14 février 2017 2 14 /02 /février /2017 08:29

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : GONZO

 


C'est de qui : Will Bingley et Anthony Hope-Smith

 

 

La Couv':

 

BD Parano  /  Gonzo  Vs.  Birdman

 

Déjà croisé sur le site? Non.

 

 

C’est édité chez qui ? Nada.

 

 

Une planche:

 

BD Parano  /  Gonzo  Vs.  Birdman

 

Ca donne Quoi ? Enfin ! Une BD sur l’inventeur du Gonzo journalisme, ce fan de la Beat Génération qui allait mettre en pratique le Sur La Route de Kerouac, sur les traces de ses prédécesseurs. Entre le reportage sur les Hell’s Angels qui tournera plus que mal, la course à Vegas qui finira en « parano », son impossibilité à assumer  paternité et ou vie de couple, sa tentative de se faire élire shériff ou encore ses renvois successifs de rédaction de journaux et magazines, la vie dissolue et surréaliste de Thompson méritait bien un album à part entière (oui, ok, y a bien Spider Jerusalem mais quand même).

 

Assez loin de l’image donnée par l’interprétation outrancière et cabotine de Jack Sparrow, Thompson est présenté ici comme le junkie et l’alcoolo qu’il était certes mais, avant tout, comme un artiste avide d’écriture, d’expériences nouvelles, de filiation avec ses illustres modèles.

 

L’autre grand atout de ce généreux one shot est son dessin accrocheur, trait charbonneux et nerveux, digne héritage d’une certaine école américaine old school dont les références aujourd’hui seraient à mi chemin du regretté Darwyn Cooke (période Catwoman)  et de Michael Lark, artiste croisé entre autre sur Gotham Central.

 

Des titres à des années lumières du genre de la bio de Thompson donc et justement c’est là qu’est l’originalité, plutôt que de choisir quelque chose d’attendu et de passe-partout (comprenez « réaliste ») le scénariste (ou peut être plus probablement l’éditeur d’origine) a su opté pour une option gagnante.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? BIRDMAN

 

 

C'est de Qui ? Antonio Sanchez

 

 

La couv'

 

BD Parano  /  Gonzo  Vs.  Birdman

 

Déjà entendu sur B.O BD? Yep

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? Attention : concept ! Pour la B.O de ce film surprenant (et un brin maniéré d’accord,  moins que le suivant cela dit mais ne nous égarons pas) avec un Michael Keaton (qui aurait d’ailleurs pu faire un meilleur Hunter S. Thompson de cinéma que Johnny le Cabot) ressuscité, Innaritu fait appel au batteur Antonio Sanchez, ex sideman de Chick Corea et actuellement derrière les fûts pour Pat Metheny (excusez du peu !).

 

Le résultat est tout bonnement hallucinant, avec son seul instrument rythmique Sanchez dynamite les codes du score et produit un ovni avant-gardiste qui s’avère même particulièrement mélodique, contre toute attente.

 

Si je conçois qu’à l’écoute seule ça puisse vite devenir fatiguant, malgré la virtuosité du musicien, c’est assez surprenant à la lecture d’une BD, surtout quand celle-ci évoque le « pape du Gonzo » !

 

 

 

--------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
16 octobre 2016 7 16 /10 /octobre /2016 19:14

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : BOHEMIANS

 

 

C'est de qui : Divers, supervisés par P. Buhle

 

 

La  Couv':

Magnifiques Marginaux  /  Bohemians  Vs.  Bag's Groove

Déjà lu chez nous? Oui pour Buhle.

 

 

C’est édité chez qui ? Nada éditions.

 

 

Une planche:

Magnifiques Marginaux  /  Bohemians  Vs.  Bag's Groove

 

 

Ca donne Quoi ? Si, malheureusement, pour beaucoup de gens la bohème n’évoque qu’une chanson populaire bien trop entendue si vous voulez mon avis, l’album que les éditions Nada proposent en français cet automne devrait remettre en perspective  ce mouvement artistique et mode de vie libertaire, libre penseur   et résolument marginal.

 

Divisé en parties distinctes et chronologiques, Bohemians nous fait croiser les grandes figures de ce courant au fil de son évolution dans le temps et géographiquement. Si pas mal d’entre elles m’étaient inconnues, j’ai eu grand plaisir à retrouver des artistes aussi éloignés en apparence  qu’Oscar Wilde (même si le segment qui lui est consacré est un peu réducteur à mon goût, mais vous savez que l’irlandais est un de mes maîtres à penser), Robert Crumb, Joséphine Baker ou encore Charlie Parker.

 

 

 

 

L’ensemble, comme dans toute anthologie, peut se révéler parfois un brin inégal d’un point de vue graphique mais ravira les amateurs curieux qui sauront piocher de ci de là références curieuses et anecdotes intéressantes sur ces « bohèmes » célèbres.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi? BAG’S GROOVE

 

 

C'est de Qui ? Miles Davis

 

 

La couv'

 

Magnifiques Marginaux  /  Bohemians  Vs.  Bag's Groove

Déjà entendu sur B.O BD ? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Alors que Miles aborde le virage de la sortie du bop, il réalise deux sessions à différents moments de l’année 1954 qui sont réunies sur ce Bag’s Groove, l’une des galettes les plus importantes de la carrière du trompettiste.

 

D’improvisations vertigineuses en progression mineures inattendues en passant par des influences latines fort subtilement intégrées les sept morceaux qui composent l’album plairont autant au néophyte qu’à l’amateur éclairé.

 

Coté personnel c’est la grande classe puisque l’on retrouve notamment Sonny Rollins au sax (qui signe trois des compositions), Horace Silver au piano (remplacé par Monk sur le titre phare) Milt Jackson au vibraphone (responsable du titre Bag’s Groove)   ou encore Kenny Clarke à la batterie.

 

L’osmose entre Davis et Rollins  (peut être encore plus qu’avec Coltrane) reste un des grands plaisir de mélomane de cette période et leur collaboration est un quasi sans fautes à laquelle hélas l’addiction de Rollins mettra un terme.

 

Ne craignez pas l’anachronisme avec les premières parties de Bohémians, même si ils sont bien présents dans les faits, à la lecture ils ne sont en rien gênants.

 

 

 

------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
8 mars 2016 2 08 /03 /mars /2016 12:01

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : PANCHO VILLA. LA BATAILLE DE ZACATECAS.

 


C'est de qui : Eco & Paco Ignacio Taibo

 

 

La Couv':

 

 

Déjà lus sur le site? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Nada Editions.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? L’un des plus célèbres révolutionnaires de l’Histoire a à nouveau droits aux honneurs du 9° Art via l’évocation de la prise dans le sang de la ville de Zacatecas, qui sera synonyme de la fin du gouvernement Huerta et de l’apogée de la révolution Mexicaine. Alors qu’en Europe l’un des plus sanglant conflit de l’Histoire débute, au Mexique, Villa, colonel de Madero et de Zapata, lance ses troupes à l’assaut du dernier bastion du régime en place. L’affrontement fera des milliers de morts mais la cause des Zapatistes en sortira grand vainqueur.

 

Si le sujet se prête à une évocation épique, que le romancier Paco Ignacio Taibo ne pouvait que sublimer, le père du « Noir Mexicain » fait cela dit preuve d’une extrême sobriété en réduisant les dialogues au minimum, préférant l’utilisation de phrases descriptives efficaces et souvent courtes pour accompagner les illustrations. Et parlons en de ces illustrations ! Plus que le fond, c’est vraiment la forme qui force le respect de ce superbe album à l’italienne. Les gravures d’Eko, dans un noir et blanc sur-expressif, étalés sur de pleines pages ou, plus rarement, sur quelques cases, sont d’une beauté frappante. On pense à de la carte à gratter tellement le trait est âpre et puissant.

 

A mi chemin entre la BD et l’illustration, Pancho Villa, La Bataille de Zacatecas, est l’un des plus beaux albums qui m’ait été donné de lire ces derniers temps.

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? VIVA ZAPATA

 

 

C'est de Qui ? A. North

 

 

La couv' 

 

 

Déjà croisé chez nous? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Steinbeck, Kazan, Brando, Quinn…j’en rajoute ? Allez oui, la cerise sur le gâteau, Alex North. Si la vision hollywoodienne de la révolution mexicaine fait un peu clichée (rien que l’accent et les grimaces de Brando prêtent souvent à sourire) Viva Zapata capture néanmoins parfaitement l’essence du message, tout comme la musique de North, compositeur doué qui a écrit pour  les plus grands réalisateurs de son époque (Kubrick, Mankiewicz, Houston,…).

Pour sa seconde collaboration avec Elia Kazan, il a poussé le professionnalisme jusqu'à étudier la musique folklorique mexicaine afin de colorer une partition qui fait la part belle à l’héroïsme (et n’est pas sans rappeler parfois certains passages de son Spartacus) tout en la teintant de romance bon teint. Un score original et d’une grande qualité de composition qui sera d’ailleurs nommé aux Oscars (mais qui perdra assez logiquement face à High Noon de Tiomkin).

 

-------------------

 

Une chronique de Fab

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags