26 septembre 2022 1 26 /09 /septembre /2022 08:11

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? BETA ...CIVILISATIONS VOL. 2

 

 

C'est de qui ? Jens Harder

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Actes Sud/ l’An 2

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si cinq ans « seulement » avaient séparés les deux premiers volets de ce Grand Récit, il en aura fallu huit à Jens Harder pour accoucher de ce Beta, deuxième du nom (mais troisième de la série donc, vous suivez toujours ?).

 

L’attente en valait la peine et le contenu, l’Histoire -enfin une vision forcément tronquée et partielle/partiale- de l’Humanité, de l’avènement de Jésus Christ à nos jours, justifie évidement le temps passé sur l’ouvrage, la somme de l’iconographie et des recherches associées devant être colossale.

 

 

Car, pour ceux qui n’auraient pas eu la chance ou la curiosité de lire les précédents, le principe du concept est d’évoquer l’évolution de l’Homme via une suite d’images tirées, entre autres, de livres d’Histoire, d’images d’archives, de photos documentaires, mais aussi de BD, de films, de photos d’actualité, etc… le tout monté de façon essentiellement chronologique mais qui n’hésites pas parfois à être anachronique, histoire d’appuyer une idée ou un propos, sans pour autant que cela ne gêne la compréhension.

 

 

Au vu de la période couverte, l’accent est évidement mis sur la montée en puissance des diverses religions, souvent mises en oppositions avec des images en vis-à-vis voir en opposition, mais aussi sur les différences d’évolution des modes de vie, des coutumes, de l’architecture…des diverses civilisations.

 

 

L’ensemble, soyons clairs, n’a pas vocation à remplacer un livre d’Histoire, l’artiste le précise lui-même en fin d’ouvrage, mais apporte au contraire un autre point de vue sur des évènements et des pages de notre vécu qui, surtout au vu des évènements de ces dernières décennies (années, mois !) et de l’état actuel du Monde, sont souvent éclairants et montre à quel point l’homme, s’il a pu faire preuve d’un génie hors norme, capable d’aller explorer l’espace par exemple ou d’inventer des outils surprenants, a surtout été depuis l’aube des temps, l’artisan de sa propre perte, que ce soit dans son désir constant d’expansion aux dépends du monde qui l’entoure ou dans sa pugnacité à exterminer son prochain.

 

 

Concluons sur la forme tout de même, Jens Harder reproduit méticuleusement sa documentation, y apportant tout de même sa touche personnelle et traitant le tout dans une trichromie noir-blanc et soit doré soit argenté d’un effet saisissant.

 

 

Les amateurs de culture pop souriront souvent en tombant sur une vignette de Prince Valiant, Schwarzenegger en Conan le Barbare, un extrait d’Astérix ou encore une poignée de références de pop-culture bien placées car souvent aussi insolites qu'inattendues.

 

Un grand'oeuvre à n'en point douter dont on espère voir la conclusion dans un ultime tome qui devrait évoquer le futur de l'Humanité (si d'ici là elle ne s'est pas auto-détruite of course!) 

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :MOUNT ANALOGUE

 

 

C'est de qui ? J. Zorn

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Sorti il y a tout juste dix ans, Mount Analogue a été une étape marquante dans la recherche continuelle de la polymorphie musicale par son auteur, le toujours surprenant John Zorn.

 

On retrouve dans cet album concept des ingrédients qui ont fait la réussite d’autres œuvres marquantes de l’artiste : le mélange de jazz et de musique folklorique des Masada, le coté illustratif de ses fausses B.O de films, l’expérimentation instrumentale, mélodique et rythmique de certains de ses opus moins accessibles…

 

 

Mount Analogue, pour l’auditeur qui se laisse happer et n’a pas peur d’entrer dans des territoires musicaux inhabituels, voire surnaturels parfois, c’est une œuvre d’art à part entière, au sens premier du terme, des instruments comme le guembri, l'oud et la calebasse cotoient un vibraphone, une guimbarde, un piano et j'en passe, le tout dans un maelstrom hypnotique de sons. 

 

La richesse et la variété de cette œuvre s’apprécie d’autant plus en lisant le livre 2 de Beta auquel les multiples influences et autres atmosphères font un écho certes un brin surréaliste mais à l’impact d’autant plus éclatant.

 

 

 

 

---------------

 

 

Repost0
15 mai 2020 5 15 /05 /mai /2020 15:31
 

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  CITES. LIEUX VIDES, RUE PASSANTES.

 

 

C'est de qui ? J. Harder

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Actes Sud / L’An 2

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Jens Harder, auteur habitué aux concepts de haut vol, responsable de deux volumes sur la civilisation et l’art qui imposent le respect par leur conception et leur traitement (et dont on espère un jour voir la suite et fin), a sorti l'an passé un recueil de reportages réalisés dans une quinzaine de villes du monde entre l’aube de l’an 2000 et la fin des années 2010 qu'il m'a semblé très d'actualité à chroniquer.

 

En effet au gré de diverses manifestations, souvent en rapport avec le monde de la BD dans le cadre de festivals par exemple, il nous invite à visiter Berlin, Jérusalem, Marseille, Naples, Montréal et j’en passe.

Les paginations sont variables ça va de la double page à plusieurs dizaines en fonction du temps passé sur place, de l' évenement et, surtout, du ressenti de l’auteur. Les plus développées restent –forcément- les plus intéressantes.

 

 

Ainsi, en résidence à Marseille lors de ses études, Harder s’est pris d’affection pour la cité phocéenne, que je connais plutôt pas mal, y ayant habité à la même époque que lui. On sent d’ailleurs au travers du coup de crayon de l’artiste l’âme cosmopolite du lieu, fort bien rendue.

Jérusalem a également droit à un large développement. Harder s’intéresse à la vie religieuse compliquée du lieu avec une distanciation bienvenue.

Pour les fragments plus courts, quelques chroniques sont peut-être un peu plus anecdotiques mais restent d’intéressants témoignages.

 

En cette époque compliquée de confinement/déconfinement, distanciation et autres restrictions de déplacements, Cités est une invitation au voyage dépaysante s’il en est.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : THE GNOSTIC PRELUDES

 

 

C'est de qui ? J. Zorn

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Pas mal de fois oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? On l’a dit déjà dans nos pages, trouver un musicien aussi éclectique et passionnant que John Zorn n’est pas donné au premier mélomane venu.

 

Défricheur de genre, mélangeur d’influences, compositeur passionné et toujours en quête de renouveau et de recherche, Zorn ne joue pas sur The Gnostic Preludes, album conceptuel faisant partie de la période mystico-théologique du musicien.

 

Ses compositions sont interprétées par un trio inhabituel puisque on y retrouve un harpiste, un percussionniste (vibraphone) et rien moins que Bill Frisell aux guitares (les initiés apprécieront).

 

Si la richesse musicale est toujours là, on est loin des délires aux limites de l’impro auxquels a pu nous habituer Zorn. Pas de phrasés compliqués, pas de tessitures ramifiées… ces Préludes se caractériseraient même plutôt par un sens de la mélodie calme, aérienne parfois, pour ne pas dire planante. Le tout sur des arrangements travaillés sans être démonstratifs.

 

Un album qui inviterait presque à la rêverie, voir à la méditation ; la bande son d’un voyage virtuel dans les pages d’une BD toute aussi atypique.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
1 février 2018 4 01 /02 /février /2018 08:30

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  GILGAMESH

 

 

C'est de qui ? J. Harder

 

 

La Couv':

 

 

La source de tous les mythes  /  Gilgamesh  Vs.  Passion: Sources

 

Déjà croisé sur B.O BD? Oui

 

 

 

C’est édité chez qui ? Actes Sud/L’An 2

 

 

 

Une planche:

 

 

La source de tous les mythes  /  Gilgamesh  Vs.  Passion: Sources

 

 

Ca donne Quoi ? Marquant une pause dans son ambitieuse tétralogie Alpha/Beta… Jens Harder vient de concrétiser un projet sur lequel il travaillait depuis quelques années, une version fidèle graphiquement du récit épique Giglamesh (après Alpha en fait dans lequel il évoquait le sujet qu’il a eu envie de développer) .

 

Epopée antédiluvienne souvent considérée comme la mère de nombre des mythes importants de l’Histoire (de la Bible aux Travaux d’Hercule en passant par les écrits d’Homère), la légende de Gilgamesh nous présente le roi d’Uruk, première ville de la civilisation, personnage d’origine divine plus grand que nature (au propre comme au figuré !) dont les actes et décisions démesurés poussent la population à demander de l’aide aux dieux.

Ces derniers vont créer Enkidu, autre être hors normes qui deviendra son ami, son compagnon, avec lequel ils accompliront maints exploits.

Fidèle à sa vision hautement conceptuelle du medium, Jens Harder opte ici pour une approche graphique qi se rapproche des bas reliefs sculptés retraçant l’épopée originelle.

 

Si, comme moi, pour vous la BD peut (doit) avoir ou prendre des formes multiples, si la lecture de choses aussi anciennes et en apparence loin de l’image que l’on a aujourd’hui de la narration séquentielle, que peuvent être le Prince Valiant de Foster (avec lequel Gilgamesh partage l’absence de phylactères) ou les « BD » de Gustave Doré sont un plaisir ; cette version de Gilgamesh (que je recommande néanmoins de lire par épisodes et non d’une traite), vous intéressera très probablement

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : PASSION : SOURCES

 

 

C'est de qui ? Divers.

 

 

La Couv':

 

La source de tous les mythes  /  Gilgamesh  Vs.  Passion: Sources

 

Déjà entendu chez B.O BD? Probable, mais difficile à dire.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Scorcese est l’un de ces réalisateurs qui préfèrent en général illustrer ses longs métrages de morceaux de musique pop-rock déjà existants plutôt que de leur faire composer une partition exprès.

 

Si, reconnaissons le, et contrairement à certains, en général le procédé fonctionne bien, dans certains cas cela s’avère clairement infaisable. Dans le cas de films historiques comme Kundun ou Gangs of New-York, le réalisateur a par exemple afit appel à des compositeurs ; c’est également le cas de sa fort controversée adaptation de La Dernière Tentation du Christ où on aurait mal vu un morceau des stones accompagner le chemin de croix (quoique que Sympathy for the Devil aurait été amusante, mais passons).

 

C’est à Peter Gabriel, ex membre fondateur de Genesis et musicien majeur de son époque s’il en est que Scorcese demande une musique d’un genre nouveau, à la fois ancienne et moderne, qui ne soit pas une resucée de choses existantes et qui aurait de nettes références aux lieux et époques de l’histoire.

 

Gabriel écoutera donc nombre de morceaux de musiques folkloriques africaines, mais également d’Inde, du Pakistan, d’Iran…avant de faire sa propre mixture à base d’électronique et de rituel.

 

Plus intéressant à mon goût et cet album « compagnon » qui compile les morceaux sus-cités, les influences de la B.O (sorte de catalogue également du label Real World de Peter Gabriel d’ailleurs).

 

Un creuset sonore d’ambiances d’ailleurs tout à fait passionant (sic !) avec cette vision ors norme de la légende de Gilgamesh.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags