26 septembre 2019 4 26 /09 /septembre /2019 07:23

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  VOLTAIRE (TRES) AMOUREUX

 

 

C'est de qui ? Oubrerie

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Les Arènes

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, pas mal de fois.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Notre philosophe vieillissant s’est lassé des mondanités et des romances sans lendemains jusqu’à ce qu’il tombe sur la perle rare, Madame du Châtelet, esprit brillant s’il en est, aussi intelligente que fine, qui lui redonne des ailes.

 

Voilà Voltaire reparti pour un tour, qui « fait le jeune », se relance à corps perdu dans l’écriture et dans la cour à une belle qui sait d’ailleurs se faire désirer.  Et quand enfin nos deux tourtereaux se tombent dans les bras, la romance fait des vagues !

 

Second tome du déjà très réussi Voltaire Amoureux, cette suite est encore plus drôle, intelligente et sensuelle. Alliant le fond et la forme, Oubrerie développe ici les idées de son modèle lui faisant émettre des réflexions sur la société et le pouvoir qui résonnent encore fort d’actualité aujourd’hui.

 

Le dessin aérien et voluptueux à la fois, sert à merveille le propos de cette biographie romancée comme on aimerait en lire plus souvent.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : MOLIERE

 

 

C'est de qui ? F. Talgorn

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Une poignée de fois.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Pensée dans la grande tradition des films en costumes où le gratin du cinéma français rivalise de cabotinage (Romain « Auberge Espagnole » Duris en tête), cette bio de Molière par Laurent Tirard choisit une période peu connue de la vie de l’auteur afin de mieux broder dessus.

 

J’ai été des plus surpris de retrouver le nom de Frederic Talgorn au générique, connaissant surtout le compositeur pour son travail sur la suite de Heavy Metal et le plus oubliable Fortress (oui, celui avec Christophe Lambert, bienheureux ce qui n’ont jamais vu cette purge).

Agréable surprise cela étant puisque sa partition, si elle s’inspire de la musique d’époque, notamment avec l’utilisation d’un clavecin et l’omniprésence des cordes,  reste néanmoins assez moderne dans l’esprit avec un humour et une légèreté constants.

 

Le thème principal, très catchy, revient assez souvent tout au long de la galette sans pour autant sonner redondant.

Talgorn n’en laisse pas pour autant de côté les quelques scène plus graves du film avec, là encore, une poignée de pistes plus mélancoliques sans pour autant tomber dans la mièvrerie.

 

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
19 octobre 2018 5 19 /10 /octobre /2018 17:19

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  UNE AVENTURE DE RENEE STONE. MEURTRE EN ABYSSINIE

 

 

C'est de qui ? Birmant et Oubrerie

 

 

La Couv':

 

Une aventurière de fortune  /  Meurtre en Abyssinie  Vs.  Marnie

 

Déjà lus chez nous? Oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Dargaud

 

 

Une planche:

 

Une aventurière de fortune  /  Meurtre en Abyssinie  Vs.  Marnie

 

Ca donne Quoi ? Dans l’Afrique de l’entre deux guerres, une romancière intrépide, un archéologue un peu paumé et un aventurier mystérieux, invités au couronnement d’un empereur étihopien, vont se retrouver dans une rocambolesque et périlleuse aventure à base d’artefacts anciens et de vengeance familiale.

 

Imaginez un roman dans l’esprit de ceux d’Agatha Christie adapté à la façon d’un Hugo Pratt et vous aurez une idée de ce que réserve le premier volet de cette nouvelle série à l’héroïne forte et audacieuse.

 

Julie Birmant et Clément Oubrerie dont nous avions beaucoup aimé ici les précédentes collaborations, se lancent ici dans le roman d’aventure avec un certain brio, les péripéties et l’humour du scénario sont portées par un dessin peut être plus réaliste que ce à quoi le dessinateur nous avait habitué dont la colorisation personnifie bien l’ambiance africaine.

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

C'est quoi :MARNIE

 

 

C'est de qui ? B. Herrmann

 

 

La Couv':

 

Une aventurière de fortune  /  Meurtre en Abyssinie  Vs.  Marnie

 

Déjà rencontré sur B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Dernier score d'une des plus fructueuse collaboration réal/compositeur du 7° Art (qui se terminera d'ailleurs sur une brouille), Marnie est un chant du cygne mémorable à plus d'un titre.

 

Miroir psychologique d'un scénario très porté sur le suspense, réminiscence d'oeuvres précédentes comme Vertigo voire Psychose (même si peut être moins marquantes que ces dernières), la partition d'Herrmann se repose, comme souvent, sur une riche section de cordes complétée pour les scènes de chasse et romantiques (si, si!), par un cor aussi inattendu que bien employé.

 

L'échec commercial du film sera – assez injustement- mis sur le compte d'une B.O trop vieille école qui pourtant, avec les années, s'est révélée tout à fait adéquate ; tout comme elle l'est sur cette première aventure de Renée Stone qui, elle aussi, conjugue aventure, romance, suspense et même une pointe d'humour.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
10 octobre 2017 2 10 /10 /octobre /2017 11:46

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

 

 

C'est quoi : VOLTAIRE AMOUREUX

 

 

C'est de qui ? C. Oubrerie

 

 

La Couv':

 

 

La Faute à...  /  Voltaire Amoureux  Vs.  Concerto pour Hautbois

 

Déjà lu chez nous? Oui.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Les Arènes

 

 

 

Une planche:

 

La Faute à...  /  Voltaire Amoureux  Vs.  Concerto pour Hautbois

 

Ca donne Quoi ? Dans le Paris du début du XVIII° siècle un tout jeune et fringuant Voltaire, débarrassé des projets d’avenir que son père avait pour lui, n’aspire qu’à devenir rien moins que le plus grand auteur de son temps. Après un bref séjour en prison (et il n’était même pas coupable !) le voilà qui butine les conquêtes féminines, tente désespérément d’éditer son Henriade et voyage en Europe où il va notamment retrouver son ancien mentor, Rousseau en personne, que l’âge a bien changé.

 

C’est donc au tour de Clément Oubrerie, auteur à succès entre autre des séries Aya De Yopougon ou encore de l’adaptation des Royaumes du Nord, de rejoindre le giron de la branche BD des Arènes (qui compte déjà quelques pointures) pour livrer une bio de l’un des plus grands auteurs de son temps.

 

Poète, philosophe, dramaturge, libertin (oserai-je dire libertaire, ne serait-ce que dans son anticléricalisme forcené  !?), Voltaire, sous le crayon d’Oubrerie devient également un personnage attachant, brillant et hors-norme, au cœur d’artichaut et aux réparties cinglantes.

 

Dessiné dans un style plus délié que les précédents, avec toujours de belles couleurs bien choisies,  l’album est souvent fort drôle (mention spéciale au passage avec les docteurs charlatans) et prouve si besoin était tout le talent de conteur et d’illustrateur de son auteur.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? CONERTO POUR HAUTBOIS

 

 

C'est de Qui ?  G.P. Telemann

 

 

La couv' 

 

La Faute à...  /  Voltaire Amoureux  Vs.  Concerto pour Hautbois

 

 

Déjà entendu chez nous? Non

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? C’est d’autant plus étrange que l’on ait jamais rien écouté de Telemann sur B.O BD car c’est probablement l’un des compositeurs les plus prolifiques de l’histoire de la musique classique.

Avec plusieurs centaines (milliers même semblerait-il) d’œuvres à son actif, l’allemand était, en son temps, plus connu que ses pairs Haendel ou Bach, précurseur de bien des genres, on se perd littéralement dans la profusion des styles et des compositions.

 

Je vous avouerai que c’est avant tout de par sa proximité chronologique avec Voltaire que j’ai choisi ce concerto pour hautbois. Souvent aérien, voir enjoué, l’ensemble reste tout de même trop baroque pour moi et je préfère largement l’emploi de l’instrument soliste chez Prokoviev par exemple.

 

Néanmoins que ce soit sur les quelques scènes de cour, sur celles de représentation ou celles du périple en carrosse, la musique de Telemann apporte à Voltaire Amoureux autant de classe que de gaieté et c’est très bien comme ça.

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 16:44

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : ISADORA

 

 

C'est de qui ? Birmant et Oubrerie

 

 

La Couv':

 

Femmes Fatales  /  Isadora  Vs.  La Tragédie de Salomé

 

Déja croisé sur le site? Oui  

 

 

C’est édité par ? Dargaud

 

 

Une planche:

 

Femmes Fatales  /  Isadora  Vs.  La Tragédie de Salomé

 

Ca donne Quoi ? Après Il était une fois dans l’Est, le duo doué Birmant-Oubrerie se penche sur le « reste » de la vie d’Isadora Duncan, la danseuse ultime, l’esprit libre, la scandaleuse, la viveuse.

 

Via des flashbacks sur les principaux passages de sa vie et de sa carrière, on  découvre ses débuts fauchés où, partie d’Amérique,  le système D et l’esprit vagabond étaient les maîtres mots, aux premiers entrechats et à la découverte de son sex appeal et de son attrait sur le sexe opposé.

 

Mais aussi ses rencontres avec quelques grands artistes de son temps, de Stanislavski à Rodin en passant par St Saens, ses amours sulfureux avec  Essenine, de 18 ans son cadet, son engagement politique passionné…

 

Plus « vivant » que le précédent album Isadora permet également à Clément Oubrerie de faire étal de tout son talent, que ce soit sur les scènes de danse, encore plus fortes ici ou sur la personnification de la musique (Clément il FAUT que vous fassiez une version de l’Anneau des Nibelungen !) le dessinateur fait preuve d’une inventivité et d’une inspiration assez étonnantes plus abouties encore à mon sens que sur les précédents travaux que nous avons pu lire chez nous.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 


C'est quoi ? LA TRAGEDIE DE SALOME

 


C'est de qui ?  F. Scmitt

 

 

La Couv’

 

Femmes Fatales  /  Isadora  Vs.  La Tragédie de Salomé

 

 

Déjà entendu chez nous ? Non

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ?  J’avoue porter au mythe de Salomé une attention aussi inexplicable que récurrente. Qu’elle date de ma première lecture de la pièce (écrite en français d’ailleurs) d’Oscar Wilde, ou de son adaptation superbe par P. Craig Russell dans le cadre de ses opéras graphiques, je ne saurais dire, toujours est-il que chaque fois qu’une version me tombe sous la main, quelle que soit sa nature ou son origine, je ne peux m’empêcher d’y jeter un œil.

 

Ainsi fut-il de cette pièce musicale, écrite au tout début du siècle dernier pour une danseuse célèbre (oui, à l’époque les stars n’étaient pas que de sinistres crétins participants à un show de télé réalité !) dans le cadre d’un ballet muet.

 

L’un des principaux soucis de Schmitt était d’éviter la comparaison avec l’opéra de Strauss, tout juste présenté.

La différence de composition, due notamment à un nombre bien plus réduit d’instruments et à l’absence de textes, joua en la faveur du compositeur français.

 

Si les passages mélodramatiques, qui sont nombreux, sont forts avec leur influence wagnérienne évidente, on leur préférera néanmoins les parties plus descriptives, très cinématographiques à mon goût où là, par contre, c’est plutôt à Debussy qu’on penserait.

 

Une œuvre fort peu connue malgré ses qualités dont les ambiances et la nature même (une musique écrite pour la danse) en font la B.O idéale pour Isadora.

 

 

--------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost0
4 novembre 2016 5 04 /11 /novembre /2016 15:21

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : LES ROYAUMES DU NORD 3

 

 

C'est de qui ? Melchior et Oubrerie

 

 

La Couv':

Panète du  Nord  /  Les Royaumes du Nord 3  Vs.  Planet Of The Apes

 

C’est édité chez qui ? Gallimard BD

 

 

Déjà croisés sur B.O BD? Oui sur les tomes précédents.

 

 

Une planche:

Panète du  Nord  /  Les Royaumes du Nord 3  Vs.  Planet Of The Apes

 

Ca donne Quoi ? Ce troisième tome des Royaumes du Nord marque la fin de la (première?) trilogie de l'adaptation de la série de Philip Pulman, prix jeunesse à Angoulême l'an passé.

Tout s'accélère pour notre jeune héroïne qui va, entre autres mésaventures être capturée par des ours, manigancer un duel entre le roi de ces derniers et Iorek son ami l'ours renégat, puis retrouver son père pour une sacré désillusion. 

 

On en apprend un peu plus sur le lien qui unit les humains et leur daemons et sur la nature même du monde où évolue Lyra.

 

Saupoudrez tout ça de combats épiques, de sorcières poétesses, de gitans audacieux et de climax de suspense et vous obtenez un tome riche en rebondissements qui ravira le lectorat jeunesse/ado auquel il est destiné, les adultes regretteront peut être un usage un peu trop répété de Deus Ex Machina et quelques raccourcis narratifs (en même temps adapter plus de 500 pages de romans en trois fois 80 pages de BD reste un tour de force et doit obliger à quelques coupes franches).

 

Coté graphisme, Oubrerie est en grande forme et ses paysages comme ses scènes d'affrontements sont parfois époustouflants, son style très personnel, certes axé jeunesse, apporte une identité intéressante à l'univers de Pullman version Melchior.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

 

C'est Quoi? PLANET OF THE APES

 

 

C'est de Qui ? D. Elfman

 

 

La couv' 

Panète du  Nord  /  Les Royaumes du Nord 3  Vs.  Planet Of The Apes

Déja entendu ici? Oui, souvent même.

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne quoi? Si les deux précédents opus auraient été parfaitement accompagnés par certaines B.O que l'on pourraient qualifier de "classiques" d'Elfman pour Burton (et vous remarquerez que pourtant je n'ai pas cédé à la facilité!), c'est probablement l'un des travaux les moins personnels du compositeur (et de son réal) que j'ai écouté avec ce troisième volet.

 

Longtemps resté dans le "developement hell" hollywoodien, le remake de la Planète des Singes finit par voir le jour avec le papa d'Edward aux mains d'argent derrière la caméra, Mark "une seule expression faciale" Walhberg devant et, donc, Danny Elfman au pupitre.

 

Foncièrement dynamique, porté par des cuivres puissants et des percussions limites tribales, avec un brin d'effets électroniques quasiment constants en retrait, le score d'Elfman est efficace à défaut de refléter la personnalité de son auteur ou même, hélas, d'approcher ne serait-ce qu'à un moment, l'originalité et l'inventivité de celui de Goldsmith pour le film original.

 

Néanmoins cette débauche d'action sauvage et sombre et de fort bon ton pour la conclusion des Royaumes du Nord en BD.

 

 

 

-------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags