1 juin 2022 3 01 /06 /juin /2022 12:56

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? FURIOSO

 

 

C'est de qui ? Pelaez, Laval Ng

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Drakoo

 

 

Déjà croisés sur le site? Le scénariste commence à être un habitué du coin.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Un guerrier mystérieux, chevauchant un hippogriffe, libère une noble dame dont un monstre marin allait faire son quatre heures.

Il est affublé d’une épée-lance qui peut s’allonger, arme magique ayant appartenu à Garalt, guerrier légendaire tué par Roland – non moins guerrier, non moins légendaire- devenu fou, lui, par jalousie.

 

Réssucité donc semble t-il, Garalt veut revoir son ancien amour, une autre guerrière émérite (décidément !) avec qui il a eu un  fils (mais il n’est pas –encore- au courant).

 

Ah, et pour ne rien arranger, les fées Alcyna (amoureuse de Garalt) et Morgane (jalouse de sa sœur) se mêlent des affaires des mortels (enfin presque mortels) même si tout ceci ne plait pas trop à Merlin.

 

 

Les superlatifs vont commencer à manquer pour qualifier le travail de Pelaez qui prend ici encore une fois un virage innatendu dans la liste fournie de ses sorties de 2022 avec cette adaptation ambitieuse d’un poème épique du XVI° siècle.

 

Il en fait une épopée fantasy pleine de bruit et de fureur au casting peut être un peu trop dense (et encore il a écrémé celui de l’œuvre d’origine) et aux scènes d’action spectaculaires que le dessin virtuose de Laval Ng, en directe lignée des grands auteurs du genre (on pense parfois aux Chroniques de la Lune Noire par exemple, au Arn de Gal, voire à Druillet) sert bien même si parfois un peu fourni lui aussi.

 

 

Si l’on retrouve (volontairement ou pas) des choses vues ailleurs (Le Choc des Titans, Gladiator, GOT,…), et si la lecture peut s’avérer exigeante à certains moments pour ne pas perdre le(s) fil(s), ce premier volet devrait combler les mateurs du genre, ceux de la première heure notamment.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :CONAN LE DESTRUCTEUR

 

 

C'est de qui ?

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD?

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Réalisé quelques années après le premier volet, pierre angulaire du cinéma de fantasy, Conan le Destructeur n’approche jamais, même de loin, son illustre prédécesseur.

 

Au pupitre, Basil Poledouris rempile également, mais lui non plus n’arrive pas à retrouver la flamme qui l’anima sur la B.O de Conan le Barbare.

Sans trop se fouler il tente de reprendre les recettes qui ont fonctionné pour les thèmes puissants du premier film mais verse soit dans une redite un brin grandiloquente soit carrément dans l’excès.

 

Les cuivres et les percussions sont rentre-dedans plutôt qu’épiques, les cordes s’envolent un peu trop dans le lyrique…et pourtant l’ensemble, dans le genre, reste souvent loin au-dessus de tout ce qui suivra, surtout dans cette décennie honnie que sont les 80’s (et surtout dans la carrière de Poledouris).

 

L’aventure fantasy évoquée par le compositeur est tout à fait en adéquation avec celle de l’adaptation de Pelaez et Laval NG.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Repost0
25 mai 2022 3 25 /05 /mai /2022 13:10

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? AUTOMNE EN BAIE DE SOMME

 

 

C'est de qui ? Pelaez & Chabert

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Grand Angle

 

 

Déjà croisés sur le site? Pelaez oui.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Fin du XIX° siècle, sur une plage de la Somme un cadavre est découvert sur un petit voilier. L’enquête est confiée à un inspecteur de la capitale, hanté par la mort de sa fille, qui, des domiciles mondains aux gargotes mal famées en passant par des ateliers d’artistes, va découvrir que la victime, un jeune et riche industriel philanthrope, n’était pas, comme la société dans laquelle il évoluait, ce qu’il paraissait.

 

 

Philippe Pelaez continue à varier les plaisirs (et les époques !) et prouve, avec ce polar historique doublé d’une chronique sociale, qu’il se débrouille bien quel que soit le genre.

 

Si l’intrigue policière pourra paraître un peu « déjà-vu » aux amateurs du genre, les thèmes abordés (la condition de la femme, les clivages sociaux) et la psychologie des personnages enrichissent un scénario situé dans une époque fort riche culturellement comme politiquement bien exploitée par les auteurs.

 

 

Pour ce one shot Alexis Chabert a d’ailleurs délaissé l’informatique pour revenir au  traditionnel, panachant les techniques avec un résultat convainquant, bel hommage au Paris de l’époque et à l’ Art Nouveau.

 

 

Si l’on pourra éventuellement tiquer sur une ou deux transitions abruptes- et un faux raccord- le plaisir de lecture n’en n’est pas gâché, loin de là !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE DARK BEGNINNINS OF SHERLOCK HOLMES

 

 

C'est de qui ? John Lunn, Jim Parker

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui pour Lunn

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si le personnage de Sherlock Holmes a été le sujet d’innombrables adaptations, que ce soit sur petit et grand écran, en BD, en littérature et même en jeu vidéo, l’origine de la création de Sir Arthur Conan Doyle a peu été abordée.

 

 

C’est sur cet aspect que se penche (qu’extrapole serait plus juste !) cette minisérie britannique du début des années 2000 en faisant collaborer Conan Doyle et le docteur Joseph Bell, professeur de l’écrivain à l’université.

 

D’une qualité assez exemplaire la série est mise en musique à 4 mains par Jim Parker et John Lunn, deux compositeurs au CV intéressant l’un ayant écrit les B.O de Downtown Abbey l’autre celles de multiples séries historiques.

 

 

Avec des formations classiques et un goût pour les instruments originaux (Parker a même crée une sorte de double basse), les deux artistes se complètent à merveille sur la partition de ce premier épisode, invoquant l’esprit de l’Angleterre victorienne empreinte de mystère pour un résultat qui n’est pas parfois sans faire penser à l’admirable travail de Patrick Gowers sur le Sherlock Holmes de la Grenada, avec l’un des plus grands interprètes du personnage, Jeremy Brett.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

 

Repost0
4 avril 2022 1 04 /04 /avril /2022 10:01

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? L’ENFER POUR AUBE

 

 

C'est de qui ? Pelaez & Oger

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil

 

 

Déjà croisés sur le site? Les deux, le scénariste tout récemment et le dessinateur également (mais en tant que scénariste !)

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Alors que Paris panse ses blessures dues aux travaux Haussmanniens et aux conséquences de la Commune, un malandrin au visage masqué et au look emprunté aux Apaches qui peuplent les faubourgs de la capitale, s’en prend à des gens hauts placés à qui il fait passer l’arme à gauche.

 

Un inspecteur affligé d’une étrange maladie et son équipier ancien brigand mènent l’enquête et vont se retrouver dans une sombre histoire de vengeance, entre massacre d’innocents, anciens bagnards et…cirque !

 

 

Début d’année chargé pour Philippe Pelaez avec pas moins de quatre titres parus dans des genres forts différents, ou tout du moins des époques, avec, pour au moins les deux que nous avons lu chez B.O BD, une qualité et un intérêt qui ne faiblissent pas.

 

Il se frotte ici au feuilleton historique, chassant sur les terres d’auteurs comme Hugo, Balzac ou encore Eugène Sue, excusez du peu, avec son anti-héros atypique, son méchant grand guignolesque et son intrigue qui mêle Histoire et enquête torve dans un background aussi original que glauque

 

Gros coup de cœur aussi pour la partie graphique avec un Tiburce Oger aussi à l’aise dans les plaines du Far West que dans le Paname de fin du XIX° siècle qui croque ses personnages avec talent et soigne ses décors détaillés, le tout dans une trichromie de gris, noirs et blancs rehaussée thématiquement de rouge.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : L’EMPEREUR DE PARIS

 

 

C'est de qui ? M. Beltrami

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si Beltrami a appris la composition sous l’égide de Jerry Goldsmith on ne peut pas dire que sa filmographie, dans sa quasi-totalité, reflète le style ou le savoir-faire de son mentor.

 

Œuvrant essentiellement dans les films d’horreur (la saga des Scream), la SF à gros budget (Terminator 3, I Robot), les adaptations de comics tièdes (Hellboy) et autres thrillers de seconde zone, l’américain a étrangement croisé la route du réal français François Richet pour le diptyque Mesrine et le duo se reforme pour cette nouvelle évocation de Vidocq sur grand écran.

 

Sans être de la grande B.O, on sent tout de même Beltrami moins formaté qu’à l’accoutumée, avec des thèmes plus mélodiques voire lyriques tout en gardant ce sens de l’action et du suspense quand l’intrigue l’oblige.

 

Le compositeur soigne ses parties de cordes et de pianos avec une sensibilité qu’on ne lui connaissait pas. Si encore un peu attendu sur quelques passages, il livre là un des scores les plus intéressants de sa carrière dont la force musicale est toute à fait de rigueur pour le premier tome de cet Enfer pour Aube.

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

 

Repost0
23 mars 2022 3 23 /03 /mars /2022 09:13

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? LE BOSSU DE MONTFAUCON. NOTRE SŒUR.

 

 

C'est de qui ? Pelaez & Stalner

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Grand Angle

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, le scénariste comme le dessinateur.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? France, début de l’année 1484. La lutte pour la régence du royaume et la tutelle du jeune Charles VIII est âpre entre Anne de Beaujeu et Louis d’Orléans qui a derrière lui les nobles dissidents.

 

Au milieu des têtes couronnées, Pierre d’Armagnac, dont le père a été assassiné sur ordre de Louis XI, le père de Année er de Charles VIII, accompagné par un être difforme qui hantait la cathédrale de Notre Dame, va tenter de jouer dans la cour des grands en les faisant chanter.

 

 

Pelaez a bien compris que la meilleure façon d’évoquer l’Histoire avec un grand H c’est de la raconter par le prisme d’une petite.

Ici il ressuscite le héros atypique du Bossu de Notre Dame de Victor Hugo en duo avec un bâtard en quête de vengeance.

 

Ces deux personnages fictifs naviguent dans le royaume de France durant la Guerre Folle, entre les intrigues de cour et autres manigances tordues, tout en prenant part à une poignée de scènes d’actions et de batailles bien dosées.

 

 

Ce premier volet du Bossu de Montfaucon a tous les atouts d’un grand roman -graphique- d’aventures, le scénariste cite d’ailleurs Hugo et Alexandre Dumas ; et on ne s’ennuie pas un instant

 

 

Du côté de la partie dessin on n’est pas en reste avec un Stalner en grande forme qui livre une galerie de personnages bien campés dans des décors vivants aux détails foisonnants (mention spéciale aux pages se déroulant dans la nature enneigée !).

Le tout fort bien réhaussé par les couleurs de Florence Fantini

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :SEASON OF THE WITCH

 

 

C'est de qui ? Atli Orvarsson

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Pour ce film où, à l’époque Nicolas « je joue dans tout ce qu’on me propose » Cage et Ron « faut que je me sorte de mon rôle de Sons of Anarchy » Perlman cabotinent au possible en croisés chargés d’amener une sorcière à l’exorcisme, Atli Orvarsson se frotte pour la première fois au film en costume.

 

Le fantastique tenant une grande place dans le scénario (spoiler alerte : la présumée sorcière est en fait possédée par un démon), le compositeur islandais reprend essentiellement quelques ficelles du genre -sur lequel là par contre il a déjà œuvré- avec, au menu donc, cordes survoltées, chœurs lyriques hauts perchés et autres cuivres et percussions rentre dedans.

 

Si le résultat de départ était cependant intéressant, le remontage au dernier moment du fikm suite à des screen tests décevants obligent Orvarsson à réécrire du matériel, au détriment de l’unité de l’ensemble.

 

Au final on est évidement plus près du score de blockbuster que de la B.O médiéval mais le premier volet du Bossu de Montfaucon n’étant as avare en action, les deux médias se complètent plutôt pas mal.

 

 

 

 

---------------

 

 

Repost0
8 juillet 2020 3 08 /07 /juillet /2020 13:03

 

 

Retrouvez à la suite de la chronique musicale, l'interview "Bd et Musique" de Phillipe Pelaez, le scénariste de l'album.

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  DANS MON VILLAGE ON MANGEAIT DES CHATS

 

 

C'est de qui ? Porcel et Pelaez

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Grand Angle

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, le scénariste comme le dessinateur.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Jacques c’est un gamin qui a pas eu de chance dans la vie : un père aussi absent que violent, une mère aussi indifférente que de petite vertu et un boucher/maire qui…fait du pâté avec des chats ! Remarquez que ce dernier point ça a probablement été la chance de sa vie à Jacques, ça lui a permis de se retrouver (vous découvrirez comment à la lecture de cet excellent album) en pension et d’y rencontrer à la fois ses seuls vrais amis et sa vocation : truand !

 

Pelaez s’amuse ici avec les codes du noir pour mieux les contourner, mention spéciale à la voix off « reprise » en dialogues à certains moments. Il livre un scénario qui, s’il emprunte aux classiques du genre (le groupe de potes qui réussit mais doit composer avec les gros poissons, le chantage, les règlements de comptes…), se révèle savoureux dans sa construction et sa narration.

 

 

Au dessin Porcel alterne entre les faciès pittoresques à la limite de la caricature et un lâché expressif pour un rendu peut être moins délié que sur ses précédentes œuvres mais qui a le mérite d’apporter à l’album force et authenticité.

 

Une belle surprise que ce one-shot, à conseiller aux amateurs de Noir et de récit maîtrisé.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :IN BROAD DAYLIGHT

 

 

C'est de qui ? L. Rosenman

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Au mitan de sa carrière pour le 7° Art, Leonard Rosenman aborde la décennie psychédélique sous la coupe de l’expérimentation, à l’instar de certains de ses pairs, Goldsmith en tête.

Si l’orchestration de In Broad Daylight reste très caractéristique des thrillers de ce début des années 70 Outre Atlantique, avec des accents à la Lalo Schifrin, Rosenman a néanmoins la bonne idée de placer des effets d’échos de certaines parties d’instruments qui viennent jouer de courts groupes de notes sur des nappes atmosphériques.

 

Si aucun thème marquant ne se détache de la partition, le résultat, proche de l’underscoring, est diablement efficace. Les staccatos quasi déstructurés de cuivres provoquent une tension palpable et un suspense soutenu.

 

On pourra tiquer sur une certaine différence d’ambiance entre la BD et la B.O mais l’esprit noir est clairement partagé entre les deux medias !

 

 

---------------

 

 

 

Bonjour Philippe et merci d’avoir accepté de te prêter au jeu du questionnaire croisé B.O/BD.

 

 

Commençons par un classique :

 

Tes Cinq Cd de chevet ?

 

 

- Noir Desir, Veuillez rendre l'âme

- Depeche Mode, Black Celebration

- Inti Illimani, Viva Chile !

- Jacques Brel, Ces gens-là

- Daniel Balavoine, Vivre ou survivre

 

 

 

Et tes Albums de Bd ?

 

- Les Tours de Bois-Maury

- Les 7 vies de l'épervier

- Blueberry

- Les Tuniques bleues

- Pacush Blues, de Ptiluc

 

 

 

 

 

 

 

Les influences et les goûts :

 

Une musique de film qui t’a marqué, que tu affectionnes particulièrement (indépendamment du film) ?

 

 

- Il était une fois en Amérique, d'Ennio Morricone

 

 

 

Qui sont tes maîtres à penser en BD, ceux qui t’ont donné envie d’en faire, quelles sont tes influences ?

 

 

- Desberg, Charlier, Goscinny, Sente, EP Jacobs.

 

 

 

 

Ton travail :

 

 

Écoutes-tu de la musique quand tu écris, et plutôt quoi ?

 

 

- Pas mal de bandes originales de films, de musique d'ambiance, voire de musique classique. J'évite les chansons avec texte, sinon j'ai vite tendance à chanter et perdre ma concentration ! Au passage, j'étais chanteur dans un groupe, plus jeune. Donc j'aime beaucoup chanter, et pas que sous la douche.

 

 

 

Ce sur quoi tu travaille actuellement, tes prochains projets (si tu as la liberté de les évoquer bien sur) ?

 

 

- La liste est longue ! "L'écluse", avec Gilles Aris, "Bagnard de guerre", avec F. Porcel, "Furioso", avec Laval NG, "Noir Horizon", avec Benjamin Blasco, "Quelque chose de froid", avec H. Labiano, "L'enfer pour aube", avec t. Oger, "Le gigot du dimanche" avec Espé, et d'autres, encore !!

 

 

Et si…

 

 

…en lieu et place de la Bande Dessinée tu avais fait de la musique tu aurais été qui, tu aurais joué quoi ?

 

 

- Joe Cocker à Woodstock chantant "With a little help from my friends"

 

 

 

 

 

Encore un grand merci pour tes réponses, et au plaisir de te retrouver dans les pages de Bandes Originales Pour Bandes Dessinées !

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique et une interview  de Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags