7 juillet 2016 4 07 /07 /juillet /2016 08:47

 

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi ALIENOR LA LEGENDE NOIRE. TOME 5

 


C'est de qui : Mogavino & Delalande au scénar, Carlos Gomez au dessin.

 

 

La Couv':

 

 

LA BD:


C'est quoi ALIENOR LA LEGENDE NOIRE. TOME 5
C'est de qui : Mogavino & Delalande

La Couv':

Destins de Reines  /  Aliénor La Légende Noire 5  Vs.  The White Queen

Déjà croisé sur le site? Oui ensemble et séparément.

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Notre fougueuse héroïne tient sa vengeance sur Louis VII, son ancien époux, roi de France a la santé mentale vacillante ! En effet, au coté de son nouvel époux, Henri de Plantagenêt, elle va être couronnée reine à nouveau, mais d’Angleterre cette fois. C’est compter sans les coups durs du destin qui vont frapper tout autour d’elle et là où elle s’y attend le moins. Mais ce serait mal connaître Aliénor que de penser que ce qui ne la tue pas…

 

Cet avant dernier tome de la saga la plus réussie de la collection Les Reines de Sang est aussi riche en retournements de situations qu’en scènes épiques de bataille. Si Arnaud Delalande et Simona Mogavinoa ont peut être un peu plus tendance ici au lyrisme  dans certains dialogues, les rendant un peu trop littéraires parfois, Carlos Gomez confirme les bonnes impressions des albums précédents et s’impose comme l’un des artistes les plus doués que l’on ait vu dans le genre réaliste et expressif ces dernières années.

 

 

Comme indiqué en début d’album, certes la série ne prétend pas à une justesse historique minutieuse mais l’on aurait tort de s’arrêter à ce détail tant Aliénor, la légende noire est réussie.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? THE WHITE QUEEN

 

 

C'est de Qui ? J. Lunn

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu dans le coin?  Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Cette adaptation d’une série de romans ayant pour fond la Guerre des Roses en Angleterre a été saluée comme un retour aux grandes fresques historiques dont la BBC avait le secret (même si le résultat est parfois d’une mièvrerie à pleurer mais bon, passons).  Co-production britannico-américaine The White Queen ne manque pas de moyens et c’est John « Downtown Abbey » Lunn qui se charge de sa B.O.

 

Mélangeant adroitement une orchestration contemporaine à des couleurs du XV° siècle, le compositeur livre un ensemble varié dans ses ambiances qui reste cohérent ; on aurait aimé une petite pointe de folie de temps à autre qui aurait fait de cette galette un grand score de séries TV mais Lunn malgré des passages enlevés qui ne sont pas sans rappeler les Carmina Burana ou The Lord Of The Rings reste souvent en retrait, se contentant même à diverses reprises d’un violon soliste.

Une belle et riche ambiance pour ce cinquième volet d’Aliénor

 

 

 

------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost0
1 juillet 2016 5 01 /07 /juillet /2016 08:20

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi INSOUMISES

 


C'est de qui : Cosnava & Ruben

 

 

La Couv':

Rebelles, rebelles!  /  Insoumises  Vs.  Sufragettes

Déjà croisé sur le site? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Les Editions du Long Bec

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? La BD espagnole est finalement (tout comme sa cousine transalpine) peu représentée chez nous, et, quand on lit Insoumises, on se dit que c’est assez dommage.

 

L’album est le récit, les récits devrais-je écrire puisque il s’agit de trois témoignages, des destins de Caridad, de Fé et d’Espéranza, trois jeunes femmes qui ont choisies d’être maitresses de leurs vies et de leurs choix et qui vont lutter coude à coude aux cotés des hommes durant les affrontements en  Asturie, la Guerre Civile et même –pour l’une d’elle- en France en 39-45.

 

Rejet de l’oppression et de la religion, désir d’émancipation, acceptation de l’homosexualité, les thématiques sont aussi riches que les rebondissements d’un scénario qui fait la part belle à l’action dans un contexte historique intéressant et peu traité en BD Franco-Belge.

 

Le graphisme en bichromie très expressif est dans la droite lignée de ce que font les frères Moon et Ba, ce qui rajoute encore à l’attrait de ce one-shot très réussi.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? SUFRAGETTES

 

 

C'est de Qui ? A. Desplats

 

 

La couv' 

 

 

Déjà croisé chez nous ? Oui, souvent.

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? Concordance des époques et des thématiques entre la BD et la B.O puisqu’il est également question de femmes en résistance dans Sufragettes, même si c’est de l’autre côté de l’Europe.

 

Desplats, décidément capable de tout faire ou presque, insiste dans ses compositions sur la tension latente omniprésente dans le film via des arrangements inhabituels, des montées de cordes souvent oppressantes, des accords originaux joués par un piano et des cuivres grondants, le tout à peine contre balancé par une valse mélancolique en ouverture de galette.

 

L’ensemble fait preuve d’autant de maitrise que d’unité et se révèle très intéressant et très approprié pour l’album des deux auteurs espagnols.

 

 

 

----------------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost0
26 juin 2016 7 26 /06 /juin /2016 07:12

 

 

 

LA BD:

 


C'est quoi : LES ANNEES ROUGE ET NOIR

 


C'est de qui : Boisserie et Convard au scénario, Douay au dessin.

 

 

La Couv':

 

Une sombre époque  /  Les Années Rouge et Noir  Vs.  L'Armée de l'Ombre

Déjà lu sur le site? Je dirais oui pour les deux scénaristes.

 

 

C’est édité chez qui ? Les Arènes.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Cette adaptation d’un roman de Gérald Detheil évoque la toute fin de la Seconde Guerre Mondiale, sombre période s’il en est avec sa valse d’alliances, de dénonciations et trahisons, de retournements de vestes en tout genre, peu glorieux miroir des années de la collaboration sous l’Occupation.

 

On y suit une poignée de protagonistes aux origines et univers parfois forts différents mais tous plus ou moins en relation, et, surtout, tous concernés par des fiches de renseignements fort détaillées que certains n’aimeraient pas voir dévoilées au grand jour.

 

 

Porté par un trait anguleux expressif et original (même si parfois inégal) le scénario de Convard et Boisserie joue la carte du réalisme historique en mêlant figures connues aux héros inventés de toute pièce, il a de plus le mérite de traiter d’une époque peu traitée en BD et pourtant primordiale dans l’histoire de France (l’ensemble de la série devrait courir jusqu’au milieu des années 70). Si l’intrigue est fouillée et nécessite d’être attentif, le suspense est bien au rendez-vous et l’album se lit d’une traite.

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? L'ARMEE DES OMBRES

 

 

C'est de Qui ? E.Demarsan

 

 

La couv' 

 

 

Déjà croisé chez nous?

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Anecdote plus qu’intéressante racontée par le chef op’ de L’Armée des Ombres :  Alors qu’il explique à son réalisateur qu’il est embêté sur la fin d’une scène de nuit à l’intérieur, quand les personnages éteignent la lumière et que l’image devient quasiment noire à l’écran ; le réalisateur lui répond de ne pas s’inquiéter : « Y aura de la musique ».

Cette phrase est probablement l’une des plus juste définition de ce que la musique peut apporter à l’image.

 

Vous savez ce que je pense des dream team au cinéma, ici on peut dire qu’on est servi. Melville, adapte très fidèlement un roman de Kessel se déroulant sous l’Occupation, la distribution compte ce qui se fait de mieux dans le registre à l’époque (Ventura, Signoret, Meurisse, Cassel) et, pour la musique, c’est à Eric Demarsan que le réal’ a fait appel. Si les deux hommes se connaissent car le compositeur assistait De Roubaix sur Le Samourai, le précédent long de Melville, c’est néanmoins le grand saut pour Demarsan qui n’a alors jamais composé seul pour le grand écran.

 

Les trois ou quatre thèmes principaux du film sont forts intéressants dans leur approche. Qu’ils soient interprétés seulement par les cordes,  ou transformés radicalement par le simple ajout d’un pinao punaise (à percussion), le résultat est d’une efficacité exemplaire. Flirtant avec la dissonance, la musique de L’Armée des Ombres sait également disparaître à certains moments cruciaux d’un long métrage qui joue beaucoup sur les silences.

 

Le résultat sera à la hauteur des attentes de Melville, qui fera de nouveau appel à Demarsan pour le film suivant.

Une B.O sobre, sombre et dramatique très en phase avec notre album du jour.

 

-----------------------

 

Une chronique de Fab

Repost0
23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 12:17

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 


C'est quoi LES TROIS GROGNARDS

 


C'est de qui : Hautière & Salsedo

 

 

La Couv':

Mission Possible  /  Les Trois Grognards  Vs.  Fanfan La Tulipe

 

Déjà croisés chez nous? Oui pour le scénariste.

 

 

C’est édité chez ? Casterman

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? S’évader des prisons Napoléonienne c’est bien joli, Honoré, mais quand on se fait reprendre on est bien obligé d’accepter un marché même si celui ci s’avère dangereux . Et voilà notre ex-officier réincorporé comme simple soldat et chargé de dérober  des documents stratégiques à l’Empereur lui-même !

La rencontre d’un jeune homme visiblement peu fait pour la vie militaire ne va pas faciliter sa mission.

 

Après nous avoir régalés avec son équipe de super héros steampunk, Régis Hautière revient avec cette comédie d’espionnage historique menée tambour battant, plein de répliques qui font mouche, de situations cocasses, le tout servi par un dessin semi-réaliste à la reconstitution historique soignée.

 

Aussi agréable que prometteur ce tome 1 des Trois Grognards !

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ?  FANFAN LA TULIPE

 

 

C'est de Qui ? A. Azaria

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu chez nous ? Non

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Franchement, il faut avoir de l’imagination (ou de l’espoir) pour penser que Vincent Perez pourrait ne serait-ce que l’espace d’un instant, faire oublier Gérard Phillipe dans le rôle de Fanfan la Tulipe.

Aprèq, quand on voit la patte de Besson sur le scénario, on comprend la galéjade et passe à autre chose…à savoir la B.O.

 

Signée Alexandre Azaria, ex-rocker qui a notamment collaboré avec les Noir Des’, la musique de Fanfan version barnum est un agréable hommage à tout un pan du cinéma de genre, notamment celui d’Outre Atlantique, où les cuivres sont utilisés à foison, les cordes virevoltantes et les percussions rarement en reste.

 

Si souvent pompier, le travail d’Azaria n’en reste pas moins bon enfant et entrainant, et fait un accompagnement amusant et énergique à la BD du jour. 

 

 

------------------------------------

 

Une chronique par Fab

Repost0
22 juin 2016 3 22 /06 /juin /2016 10:11

 

 

Petite entorse à nos habitudes, pas de BD jeunesse aujourd'hui (en même temps vous avez été servis la semaine passée).

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : MARINA. RAZZIAS.

 


C'est de qui : Zidrou et Mattéo

 

 

La Couv':

Bad Girl  /  Marina. Razzias!  Vs.  Danton

Déjà lu sur B.O BD? Oui, sur les tomes précédents entre autre.

 

 

C’est édité chez qui ? Dargaud

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Un troisième volet des plus aquatiques pour Marina, puisque, pour les passages dans la Venise de 1345 du moins, puisque l’on y suit notre héroïne et son effrayant compagnon (et ex bourreau) perpétrer leur vengeance contre ceux qui leur ont fait du tort en attaquant avec méthode les convois maritimes marchands, affaiblissant ainsi la puissance commerciale de la Cité des Doges, au grand dam de ses notables.

 

Un tome que l’on pourrait qualifier de transitoire pour la série la plus « Dufauxienne » de l’infatigable Zidrou, où la personnalité impitoyable de Marina s’affirme et où les relations avec son paternel atteignent un point de non retour qui promet une conclusion fatidique.

 

Le trait de Mattéo est toujours le point fort de la série, la filiation avec le grand Juan Gimenez –tout en gardant une part d’originalité affirmée- se confirmant au fil des albums pour notre plus grand plaisir.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

  

C'est Quoi ? DANTON

 

 

C'est de Qui ? Jean Prodromidès

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu chez nous? Oui

 

 

On peut écouter?

Ca donne Quoi ? Prodromidès, élève de Messiaen durant ses études au Conservatoire mais également amateur de musique sérielle et d’expérimentations sonores, a finalement peu œuvré pour le cinéma et c’est fort dommage quand on écoute ce qu’il a pu produire pour cette bio de Danton avec notre Gégé national (à moins qu’il ne soit toujours Russe ?). Loin de tout ce à quoi on aurait pu s’attendre pour un film historique, les compositions de Prodromidès se rapprochent plus de celles de Penderecki ou Ligeti, que les cinéphiles connaissent grâce, entre autre, à Kubrick et son Shinning. C’est bien simple, si l’on écoute cette B.O sans savoir pour quoi elle a été écrite on peut aisément la prendre pour une musique de film d’épouvante, c’est dire !

 

Si ce n’est quelques rappels de temps à autres, aucun thème dédié reconnaissable, aucune volonté d’unité mais plutôt un sentiment constant de malaise sous-jacent, matérialisé par une atonalité et même des dissonances proches parfois de l’expérimentation.

 

Une B.O qui calme très en phase avec la noirceur générale des Razzias de  Marina.

 

 

--------------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags