26 octobre 2018 5 26 /10 /octobre /2018 07:26

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  POLARIS. LA NUIT DE CIRCEE.

 

 

C'est de qui ? Vehlmann & De Bonneval.

 

 

La Couv':

 

Dans les griffes de Circée  /  Polaris  Vs.  The Neon Demon

 

Déjà croisés sur le site? Oui mais pas ensemble.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt.

 

 

 

Une planche:

 

Dans les griffes de Circée  /  Polaris  Vs.  The Neon Demon

 

Ca donne Quoi ? Une policière à la vie privée (et sexuelle) ambivalente, une sorte de confrérie dédiée à la recherche du plaisir par des jeux sexuels conceptualisés, la mort d'une jeune fille liée au groupe en question... les élément se sont en place, la spirale est lancée, en sortir indemne ne sera pas une mince affaire.

 

On se souvient que Fabien Vehlmann nous avait déjà livré une variation érotique osée, basée sur des fantasmes de personnes interviewées par l'auteur. Il pousse ici son exploration conceptuelle en entremêlant intrigue policière et analyse de comportements sexuels déviants dans un one shot qui hésite un peu sur la direction à prendre mais révèle des passages intéressants.

 

Si l'on a plus l'habitude de croiser Gwen de Bonneval au scénar chez nous, il avait déjà dessiné pour Vehlmann avec l'étrange Derniers Jours d'un Immortel (auquel il faudra que redonne une chance un de ces 4).

Son trait est simple, assez dépouillé, cherchant plus à cerner les protagonistes, leur psychologie et l'ambiance -sensuelle et tendue – de l'histoire qu'à proposer une partie graphique détaillée, l'artiste ne tombe jamais dans la gratuité coté érotisme, évitant l'écueil du genre.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE NOEN DEMON

 

 

C'est de qui ? C. Martinez

 

 

La Couv':

 

Dans les griffes de Circée  /  Polaris  Vs.  The Neon Demon

 

Déjà entendu chez B.O BD?

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Les années 2010 seront-elles, à l'instar des années 80, celles dont les B.O vieilliront le plus mal et dont les repreneurs de B.O BD diront, dans 30 ans, qu'elles sont aussi inécoutables qu'empruntées ?

 

On aurait tendance à le croire si l'on se base sur deux des grandes directions prises par les compositeurs de cette décennie, à savoir d'un coté l'électro atmosphérique à base de sons ressemblant à des drones plus ou moins sauvages et hérités du bulldozer Hans Zimmer, et de l'autre une sorte de revival de l'ambiant synthé nostalgique accablante.

 

Cliff Martinez, qui pourtant a fait preuve de par le passé de quelques efforts notables dans le domaine de l'illustration musicale au cinéma semble, depuis sa rencontre avec Refn notamment, être abonné à la seconde catégorie.

 

Il faut dire que le cinéma d’esbroufe emprunté de son nouveau camarade de jeu n'arrange en rien les choses, conceptuel, référentiel, voire abscons par moment.

 

The Neon Demon, dernier long en date commis par Refn, pétard mouillé s'il en est malgré des effets d'annonce prétentieux, enfonce le clou dans un sens comme dans l'autre (réf' comme B.O)... mais, coté atmosphère un peu pernicieuse, décalée de par son étrangeté et, justement, une certaine intemporalité, la musique électronique de Mansell rend Polaris plus malsain que ce qu'il ne l'est mais ce n'est pas un mal, loin de là.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
20 octobre 2018 6 20 /10 /octobre /2018 13:30

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  ATOM AGENCY. LES BIJOUX DE LE BEGUM.

 

 

C'est de qui ? Yann & Schwartz

 

 

La Couv':

 

Détectives de choc  /  Atom Agency 1  Vs.  Compartiment Tueurs

 

Déjà croisés sur le site? Oui

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis

 

 

Une planche:

 

 

Détectives de choc  /  Atom Agency 1  Vs.  Compartiment Tueurs

 

Ca donne Quoi ? Quand on a un papa crac de la police, pas évident de sortir de son ombre pour monter son agence de détective ! C’est pourtant ce qu’Atom souhaite par-dessus tout et le vol des bijoux de la Bégum, épouse d’Aga Khan, est l’occasion rêvée de faire ses preuves.

 

Entre enquête dans le milieu marseillais, course poursuite sur les toits parisiens et autres échanges de coups de feu, notre héros et ses deux associés, Mimi la forte tête et Jojo le catcheur au grand cœur, auront fort à faire pour retrouver le magot et rester en un seul morceau !

 

Fidèle à son goût des hommages/pastiches, Yann propose, avec cette nouvelle série menée grand train, une ambiance de polar à l’ancienne non dénuée d’un certain humour. S’il se lâche toujours un peu sur certains dialogues/clichés, l’ensemble est une lecture des plus agréable, en grande partie grâce au trait délicieusement old school de Schwartz qui se régale (et nous avec) sur ce background années 50.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : COMPARTIMENT TUEURS

 

 

C'est de qui ? M. Magne

 

 

La Couv':

 

Détectives de choc  /  Atom Agency 1  Vs.  Compartiment Tueurs

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui deux ou trois fois.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Avec un thème principal très dans l’air du temps avec sa ligne de basse « surf », Compartiment Tueurs fait partie de cette catégorie de films noirs dont la B.O tire du jazz, dans la lignée de chefs d’œuvres du genre comme Ascenseur pour l’échafaud ou, de l’autre coté de l’Atlantique, Anatomy of a murder, tous deux sortis la décennie précédente.

 

Si Michel Magne n’a pas la carrure d’un Miles Davis ni d’un Duke Ellington, il a assez de métier, notamment dans le classique et la variété, pour proposer une partition qui oscille sans cesse entre l’illustration musicale et les pistes à part entière.

 

Le groove suranné qui se dégage de sa B.O, fort rythmée, ajoute une bonne dose de fun à un premier tome d’une série qui n’en n’était pas dénuée, achevant d’en faire un clin d’œil soigné à une époque déjà bien lointaine mais riche !

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
13 octobre 2018 6 13 /10 /octobre /2018 15:57

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  NADA

 

 

C'est de qui ? Headline & Cabanes

 

 

La Couv': 

 

Et puis plus rien  /  Nada  Vs.  L'Alpagueur

 

Déjà croisés sur le site? Possible

 

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis

 

 

 

Une planche:

 

Et puis plus rien  /  Nada  Vs.  L'Alpagueur

 

Ca donne Quoi ? Une bande de malfrats un rien bras cassés, aussi mal assortis que douteux, organisent l'enlèvement de l'ambassadeur des USA à Paris.

 

Si le plan semblait sans failles, la situation dégénère et des flics restent sur le carreau lors de l'opération. La police est sur les dents et notre bancale équipe se retrouve en planque dans une ferme isolée.

 

Un polar à la française, avec ce qu'il faut d'américain dedans, adapté d'un roman de Manchette par son propre fils.

Coté graphisme c'est du bon, avec des visages à la serpe dans des décors des années 70 léchés et une colo bien pensée.

 

Le scénar m'a un peu moins emballé, l'intrigue s'étirant peut être un peu trop sur la seconde partie de l'album et la voix-off ayant tendance à être un peu omniprésente par moments.

Après je suis plus amateur de Noir US, Jim Thompson en tête, mais les fans de polar devraient y trouver largement leur compte.

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : L'ALPAGUEUR

 

 

C'est de qui ? M. Colombier

 

 

La Couv':

 

Et puis plus rien  /  Nada  Vs.  L'Alpagueur

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui une paire de fois.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Après s'être fait les dents sur des polars comme Le Pacha (en collaboration avec Gainsbourg) ou Un Flic de Melville, Colombier écrit la B.O de l'Alpagueur, en soignant les arrangements et en mélangeant thèmes sobres mais efficaces et orchestrations plus 70's dans l'air du temps, dans la droite lignée de ce que faisaient à l 'époque Ennio Moriconne ou Lalo Schifrin.

 

Si les sonorités sont très datées aujourd'hui cette B.O colle parfaitement à l'ambiance crépusculaire de Nada ; Colombier, notamment après sa collaboration avec Air, a connu un regain d' intérêt et l'on a pu entendre certains de ses thèmes remixés de ci de là dans le monde du cinéma et d'ailleurs.

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
5 octobre 2018 5 05 /10 /octobre /2018 08:55

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi ?  HOLLY ANN. L’ANNEE DU DRAGON.

 

 

C'est de qui ? Toussaint et Servain

 

 

La Couv':

 

Dragon dans le Bayou  /  Holly Ann 4  Vs.  The Judge

 

Déjà croisés sur le site? Oui sur les précédents entre autres.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Casterman

 

 

 

Une planche:

 

Dragon dans le Bayou  /  Holly Ann 4  Vs.  The Judge

 

Ca donne Quoi ? Suivant une vision de sa jeune protégée indienne, Holly Ann débarque avec Lando sur une île perdue au milieu des marais. Là toute une communauté de Marrons –anciens esclaves en fuite- ont été massacrés et, sur place, notre trio découvre une fiole d’opium avec une étiquette de dragon ainsi qu’une capuce du KKK.

Commence alors une enquête entre trafiquants de drogues de Chinatown, blancs racistes nostalgiques des grandes heures de l’esclavage et vieux démons oubliés.

 

Exit les titres référencés aux chansons de Creedence Cleerwater Revival, ici on pense plutôt au fort bon film de Cimmino avec Mickey Rourke, même si les sujets des deux scénarios n’ont rien à voir.

 

Crimes raciaux, trafic de drogues, vengeance personnelles…les thématiques se croisent dans ce quatrième tome d’Holly Ann, peut être plus classique que les précédents coté teneur de l’intrigue même si l’atmosphère est toujours aussi réussie.

 

De son coté Servain assure sa partie avec savoir faire, que ce soit dans les profils anguleux de ses protagonistes ou le background tendu de la Nouvelle Orléans. Notons également un travail très recherché sur la couleur qui rend encore plus oppressantes les scènes dans les marécages et les bois.

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

C'est quoi : THE JUDGE

 

 

C'est de qui ? T. Newman

 

 

La Couv':

 

Dragon dans le Bayou  /  Holly Ann 4  Vs.  The Judge

 

Déjà entendu chez B.O BD? Quelques fois oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Thomas Newman, aficionado de l'underscore, est connu pour ses B.O aux plages atmosphériques, avec souvent un piano comme instrument lead.

 

Si le procédé fonctionne bien sur ce film d'avocats de père en fils/drame familial on pourrait reprocher à Newman de ne pas chercher à sortir des sentiers qu'il à lui même balisés.

Alors c'est vrai que ce score ci est tout de même relativement varié, avec des passages orchestraux arrangés en post prod et pas mal d'électro, qui alternent les thèmes de suspense et ceux plus calmes, le tout parcouru par des trouvailles rythmiques intéressantes, ce nouveau tome de Holly Ann aurait mérité quelque chose de plus original mais l'ambiance générale fonctionne bien.

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
29 septembre 2018 6 29 /09 /septembre /2018 11:35

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi ?  COLVILLE

 

 

C'est de qui ? S. Gilbert

 

 

La Couv':

 

Col(D) Ville !  /  Colville  Vs.  Inland Empire

 

Déjà lu chez B.O BD? Non

 

 

 

C’est édité chez qui ? Revival

 

 

Une planche:

 

Col(D) Ville !  /  Colville  Vs.  Inland Empire

 

Ca donne Quoi ? Alors qu’il a déjà un casier, David, petite frappe pas bien futée, accepte la proposition d’un autre voyou de voler une moto, le tout pour une poignée de billets qui lui permettrait de se barrer de Colville –bled paumé d’Ontario- avec sa copine.

Hélas pour lui il s’avère que le propriétaire de la moto est un ex Hell’s Angel devenu dealer complètement barge.

Cerise sur le gâteau un désaxé, réalisateur de snuff movies, s’intéresse de –trop- près à David et sa copine.

 

Tout ceci finira évidement très mal dans une spirale de violence et de sexe.

 

N’y allons pas par quatre chemin, Colville, histoire à tiroirs écrite commencée à la fin des années 90 et terminée l’an passé, est une descente aux enfers glauque et maîtrisée comme l’on a peu d’occasion d’en croiser.

 

Col(D) Ville !  /  Colville  Vs.  Inland Empire

 

Entre 8MM et les premiers Lynch, le roman graphique de Steven Gilbert, dans un noir et blanc assez minimaliste et à la narration imbriquée qui accentue l’aspect malsain du scénario, laisse un sentiment de malaise tenace et bouscule son lecteur ; rien que pour ça, de temps à autre, ça vaut le coup de se laisser embarquer !

 

A ranger dans sa bibliothèque entre Charles Burns et Mezzo/Pirus.

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

C'est quoi :INLAND EMPIRE

 

 

C'est de qui ? David Lynch & Divers

 

 

La Couv':

 

Col(D) Ville !  /  Colville  Vs.  Inland Empire

 

Déjà entendu chez B.O BD? Yep

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si Inland Empire est probablement l’un des long métrages que j’aime le moins du réal à la chevelure vif argent (et encore ne l’ayant vu qu’à sa sortie en salle je devrais peut être retenter l’expérience), c’est cependant une étape de plus dans sa quête du cinéma à la croisée des chemins, expérimental et éprouvant à la fois.

 

Coté B.O, comme à chaque fois avec Lynch, on est là aussi dans le conceptuel, avec un mélange de pistes instrumentales atmosphériques sourdes et sombres et des morceaux connus aux antipodes.

 

Pour la lecture de Colville je vous recommande de ne sélectionner que les morceaux écrits par Lynch himself, suites de nappes électro aux vrombissements divers, variations des musiques déjà rencontrées sur les précédents films, de Eraserhead à Mullholand Drive en passant par l’excellent Lost Highway.

 

Une bande son impeccable pour l’effort de Gilbert.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags