15 février 2018 4 15 /02 /février /2018 17:43

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  MON TRAITRE

 

 

C'est de qui ? Alary

 

 

La Couv':

 

Judas made in IRA  /  Mon Traître  Vs.  In The Name Of The Father

 

Déjà croisé dans le coin? Oui

 

 

 

C’est édité chez qui ? Rue de Sèvres

 

 

 

Une planche:

 

 

Judas made in IRA  /  Mon Traître  Vs.  In The Name Of The Father

 

Ca donne Quoi ? Je crois que j’adhère tellement au style graphique de Pierre Alary que même s’il faisait une BD sur l’élection de Miss Limousin ou sur la culture des tulipes, je jetterais un œil au bouquin.

 

Et c’est, vous l’aurez compris, la raison principale qui m’a attiré sur Mon Traître, sa dernière production, album généreux paru chez Rue de Sèvres, adaptation d’un roman à succès de Sorj Chalandon.

 

Cela étant, soyons honnête, le sujet avait également tout pour me plaire, Chalandon, journaliste et romancier français en connaît un rayon sur le conflit Nord-Irlandais et le sujet du roman d’origine est en partie autobiographique puisque Chalandon lui même fut ami avec un membre de l’IRA qui se révèlera avoir été un agent double.

 

Judas made in IRA  /  Mon Traître  Vs.  In The Name Of The Father

 

Pourtant le choix du personnage principal, un jeune luthier idéaliste qui s’enflamme pour une cause qui n’est pas la sienne, m’a paru peu adapté à la force du propos et du sujet, n’ayant ressenti que peu d’empathie avec ce héros parfois assez insignifiant face à la lutte d’un peuple divisé.

 

Le traitement graphique de son coté est très réussi avec toujours ce trait faussement cartoony, légèrement durci ici –background oblige- et un choix d’une palette monochrome très en adéquation avec l’atmosphère froide et dure de l’époque.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

 

C'est quoi : IN THE NAME OF THE FATHER

 

 

C'est de qui ? Trevor Jones

 

 

La Couv':

 

Judas made in IRA  /  Mon Traître  Vs.  In The Name Of The Father

 

Déjà entendu chez B.O BD? Quelques fois oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Sur ce biopic qui a permis  l’excellent Daniel Day Lewis de livrer une de ses plus poignantes performances, la musique, localisation et époque obligent, fait la part belle à la pop, le rock et le folk irlandais et US.

Mais au milieu de morceaux de Sinead O’Connor, de Hendrix ou encore de Bob Marley, Bono, du groupe U2 et Trevor Jones proposent une poignée de pistes originales aux accents des plus poignants.

 

Le compositeur, qui a rappelons le débuté sa carrière avec le cultissime Excalibur de Boorman, sait évoquer aussi bien la tension que la mélancolie, panacher ses mélodies de rythmiques mixtes empruntant aussi bien à la pop culture qu’au traditionnel irlandais.

 

Certes, comme il l’a déjà fait de par le passé, Jones utilise des effets électroniques  et autres synthés pas encore enterrés au début de cette décennie, ce qui fait sonner sa partition un rien datée (et quasi inécoutable en tant que telle aujourd’hui à moins d’être un fan hardcore de Jean Michel Jarre mais j’ose croire qu’il n’y en a pas parmi les lecteurs de B.O BD…n’est ce pas ?!) mais l’action de Mon Traître se déroulant sur plusieurs années, ce n’est finalement pas dérangeant, le problème venant à la rigueur plus de la brièveté des plages simplement instrumentales qui obligent à les réécouter plusieurs fois ou à panacher avec une autre B.O. (je vous conseillerai dans ce second cas de figure d’opter pour quelque chose d’assez sombre).

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
6 novembre 2017 1 06 /11 /novembre /2017 09:49

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : LOLONOA

 

 

C'est de qui ? F. Lesaint

 

 

La Couv':

 

Le Diable des Mers!  /  Lolonoa  Vs.  Nate & Hayes

 

Déjà lue sur B.O BD? Non.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Beaupré

 

 

 

Une planche:

 

 

Le Diable des Mers!  /  Lolonoa  Vs.  Nate & Hayes

 

 

Ca donne Quoi ? Fanny Lesaint nous fait revivre l’épopée de l’un des plus célèbres corsaires français, L’Olonnois donc, originaire des Sables D’Olonne (tout comme l’éditeur de l’album…et sa scénariste/dessinatrice !),  de sa jeunesse de serviteur quasi esclave dans les Caraïbes d’où il finira par s’échapper pour devenir l’un des plus terribles fléau des mers de son époque, jusqu’ à sa tragique fin, dévoré par une tribu cannibale !

 

Un graphisme des plus atypique, anguleux et hybride, avec une utilisation des ombres et des à plats de noir que n’aurait pas renié un Mignola des débuts finissent de faire de ce premier volet un album original.

 

 

 

 

LA MUSIQUE :

 

 

 

 

 

 

C'est quoi : NATE AND HAYES

 

 

C'est de qui ? Trevor Jones

 

 

La Couv':

 

Le Diable des Mers!  /  Lolonoa  Vs.  Nate & Hayes

 

Déjà entendu chez nous? Quelque fois oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Obscur long métrage de pirate du début des années 80, Nate and Hayes permet à Trevor Jones de continuer dans la lignée de ses deux précédents travaux, le mythique Excalibur et The Dark Crystal.

 

Si on en retrouve les arrangements fantastiques (au sens littéraire du terme n’est-ce pas) on a droit également ici, genre oblige, à de l’aventure bon ton, un peu de romantisme (qu’on zappera consciencieusement lors de notre lecture, dans Lolona pas de place pour la gaudriole !) et pas mal d’action.

 

On décèle également des influences orientales dans certains passages, ce qui par contre est de bon ton ici ; alors c’est vrai l’ensemble de la B.O est un peu trop optimiste vu la dureté du ton, mais, au final, la musique est aussi décalée que le trait rajoutant encore à l’originalité de l’ensemble.

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
6 avril 2017 4 06 /04 /avril /2017 15:20

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi :STRANGE FRUIT

 


C'est de qui : Waid et Jones

 

 

La Couv':

 

Récolte tardive  /  Strange Fruit  Vs.  Split

 

Déjà lus sur le site? Pas sur.

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt.

 

 

Une planche:

 

Récolte tardive  /  Strange Fruit  Vs.  Split

 

Ca donne Quoi ? Dans une bourgade du Mississippi, à la fin des années 20, une crue sans précédent menace d’engloutir la ville, alors que la tension est à son comble et que la catastrophe peine à réunir les blancs et noirs (ces derniers étant fortement persécutés par les premiers, et on parle de Ku Klux Klan entre autre choses guillerettes) un être étrange, très probablement extra terrestre (vu l’attirail que nous découvrirons plus tard) tombe du ciel. Il est très grand, surpuissant, muet et …noir.

 

Si son arrivée précipite les évènements va-t-il être capable de sauver la ville du désastre.

 

Strange Fruit joue sur plusieurs tableaux sans vraiment arriver à ce fixer sur un ce qui le dessert un peu. D’un coté il évoque évidement les tensions raciales en Amérique au début du siècle dernier sans apporter d’eau au moulin en restant dans l’image d’Épinal ; de l’autre il fricote avec le genre super-héroique sans pour autant exploiter son personnage principal, figure mutique et monolithique qui, à aucun moment ne représente quelque chose de concret que ce soit comme menace ou comme solution.

 

La  partie graphique quant à elle est bien belle (quoiqu’un peu figée sur certains visages trop photo réalistes)dans la droite lignée d’un Alex Ross et l’album se conclue par d’intéressants bonus (couv’ originales, essais graphiques, etc…).

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi? SPLIT

 

 

C'est de Qui ? West Dylan Thordson

 

 

La couv'

 

Récolte tardive  /  Strange Fruit  Vs.  Split

 

 

Déjà entendu sur B.O BD? Non.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Après presque deux décennies de bons et loyaux services, Shyamalan fait des infidélités à James Newton Howard, à moins que ce soit ce dernier qui suite aux  échecs commerciaux à répétition ait préféré aller vers des réals plus bankable.

 

Qu’à cela ne tienne l’homme aux films « à chute » fait appel à un nouveau venu à qui il va cependant demander d’explorer les thématiques underscorings à répétition de son ex collaborateur tout en y injectant une bonne dose de frayeur musicale.

 

Par le biais d’un piano solo inquiétant, de parties de violons aigues ou encore de bruits ressemblants à des grognements constants, Thordson réalise un score de genre aussi torturé que le sujet du film (un schizophrène aux 23 personnalités enlève des jeunes filles) et installe une atmosphère oppréssante de bout en bout avec quelques passages forts nerveux.

 

Une B.O qui ne fonctionne qu’en tant que telle (en même temps c’est un peu le but me direz vous !) mais qui, heureusement pour nous, avec un autre médium, est tout aussi intéressante.

 

 

 

------------------------

 

 

 

Une chronique de Fab

Repost0
9 septembre 2016 5 09 /09 /septembre /2016 17:17

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : NAINS 5. TISS DU BOUCLIER

 

 

C'est de qui ? Jarry et  Demare 

 

 

La Couv': 

 

MLF vaincra   /   Nains 5  Vs.  G.I Jane

Déjà croisé sur le site? Oui pour le scénariste

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil

 

 

Une planche: 

 

 

 

Ca donne Quoi "Tenir ou périr", telle est la devise des guerriers du bouclier. Et jamais encore, on n'a vu une pisseuse entrer dans la garde? Mais Tiss, suite à l'accident de son frère qui l'a laissé estropié, décide de se lancer à l'assaut de ce bastion masculin.

Les instructeurs vont lui donner sa chance parce qu'ils pensent qu'elle ne tiendra pas et aussi parce que beaucoup de guerriers ont péri lors d'affrontements avec les orcs et les ogres. Mais Tiss s'entête et supporte toutes les humiliations et les brimades pour montrer qu'elle a sa place.

Place qu'elle va tenir jusqu'au sacrifice ultime après avoir acquis le respect de tous pour sa force de caractère.

 

Une BD "féministe" était bien la dernière chose que j'attendais avec cette série. Mais Nicolas Jarry m'a fait un énorme plaisir avec cette histoire dans laquelle je me suis partiellement reconnue… Pas côté taille (bien que je ne dépasse pas 1m57), mais plutôt côté combat dans un monde industriel masculin pour exister en tant que professionnelle reconnue. Dans ce genre de milieu, une femme doit constamment prouver qu'elle est "à la hauteur", qualité que l'on ne demande pas aux hommes pour qui cela va de soi.

 

 

 

 

Nicolas Demare s'est parfaitement fondu dans le design de la série. Il a créé des personnages expressifs dans la force, dans la déchéance ou dans la bêtise. Bon d'accord, sa citadelle des Grav a un petit air de ressemblance avec la forteresse du gouffre de Helm dans la trilogie de films Le Seigneur des Anneaux, mais on lui pardonne.

 

Cet album est à faire lire à toutes les petites filles et adolescentes qui croient encore qu'il y a des métiers qui ne sont pas pour elles… et à leurs parents et leurs professeurs.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? G.I. JANE

 

 

C'est de Qui   Trevor Jones

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu chez nous? oui

 

 

On peut écouter? 

 

Ca donne Quoi ?  Trevor Jones nous avait habitué à plus original, voire plus fin. En même temps au vu du scénrio de ce Rambo taillé pour Demi Moore, alors au sommet de sa gloire.

 

De la bonne grosse musique bien hollywoodienne, épique et grandiose à souhait, mais bien en phase avec le combat contre la connerie que les 2 héroïnes ont en commun.

 

Peu de douceur dans cette BO où l'on entend plutôt une marche constante et continue à grands renforts de cuivres et percussions omniprésentes. À ne pas mettre trop fort pendant le lecture sous peine d'avoir du mal à se concentrer sur les dialogues!

 

Pas très raffinée, mais les nains ne sont pas du tout raffinés!

 

 

------------------------

 

Une chronique de Gen

Repost0
9 juin 2016 4 09 /06 /juin /2016 13:08

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : LA CHUTE DE LA MAISON WEST

 


C'est de qui : Pope, Petty & Rubin

 

 

La Couv':

Aurora's back!  /  La Chute de la Maison West  Vs.  Hideaway

Déjà lus sur B.O BD ? Oui pour Pope et pour Rubin.

 

 

C’est édité chez qui ? Dargaud

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Voici venir la suite des aventures de la téméraire Aurora West, de son héros de paternel et de leur « nounou »à la jambe cyborg. Si Haggard (le papa d’’Aurora) a accepté que sa progéniture parcourt la ville la nuit de son côté pour traquer les bad guys, il n’est pas au courant que la demoiselle poursuit une enquête dangereuse afin de découvrir l’assassin de sa mère.

Les ennemis de nos héros vont utiliser l’inexpérience d’Aurora afin de tendre un piège à son père.

 

Le cousinage du style de Pope, grand monsieur du comics US (mais pas que) et de celui David Rubin (dont le Héros ou encore sa version de Beowulf nous avait emballé !) était une évidence, du coup le premier se « contente » de co-scénariser ce spin off de son Battling Boy et laisse à l’artiste espagnol le soin de mettre en images (qui claquent), cette série.

 

 

Jouant avec les codes du genre super-héroïques et leur insufflant une bonne dose d’humour et de psychologie ado/adulte, le trio d’auteur obtient un résultat aussi réjouissant que prenant !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? HIDEAWAY

 

 

C'est de Qui ? Trevor Jones

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu chez nous ? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

 

Ca donne Quoi ? A côté d’une poignée de groupes qu’on ne qualifiera pas de délicats (KMFDM, Fear Factory, et j’en passe), Trevor Jones, ne se laisse pas impressionner et, sacrifiant à une mode courante à l’époque (nous sommes au milieu des années 90) mélange allègrement orchestration traditionnelle et musique actuelle à tendance rock/métal.

 

Le score, qui passe sans prévenir d’un calme olympien à une furie dévastatrice (si, si !),  est chargé en chœurs et en voix, qu’ils soient cristallins ou à l’autre extrême furieux, et l’ensemble sonne aussi foutraque qu’original, certaines pistes annoncent déjà des œuvres comme L’Enjeu ou The Crow.

 

Même si ce n’est pas la veine dans laquelle je préfère le travail de Jones, la B.O de Hideaway possède tous les ingrédients pour la marier à ce second volet des aventures de la famille West.

 

 

--------------------------------

 

Une chronique par Fab

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags