10 juillet 2019 3 10 /07 /juillet /2019 08:36

 

Nous sommes mercredi et en plus c'est "les grandes vacances" pour nos chères têtes blondes, voici donc la chronique  d'un - très bon!- titre "jeunesse"(mais pas que) qui sort aujourd'hui!

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LE ROI SINGE

 

 

C'est de qui ? Chaiko

 

 

La Couv':

 

Un singe divin  /  Le Roi Singe  VS.  Legend of the Mountain

 

Déjà rencontré chez B.O BD? Oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Kramiek

 

 

Une planche:

 

Un singe divin  /  Le Roi Singe  VS.  Legend of the Mountain

 

Ca donne Quoi ? Un jeune singe sorti d’un rocher devient roi de son peuple après avoir réussi une épreuve. Mais non content de son état royal le voilà qui va partir en quête de l’immortalité, d’une arme magique ou encore d’une reconnaissance divine !

Et peu importe si en chemin il doit froisser l’égo de dieux, créatures monstrueuses et autres combattants légendaires !

 

Après avoir repris avec brio le flambeau de la Chronique des immortels et illustré Shayne la nouvelle série fantasy de Desberg, l’artiste chinois Chaiko se lance en tant qu’auteur complet sur cette adaptation fort réussie d’une légende orientale classique très célèbre.

 

Outre son trait semi réaliste toujours très soigné, magnifiquement rehaussé de la palette de couleur dont il a le secret, Chaiko livre un récit plein de rebondissements, d’action  et d’humour, aux protagonistes hauts en couleurs (mention spéciale à la distribution anthropomorphe).

 

Le premier tome d’une trilogie ouvertement intergénérationnelle.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : LEGEND OF THE MOUNTAIN

 

 

C'est de qui ? Ta Chiang Wu

 

 

La Couv':

 

Un singe divin  /  Le Roi Singe  VS.  Legend of the Mountain

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Même si vous ne goutez que peu les films de sabre d’époque, Legend of the Mountain a de quoi vous séduire. Ne serait-ce que parce que…ce n’est pas un film de sabre. En effet, l’intrigue –la quête d’un canon bouddhiste-  mettant en scène diverses factions surnaturelles, les séquences chorégraphiées de combat sont ici remplacées par des scènes quasi psychédéliques d’effets spéciaux de sorcellerie surréaliste.

 

La B.O du film, de fait, emprunte elle à de multiples genres, à commencer par le fantastique avec force électroniques qui viennent s’intercaler entre des passages plus traditionnels à la flute et aux cordes folkloriques, voire à des morceaux aux longs breaks de percussions diablement efficaces.

 

Cet ensemble chamarré, où l’occident s’invite parfois via un arrangement mélodique, une phrase moins modale et des thématiques dignes de la Hammer, et où l’influence de la décennie qui s’achève –les années 70 – est assez nette, ne cesse de surprendre son auditeur.

Via sa couleur nettement orientale cependant c’était une musique tout trouvée pour ce premier volet du Roi Singe.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
29 juin 2019 6 29 /06 /juin /2019 13:12

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  DRÔLES DE GENRES

 

 

C'est de qui ? L. Cornillon

 

 

La Couv':

 

Dans tous les genres (ou presque)  /  Drôles de genres  Vs.  Tales of the Unexpected 1

 

Déjà lu chez B.O BD? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Le Long Bec

 

 

Une planche:

 

Dans tous les genres (ou presque)  /  Drôles de genres  Vs.  Tales of the Unexpected 1

 

Ca donne Quoi ? Si des noms illustres comme Serge Clerc ou Chaland viennent en tête quand on évoque les héritiers d’Hergé dans le style Ligne Claire, il serait dommage d’omettre Luc Cornillon, qui sévit avec les deux auteurs cités ci-dessus dans les Pages du mythique Métal Hurlant.

 

On pourra compter sur les toujours étonnantes éditions du Long Bec qui viennent de réunir certaines des œuvres de l’auteur dans ce Drôles de Genres où l’on pourra lire des adaptations assez sages d’Oscar Wilde ( Le Fantôme de Canterville, Le Crime de Lord Arthur Saville) mais aussi des choses plus personnelles comme de petits récits humoristiques (parfois anecdotiques) ou encore une bd d’aventure/espionnage dont les graphismes en noir et blanc s’éloignaient déjà un peu plus de cette dite ligne claire (à laquelle l’auteur n’appréciait pas plus que ça d’être assimilé d’ailleurs) pour se rapprocher des comics d’Outre Atlantique.

 

Une redécouverte agréable d’un auteur qui le méritait.

 

Dans tous les genres (ou presque)  /  Drôles de genres  Vs.  Tales of the Unexpected 1

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : TALES OF THE UNEXPECTED

 

 

C'est de qui ? R. Gainer

 

 

La Couv':

 

Dans tous les genres (ou presque)  /  Drôles de genres  Vs.  Tales of the Unexpected 1

 

Déjà entendu dans le coin? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Si elles connaissent aujourd'hui un engouement croissant et une quantité exponentielle (à défaut de qualité toujours présente, mais ça, nous, amateurs de BD, on connaît bien), les séries TV à succès ne datent pas d'hier.

 

Cette série d'anthologie mélangeant fantastique, thriller et comédie très noire est, en partie, composée d'adaptations des écrits de Roald Dahl, présentées d'ailleurs par l'écrivain en personne- à la manière des Alfred Hitchcock Present- dans les premières saisons.

 

Les musiques de Tales of the unexpected sont confiées à Ron Gainer, australien installé en Angleterre et qui a essentiellement œuvré sur des séries TV dans un registre on ne peut plus large qui va de Maigret au Prisonnier en passant par Dr Who.

 

Le compositeur maîtrise donc la plupart des genres et même s'il ne bénéficie pas de moyens importants, sait rendre ses scores aussi variés que ciblés. La musique a une place assez prépondérante dans la plupart des épisodes où elle installe les ambiances.

 

Un vivier riche dans lequel il n'y a qu'à se pencher et piocher une poignée de perles qui iront sans fautes de goût avec ces Drôles de genres.

 

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
19 juin 2019 3 19 /06 /juin /2019 08:04

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  MICKEY ALL STARS

 

 

C'est de qui ? Divers

 

 

La Couv':

 

Jeunesse animalière  /  Mickey All Stars  &  Buck Chien Perdu

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour pas mal d'entre eux.

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat.

 

 

Une planche:

 

Jeunesse animalière  /  Mickey All Stars  &  Buck Chien Perdu

 

Ca donne Quoi ? Le nouvel opus dans la collection Disney de chez Glénat est un album choral sur lequel 50 auteurs se sont vus proposé d'imaginer une histoire en une page avec la seule contrainte que Mickey entre par une porte dans la première case et ressorte par une porte dans la dernière.

 

Exercice de style amusant qui donne lieu à de jolies trouvailles avec des gags réussis, d'autres plus anecdotiques, des jeux sur la narration et la mise en page (Kermaidas et Flix par exemple)qui ne sont pas sans faire penser au Imbattable de Jousselin, ou encore des clins d'oeils à d'autres personnages.

Jeunesse animalière  /  Mickey All Stars  &  Buck Chien Perdu

 

Dans le panel d'artistes ont constate que nos compatriotes oeuvrent dans des styles graphiques souvent décalés (Bouzard, Alfred, Brüno,...) tandis que les auteurs transalpins font dans le plus classique avec de fort belles planches, comme celle de Federico « Love » Bertolucci (accompagné au scénario de son inséparable pote Fredéric Brrémeaud).

 

Un album hommage qui ravira les fans de la souris la plus célèbre de la bande dessinée qui vient de souffler ses 90 bougies excusez du peu !

 

 

 

- - - - - - - - - - - -  

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  BUCK LE CHIEN PERDU

 

 

C'est de qui ? A. Demont

 

 

La Couv':

 

Jeunesse animalière  /  Mickey All Stars  &  Buck Chien Perdu

 

Déjà lu chez B.O BD? Oui sur le précédent.

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil.

 

 

Une planche:

 

Jeunesse animalière  /  Mickey All Stars  &  Buck Chien Perdu

 

Ca donne Quoi ? Revoilà l'étrange créature mi-chien mi-niche, Buck, qui, comme une tortue ou un escargot porte sa maison sur son dos et semble avoir peur d'en sortir.

Et pourtant il vaincra, un temps du moins, cette crainte, dans sa quête de moutons perdus.

 

N'ayant pas lu en amont le résumé de ce nouvel opus de Buck, album totalement muet , dans un format à l'italienne original (mais qui, plus grand, aurait permis de mieux apprécier les superbes peintures d'Adrien Demont), j'ai cru que notre atypique héros partait sur les traces de son père, chien de berger, et, au terme d'aventures fantastiques en parties rêvées (la chouette géante, les autres « animaux-maisons », les nuages en forme de moutons,,,,) reprenait sa paisible existence.

 

Il s'avère que ce n'était pas exactement ce qui se passe dans l'album mais peu importe, les errances de Buck, superbement mises en images par un artiste doué qui travaille « à l'ancienne », sont propices aux interprétations poétiques et mes enfants et moi y avons été particulièrement sensibles !

 

 

 

---------------

 

 

 

Deux Chroniques de Fab

Repost0
15 juin 2019 6 15 /06 /juin /2019 15:45
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  CAPTAIN DEATH

 

 

C'est de qui ? Bacci

 

 

La Couv':

 

On n'échappe pas à Captain Death  /  Captain Death  Vs.  War between the planets

 

Déjà lu sur B.O BD? Oui

 

 

C’est édité chez qui ? Casterman

 

 

Une planche:

 

On n'échappe pas à Captain Death  /  Captain Death  Vs.  War between the planets

 

 

Ca donne Quoi ? Imaginez que la Mort soit une chasseuse futuriste au look de cousine de Skeletor qui, inlassablement, traque ceux pour qui l’heure a sonné.

Et là y a du boulot puisque c’est carrément la planète Terre dans son intégralité qui doit être rayée de la carte intersidérale.

 

Manque de bol pour notre chasseresse à forte poitrine (si, si !) 7 survivants ont réussi à prendre la tangente. Commence alors une traque sans merci où les gibiers ont décidé de se frotter à leur prédateur…mais sans bien réaliser la nature même de la cible.

 

Après Lastman Stories sur lequel il collaborait avec Vives, Bacci signe là un petit album délirant au look hybride, dans un format proche du manga (taille, design, traitement) avec des graphismes en bichromie caricaturaux bien barrés.

On n’est pas loin de la défunte collection KSTR qui avait en son temps proposé de très bons albums !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : WAR BETWEEN THE PLANETS

 

 

C'est de qui ? A.F. Lavagnigno

 

 

La Couv':

 

On n'échappe pas à Captain Death  /  Captain Death  Vs.  War between the planets

 

Déjà entendu par ici? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? N’y allons pas par 4 chemins, une BD comme Captain Death c’est du pain béni pour B.O BD vu qu’il n’y a qu’à puiser dans le vivier de scores de SF old school qu’on peut dénicher sur la toile.

 

Prenons ce War between the planets par exemple, pour lequel Lavagnigno use et abuse d’effets spéciaux électroniques divers et variés sur lesquels il vient rajouter des sons de cymbales trafiqués et autres boucles de claviers hypnotiques à souhait.

 

Si le compositeur italien avait plutôt bien débuté sa carrière pour le cinéma, en mettant entre autre en musique deux longs pour Orson Wells (excusez du peu) rapidement il va se retrouver abonné aux péplums et autres séries B d’épouvante.

On comprend pour le coup un peu mieux ses expérimentations sonores sur ce genre de projet où la liberté de création était quasi-totale vu le budget alloué aux scores.

 

Celui du jour, plein de reverb’ et d’écho, est, je vous l’accorde difficilement écoutable en tant que tel et fait plus penser à une expérimentation sous LSD digne d’une face B des Pink Floyd époque Syd Barret, mais, en fond sonore de l’ovni de Bacci, ça ne fait rajouter qu’au plaisir coupable !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
10 juin 2019 1 10 /06 /juin /2019 16:12
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LA FILLE DE L’EXPOSITION UNIVERSELLE. PARIS 1867.

 

 

C'est de qui ? Willem & Marini

 

 

La Couv':

 

Julie, 12 ans plus tard  /  La Fille de l'exposition universelle. Paris 1867  Vs.  Complot de Famille

 

Déjà lus chez B.O BD? Oui, ensemble même.

 

 

C’est édité chez qui ? Grand Angle.

 

 

Une planche:

 

Julie, 12 ans plus tard  /  La Fille de l'exposition universelle. Paris 1867  Vs.  Complot de Famille

 

Ca donne Quoi ? Revoilà Julie Petitclou, douze ans de plus au compteur que la dernière fois où nous l’avons croisé, déjà à Paris.

En cette nouvelle année d’Exposition Universelle, sa roulotte de voyante ne désemplit pas même si beaucoup de ces clients sont surtout des …prétendants.

Parmi eux cependant semble se cacher quelqu’un qui en veut aux têtes couronnées attendues dans la capitale, parmi lesquelles le Tsar de Russie, invité par Napoléon 3.

 

Notre héroïne, aussi futée que jolie, parviendra t-elle, comme avec l’Empereur, a déjouer le complot ? Est elle prête à payer le lourd tribut qui l’attend, elle et sa famille ?

 

Le scénario de ce second épisode de La Fille de l’exposition Universelle confirme toute la sympathie du premier, la petite et la grande Histoire se mêlant avec réussite et permettant à Etienne Willem de réaliser à nouveau de belles planches d’un Paris haussmannien très détaillé.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :COMPLOT DE FAMILLE

 

 

C'est de qui ? J. Williams

 

 

La Couv':

 

Julie, 12 ans plus tard  /  La Fille de l'exposition universelle. Paris 1867  Vs.  Complot de Famille

 

Déjà croisé dans le coin? Of Course !

 

 

On peut écouter ?

 

Ca donne Quoi ? John Williams, malgré sa notoriété grandissante (bien aidée par l’Oscar pour Jaws premier du nom), semble être dans ses petits souliers sur le score de ce qui sera le dernier film d’Alfred Hitchcock.

Plutôt que du au fait qu’il succède à des pointures comme Bernard Herrmann, compositeur attitré du réal’ jusqu’à leur brouille sur le Rideau Déchiré, mettons ceci sur le fait qu’Hitchcock, même amoindri par la maladie, reste un maniaque sur tout ce qui touche à ses films, B.O y comprise.

Si Complot de Famille a tout de la comédie noire, la musique de Williams semble s’être surtout attardée sur la partie comédie, avec des thèmes légers et entrainants, joués par les hautbois et les bassons, en renfort du clavecin, pour un effet inattendu et réussi.

Williams reprendra d’ailleurs certaines idées développées ici pour de futures compositions.

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags