8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 13:10

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : MARVIN, L’AFFAIRE MARION COLMAN

 

 

C'est de qui : Berardi & Milazzo

 

 

La Couv':

 

Silver Screens  /  Marvin, L'Affaire Marion Colman  Vs.  36 Hours

 

Déjà croisés dans le coin ? Il ne me semble pas.

 

 

C’est édité chez qui ? Mosquito

 

 

Une planche:

 

Silver Screens  /  Marvin, L'Affaire Marion Colman  Vs.  36 Hours

 

Ca donne Quoi ? Vous connaissez  mon amour des dessinateurs italiens des années 70 et 80,  du cinéma old school et du Noir (sous toutes ses formes), vous imaginez donc mon enthousiasme à la découverte de ce one-shot paru il y a une paire de lustres chez Mosquito spécialiste des ré-éditions classes en noir et blanc.

 

Marvin est un ancien acteur de cinéma reconverti en détective privé; désabusé s’il en est, notre perdant magnifique va se voir confier sa première enquête par une mère éplorée dont la fille, aspirante starlette, a disparu.

 

Mais Hollywood, à l’écran comme dans la vie, n’a toujours été que miroir d‘illusions, et Marvin va devoir démêler le faux du vrai en tentant de ne pas y laisser trop de plumes.

 

Berardi livre un bel hommage en forme de pastiche à tout un pan de l’Age d’Or du cinéma américain,  porté par le dessin fort expressif de Milazzo, à la croisée des styles entre ses compatriotes de l’époque et les grands maîtres d’Outre Atlantique.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE   

 

 

 

C'est Quoi ? 36 HOURS

 

 

C'est de Qui ? D. Tiomkin

 

 

La couv'

 

Silver Screens  /  Marvin, L'Affaire Marion Colman  Vs.  36 Hours

 

Déjà entendu chez nous? Oui

 

 

On peut écouter ?  

 

Ça donne quoi? : Contrairement à ses grands succès dans les westerns et autres films à gros budgets, pour 36 Hours, film d’espionnage sur l’enlèvement d’un officier américain par les nazis, Tiomkin réduit considérablement son orchestre.

 

Habitué à une méthode de travail poussée (une fois les thématiques des scénarios dégagée, il allait jusqu’à étudier voix et intonations des acteurs pour adapter ses compositions et choisir les instruments les plus adéquats) il alterne ici avec métier des pizzicatos de violons au reste des instruments.

 

Ce que l’on pourra éventuellement lui reprocher c’est son recours quasi systématiques aux accords de pianos dans les graves qui font que l’on a parfois un peu l’impression qu’il traite un thriller comme un western et vice-versa.

 

Néanmoins on pardonnera au bonhomme tellement il est passé maître dans l’art de créer, et souvent par ce procédé d’ailleurs, des atmosphères sans cesse changeantes qui peuvent bifurquer sans crier gare d’une mélodie anodine à un suspense sous-jacent tenace.

 

Peut être qu’une B.O plus axée Noir aurait convenue à ce Marvin, mais, de par sa richesse mélodique et son exécution, le 36 Hours de Tiomkin ne fait pas tâche en accompagnement, loin de là même.

 

 

 

-------------------------

 

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
22 octobre 2016 6 22 /10 /octobre /2016 16:18

 

 

Un grand classique chez B.OBD, le cycle western! Des nouveautés essentiellement pour ce week-end mais toujours de la variété, la preuve:

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : PRISONNIERE DES APACHES

 

 

 

 

C'est de qui ? P. Ruju & S. Tisselli

 

 

 

 

La Couv':

 

 

 

 

Panorama du Western: Prisonnière des Apaches Vs. Les Disparues.

 

C’est édité chez qui ? Mosquito

 

 

 

Déjà lu sur B.O BD? Non

 

 

 

Une planche:

 

 

 

Panorama du Western: Prisonnière des Apaches Vs. Les Disparues.

 Ca donne Quoi ? Vous le savez, un cycle Western qui se respecte se doit d’avoir un Tex en son sein.

 

Si, fidèle à ses choix de mettre en avant les auteurs des albums qu’ils publient, les éditions Mosquito ne mentionnent pas le nom du Ranger sur la couverture de l’album, c’est bien de la star des fumetti qu’il s’agit.

 

Flanqué de l’increvable Kit Carson, Tex s’infiltre de nuit dans un campement indien pour y sauver une femme de militaire kidnappée. Mais les apaches ne l’entendent pas de cette oreille et bientôt, leur redoutable chef Octavio à leur tête, les guerriers prennent en chasse nos trois fuyards.

 

Cette aventure de Tex est inhabituelle à plus d’un titre. Assez brève si on la compare aux dizaines (voire centaines !) de pages des publications mensuelles habituelles transalpines, elle s’inspire des grands classiques du genre (de La Prisonnière du Désert  à Commanche en passant par La Captive aux Yeux Clairs ) mais, de par son graphisme hors norme, tout à la peinture dans des couleurs chatoyantes (là aussi c’est peu courant sur la série), se démarque de tout ce qu’on avait pu en lire jusqu’ici. 

 

Que ce soit les fans du genre, les amoureux de Tex ou les amateurs de belle BD originale, ce Prisonnière des Apaches devrait faire des heureux !

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

C'est Quoi ? LES DISPARUES

 

 

C'est de Qui ? J. Horner

 

 

 La couv'

 

  

Panorama du Western: Prisonnière des Apaches Vs. Les Disparues.

 

 

Déjà entendu chez nous? Oui.

 

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi?  Soyons, honnête, quitte à ne pas se faire que des amis, si la filmographie de James Horner comporte quelques pépites elle est également pas mal plombée par des choses moins réussies, voire quelques ratées qui n'ont pas passé l'épreuve du temps.

 

Ce sera très probablement le cas de la B.O de ce western dans lequel Tommy Lee Jones part à la recherche de deux jeunes filles enlevées par des indiens (tiens!) qui, souffre de sonorités et de mélodies très datées et pase-partout.

 

On retiendra pour la lecture de notre aventure de Tex une paire de pistes dédiées aux scènes de suspense du film, où Horner fait preuve d'inventivité en mélangeant des gimmicks classiques avec des sonorités inspirées par la musique amérindienne et jouée sur des instruments traditionnels ou approchant, et ponctuées de chants indiens.

 

 

----------------

 

Une chronique de Fab

Repost 0
27 août 2016 6 27 /08 /août /2016 06:49

 

 

 

Un classique chez B.O BD, le cycle western revient le temps du week-end, avec des choses nouvelles et d'autres moins, de la variété et de la qualité, comme toujours!

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : LA REGLE DU JEU

 


C'est de qui : Serpieri

 

 

La Couv':

Panorama du Western  /  La Règle du Jeu  Vs.  Il Mercenario

Déjà croisé chez nous? Oui

 

 

C’est édité chez qui ? Mosquito

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? On ne change pas une équipe qui gagne. Adage vérifié une fois de plus avec ce nouvel album de réédition par Mosquito de vieux récits du maestro italien, dans des versions noir et blanc qui rendent hommage à son art.

 

La Règle du Jeu propose deux récits, datant tous deux de la fin des années 70/ début des années 80, où l’affrontement entre blancs et indiens est au centre des scénarios.

 

Dans l’histoire qui donne son titre au recueil Serpieri évoque le mythique Pony Express avec un jeune messager aux prises avec les Peaux-Rouges. Tandis que Porter le Coup est une histoire de vengeance implacable.

 

Si les scénarios peuvent parfois sembler un brin manichéens et un peu désuets aujourd'hui, le trait réaliste de l’italien force toujours autant l’admiration, que ce soit sur les expressions de ses protagonistes ou dans le détail de ses décors souvent grandioses.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? IL MERCENARIO

 

 

C'est de Qui ? E. Morricone & B.Nicolai

 

 

La couv' 

 

 

Déjà croisé par ici ? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? La même année que Le Grand Silence, du même réalisateur, l’increvable Ennio Morricone (et son fidèle  collaborateur Bruno Nicolai), mettent également en musique ce Mercenaire, western qui se déroule au Mexique avec Jack Palance dans son rôle habituel du bad guy.

 

La bonne idée de la B.O est le thème sifflé puis repris par la trompette dans le morceau L’Arena repris par Quentin la photocopieuse Tarantino dans le second volet de Kill Bill . Outre ce passage assez mélancolique, le reste de la galette, si elle porte les marques explicites de ses créateurs, n’en reste pas moins très efficace dans bien des domaines.

 

La guitare et les vents ont une place prépondérante et, malgré la vingtaine d’autres scores écrits rien que sur cette année 1968 (dont le mythique Il Etait Une Fois Dans L’Ouest) l' italien parvient toujours à proposer quelque chose d’original dans ses travaux.

 

 

 

-----------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
12 août 2016 5 12 /08 /août /2016 14:26

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi ? ROSA DE LA HABANA.

 

 

C'est de qui :   Izquierdo et Valderá.

 

 

La Couv':

Rose Rouge...comme le sang  /  Rosa de la Habana  Vs.  Touch Of Evil

Déjà croisé sur le site? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Mosquito

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Cuba, la fin des années 50, peu de temps avant que Castro arrive au pouvoir.

 

Segundo est aussi sympathique que ce qu’il est naif. Guitariste venu essayer de gagner sa vie dans la capitale en jouant dans le bar de son cousin, notre héros fait la rencontre de la vénéneuse Rosa, amatrice de musique qui vit de ses charmes pour le compte de Berto, son mac. Notre musicien va tomber amoureux de la belle envers et contre tout quitte à en payer les conséquences.

 

Fidèle à ses habitudes d'alterner réimpression de grands classiques et découvertes originales, Mosquito nous propose la première BD cubaine éditée dans nos contrées.

 

Rosa de la Habana est un petit bijou de Noir, au trait charnu et expressif dans un noir et blanc à l'encrage classe. Si l’histoire est assez classique, elle respecte bien les codes du genre et l’alliance du fond et  de la forme en font une belle réussite.

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? TOUCH OF EVIL

 

 

C'est de Qui ? H. Mancini

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu sur B.O BD ? Oui

 

 

On peut écouter?

Ca donne Quoi ? Rarement on aura entendu B.O de film noir aussi réussie. Le travail de Mancini –dont c’est l’une des plus belle réalisation- pour le thriller d’Orson Welles n’est peut être surpassé que par celui de Waxman sur Sunset Boulevard.

 

L’action du film se déroulant à la frontière mexicaine, la musique sud-américaine s’invite au jazz endiablé et aux accents rock n’roll qui pulse les images (ce qui, dans notre cas, vous vous en doutez, est tout indiqué), les ambiances typiquement de genre –polar- sont bien entendues de la partie, faisant de Touch Of Evil un maelstrom d’ambiances d’où pourtant émerge une unité solide.

 

Originalité et innovation sont deux des adjectifs qui viennent en tête à l’écoute de la galette qui rythme avec goût le drame de Rosa de la Habana.

 

 

---------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0
30 juin 2016 4 30 /06 /juin /2016 08:11

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : COLT FRONTIER

 


C'est de qui   Toppi

 

 

La Couv':

Panorama du Western  /  Colt Frontier  Vs.  Diablo

Déjà croisés sur B.O BD? Et comment !

 

 

C’est édité chez Qui ? Mosquito

 

Une Planche:

 

 

Ça donne Quoi ? Si chaque nouvelle publication des œuvres « de jeunesse » de Toppi est un régal, celle-ci a une saveur plus particulière.

 

En effet, si l’on reste dans l’Ouest Sauvage, nous ne sommes plus, sur les six récits qui composent ce nouvel album, sur du western typique mais sur du récit de grands espaces, de solitude, de duels autant psychologiques que physiques.

On pense par exemple, que ce soit avec le chercheur d’or de Katana ou avec le soldat en retraite de Amiral au rencard, à des oeuvres comme Jeremiah Johnson tandis que La Rage de Vivre évoque le récent The Revenant (lui-même remake du Convoi Sauvage).

 

Des récits atypiques donc, évoquant autant la lutte de l’homme contre ses semblables que contre la nature, le tout littéralement magnifié par le trait sur expressif de Toppi, une fois encore repris par Mosquito en noir et blanc, ce qui permet d’en apprécier à leur juste valeurs toutes les nuances et subtilités.

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

C'est Quoi ? DIABLO

 

 

C'est de Qui ? T. Williams

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu chez nous? Non

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Peut-on, en 2016, espérer baser la réussite d’un western au pitch ultra rabâché sur le seul physique de son acteur principal, Scott Eastwood, fils de, à qui la prod’ a fait comprendre qu’il fallait  singer les célèbres mimiques de papa (même si le talent d'acteur n'était pas héréditaire!) qui suffiraient à donner la crédibilité nécessaire au scénario ?

 

Réponse définitivement négative vu le résultat, même Walton « The Shield »Googins, l’un des acteurs les plus prometteur actuellement, n’arrive pas à tirer son épingle du jeu, c’est dire.

 

Pour mettre en musique la traque que notre héros engage contre les ravisseurs de sa jeune et charmante épouse, le compositeur canadien, d’origine anglaise Timothy Williams a préféré, en accord avec son réalisateur, opérer pour une approche non traditionnelle du genre, en insistant au moins autant, si ce n’est plus, sur le coté psychologique et suspense de l’histoire que sur son background western. Ainsi, si cuivres et violons sont bien au rendez-vous, les guitares sont restées au placard.

 

Il en ressort une B.O variée, souvent lambda dans ses thématiques et sa conception des mélodies, mais avec quelques beaux moments dans les différents genres abordés.

 

Pas ce qu’on fait de mieux comme musique de western certes, mais Colt Frontier sortant des entiers balisés, il s’est plutôt bien accommodé à Diablo.

 

 

--------------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags