 

 

Une planche:

 

Huit à l'infini  /  Infinity 8. Jusqu'au dernier.  Vs.  Rollerball.

 

Ca donne Quoi ? Point d'héroïne sexy pour cet ultime volet de la saga SF déconnante de Trondheim et ses compères puisque c'est le bedonnant et libidineux lieutenant Refo qui va dévoiler au grand jour le pot aux roses et tenter de sauver les meubles.

Il a découvert que le capitaine Tonn Chars - l'espèce de pieuvre géante au pouvoir de reboot- cherche en fait à se venger du reste de la galaxie pour avoir éradiquer sa race 30 ans auparavant.

 

Refo se révèle un sacré meneur d'homme, ou plutôt de femmes puisque nos agentes des précédents épisodes vont rempiler pour lui filer un coup de main salvateur.

 

Bon, voici donc la conclusion du concept Infinity 8 que d'aucuns avaient qualifié de « Donjon, mais dans l'espace ! ». Si cette série s'avère moins aboutie que cet imposant prédécesseur elle ne manque pas d'atouts comme on a pu le voir au fil des tomes précédents et comblera les amateurs du scénariste.

 

Killofer rend une copie des plus honorable, dans le top 3 de la série; avec des passages assez impressionnants de ci de là, bien mis en valeur par les couleurs de Tanja Cinna.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :ROLLERBALL

 

 

C'est de qui ? Previn et divers

 

 

La Couv':

 

Huit à l'infini  /  Infinity 8. Jusqu'au dernier.  Vs.  Rollerball.

 

Déjà entendu chez B.O BD? Certains oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Pour ajouter au décalage de cette conclusion d'Infinity 8 j'ai choisi la bande originale de Rollerball qui comporte une poignée d’œuvres classiques plus ou moins célèbres (dont certaines plus que moins, le Tocata en Ré mineur qui ouvre la galette par exemple) alternées avec des compositions d'André Previn qui va d'une musique descriptive aux accents assez baroques à un psychédélisme funky très début des années 70 ou guitares wah-wah et synthé sidéral se côtoient dans un groove des plus planant.

 

Le contraste entre des pièces de Shostakovitch, Tchaikovsky et le score à proprement, parler, contre toute attente, fonctionne plutôt pas mal, surtout avec un album comme celui du jour.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags