4 septembre 2022 7 04 /09 /septembre /2022 16:43

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? LA MORT DE SPIROU

 

 

C'est de qui ? Guerrive, Abitan et Schwartz

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour le dessinateur.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Alors que le directeur des éditions Dupuis cherche à joindre désespérément Spirou et Fantasio, notre duo de choc part pour le complexe de Koralion, monde sous-marin où affluent les touristes mais sur lequel Secotine a enquêté rapport à une espèce sous marine très invasive.

Quand ils ont appris que Zorglub himself était impliqué dans l’histoire les eux héros n’ont pas hésité à se rendre sur place.

 

 

Sous des apparences idylliques ils vont vite découvrir une réalité bien plus glauque où écologie et respect humain sont mis à mal, mais leur enquête va les emmener peut être trop loin.

 

 

Après six ans sans album de la série mère – mais tout de même pas mal de parutions avec le Groom et ses amis – ce 56 tome de Spirou se devait d’être accrocheur. Dés le titre le ton est donné, et même si l’on sait que les héros ne meurent jamais, et que d’autres icones de la BD sont passé par là (au hasard : Batman, Lucky Luke, Rahan, et j’en passe…) force est de reconnaître que la curiosité du lecteur est titillée.

 

 

Coté dessin le style Atome de Schwartz, qui a déjà une expérience notable sur l’univers du Groom, est toujours très agréable et fait le job sans soucis, c’est détaillé, dynamique et bien mis en couleur, peut être moins original que dans certains autres opus du dessinateur mais ambiance et époque obligent aussi je dirais.

 

 

Le scénario m’a un peu moins emballé, même si il y a des bonnes idées et que l’action est menée à un rythme soutenu, le principe est loin d’être nouveau (au hasard : Matrix, Inception, l’Armée des 12 singes, et j’en passe).

 

 

Cela étant gardons à l’esprit que Spirou est tout de même destiné à un public en général plus jeune que ma génération, qui n’a pas forcément les références citées plus haut et devrait apprécier cette aventure (et son cliffhanger en deux temps) à sa juste valeur.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THIEVES HIGHWAY

 

 

C'est de qui ? A. Newman

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui, souvent.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? En une petite décennie Jules Dassin (papa de Joe...mais pas de Jack ni d'Averell...ok désolé je reprends) a prouvé à Hollywood qu’il pouvait pondre de solides petits films, de série B certes mais dans des genres divers et variés.

 

Du coup ce sont souvent des compositeurs chevronnés qui mettent en musique ses réalisations, c’est d’ailleurs le cas sur ce film noir honnête pour lequel Alfred Newman, pourvoyeur de scores de qualité dont certains lui ont valu nomination et statuette aux Oscars, livre une partition sans fausses notes (oui, je sais c’est facile) où le suspense est exprimé avec une belle efficacité que ce soit dans les choix rythmiques comme mélodiques (via une belle utilisation des cuivres entre autres).

 

Si cette B.O n’est pas inoubliable et a même du mal à rivaliser avec certaines à venir qui définiront le genre, elle a néanmoins les atouts nécessaires à en faire une musique d’accompagnement tout à fait convenable pour ce Spirou sous marin !

 

 

 

 

---------------

Repost0
26 avril 2016 2 26 /04 /avril /2016 11:37

 

 

 

 

 

LA BD

 

 

 

C’est quoi ? CAPITAINE MULET

 

 

C’est de qui ? Sophie Guerrive

 

 

La couv’ :

 

 

Ô Capitaine ! mon Capitaine !   /  Capitaine Mulet  Vs.  Les Contes de Canterbury

 

 

Déja lu chez nous? Non.

 

 

C’est édité chez qui ? 2024.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne quoi ? De capitaine, Célestin Mulet n'a que le titre, celui de boulet lui conviendrait d’ailleurs probablement mieux ! Persuadé d'aller conquérir de nouvelles terres pour le bon Roy de France qui l'a mandaté avec vaisseau et marins (pour en fait mieux s’en débarrasser), Mulet accompagné de son bras droit aussi dégourdi que candide, s’approprie alors la première contrée qu’il découvre, quitte à attiser encore un peu l’ire royale.

 

C’est le départ d’une épopée aussi burlesque qu’animée , Sophie Guerrive, de bons mots en moments surréalistes et dans un style graphique pictural qui n’est pas sans rappeler ceux de l'époque moyenâgeuse dont elle s'inspire, nous entraine sur plus de 200 pages dans les déambulations ubuesques de ses personnages hauts en couleurs pour notre plus grand plaisir.

 

L'ouvrage, comme d'habitude chez 2024 est très soigné, avec son dos toilé rouge et son signet ce qui rajoute encore à son charme.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

 C'est Quoi ? LES CONTES DE CANTERBURY

 

 

 C'est de Qui ? Ennio Morricone

 

 

 La couv' :

 

 

 Déjà entendu sur le site?  Oui, souvent même.

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

Ca donne quoi ? Cinquième collaboration entre le maestro et l’un des réalisateurs italien les plus visionnaires et sulfureux de son époque, cette adaptation des Contes de Canterbury de Chaucer fait suite à celle du Décaméron, (Cette Trilogie de la Vie se terminera par Les Mille et Une Nuits) une paire d’années plus tôt et reprend peu ou prou le même procédé d’illustration musicale.

 

Pasolini et Morricone sélectionnent une poignée de chansons populaires datant peu ou prou de l’époque à laquelle se situe l’action et provenant de divers pays d’Europe. Si le réalisateur avait souhaité une musique originale, son compatriote est littéralement surbooké et conseille fortement l’usage de musiques existantes, acceptant de composer une infime partie de matériel original (qui provient d’ailleurs peut être même d’autres œuvres).

 

Le choix s’avère payant, rajoutant de l’authenticité et de l’originalité à un film aussi enjoué que grivois (mais qui a évidemment bien vieilli).

 

 

----------------------------------------

 

Une chronique de Fab et Jet

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags