16 septembre 2018 7 16 /09 /septembre /2018 09:01

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  TOUT LE PLAISIR EST POUR MOI

 

 

C'est de qui ? Druart & Mau

 

 

La Couv':

 

Panorama du western  /  Tout le plaisir est pour moi  Vs.  Soleil Rouge

 

Déjà croisés sur le site? Non

 

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

 

Une planche:

 

 

Panorama du western  /  Tout le plaisir est pour moi  Vs.  Soleil Rouge

 

Ca donne Quoi ? Alors que les guerres indiennes touchent à leur fin et que les victimes sont évidemment dans le camp des peaux rouges, un proche de Sitting Bull- qui vient de tomber sous les balles des soldats US-part sur une piste vengeresse sanglante.

 

A sa poursuite, un jeune français, capitaine de l'armée, mené par un guide indien énigmatique perd peu à peu ses illusions sur la vie dans une traque sans pitié au milieu de la nature hostile et belle du grand froid du Dakota.

 

On pense parfois à la lecture de ce western crépusculaire à des piliers du genre comme Jérémiah Johnson ou plus récemment Seraphim Falls voire The Revenant avec Di Caprio (ou dans un autre registre au Blast de Larcenet) et ses paysages bucoliques alternant avec une violence manifeste ; ici aussi les scènes choc sont parfois entrecoupées de pages de nature sauvage, le tout avec un effet prenant.

 

Au rayon des bémols on pourra trouver le trait âpre, parfois hésitant, la narration un brin alambiquée à certains moments, mais ces petits défauts rajoutent à cette ambiance glauque de fin d'époque tragique.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :SOLEIL ROUGE

 

 

C'est de qui ? M. Jarre

 

 

La Couv':

 

 

Panorama du western  /  Tout le plaisir est pour moi  Vs.  Soleil Rouge

 

Déjà entendu chez B.O BD? Pas mal oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Aussi atypique que le film elle accompagne (on retrouve au génique de Soleil Rouge : Charles Bronson, Toshiro Mifune et...Alain Delon!), la musique de Jarre qui, contrairement à la majorité de ses comparses de l'époque évite l’écueil de la redite Morriconienne, conjugue mélodies western type grand espaces et thèmes plus dissonants aux lointaines résonances orientales.

 

Si l'on est loin des travaux les plus intéressants de son auteur, on appréciera dans cette B.O les expérimentations aux multiples instruments, les atmosphères inattendues et le ton panaché et décalé. Tout ne fonctionne pas toujours bien, mais l'ensemble sonne quand même bien plus original que pas mal des musiques du genre sorties à l'époque.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
9 septembre 2018 7 09 /09 /septembre /2018 07:50

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  ENFER GLACE

 

 

C'est de qui ? Lukkrarinen & Lehtosaari

 

 

La Couv':

 

 

L'Enfer Brulant  /  Enfer Glaçé  Vs.  Paris Brûle t-il?

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour le dessinateur.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Mosquito

 

 

 

Une planche:

 

 

L'Enfer Brulant  /  Enfer Glaçé  Vs.  Paris Brûle t-il?

 

 

Ca donne Quoi ? Hiver 39, Staline décide d’envahir la Finlande malgré le traité, mais l’armada ne s’attend pas à ce que les finlandais opposent une résistance farouche.

Le petit poucet face à l’ogre russe et ses légions, à force de guérilla enneigée et d’abnégation, réussit l’exploit d’endiguer l’invasion massive provoquant l’ire de Staline.

 

En choisissant de raconter une page finalement peu connue de l’Histoire de la Seconde Guerre Mondiale les deux auteurs finnois ont réussi un pari aussi risqué que payant. Le scénario, bien rythmé, nous fait suivre un couple séparé par la guerre qui finira par se retrouver même si pas indemnes, forcément.

 

Coté graphisme, le noir et blanc stylisé de Lukkrarinen qui nous avait déjà emballé sur la série Nicholas Grisefoth et sur l’adaptation de Ronkoteus -titres parus déjà chez Mosquito- fait merveille sur un tel scénario, avec ses encrages qui ne sont pas sans rappeller la fougue du Mignola des débuts et des décors de guerre aux réminiscences de certains albums de Pratt ; comme référence ont a vu pire !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : PARIS BRULE T-IL ?

 

 

C'est de qui ? M. Jarre

 

 

La Couv':

 

 

L'Enfer Brulant  /  Enfer Glaçé  Vs.  Paris Brûle t-il?

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Pour ce film au casting impressionnant pour l’époque, grosse production française s’il en était, ce n’est pas Jarre, pourtant récemment auréolé de deux Oscars , qui avait été choisi pour composer la musique.

C’est la Paramount qui impose le compositeur à René Clément, et ce dernier ne le voit pas d’un très bon œil. Pourtant les doutes seront rapidement dissipés au vu du travail de Jarre. Il écrit pas moins de cinq thèmes qui sont déclinés tout au long de sa partition.

 

Si certains sont assez peu adaptés à la lecture d’Enfer Glacé –celui de la valse ou celui avec les accordéons – le reste est très en phase. Le motif Menace qui, comme son nom l’indique joue sur la tension avec une ribambelle de pianos en mode rythmique (douze en tout !) est utilisé pour personnaliser les troupes en marche, appuyés par force percussions. L’autre motif est lui plus dédié à l’action avec une mélodie irrésolue aux cuivres particulièrement efficace.

 

Un atout musical de taille pour l’album du jour.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
6 septembre 2018 4 06 /09 /septembre /2018 06:51

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  POUSSIERE

 

 

C'est de qui ? G. Monde

 

 

La Couv':

 

Crise SF  /  Poussière  Vs.  Solar Crisis

 

Déjà lu chez B.O BD? Dans Axolot si je ne m’abuse.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

 

Une planche:

 

Crise SF  /  Poussière  Vs.  Solar Crisis

 

 

Ca donne Quoi ? Sur une étrange planète, dans un futur lointain – ou une réalité parallèle ?- un peuple humanoïde lutte contre d’immenses êtres nommés les Cyclopes et formés des différents éléments. Poussière, guerrière qui veille sur son frère et sa sœur depuis la mort de leurs parents s’inquiète des pouvoirs de la fratrie et quand les Cyclopes vont détruire leur ville, elle décide, une fois dans la capitale, d’enquêter sur l’Homme Noir, légende urbaine ou nouvel ennemi.

 

En SF, comme en Fantasy, on a deux écoles ; celle qui livre tout un background hyper détaillé à base de dates de cartes et autres évenments et celle qui plonge son lecteur directement dans l’action sans lui donner de détails ou repères précis.

 

Loin de son registre habituel, Geoffroy Monde nous propose ici un univers clairement dans la seconde catégorie. Ses créatures sont originales et hautement travaillées tout comme son monde et ses décors mais on ne sait pas grand chose sur l’ensemble (même si la fin apporte un éventuel début de piste). Ce n’est pas pour autant que le lecteur sera gêné, l’action étant assez soutenu et l’alliance du fond et de la forme (Monde joue avec les techniques numériques, changeant de style pour différencier les rêves, les atmosphères géographiques ou encore les perceptions) fonctionne bien.

 

Crise SF  /  Poussière  Vs.  Solar Crisis

 

En l’état ce premier tome (sur trois au moins) lève bien plus de questions qu’autre chose mais l’ensemble est relativement prometteur.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :SOLAR CRISIS

 

 

C'est de qui ? M. Jarre

 

 

La Couv':

 

Crise SF  /  Poussière  Vs.  Solar Crisis

 

Déjà croisé dans le coin? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Pour rentrer en beauté dans la nouvelle décennie, Maurice jarre n'hésites pas à prouver à la jeune génération que lui aussi il sait se renouveler et utiliser les dernières technologies .

 

Ainsi si la B.O de ce film de SF à grand spectacle avec Charlton -J'aime les gros flingues- Heston est pleine de la grandeur orchestrale dont sait faire preuve le maestro, il retravaille pas mal des pistes en post prod, les tronquant, les restructurant, certaines semblant même s’enchaîner telle une longue suite musicale.

 

La complémentarité notamment des cuivres et percussions et de l'électronique (même si certaines sonorités ont assez mal vieillies aujourd'hui) donnent une couleur musicale intéressante et une efficacité manifeste qui, sur ce premier tome de Poussières, fonctionne fort bien.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
13 avril 2018 5 13 /04 /avril /2018 08:03

 

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LE CHEMIN DU COUCHANT

 

 

C'est de qui ? Tisselli & Corteggiani

 

 

La Couv':

 

Panorama du Western  /  Le Chemin du Couchant  Vs.  El Condor

 

Déjà croisés dans le coin? Oui, mais pas ensemble.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Mosquito

 

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Ne vous fiez pas au titre fort poétique de l’album, le Chemin du Couchant est une bonne vieille histoire de traque/vengeance aussi prenante que violente comme seul le western sait en donner.

 

En scénariste chevronné du genre (entre autres !) François Corteggiani dresse le portrait d’un agent de la Police Montée canadienne qui, en 1885, se lance à la poursuite d’un chef de bande rebelle ayant échappé à la défaite de la bataille de Batoche.

Assisté de ses hommes, de trois mercenaires et d’une pisteuse métis, notre héros droit comme la justice n’aura de cesse tant que cette dernière ne sera pas rendue, même si le prix à payer s’avèrera lourd en vies humaines.

 

Pour mettre en image cette traque sauvage on retrouve le magnifique coup de pinceau du transalpin Tisselli, plus efficace encore que sur le Tex précédemment proposé chez Mosquito, avec toujours de magnifiques paysages (le cadre s’y prête il faut dire !) et des personnages plus expressifs et dynamiques.

 

Un bien bel album qui ravira les amateurs du genre.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : EL CONDOR

 

 

C'est de qui ? Maurice Jarre

 

 

La Couv':

 

Panorama du Western  /  Le Chemin du Couchant  Vs.  El Condor

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si El Condor est clairement une de ces séries B dont la production n’est dûe qu’à la gloire déclinante des westerns européens de la décennie précédente, on en retiendra deux choses.

 

La forteresse construite pour le film que l’on retrouvera une dizaine d’années plus tard dans Conan Le Barbare de Milius, et l’un des trop rares scores de western de Maurice Jarre.

Tous sont, bizarrement, des films assez secondaires aux succès confidentiels ; l’aura du compositeur ou son style trop européen peut être pour les studios n’auront pas motivés ces derniers à plus l’employer sur un genre où pourtant il joue avec les codes tout en gardant une patte très personnelle.

 

Par exemple on appréciera ici les variations apportées à un thème aux subtilités manifestes, les expérimentations rythmiques aussi inventives qu’inattendues qui apportent l’originalité bienvenue aux passages aux cuivres et à la guitare.

 

Ajoutez à tout ceci une réelle variété et de bons passages de tensions et vous obtenez un score de genre certes mais intelligent et rafraichissant.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 


 

 

Repost0
16 mars 2018 5 16 /03 /mars /2018 10:11

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  PROFESSION DU PERE

 

 

C'est de qui ? Gnaedig adapte Chalandon

 

 

La Couv':

 

Une éducation particulière  /  Profession du Père  Vs.  Le Tambour

 

Déjà croisé dans le coin? Non

 

 

 

C’est édité chez qui ? Futuropolis

 

 

 

Une planche:

 

 

Une éducation particulière  /  Profession du Père  Vs.  Le Tambour

 

Ca donne Quoi ? Paris, le début des années 60, dire qu’Emile le jeune héros de Profession du père, n’a pas une enfance facile est un euphémisme.

Le père en question, d’un naturel violent lui raconte, entre deux corrections corsées, être un agent secret de l’OAS et l’oblige à s’entrainer comme un adulte, lui confie des missions aussi surréalistes qu’inutiles et l’empêche même parfois de faire ses devoirs ou de manger, ce qui rend ses résultats scolaires plus qu’aléatoires et donne droit à de nouvelles corrections.

 

Emile comprendra bien plus tard ce qu’il subodorait depuis le début, que son père est un mythomane dangereux et qu’il lui aura pourri son enfance ainsi qu’à sa mère.

 

 Si le style graphique de Sébastien Gnaedig, épuré à la manière parfois d’un Sempé, semble aux antipodes de la dureté du propos de Profession du Père, au départ un roman de Sorj Chalandon- décidément prisé des auteurs BD ces derniers temps puisque, souvenez-vous, nous avons lu Mon Traître par Alary le mois dernier - la distanciation du trait est néanmoins bienvenue,  tant l’histoire de ce pauvre garçon tyrannisé par un père perdu dans ses propres délires et prompt à la violence, est d’un sordide manifeste.

 

Un bel exemple d’adaptation réussie et originale.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :LE TAMBOUR

 

 

C'est de qui ? Maurice Jarre

 

 

La Couv':

 

Une éducation particulière  /  Profession du Père  Vs.  Le Tambour

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Quand on suggère à Volker Schlöndorff de demander à Maurice Jarre de mettre en musique son adaptation du roman Le Tambour, celui-ci est au départ sceptique, le scénario étant des plus atypiques, relativement intimiste alors que Jarre est dans sa période grand spectacle et Oscars qui vont avec.

 

Néanmoins ce serait oublier que le compositeur a une solide formation de batteur et de percussionniste, qu’il a joué dans l’orchestre de Pierre Boulez et ne rechigne pas à employer des instruments et arrangements ethniques –entre autre- dans ses œuvres pour le cinéma si cela lui semble pertinent.

 

Fort de son expérience pour la scène, avec Jean Vilar notamment, Jarre  laisse libre cours ici à son imagination débordante et sa propension à aller chercher l’inspiration là où on ne l’attend pas. Ainsi son thème d’intro, très rythmique, pour ne pas dire martelé,  tire son origine du folklore Cachoube, une ethnie d’Europe de l’Est tout en faisant électro.

 

En plus d’un piano mécanique quasi dissonant et de percussions, le compositeur introduit une guimbarde aux accents juifs à l’effet surprenant ; on a bien des passages plus classiques avec des thèmes romantiques assez tristes et des variations de valses pour faire couleur locale mais l’ensemble respire la bizarrerie, le malaise et la mélancolie, ambiances qui vont plutôt bien à l’adaptation de Profession du Père.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags