25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 10:25

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : L’ESPRIT DU CAMP

 


C'est de qui : M. Falardeau

 

 

La Couv':

 

Une colo pas comme les autres  /  L'Esprit du Camp  Vs.  A Glimpse inside the mind of Charles Swan III

 

Déjà croisés chez nous? Oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Lounak

 

 

Une planche:

 

Une colo pas comme les autres  /  L'Esprit du Camp  Vs.  A Glimpse inside the mind of Charles Swan III

 

Ca donne Quoi ? J’ai eu du mal à me décider à attaquer L’Esprit du Camp, la nouvelle série de Falardeau, car, évoluant depuis une quinzaine d’années dans le domaine de l’animation, j’avais l’impression que le boulot allait s’immiscer dans ma passion.

 

Mes craintes ont été vite dissipées par le ton humoristique et, surtout, le décalage du ton de l’Esprit du Camp (et puis une BD dont la page de garde met en valeur le meilleur album de Soundgarden ne pouvait que me parler.

 

L’héroïne, ado rebelle qui n’est pas sans faire penser à Daria de la -meilleure- série animée - qui ait jamais existé (que nous avons d’ailleurs cité il y a peu) : pince sans rire, blasée et cynique, attachante tout en étant l’antithèse de ses comparses. Elle a été inscrite par sa mère comme monitrice dans un camp de vacances où elle va avoir en charge une troupe de petits rouquin tous plus barrés les uns que les autres.

 

Ajoutez à cela ses collègues de travail triés sur le volet,  de la copine qui devient (un peu trop) proche au macho sans neurone en passant par la garce finie, vous aurez un bon aperçu de l’été pourri qui se prépare pour (M)élodie !

 

Ah, et, comme sur la précédente série de Michel Falardeau, ce tableau déjà bien délirant (entre son ton très juste et ses expressions québécoises) vient habilement se corser d’une pointe de fantastique  en la personne du directeur qui semble avoir un lourd secret en rapport avec la légende qu’il raconte aux enfants du camp.

 

Le trait est agréable bien que parfois très inspiré manga à mon goût et le format « comics » (la série va être éditée aux States par rien moins que Top Shelf, excusez du peu !) va bien à l’histoire.

Une surprise des plus sympathiques !

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? A GLIMPSE INSIDE THE MIND OF CHARLES SWAN III

 

 

C'est de Qui ? Liam Hayes

 

 

La couv'

 

Une colo pas comme les autres  /  L'Esprit du Camp  Vs.  A Glimpse inside the mind of Charles Swan III

 

Déjà entendu par ici? Non

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Si les rejetons Coppola sont clairement moins doués que papa derrière leur caméra, il faut leur reconnaître parfois une certaine originalité dans leurs choix de réalisation.

 

Ainsi ce long métrage probablement ambitieux au départ mais qui aligne à peu près tout les défauts possibles du genre (si toutefois « faux biopic narssisico-arty » peut être considéré comme un genre) démontre qu’Hollywood et « fils à papa » ne font pas forcément bon ménage, à savoir que fiston Roman n’aurait peut être jamais écrit ce scénario ubuesque sur Charlie Sheen si papa Francis n’avais pas torturé le papa de ce dernier sur le tournage d’Apocalypse Now.

 

Mais laissons là et intéressons nous à la B.O de ce film au titre trop long pour que je le tape encore une fois sur le clavier.

 

Elle est composée par Liam Hayes, aussi connu dans le monde de la musique sous le pseudo Plush, qui livre ici un panel aussi large et varié de pistes inspirées, aux ambiances diverses allant de la soul à la pop bubble gum en passant par des thèmes orchestraux riches.

 

Hayes évoque tour à tour le fun de certaines séquences du film, la mélancolie romantique d’autres,  apportant via un orgue Hammond omniprésent, une touche de folie mutine très agréable.

 

 

 

-------------------

 

 

 

 

Une chronique de Fab

Repost0
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 10:13

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : CHRONOSQUAD 3.

 


C'est de qui : Albertini & Panaccione

 

 

La Couv':

 

Le Temps est venu (et reparti!)  /  Chronosquad 3  Vs.  Animal Farm

 

Déjà croisé chez nous? Oui, sur les précédents.

 

 

C’est édité par ? Delcourt

 

 

Une planche:

 

Le Temps est venu (et reparti!)  /  Chronosquad 3  Vs.  Animal Farm

 

Ca donne Quoi ? Toujours à la recherche des deux ados fugueurs (qui en vivent de belles !) , nos agents spéciaux  se retrouvent confrontés à un véritable nœud gordien entre factions rebelles, resquilleurs temporels et autres non-dits hiérarchiques ; l’avenir même des Chronosquads est pourtant en jeu !

 

Action et humour sont toujours les maîtres mots de ce troisième volet auquel on reprochera pourtant l’intrication et la multiplication des intrigues qui perdent parfois le lecteur.

 

C’est d’autant plus dommage qu’outre un graphisme parfois excellent,  l’histoire fourmille de bonnes idées qui auraient peut-être méritées d’être développées sur une série plus longue, voire des séries parallèles (sachant qu’avec la conjoncture actuelle je présume que c’était difficilement envisageable sur les seuls noms des auteurs, Panaccione commence certes à être connu mais c’est la première incursion dans la BD pour le scénariste).

 

On jugera sur le quatrième (et dernier donc) tome si  Chronosquad est une série marquante sachant qu’elle a d’ores et déjà pour elle une vraie originalité et une exploitation maline du voyage spatio-temporel.

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? ANIMAL FARM

 

 

C'est de Qui ?

 

 

La couv'

 

Le Temps est venu (et reparti!)  /  Chronosquad 3  Vs.  Animal Farm

 

Déjà entendu chez nous ? Non

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne quoi ? Jamais à un grand écart près, j’ai décidé de tenter le score hautement improbable d’une version qui ne l’est pas moins d’un (n’ayons pas peur des mots) petit chef d’œuvre de la littérature.

 

La Ferme des Animaux est une parabole à peine imagée du communisme sous Staline où, sous l’impulsion de certaines d’entre elles, les créatures à quatre pattes se rebellent contre leurs maîtres pour finir dans un état quasi pire qu’au départ.

 

Après le succès d’une poignée de longs métrages avec de vrais animaux à voix humaines, la chaine de télé US TNT se penche, à la fin des années 90, sur l’adaptation live du roman d’Orwell.

 

Pour employer une expression consacrée, ce film a clairement le cul entre deux chaises. Oscillant sans cesse entre le pamphlet un brin pompier à charge contre le soviet système et le film pour enfants avec chansons surréalistes, il n’atteint jamais vraiment son but, si tant est qu’il n’en eut jamais un, et s’avère bien en dessous de la version animée des années 50.

 

Sa musique est à l’avenant, mêlant sans vergogne thèmes orchestraux sirupeux dignes des pires Disney et passages inspirés par les Chœurs de l’Armée Rouge, avec, pour faire bon ton, quelques pistes plus dédiées au suspense ou carrément martiaux.

 

Le résultat, évidemment inégal, n’en reste pas moins toujours surprenant, très conceptuel, et est venu ajouter une dose de décalage très amusant à ce troisième tome de Chronosquad.

 

 

 

------------------------

 

 

 

Une chronique de Fab

 

Repost0
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 15:53

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi : ORNITHOMANIACS

 


C'est de qui : D. Scmitt

 

 

La Couv':

 

De bien étranges bestioles  /  Ornithomaniacs  Vs.  Big Fish

 

Déjà croisé chez nous? Non

 

 

C’est édité par ? Casterman

 

 

Une planche:

 

De bien étranges bestioles  /  Ornithomaniacs  Vs.  Big Fish

 

Ca donne Quoi ? Alors que sa mère semble prête à tout pour tirer profit de la difformité de sa fille - une minuscule paire d‘ailes dans le dos- Nine, comme la surnomme sa meilleure amie, va, sur les conseils de cette dernière sonner à une bien étrange maison où elle est accueillie par un homme oiseau et un squelette qui parle.

 

Loin de pouvoir la débarrasser de son petit problème, ces deux drôles d’oiseaux (hum !) vont même l’encourager à s’en servir.

 

Quand leur employeur, le sombre oiseleur, rentre au nid ( !!), les choses vont dramatiquement se compliquer pour notre héroïne.

 

Dans un noir et blanc pointu et détaillé, qui marie le pictural d’un Arthur Rackham et le gothique décalé des premières œuvres d’Eric Libergé, Daria Schmitt déroule en une centaine de pages un conte étrange et décalé, où des personnage atypiques et travaillés évoluent dans un univers aux confluents des influences de l’auteure.

 

Mariant avec minutie et passion le fond et la forme elle évoque la différence et comment l’assumer en soignant une partie graphique parfois assez épatante.

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? BIG FISH

 

 

C'est de Qui ? D. Elfman

 

 

La couv'

 

De bien étranges bestioles  /  Ornithomaniacs  Vs.  Big Fish

 

Déjà entendu chez nous ? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne quoi ? Si, une fois encore, on est en terrain connu pour un long qui réunit l’inséparable –à l’époque du moins- duo Burton Elfman, la B.O de Big Fish se démarque de pas mal de ses comparses par des thématiques moins marquées des mélodies sautillantes qui sont devenue la marque de fabrique du compositeur.

 

Assagi probablement par le sujet du film, Elfman, s’il cède bien aux chœurs aériens et autres ritournelles faussement naïves sur quelques pistes, laisse plus de place à une certaine émotion, ses compositions sont plus contemplatives même, via notamment un piano solo qui sait se faire discret.

 

La bonne humeur et le grain de folie de ses œuvres précédentes sont belles et bien là et le générique final est un beau patchwork de son savoir faire. A lui seul, s’il était un brin plus long, il pourrait d’ailleurs  faire office de B.O à Ornithomaniacs.

 

 

-----------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost0
15 mai 2017 1 15 /05 /mai /2017 06:51

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : INFINTY 8. GUERILLA SYMBOLIQUE.

 

 

C'est de qui ? Trondheim, Kris et Trystram.

 

 

La Couv':

 

 

 

Afro Infinty  /  Guerilla Symbolique  Vs.  First Base

 

Déjà croisé sur le site? oui.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Rue de Sèvres

 

 

 

Une planche:

 

Afro Infinty  /  Guerilla Symbolique  Vs.  First Base

 

Ca donne Quoi ? L’agent très spéciale Patty Stardust, notre nouvelle héroïne et sa coupe afro digne d’un film blaxploitation, est dérangée dans sa mission d’infiltration de la Guerilla Symbolique (pseudos Néo Babas bien moins inoffensifs qu’il n’y parait !)  afin d’enquêter sur le mausolée géant qui se dresse sur la route du vaisseau, encourant par la même le risque périlleux que sa couverture vole en éclat.

 

Et c’est parti pour un nouveau reboot !

 

Coté scénar, on reste dans la série B aussi décalée que possible, de la S.F aux accents funs originale ; c’est Kris qui rejoint Trondheim sur ce nouvel opus (et se paye même le luxe d’un clin d’œil en second rôle guest star dans l’album) ; il mélange allègrement moquerie acerbe de la folie des réseaux sociaux à l’ « anecdote » du Club 27, qui regroupe ces musicos morts au même âge (et personnifiés ici par une sorte d’artefact composés de leurs instruments de prédilection).

 

Au dessin c’est Martin Trystram qui s’y colle. J’avais beaucoup aimé Pacifique, moins (graphiquement s’entend) La Vallée que je trouvais moins précis. Ici on est à mi-chemin des deux, avec des passages très réussis (notamment certaines expressions faciales par exemple), d’autres plus hésitants ; mais l’ensemble se tient plutôt bien et la colo finit de faire prendre la sauce.

 

Par contre, comme pour le tome précédent, et à mi-parcours du concept, une véritable thématique générale a encore un peu de mal à se détacher…à suivre !

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

C'est quoi : FIRST BASE

 


C'est de qui : Babe Ruth

 

 

La Couv':

 

Afro Infinty  /  Guerilla Symbolique  Vs.  First Base

 

Déjà croisés par ici? Non.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Groupe relativement méconnu  des années 70 malgré des musiciens doués et une chanteuse aussi charismatique que douée vocalement , les anglais de Babe Ruth frappent fort avec ce premier album First Base (Babe Ruth est le nom d’un joueur de baseball célèbre) où ils font preuve d’un réjouissant  sens du mélange entre  rock péchu, groove heavy et…musiques de films.

 

C’est la version instrumentale du titre phare de la galette, The Mexican, morceau samplé plus d’une dizaine de fois au cours des décennies suivantes, que nous avons retenu ici, avec sa reprise aussi inattendue que bien pensée du thème de Et Pour Quelques Dollars de Plus d’Ennio Morricone.

 

Décalage furieusement funky qui en rajoute une couche à celui déjà bien barré de ce nouvel opus de Infinity 8.

 

 

 

----------------------

 

 

 

Une chronique de Fab

Repost0
10 mai 2017 3 10 /05 /mai /2017 15:38

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : LES TROIS GROGNARDS. SUITE AUTRICHIENNE.

 

 

C'est de qui ? Hautière et Salsedo

 

 

La Couv':

 

Suite de Trois  /  Les 3 Grognards 2  Vs.  La Folie des Grandeurs

 

Déja croisé sur le site? Oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Casterman

 

 

Une planche:

 

Suite de Trois  /  Les 3 Grognards 2  Vs.  La Folie des Grandeurs

 

Ca donne Quoi ? Notre duo, Honoré, missionné par les ennemis de l’Empereur, et Félicien, soldat le plus improbable qui soit, se transforme en trio inattendu avec l’arrivée du colosse Kemeneur, lassé des exactions de ses anciens camarades.

 

Honoré se voit chargé de porter un message au général ennemi mais ses deux envahissants compagnons vont grandement lui compliquer la tâche. Après s’être fait arrêtés, ils réussissent à s’évader mais, déguisés en paysannes, vont bientôt retomber tout droit dans les ennuis.

 

Hautière, après avoir présenté intrigue et protagonistes dans le tome précédent, développe dans cette suite le coté aventures loufoques à rebondissements multiples et burlesques. Aspect grandement appuyé par le trait de Salsedo qui penche plus vers la caricature – avec un net aspect hérité du manga parfois- que sur le premier volet.

 

Distrayant et bien mené.

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : LA FOLIE DES GRANDEURS

 


C'est de qui : M. Polnareff

 

 

La Couv':

 

Suite de Trois  /  Les 3 Grognards 2  Vs.  La Folie des Grandeurs

 

Déjà entendu sur le site? Non

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? J’ai été le premier surpris de découvrir que Polnareff, dont je ne suis pas fan du répertoire à coté de ça, c’est rien de le dire, avait écrit une poignée de musiques pour le grand écran.

 

Oury, qui vient de collaborer avec Delerue, décide de faire le grand écart en s’acoquinant avec Bouclettes et ses  lunettes blanches. On dit le compositeur aussi inspiré qu’intransigeant, il ne hésite pas à tenter, avec un succès certain, le mélange aussi improbable qu’efficace des genres : accents Léoniens, folklore hispanisant ou soviétiques, breaks de batterie et ritournelles pop rock font –bon- ménage avec des mélodies plus inspirées historique.

 

Le mot qui vient clairement à l’esprit est décalage et tout ne va pas, loin s’en faut, à la lecture du second tome des 3 Grognards, mais une grosse poignée de pistes se marient plutôt bien à l’humour et l’aventure qui peuplent cette Suite Autrichienne.

 

 

 

----------------------

 

 

 

Une chronique de Fab

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags