30 avril 2023 7 30 /04 /avril /2023 07:53

 

 

LA BD:





 

C'est quoi ? MADAME DESIRE ?



 

C'est de qui ? G. Mardon



 

La Couv':

 

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui.



 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Alors que les congés payés viennent d’être instaurés en France, 2 camarades partent en vacances à vélo sur les routes.

Perdus, ils vont échouer dans un somptueux manoir au fond des bois où les habitants des lieux les prennent pour les nouveaux domestiques.

 

Très vite, nos deux lascars vont découvrir les moeurs forts délurées de la maîtresse et de ses servantes..jusqu’à ce que le mari rentre!



 

Sorti il y a un peu plus d’une dizaine d’années, Madame Désire? est aujourd’hui  réédité chez Dynamite.

Le toujours surprenant -et convaincant!- Grégory mardon s’y essaie avec réussite à la bd pour adultes avec ce one shot qui se déroule dans l’entre-deux guerres avec les luttes de classe comme background (enfin, légères les luttes hein!).



 

Si les scènes osées sont nombreuses et souvent attendues, l’auteur s’amuse avec les codes du genre livrant un album leste et libidineux juste ce qu’il faut, dessiné d’un trait plus délié qu’à l’accoutumée (impression peut être renforcée par le choix du noir et blanc) qui ne trompe pas sur la marchandise (lui au moins!) tout en ne cherchant pas à être autre chose qu’un agréable divertissement pour public averti.







 

LA MUSIQUE:





 

C'est quoi :FANTASMI A ROMA



 

C'est de qui ? N. Rota



 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui



 

On peut écouter ?

 

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Casting de choix pour cette critique acerbe transalpine du début des années 60, que ce soit devant la caméra (Mastroiani et Gassman e tête) comme derrière (Ettore Scola au scénario) et même au pupitre puisqu' on y retrouve, donc, Nino Rota.



 

Faisant une infidélité à Fellini le compositeur n’abandonne pas pour autant ce qui a fait sa marque de fabrique et l’on retrouve dans sa partition ses motifs hérités de la musique populaire voire du cirque avec notamment un thème principal au piano enjoué qui plaira tant à Rota qu’il n’hésitera pas à le recycler une décennie plus tard pour un autre de ses longs métrages.  



 

L’aspect ouvertement burlesque de la musique de ce long métrage oublié va comme un gant de velours à l’album de Mardon avec qui il partage un humour appuyé mais communicatif.





 

---------------

 

 

Repost0
17 avril 2023 1 17 /04 /avril /2023 07:46

 

 

LA BD:





 

C'est quoi ? CRÉNOM BAUDELAIRE



 

C'est de qui ? D & T Gelli d’après J.Teulé



 

La Couv':

 


 

C’est édité chez qui ? Futuropolis

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour Teulé.



 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Portant un amour exclusif pour ne pas dire maladif à sa mère, rebelle à un beau père militaire qui veut le dresser, adepte de ce qu’il a rendu célèbre sous le nom de paradis artificiels, Charles Baudelaire est un noceur dont le goût pour la débauche n’a d’égal que le talent et qui brûle la vie par les deux bouts.

 

Il s’acoquine avec Jeanne Duval, une jeune métisse dont il fait sa muse, son modèle.



 

Quand le regretté Jean Teulé s’attaque au mythe Baudelaire, au vu des biographies dont il nous a régalé de par le passé, on ne pouvait qu’être enthousiaste et le résultat fût à la hauteur des attentes.

 


 

Amateur de BD, auteur à ses heures et adapté souvent avec bonheur dans le médium, Teulé souhaitait que son roman passe par la case BD (facile, j’avoue!) et avait commencé à y travailler avec Dominique Gélli qui, après la disparition de l'écrivain, continuera le travail épaulé par son frère.



 

Le premier tome de Crénom Baudelaire (qui sera une trilogie) est une réussite, captant à merveille la verve et le talent de Teulé avec des parti-pris graphiques évoluant en fonction du récitatif et de l'état de son sujet sont  parfois un brin déroutants mais fonctionnent fort bien.

 

Nul doute que Teulé aurait apprécié…et peut-être même que Baudelaire également!










 

LA MUSIQUE:





 

C'est quoi :CASANOVA



 

C'est de qui ? N. Rota



 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui



 

On peut écouter ?

 

 


 

Ca donne Quoi ? Pour ce qui sera leur avant dernier film ensemble , après 25 ans de fructueuse collaboration, Felini et Nino Rota continuent dans la lignée des sulfureux Satyricon et Roma avec ce surprenant Casanova 

 

Sombre, baroque et décadente à souhait, la vision du personnage par le réal italien a de quoi choquer, du moins à l‘époque et le film va s’aliéner toute une frange de l'intelligentsia et de la presse.

 

Suite de tableaux oniriques ou cauchemardesques, peuplés de décors surréalistes pas toujours raccord historiquement, de personnages aux physiques marquants et marqués, aux maquillages outranciers, le film est un ovni, une expérience de cinéma pas toujours agréable (et aujourd’hui probablement bien datée!).

 

Rota s’accroche à l’ambiance fantasmagorique et exubérante de l’image pour proposer une partition faussement dépouillée,  à l’orchestration recherchée voire parfois complexe, peuplée d’instruments inattendus comme le celesta ou l'harmonica de verre qui expriment tour à tour  la mélancolie, la folie ou encore la bacchanale endiablée.




 

---------------

 

 

Repost0
3 janvier 2023 2 03 /01 /janvier /2023 14:53

 

LA BD:





 

C'est quoi ? LE FEU AUX ENTRAILLES



 

C'est de qui ? Manara adapte Almodovar



 

La Couv':

 


 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui au moins pour Manara



 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Je dois avoir 14/15 ans quand je découvre, quasiment en même temps le Déclic de Manara et le cinéma de Pedro Almodovar via Attache-Moi puis un ou deux autres longs.

Si la BD de l’italien me marque plus que les films de l’espagnol, il est clair que les deux univers ont des thématiques et des obsessions en commun.



 

Il n’est donc pas étonnant que le dessinateur - qui a déjà mis en images deux scénarios d’un autre grand cinéaste en la personne de Fellini- se soit attelé à un scénario de jeunesse d'Almodovar, ce Feu aux entrailles donc, où l’on retrouve d’ailleurs quelques similitudes avec le Déclic cité plus haut, ne serait-ce que le fantasme de la Madame Tout le Monde qui devient la pire des nymphomanes.



 

Ici foin de docteur sadique, c’est un commerçant asiatique habitant Madrid qui, à sa mort, se venge des femmes qui ont parcouru sa vie.

Nous avons donc droit à une poignée de scènes souvent fort érotiques mais sans véritable fil conducteur si ce n’est le délire sensuel 

 



 

Paru en France il y a tout juste trente ans, rapidement devenu introuvable, l’album est réédité aujourd'hui par Glénat et témoigne de l’audace d’un jeune Almodovar déjà pétri de tout ce qui fera la renommée d’une grande partie de  sa filmographie, comme de la maîtrise d’un Manara fort à l’aise dans ce ballet voluptueux et érotique complètement débridé.

 

Les amateurs complétistes de l’un ou l’autre apprécieront.








 

LA MUSIQUE:





 

C'est quoi :LO SCEICCO BIANCO



 

C'est de qui ? N. Rota



 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD



 

On peut écouter?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Lo sceicco bianco est historique –cinématographiquement parlant of course- à plus d’un titre. 

 

Premier film pour Felini seul derrière la caméra et première B.O composée pour le réal’ par Nino Rota qui va devenir son fidèle collaborateur. Dans cette comédie enlevée, outre des « têtes » chères à Fellini, Giuletta Masina son épouse ou encore Alberto Sordi (très bon l’année suivante dans I Vitelloni ), on trouve déjà des thèmes qui lui seront familiers :  la critique de la religion, les amoureux volages, la comédie de mœurs…et surtout une certaine liberté dans la réalisation et la narration.



 

Autre constante du cinéma Fellinien, la musique de Rota, est déjà en substance tout ce qu’elle développera par la suite : humour fin, détournement de musiques populaire (du cirque notamment), thèmes légers mais jamais faciles, Rota qui a fait ses classes auprès de pointures comme Copland, Gershwin ou Porter (excusez du peu) sait comme personne marier les genres et passer du rire aux larmes avec la plus désarmante des facilités.

 

 

Une B.O peu connue mais ô combien classe qui met l’accent sur la comédie de ce Feu aux Entrailles.






 

---------------

 

Repost0
13 avril 2022 3 13 /04 /avril /2022 14:03

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? LA DERNIERE COMEDIE DE PAOLO PINOCCHIO

 

 

C'est de qui ? L. Varela

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Tanibis

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? L’Ange déchu, jamais à cours de stratagème pour essayer de se venger de son Ancien Patron, cherche à récupérer la corne des muses qui lui redonnerait son antique pouvoir.

 

Hors il s’avère que l’artefact a été dissimulé là où on irait le moins le chercher, au beau milieu de la figure du prince des menteurs, Paolo Pinocchio.

 

Voilà notre dépravé bouffon objet des convoitises de puissances qui le dépassent, et obligé de naviguer entre poissons revanchards, créatures tentaculaires et autres dragon vengeur.

 

 

Perle de l’éclectique collection des éditions Tanibis, le Paolo Pinocchio de Varela revient aujourd’hui, quasiment une décennie après un premier tome déjà jouissif,  pour cette « dernière » comédie, encore joyeusement déjantée, où l’on découvre la genèse du pantin de bois trash.

 

 

Dans un style graphique qui est un peu le chainon manquant entre Hyeronimus Bosch et… Mike Mignola, et dont on a pu apprécier la belle évolution au fil des années sur B.O BD, Varela balade son anti-héros entre enfer de Dante et monde actuel sauce Matrix sur un ton aussi jubilatoire aussi rafraichissant que personnel.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : HUIT ET DEMI

 

 

C'est de qui ? N. Rota

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si l’on pourrait reprocher parfois à Nino Rota son obsession pour la musique de cirque et le fait qu’il en foute de partout chez son compère Fellini, force est de reconnaître que sur Huit et Demi, avec son cortège de femmes pour un seul homme, la bonne humeur est de rigueur.

 

Et d’une certaine bonhomie à une fanfare grand guignol, en passant par un peu de jazz racé, la partition de Rota n’en manque pas, de bonne humeur.

 

Si ce sont les cuivres qui sont évidement à la fête, le reste de l’orchestre n’est pas en reste : des hautbois guillerets, des cordes enjôleuses, ça virevolte et ça se bidonne à tous les étages, tout comme dans ce nouveau Pinocchio et sa cohorte de protagonistes déjantés, et ses rebondissements délirants !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

 

 

 

Repost0
3 décembre 2021 5 03 /12 /décembre /2021 17:21

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? SOUS LES GALETS LA PLAGE

 

 

C'est de qui ? Rabaté

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Rue de Sèvres

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Au début des années 60, trois jeunes hommes aux destins tout traçés, laissés seuls par leurs parents dans une station balnéaire bretonne, vont faire la connaissance d’Odette, une fille aux mœurs bien libres pour l’époque.

 

Tombés sous le charme, les 3 amis vont se laisser entraîner dans un chantage monté par un vieux briscard, antiquaire, cambrioleur et anarchiste, pour le compte duquel ils sont forcés de participer à un cambriolage.

 

L’affaire aurait pu s’arrêter là si l’un de nos jeunes héritiers n’était pas tombé amoureux d’Odette. Lui, futur élève officier de Saint Cyr décide de saboter son avenir pour rester avec elle, fille née du viol d’une colabo par des résistants, mais à l’époque on ne défie pas -encore- les convenances et les conséquences vont être dramatiques pour tout ce petit monde.

 

 

Pascal Rabaté revient en cette fin d ‘année avec cette histoire douce-amère à l’écriture aussi fine que son coup de crayon, sur fond de spectre de l’après-guerre et de destins que l’on choisit ou que l’on nous impose.

 

Son casting est sans faille, son scénario oscille entre romantisme bon ton et tragédie glaçante sans pour autant jamais tomber dans le pathos, d’un côté comme de l’autre.

 

Ajoutez à ceci une partie graphique tout en déliés avec de beaux jeux de couleurs pastels pour les scènes de jour et un chouette travail sur les ombres et les éclairages pour celles de nuit et vous obtenez un album assez admirable, dans le haut du panier de ce qu’a fait son auteur et l’un de mes coups de cœur de cette année, pas moins !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :ROCCO E I SUOI FRATELLI

 

 

C'est de qui ? N. Rota

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Souvent oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Visconti, sans tomber dans la crudité d’un Rosselini dépeint avec acuité dans Rocco et ses frères une certaine misère sociale italienne de l’épqoue, via le destin sordide d’une famille du sud montée chercher un avenir meilleur au nord.

 

Pour la B.O, Nino Rota fait une infidélité à Fellini mais reste dans la veine des scores écrits pour ce dernier.

 

En effet on retrouve ici son goût pour le pastiche classe de genres désuets et décalés : musiques de cirque ou de fanfare auxquelles il ajoute des arrangements inhabituels, thèmes à l’écriture ouvertement teinté de classique, mais le tout dans un esprit résolument cinématographique, avec une volonté marquée d’unité mélodique.

 

Si la B.O est assez enjouée au début elle se dirige rapidement vers quelque chose de plus sombre, avec des passages où les instruments laissent assez de respiration pour exprimer aussi bien le suspense que le drame.

 

Une bien belle compagne musicale au dernier Rabaté qui n’en n’est devenu que plus beau !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags