7 juin 2016 2 07 /06 /juin /2016 11:20

 

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : LES REVES DANS LA MAISON DE LA SORCIERE

 


C'est de qui : Pion & Sapin adaptent Lovecraft

 

 

La Couv':

 

 

Psychanalyse sorcière  /  Les rêves dans la maison de la sorcière  Vs.  The Curse Of Frankenstein

Déjà croisé sur le site? Le dessinateur oui (et Lovecraft aussi remarquez).

 

 

C’est édité chez qui ? Rue de Sèvres

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Walter, brillant étudiant en mathématiques aux  théorie sur les dimensions vertigineuses fait de bien perturbants cauchemars depuis quelques temps. Est-ce parce qu’il a emménagé dans l’ancienne maison de Keziah Mason, la sorcière de triste renommée ? Alors qu’il semble s’enfoncer de plus en plus dans ses délires paranoïaques, les preuves de la tangibilité de ses terreurs nocturnes s’amoncèlent dangereusement.

 

En grand fan du maître du fantastique qu’était Lovecraft, c’est toujours avec plaisir que j’accueille une adaptation d’une de ses nouvelles en BD. Si La Maison de la Sorcière, dont les auteurs de l’album ont repris le titre original, ne fait pas partie des histoires les plus marquantes de HPL, elle n’en possède pas moins le potentiel de suspense et d’effroi propre à la majeure partie de sa production.

 

Intéressante idée de transposer l’intrigue de l’Arkham de 1930 au Paris de nos jours, même si, au final l’impact sur l’intrigue est moindre. Mon gros bémol perso vient de la surabondance de texte de « voix-off » -au détriment des phylactères- parfois redondant des images et qui alourdit quelque peu la fluidité de lecture.

 

Coté dessin, l’ambiance lovecraftienne a clairement inspiré Patrick Pion dont le trait anguleux et nerveux se prête bien au genre. Mention spéciale également aux séances cauchemardesques, laissées en crayonnés noir et blanc, et à la mise en page de certaines planches qui n’est pas sans faire penser à l’architecture de la maison.

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? THE CURSE OF FRANKENSTEIN

 

 

C'est de Qui ?   James Bernard

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu chez B.O BD ? Très souvent.

 

 

On peut écouter?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Premier film en couleur de la Hammer mais surtout premier de la franchise Frankenstein qui verra une flopée de suites plus ou moins inspirées (Bernard assurera les B.O de trois d’entre eux), ce Curse of Frankenstein est également celui qui lancera le style Hammer Horror, avec, dés l’année suivante les adaptations de Dracula puis de la Momie.

 

Dream team avec Terence Fisher à la real, Peter Cushing en Frankenstein et le future Dracula, Christopher Lee pour jouer la créature, le film est mis en musique par James Bernard, qui oppose à une réalisation relativement classique pour ne pas dire austère, une B.O grandiloquente, parfois limite outrancière où les cordes stridentes atteignent des hauteurs vertigineuses secondées par des percussions grondantes.

 

S’il exploite quelques passages d’une de ses précédentes œuvres, Bernard, à qui, après les deux Quatermass (entendus chez nous), la production a confié un orchestre un brin plus conséquent, définit ce qui sera le son de la Hammer pour les années à venir et que nombre de compositeurs pillera à loisir.

 

 

------------------------------

 

Une chronique de Fab

Repost0
6 avril 2016 3 06 /04 /avril /2016 08:22

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi BJORN LE MORPHIR. LE CHOC DES ARMEES

 


C'est de qui Lavachery & Gilbert

 

 

La Couv':

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi BJORN LE MORPHIR. LE CHOC DES ARMEES

 


C'est de qui Lavachery & Gilbert

 

 

La Couv':

Choc...des générations!  Björn le Morphir 5  Vs.  The 7 Magnificent Gladiators

 

 

 

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui, ensemble et séparément.

 

 

C’est édité chez qui ? Rue de Sèvres.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ?. Il l’avait annoncé et il ne nous avait pas menti ! Quand Thomas Gilbert, co-scénariste et dessinateur de l’adaptation de Bjorn Le Morphir avançait que ce cinquième volet était probablement le meilleur, il disait vrai, ne serait-ce que par le tour pris par l’histoire.

 

Le Choc des Armées fait honneur à son titre puisqu’il s’ouvre sur un affrontement de taille entre les armées du roi défunt, conduites par Bjorn, et celles de l’ennemi. Après une bataille sanglante qui laisse les deux parties exsangues mais voit la victoire de nos héros, la joie est de courte durée car la capitale du royaume a été attaquée par un roi félon et est complètement détruite.

 

 

Bjorn part alors à la recherche d’un allié providentiel et le récit s’oriente vers un autre genre cher à la Fantasy : la quête. Ayant retrouvé son frère, ils traversent une foret des plus dangereuse, avant de se faire enlever par des elfes esclavagistes.

 

Vous l’aurez compris, ce nouvel épisode est riche en rebondissements. Le scénario permet également à Gilbert de proposer des scènes de combat de haute volée, notamment sur une double page épique ou d’autres entièrement muettes et lourdes de menaces, avant de glisser vers des passages plus bucoliques mais tout aussi réussis (la scène avec l’ourse géante est assez exceptionnelle et n’est pas sans faire penser à du Miyazaki).

 

La série prend clairement une autre dimension et, fait notable, avec ce tome commence à plus me plaire à moi qu’à ma fille, ce qui n’est pas anodin !

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? THE SEVEN MAGNIFICENT GLADIATORS

 

 

C'est de Qui ? Dov Seltzer

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu sur B.O BD? Non

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Quelquefois, en cherchant des B.O qui pourraient convenir sur tel ou tel album, on découvre de sacrés surprises.

Ainsi il semblerait qu’une déclinaison en western n’ait pas suffit aux producteurs de ces Sept (Magnifiques !) Gladiateurs qui s’inspire donc (hum !) du mythique Sept Samouraïs de Kurosawa et le transpose dans une antiquité approximative où un méchant chef de bande aux pouvoirs magiques assaille un village de femmes qui embauche un héros et son équipe pour les défendre.

 

Avec Lou « Incroyable Hulk » Ferrigno et Sybill Danning, reine de la série Z peu vêtue, dans les premiers rôles, ce nanar qui marque la fin de l’apogée du péplum chez nos voisins transalpins (et ailleurs aussi !) n’a clairement de « magnificent » que le titre. Néanmoins le compositeur Dov Seltzer a eu la bonne idée d’aller piller allègrement ce que certains de ses prédécesseurs avaient fait sur le genre (des noms comme DeMasi ou Rustichelli, que nous avons pu entendre chez nous) mais aussi la musique du Conan de Poledouris, sorti l’année précédente  et livre une musique symphonique  aussi énergique que gaillarde sur laquelle nos joyeux gladiateurs s’entrainent, se battent, se font des blagues…

 

Pitreries mises à part nous voilà en présence d’un score calibré et attendu certes mais d’une redoutable efficacité quand il s’agit d’accompagner de la Fantasy bariolée, et c’est bien tout ce qu’on lui demandait ! 

 

 

------------------------------------

 

Une chronique de Fab

Repost0
18 mars 2016 5 18 /03 /mars /2016 08:27

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : CORPS ET AME

 

 

C'est de qui ? Hill, Matz & Jef

 

 

La Couv':

 

 

Déjà lus sur B.O BD? Oui

 

 

C’est édité chez qui ? Rue de Sèvres

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Suite à un contrat que rien en apparence ne différenciait des autres , Franck, tueur à gages froid et efficace, se retrouve la victime d’une vengeance machiavélique puisque le voilà transformé en …femme. A situation extrême, mesures de même et notre héros devenu héroïne compte bien retrouver le responsable et le faire payer.

 

 

Nouvelle adaptation d’un scénario du réal Walter Hill (qui avait déjà fricoté avec les thèmes joints de la chirurgie esthétique et de la vengeance dans Johnny Handsome, avec Mickey Rourke) pour une histoire coup de poing.

 

Néanmoins Corps et Ames ne m’a pas emballé autant que le précédent ouvrage du trio, en cause tout d’abord le principe même de l’opération de changement de sexe, un brin capillotractée, mais également un graphisme toujours ultra réaliste (pour ne pas dire photo-réaliste) et très coloré qui n'est plus ma tasse de thé depuis pas mal d’années.

Reconnaissons néanmoins à l’équipe créative une efficacité et une maîtrise des codes du genre à toute épreuve !

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? CRUISING

 

 

C'est de Qui ? Jack Nitzsche

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu dans le coin? Oui

 

 

On peut écouter?

 


 

 

 

 

Ca donne Quoi ? A ses débuts Al Pacino, l'un des acteurs les plus doué de sa génération, savait encore prendre des risques, comme en témoigne ce polar cru sur le milieu homosexuel underground.

A coté d’une B.O diégétique pop-punk-disco aux sonorités typiquement années 80 -à savoir où les vrais instruments sont quasi aux abonnés absents- où l’on retrouve des stars de l’époque comme Willy De Vile, John Hiatt ou Joan Jett ; Jack Nitzsche livre un -court- score qui, s’il parvient à plutôt bien se fondre avec les genres ci dessus (Nitzsche a entre autre bossé avec Phil Spector et des gens comme Neil Young ou les Stones, la musique « populaire » ça le connaît) porte la marque de fabrique de son compositeur : une ambiance poussée obtenue par des associations d’instruments très éloignés (une nappe de synthétiseur accompagne une guitare solo à la limite du free jazz et du folk et une batterie aérienne syncopée).

Le résultat, si inattendu voire déroutant, est d’une originalité manifeste et ajoute une dose de malaise à la BD déjà fort barrée de notre trio !

 

 

-------------------------------

 

 

Une chronique par Fab

Repost0
4 février 2016 4 04 /02 /février /2016 17:01

 

 

Retrouvez en fin de chronique l'interview "Musique et BD" de la dessinatrice Mayalen Goust

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : KAMARADES 2. TUEZ LES TOUS.

 

 

C'est de qui ? Goust, Abtey et Dusséaux.

 

 

La Couv':

 

 

Déjà lus chez nous? Oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Rue De Sèvres.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Vous vous souvenez peut être que le premier tome m’avait emballé au printemps dernier. C’est donc avec impatience que j’ai ouvert cette seconde partie, surtout vu le cliffhanger sur lequel nous étions restés.

Et du coup, je dois vous avouer que j’ai été un peu pris de court par la direction prise par le scénario qui décide de favoriser la petite histoire (d’amour) par rapport à la Grande, tout en exploitant l’hypothèse (peu probable même si défendue par ailleurs) sur la destinée de la famille Romanov  et leur extraction par les « services secrets » allemands et anglais vers Berlin.

Cette surprise passée, il faut reconnaitre sue le trio d’auteurs, Mayalen Goust et son trait si particulier en tête, s’en sort toujours aussi bien, ménageant son suspense et ses scènes chocs avec métier. Le troisième et dernier tome dira si ce triptyque reste dans la catégorie des bonnes séries ou passe dans celles qui feront date !

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? OCTOBRE

 

 

C'est de Qui? E. Meisel

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu sur B.O BD? Oui, une ou deux fois.

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Après leur collaboration fructueuse sur le Cuirassé Potemkine, Eisenstein désire retenter l’expérience de travailler avec Meisel et demande à ce qu’Octobre, film de commande du parti pour fêter les dix ans de la révolution…d’Octobre, oui tout à fait, merci,  soit mis en musique par lui.

Petit soucis, les moyens alloués à la musique des cinémas de l’époque (rappelons que nous sommes encore à l’ère du cinéma muet) sont relativement modestes, une petite vingtaine de musiciens au mieux, et la partition en prévoit plus d’une cinquantaine. On se doute que le résultat ne sera pas forcement concluant lors des premières projections. De plus, Meisel n’a pas hésité à innover et expérimenter dans son écriture, utilisant des bruitages divers.

Ajoutez à ce fait que le film n’ait pas particulièrement plu aux commanditaires du fait de son coté trop artistique, pas assez accessible au grand public et vous obtenez l’abandon pur et simple de l’œuvre de Meisel au profit d’une symphonie de Chostakovitch plus adaptée à l’esprit voulu par le parti.

Presque un siècle après avoir été écrite elle sera néanmoins reconstituée et jouée lors d’une rétrospective.

 

 

------------------------------------

 

 

Bonjour Mayalen et merci d’avoir accepté de te prêter au jeu du questionnaire croisé B.O/BD.

 

 

Commençons par un classique :

 

Tes Cinq Cd de chevet ?

 

 

Tricky - BlowBack

The Cure - Disintegration

Noir Désir - Veuillez rendre l’âme

PJ Harvey - To bring you my love

Serge Gainsbourg - tout !

 

 

 

 

Et tes Albums de Bd ?

 

 

Cyril Pedrosa - Trois Ombres

Manu Larcenet - Le combat ordinaire

Bilal - La trilogie Nikopol

Frederic Peeters - Lupus

Benjamin Flao - Kililana Song

 

 

 

 

 

Les influences et les goûts :

 

 

Une musique de film qui t’a marqué, que tu affectionnes particulièrement (indépendamment du film) ?

 

 

« La Grande Bellezza » de Paolo Sorrentino. Au-delà du film qui est absolument splendide, (tant au niveau photographique que du récit), la musique, mélange de symphonies, chœurs de femmes et musique beaucoup plus moderne, l’accompagne parfaitement.

 

 

 

 

 

 

Qui sont tes maîtres à penser en BD, ceux qui t’ont donné envie d’en faire, quelles sont tes influences ?

 

 

Les mêmes que ceux cités plus haut et en particulier Bilal, mais aussi, plus jeune Franquin. 

J’aime un peu tout et surtout l’émotion que cela produit.

 

 

 

Ton travail :

 

Ecoutes tu de la musique quand tu écris/dessine, et plutôt quoi ?

 

 

J’écoute très souvent de la musique en travaillant, voir tout le temps. Cela m’aide à trouver l’inspiration quand je sèche un peu…j’aime trouver une cohérence entre mon dessin et ce que j’écoute.

 

 

 

Ce sur quoi tu travailles actuellement, tes prochains projets (si tu as la liberté de les évoquer bien sûr) ?

 

Je travaille sur le tome 3 de Kamarades. J’en suis à la phase des crayonnés, donc au tout début de ce dernier tome qui va être tout aussi surprenant et riche en rebondissements que les autres !

 

 

 

Et si…

 

…en lieu et place de la Bande Dessinée tu avais fait de la musique tu aurais été qui, tu aurais joué quoi ?

 

J’aurai aimé être Erik Satie…jouer du Piano dans une ambiance à la Toulouse-Lautrec !

 

 

 

 

 

Encore un grand merci pour tes réponses, et au plaisir de te retrouver dans les pages de Bandes Originales Pour Bandes Dessinées !

 

 

--------------------------------

 

 

Une chronique et une interview de Fab

Repost0
20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 08:51

 

 

Retrouvez, après la Chronique Musicale, une interview "Musique et BD" de Régis Hautière, scénariste de l'album.

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi :LES SPECTACULAIRES 1. LE CABARET DES OMBRES

 


C'est de qui : Régis Hautière et Arnaud Poitevin

 

 

La Couv':

 

 

Déjà croisés sur B.O BD? Oui, le scénariste.

 

 

C’est édité chez qui ? Rue De Sèvres.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Les Spectaculaires sont, au début de ce premier tome, un quatuor d’artistes de cirque un peu bras cassés que le succès semble fuir tout comme les spectateurs. Mis au pied du mur par leur banque, ils vont accepter la requête d’un savant un peu toqué (qui, ça n’aide pas, a pris une balle dans la tête qui lui a enlevé un œil et la mémoire immédiate) d’aider à retrouver les plans d’une machine meurtrière volés par des gens forts mal intentionnés. Il n’en faut pas moins pour faire de notre équipe des super héros avant l’heure…bon peut être pas très « supers » mais héros surement ! Voilà une nouvelle série qui devrait combler les amateurs d’aventures old school au scénario prenant et bien fun et au dessin cartoony original. Dans la lignée de choses comme Aspic, ou la Voleuse du Père Fauteuil (pour le dessin notamment), Le Cabaret des Ombres plaira aussi bien aux vieux briscards qu’aux ados de par son capital sympathie indéniable et la promesse des aventures à suivre. Cerise sur le gâteau, comme toujours chez Rue De Sèvres, l’album est très soigné (vernis sélectif, papier de qualité) et c’est une histoire complète, que demander de plus.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? THE PAGEMASTER

 

 

C'est de Qui ? James Horner

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu chez B.O BD ? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? A l’image du film pour lequel il l’a écrite, la B.O de James Horner pour Pagemaster pioche ses inspirations à droite à gauche sans pour autant ressembler à un joyeux foutoir. Horner se fend de morceaux dignes d’un Disney (le film est un mélange animation/prises de vues réelles dans lequel des classiques de la littérature sont matérialisés) et les ambiances alternent de la franche comédie sautillante et débridée au suspense imposant plein de cuivres vrombissants. Après, comme fort souvent avec Horner, les « emprunts » divers et variés sont légions, mais c’est fait avec savoir-faire et piocher chez Korngold, Williams ou même Moussorgski donne tout de même un résultat très probant. Un régal en tout cas avec la première aventure de nos Spectaculaires.

 

-----------------------------

 

 

 

Bonjour Régis et merci d’avoir accepté de te prêter au jeu du questionnaire croisé B.O/BD.

 

 

Commençons par un classique :

 

Tes Cinq Cd de chevet ?

 

     

      Gypsy Punks - Underdog World Strike (Gogol Bordello)

      Olympia 1964 (Jacques Brel)

      Requiem (W.A. Mozart)

      Wild go (Dark Dark Dark)

     The Rise and fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars (David Bowie)

 

 

 

 

Et tes Albums de Bd ?

 

          Pinocchio (Winshluss)

          La Gloire d'Héra (Letendre – Rossi)

          Monster (Naoki Urasawa)

          Obélix et Compagnie (Goscinny – Uderzo)

          Watchmen (Moore - Gibbons)

 

 

 

 

 

Les influences et les goûts :

 

 

Une musique de film qui t’a marqué, que tu affectionnes particulièrement (indépendamment du film) ?

 

 

         Conan the barbarian

 

 

 

 

Qui sont tes maîtres à penser en BD, ceux qui t’ont donné envie d’en faire, quelles sont tes influences ?

 

 

      Franquin, Goscinny, Alan Moore, Daniel Goossens, Philippe Vuillemin, Naoki        Urasawa.

 

 

 

 

Ton travail :

 

 

Ecoutes tu de la musique quand tu écris/dessine, et plutôt quoi ?

 

 

Quand je travaille, j'écoute plutôt des musiques d'ambiance, pas trop entraînantes et j'évite la chanson française (pour ne pas être déconcentré par les paroles).

 

 

Ce sur quoi tu travaille actuellement, tes prochains projets (si tu as la liberté de les évoquer bien sur) ?

 

 

Le tome 16 d'Aquablue, le tome 4 de la Guerre des Lulus, le tome 2 des Spectaculaires, le tome 2 des Trois grognards (le tome 1 paraîtra au mois de mai prochain) et un one shot d'espionnage pour une nouvelle collection.

 

 

Et si…

 

 

…en lieu et place de la Bande Dessinée tu avais fait de la musique tu aurais été qui, tu aurais joué quoi ?

 

 

       Thom Yorke.

       J'aurais aimé jouer de la guitare.

 

 

 

 

Encore un grand merci pour tes réponses, et au plaisir de te retrouver dans les pages de Bandes Originales Pour Bandes Dessinées !

 

 

 

----------------------

 

 

Une chronique et une interview réalisées par Fab

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags