16 décembre 2020 3 16 /12 /décembre /2020 08:37
 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LES VOYAGES DE GULLIVER

 

 

C'est de qui ? Galic & Echegoyen

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, pour le scénariste, comme pour le dessinateur. 

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Début du XVIII° siècle, alors qu’il goûte aux joies de la vie familiale, Lemuel Gulliver, chirurgien de son état, repart aux cotés du capitaine Robinson pour un nouveau périple mouvementé qui l’amènera du fog londonien aux merveilles de l’Asie en passant par la merveilleuse citée volante de Laputa.

 

Si tout le monde connaît le nom de Gulliver (minute « je raconte ma vie » : c’est même le nom du chat de la maison), peu de gens ont finalement lu le roman de Swift si ce n’est dans le cadre du programme scolaire, et encore.

 

Ainsi on ne pourra que féliciter les éditeurs de la prestigieuse collection Noctambule (fleuron des éditions Soleil avec les Métamorphoses de Canepa & Vu), d’avoir permis à Bertrand Galic d’en proposer une adaptation assez surprenante dans le fait qu’elle réussit à garder la moelle substantielle d’une des plus intéressante partie du récit d’origine pour en tirer une adaptation graphique on ne peut plus réussie qui évite l’écueil du récitatif trop chargé tout en gardant le sous texte politico-philosophique (ô combien d’actualité !) intact.

 

 

Il faut dire aussi que son compère Paul Echegoyen, dont le style impeccable magnifiait déjà le Léonard et Salaï de Benjamin Lacombe, a été visiblement inspiré : ses illustrations pleine page comme ses cases dynamiques et fouillées sont un subtil mélange d’influences : : les gravures des grands maîtres (Gustave Doré entre autres), le fantastique old school, une certaine branche du manga, l’illustration jeunesse… le tout dans des tons ocres et marrons et gris où quelques touches de couleurs viennent surprendre le lecteur émerveillé.

 

Un album d’une rare beauté qui fera sensation sous le sapin (puisque c’est de saison) et qui pourrait même –soyons fous- donner envie de redécouvrir le classique de la littérature d’aventure que sont Les Voyages de Gulliver.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE YOUNG INDIANA JONES CHRONICLE: PEKIN

 

 

C'est de qui ? L. Rosenthal

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? La déclinaison de la franchise cinéma sur petit écran aura duré deux saisons plus une troisième avortée mais aura donné lieu à de belles choses pour l’époque.

Coté B.O,  aux côtés de Joel Mc Neely et Frederic Talgorn, Laurence Rosenthal - dont la carrière au cinéma était déjà assez loin- se taille ici la part du lion, étant en musique une douzaine d’épisodes et la quasi-totalité des téléfilms.

 

Avec un budget assez conséquent pour une série TV, Rosenthal a le loisir d’explorer des idées musicales intéressantes et, chaque épisode ou presque se déroulant dans des parties différentes du monde, de piocher dans différents folklores.

Ici c’est  de touches asiatiques qu’il panache une partition aventureuse bon enfant, aux échos disneyens bienvenus. La flute donc, mais aussi la harpe et les percussions viennent enrichir des thèmes où mystère et action tiennent les premiers rôles.

 

De belles ambiances à la fois épiques et exotiques qui sont très en phase avec la belle adaptation de Galic et Echegoyen.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

Repost0
24 juin 2017 6 24 /06 /juin /2017 14:11

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : SEPT ATHLETES

 

 

C'est de qui ? Kris & Bertrand Galic au scénario, David Morancho aux dessins, Javi Montes à la couleur

 

 

La Couv':

 

Les J.O. remplacent-ils les guerres?  /  Sept athlètes Vs. Pour qui sonne le glas

 

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui pour les scénaristes.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

 

Une planche:

 

Les J.O. remplacent-ils les guerres?  /  Sept athlètes Vs. Pour qui sonne le glas

 

Ca donne Quoi ? Pour contrer les Jeux Olympiques de Berlin de 1936, des Olympiades Populaires sont organisées à Barcelone. Vont y participer des jeunes sportifs antifascistes et, pour beaucoup, internationalistes. Ils viennent de toute l'Europe. Mais juste avant le début des épreuves, Le putsch du général Franco a lieu et la guerre civile espagnole commence. Nos 7 jeunes athlètes vont s'enrôler. Mais leur ami espagnol va les entraîner vers son village pour se battre contre la famille bourgeoise dominante qui soutient les fascistes.

 

Je ne suis pas attirée par les dessins réalistes, mais ici ils sont parfaitement adéquats avec la période évoquée. Surtout quand les dessins fins de David Moranchi sont magnifiés par la brillante colorisation de Javi Montes. Le scénario est plus classique avec son entremêlement d'exploits guerriers et son histoire d'amour tragique. Il aurait sûrement plu aux producteurs de la grande époque hollywoodienne.

 

La guerre civile espagnole a déjà été évoquée plus d'une fois en BD, mais presque toujours par un contexte servant de fond dramatique à une histoire personnelle. Cet album se plie aussi à cette règle même si les personnages sont intéressants et crédibles.

 

Je suppose que beaucoup de lecteurs étaient aussi ignorants que moi sur le fait que des "JO" antifascistes avaient été prévus à Barcelone  avant d'être stoppés par le coup d'état franquiste. L'album est un bon moyen pour le découvrir.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? POUR QUI SONNE LE GLAS (suite)

 

 

C'est de Qui ? Victor Young

 

 

La couv'

 

Les J.O. remplacent-ils les guerres?  /  Sept athlètes Vs. Pour qui sonne le glas

 

 

Déjà entendu chez nous?  oui.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ça donne Quoi ? Cette courte suite écrite par le compositeur lui-même est beaucoup plus discrète sur l'influence espagnole que certaines parties de la BO originale qui utilisent tambourins et rythmes endiablés des danses espagnoles:

 

 

 En écoutant bien la suite, on y entend quand même une influence espagnole, mais elle est éclipsée par les trémolos de violons qui appuient fortement sur le drame qui se noue. Au final Victor Young a trop standardisé sa suite qui pourrait accompagner beaucoup de films hollywoodiens des années 40.

 

Beaucoup d'entre nous connaissent mieux Victor Young par les BO qu'il a composées après la 2e guerre mondiale comme celle de Johnny Guitare, par exemple… ou plutôt connaissent mieux les films auxquels il a participé!

 

Guerre espagnole et amours contrariées rassemblent BD et BO.

 

 

---------------

 

Une chronique de Gen

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags