4 octobre 2016 2 04 /10 /octobre /2016 12:44

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : MONSIEUR DESIRE ?

 

 

C'est de qui : Augustin & Hubert

 

 

La  Couv':

Le Portrait des Liaisons Dangereuses  /  Monsieur Désire ?  Vs.  The Remains Of The Day

Déjà lu chez nous? Oui pour la dessinatrice mais aussi le scénariste.

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Après un détour par un l’univers des contes (Petit et sa suite), Hubert nous revient avec un scénario se déroulant dan l’Angleterre Victorienne, alors que la monarque qui donna son nom à la dite époque vient de monter sur le trône.

 

Un jeune Lord d’à peine 25 ans, vivant dans l’oisiveté et la débauche, va- au mépris de toute conventions sociales- faire de l’une de ses nouvelles servantes, fille aussi commune que simple mais dont la pureté d’âme est le pendant de la noirceur de celle de son maître, sa confidente.

 

Attitrée aux fins de nuits de dépravation de ce dernier, elle va donc subir ses confessions trash, dans un jeu aussi malsain que vain.

 

Si c’est chez Grimm ou Perrault que l’on pouvait chercher les influences de certains des précédents ouvrages du scénariste, et si, ici encore, c’est un beau miroir de l’âme humaine qu’il nous livre, ce sont les spectres d’Oscar Wilde et de Choderlos de Laclos (« salué » en milieu d’ouvrage d’ailleurs) qui planent sur Monsieur Désire, que ce soit dans son sujet ou ses dialogues ciselés.

 

Hubert a trouvé dans le trait fin et expressif et les très beaux choix de couleurs de Virginie Augustin, le vecteur graphique idéal pour conter cette histoire douce-amère.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? THE REMAINS OF THE DAY

 

 

C'est de Qui ? R. Robbins

 

 

La couv' 

 

 

Déjà croisé chez nous ? Il semblerait que non.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Bien avant la mièvrerie addictive d’un Downtown Abbey, Anthony Hokins et Emma Thompson, devant la caméra de James Ivory, avaient déjà personnifié à l’écran la vie et les affres de la caste servante des familles nobles britanniques.

 

Pour évoquer musicalement le dévouement extrême du personnage principal du film, Richard Robbins s’en tient à sa méthode, efficace mais redondante, du thème discret (pour ne pas dire austère) et cyclique qui se répète à foison tout au long de la B.O.

 

Si il y a bien quelques variantes, propres à créer des pics émotionnels ou psychologiques, l’ensemble reste assez répétitif même si le but recherché est clairement atteint.

 

L’usage assez surprenant d’effets et instruments électroniques en renfort des bois et des cuivres omniprésents est néanmoins fait avec assez de métier pour ne pas déranger et sonner trop anachronique.

 

L’atmosphère sobre, voire solennelle de l’ensemble, sa mélancolie latente et persistante, ont été de beaux compagnons musicaux à l’album de Virginie Augustin et Hubert.

 

 

 

------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost0
19 septembre 2016 1 19 /09 /septembre /2016 16:02

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : SAINT BARTHELEMY. SAUVETERRE.

 


C'est de qui : Stalner & Boisserie

 

 

La Couv':

La religion ensanglantée  /  Saint Barthélémy  Vs.  Borgia

Déjà croisé chez nous ? Oui pour l'un comme pour l'autre

 

 

C’est édité par ? Les Arènes

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Raconter la grande Histoire en utilisant une  « petite » est un procédé parfois payant s’il est bien pensé. C’est le cas de cette nouvelle série qui prend pour fond le massacre de triste renommée qui, en août 1572 vit Paris être mis à feu et à sang par les catholiques et qui mènera à la mort de près de 2500 protestants.

 

On y suit la destinée du jeune Elie, de son domaine de Sauveterre, attaqué par des soldats, à la cour d’Henri de Navarre. Les dix années qui séparent ces deux époques, le jeune homme les passe à guerroyer dans d’incessants conflits religieux qui aboutissent au rapprochement des deux religions.

 

Rapprochement bien éphémère hélas et l’album se conclut sur la sinistre nuit de la Saint Barthélémy, en attendant ses conséquences dans le suivant.

 

Scénariste chevronné dans bien des domaines, Boisserie aborde son sujet avec métier et ménage son intrigue sans sacrifier au souci de reconstitution historique, les protagonistes sont tous là, de La Médicis à De Guise en passant par Coligny et Margot. On pense bien entendu –notamment dans le passage où notre héros est conduit dans Paris par une jeune femme-  au film de Chéreau à qui l’album tient la dragée haute, mais également aux échos que cette période de notre Histoire trouve encore aujourd’hui.

 

Coté graphisme Stalner assure sa partie avec talent, que ce soit dans les décors pointus ou sur les expressions des personnages on sent qu’il prend plaisir à travailler sur le genre.

 

 

 

 

LA MUSIQUE  

 

 

 

C'est Quoi ? BORGIA

 

 

C'est de Qui ? C. Morin

 

 

La couv'

 

 

Déjà vu chez nous ? Bizarrement il semblerait que non.

 

 

On peut écouter ?   

 

 

Ça donne quoi? : Crée par Tom « Oz » Fontana, cette série internationale sur la famille  sanglante (plus réussie à mon goût que l’autre, celle avec Jeremy Irons) a plus d’un atout dans la manche, et son compositeur n’est pas le moindre.

 

Cyril Morin a été choisi parmi plusieurs de ses confrères grace à sa capacité à mélanger musiques d’époque et orchestration moderne, le compositeur a effectué pas mal de recherches et s’est inspiré autant des rushes de tournage que des personnages de la série (n’hésitant pas à utiliser la guitare par exemple pour le thème de Rodrigo Borgia, d’origine espagnole).

 

L’ensemble, interprété par un orchestre symphonique sonne aussi majestueux que sombre, très actuel, la présence de mélodies ou d’instrumentation historique restant finalement fort en deça.

On  rapprochera d’ailleurs plus cette B.O de celles de films d’action historique récents dont Hollywood a le secret voire même de jeux vidéos comme Assassin Creed.

 

La multitude de pistes et d’évolution de thèmes fait de la musique de Borgia un vivier d’inspiration pour la lecture de Saint Barthélémy.

 

 

 

---------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost0
18 septembre 2016 7 18 /09 /septembre /2016 10:12

 

 

 

LA BD :

 

 


C'est quoi : LES CHASSEURS DE L'AUBE

 


C'est de qui : Hausman

 

 

La Couv' :

Contes et légendes de la préhistoire / Les Chasseurs de l'aube Vs. Australian Aboriginal Music

Déjà lu sur le site ? Oui

 

 

C'est édité chez qui ? Dupuis (Aire Libre)

 

 

Une planche :

 

 

Ca donne Quoi ? À l'aube de l'humanité, la tribu menée par la chamane Hozha accueille une femme solitaire. Reeh, la sang-mêlé, et Kanh le chasseur s'aiment. Mais la jalousie de la belle et blonde Gaït va entraîner les hommes sur le chemin de la haine et de la colère jusqu'au drame ultime.

 

Hausman raconte une histoire éternelle : amour, jalousie, haine de l'autre, manipulation… L'histoire humaine se répète encore et toujours depuis la préhistoire. Ses graphismes vaporeux et légers adoucissent la dureté de son propos. La colorisation est couleur de pierre et de brume. Mais les personnages ne sont pas figés dans le roc, ils bougent de façon dynamique et sont expressifs. En plus, pour une fois, la véritable héroïne est brune et sa rivale, blonde !

Hausman était un grand magicien de la BD et de l'illustration à lire et relire… et à découvrir pour ceux qui ne le connaissent pas encore.

 

 

 

 

LA MUSIQUE :

 

 

 

 

C'est Quoi ? Australian Aboriginal Music : Song with Didgeridoo
 

 

 

C'est de Qui ? Euh... des joueurs aborigènes de didgeridoo !

 

 

La couv' :

 

 

Déjà croisé sur B.O BD ? Non

 

 

On peut écouter ? Absolument

 

 

Ca donne Quoi ? A album préhistorique, musique préhistorique… ou tout du moins très ancienne, puisque transmise par les ancêtres des aborigènes d'Australie.

 

Le didgeridoo aurait pu être utilisé par la tribu de l'album puisque c'est un instrument issu de la nature : une branche creusée par des insectes dans laquelle le musicien souffle selon le son qu'il veut produire.

 

La musique a accompagné l'humanité sans doute dès que des fêtes ou cérémonies ont existé. Percussions sur le corps ou sur des troncs creux, soufflages dans des flûtes de bois ou d'os, pincements ou frottements de cordes tendues sans oublier l'utilisation de la voix humaine chantée ou soufflée…

 

---------------------

 

Une chronique de Gen

Repost0
11 août 2016 4 11 /08 /août /2016 07:41

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi ? UNE VIE : LA BIOGRAPHIE RETROUVEE. TOME 2.

 

 

C'est de qui :  Martinez & perrissin

 

 

La Couv':

La Vie continue.  /  Une Vie. La Biographie Retrouvée  Vs.  The Inn of the 6th Happiness

Déjà croisé sur le site? Oui, ensemble et séparément

 

 

C’est édité chez qui ? Futuropolis

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Après le tome premier, consacré à la jeunesse de notre héros hors du commun et les premiers évènements marquants de son existence, on le retrouve durant les quatre années qu’il a passé au sein du célèbre King’s Scholar, ponctuées de la découverte de l’amour (charnel) avec l’épouse de son bienfaiteur, de la mort de sa mère et de rencontres déterminantes avec, entre autres, l’auteur du Meilleur des Mondes, Aldous Huxley.

 

Ce second volet de la saga passe un cran au dessus, se faisant plus récit d’initiation, via des scènes fortes, que ce à quoi on pouvait s’attendre. Si les passages dans le présent sont plus faibles (notament niveau situation et dialogues), Une Vie confirme qu’elle a tout les atouts pour être une grande série historico-sociale.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? THE INN OF THE SIXTH HAPINESS

 

 

C'est de Qui ? M. Arnold

 

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu sur B.O BD ? Non

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? Avec la sensibilité et la véracité qu’on lui connaît, Hollywood met en images la bio de la missionnaire Gladys Aylward avec Lauren Bacall dans le rôle titre. L’actrice, alors star parmi les étoiles, se voit allouée pas moins de deux thèmes par Malcolm Arnold qui écrit une heure de musique pour orchestre réduit.

 

Les deux sont forts éloignés, le premier est enlevé, représentant le courage et la force du personnage, le second est plus romantique,  pas mal repris dans l’ensemble de la B.O, ils apportent un bon équilibre d’ambiances. 

 

Si Arnold réserve quelques passages pour la musique militaire, il évite de colorer son score de couleurs orientales prononcées, en faisant une musique agréable, bien qu’un brin grand spectacle parfois, pour Une Vie tome 2.

 

 

-------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost0
8 juillet 2016 5 08 /07 /juillet /2016 09:47

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : ELISABETH Ière

 


C'est de qui : Delmas, Regnault & Meloni

 

 

La Couv':

Destins de Reines  /  Elisabeth Ière  Vs.  The Other Boleyn Girl

Déjà croisés chez nous? Oui.

 

 

C’est édité chez ? Glénat.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Si il y a bien une figure historique à coté de laquelle la collection  Ils Ont Fait L’Histoire de chez Glénat, ne pouvait pas passer, c’est bien celle d’Elisabeth Première, dernière des Tudors qui refusa de se marier et fut à l'origine de changements sans précédents en Angleterre.

 

Depuis le superbe film de  Shekhar Kapur il y a presque 20 ans, je suis fan du personnage et attendait au tournant cette « bio », surtout après l’impressionnant La Vierge et la Putain, de Juncker,  déjà chez Glénat.

 

Mon sentiment après lecture est mitigé, si coté dessin c’est honnête quoiqu’assez classique, et si la personnalité de la reine vierge est plutôt bien rendue,  l’album souffre des limites de format de ses prédécesseurs de la collection.

 

En effet, condenser 44 années de règne en un seul volume oblige à des coupes franches et des choix drastiques, et la monarque aurait peut être mérité un second tome.

Néanmoins les grandes lignes sont là et l’album, notamment grâce à son cahier historique en fin de volume, remplit son rôle.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ?  THE OTHER BOLEYN GIRL

 

 

C'est de Qui ? Paul Cantelon

 

 

La couv' 

 

 

Déjà croisé chez B.O BD ? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Drôle d’idée que ces arrangements parfois très (trop) contemporains pour mettre en musique ce « biopic » qui se déroule au XVI° siècle en Angleterre et raconte la romance entre Henry VIII et les sœurs Boleyn(note aux scénaristes, penser à prendre des actrices qui se ressemblent au moins un peu quand elles doivent incarner deux sœurs). Plutôt que d’opter pour le parti pris de la fort bonne série The Tudors et ses morceaux d’époque mélangés à des compositions originales mais dans le même esprit, Paul Cantelon préfère se concentrer sur l’intrigue plutôt que l’époque.

 

Du coup ce qui aurait pu être une bonne évocation via une musique de chambre aux accents historiques reflète plutôt le coté romantique et tragique du scénario .

 

C’est d’autant plus dommage que l’on n’aurait pu difficilement être plus raccord coté époque vu que l’une des protagonistes principales du film est Ann Boleyn qui n’était autre que la mère de notre Elisabeth.

 

 

 

 

-----------------------------

 

 

 

Une chronique de Fab

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags