11 août 2016 4 11 /08 /août /2016 07:41

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi ? UNE VIE : LA BIOGRAPHIE RETROUVEE. TOME 2.

 

 

C'est de qui :  Martinez & perrissin

 

 

La Couv':

La Vie continue.  /  Une Vie. La Biographie Retrouvée  Vs.  The Inn of the 6th Happiness

Déjà croisé sur le site? Oui, ensemble et séparément

 

 

C’est édité chez qui ? Futuropolis

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Après le tome premier, consacré à la jeunesse de notre héros hors du commun et les premiers évènements marquants de son existence, on le retrouve durant les quatre années qu’il a passé au sein du célèbre King’s Scholar, ponctuées de la découverte de l’amour (charnel) avec l’épouse de son bienfaiteur, de la mort de sa mère et de rencontres déterminantes avec, entre autres, l’auteur du Meilleur des Mondes, Aldous Huxley.

 

Ce second volet de la saga passe un cran au dessus, se faisant plus récit d’initiation, via des scènes fortes, que ce à quoi on pouvait s’attendre. Si les passages dans le présent sont plus faibles (notament niveau situation et dialogues), Une Vie confirme qu’elle a tout les atouts pour être une grande série historico-sociale.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? THE INN OF THE SIXTH HAPINESS

 

 

C'est de Qui ? M. Arnold

 

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu sur B.O BD ? Non

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? Avec la sensibilité et la véracité qu’on lui connaît, Hollywood met en images la bio de la missionnaire Gladys Aylward avec Lauren Bacall dans le rôle titre. L’actrice, alors star parmi les étoiles, se voit allouée pas moins de deux thèmes par Malcolm Arnold qui écrit une heure de musique pour orchestre réduit.

 

Les deux sont forts éloignés, le premier est enlevé, représentant le courage et la force du personnage, le second est plus romantique,  pas mal repris dans l’ensemble de la B.O, ils apportent un bon équilibre d’ambiances. 

 

Si Arnold réserve quelques passages pour la musique militaire, il évite de colorer son score de couleurs orientales prononcées, en faisant une musique agréable, bien qu’un brin grand spectacle parfois, pour Une Vie tome 2.

 

 

-------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost0
16 juin 2016 4 16 /06 /juin /2016 16:55

 

 

 

Qui dit "panorama" dit large vision, on ratisse donc étendu comme l'ouvrage de ce soir le confirme.

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : ETUNWAN. CELUI QUI REGARDE.

 


C'est de qui : Thierry Murat.

 

 

La Couv':

Panorama du Western  /  Etunwan  Vs.  Dead Man

Déjà croisé sur le site? Non.

 

 

C’est édité chez qui ? Futuropolis.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Joseph Wallace photographe installé à Pittsburgh et reconnu dans sa profession, ressent un jour l’irrésistible appel de la nature primale, des grands espaces, pour s’évader de son petit cadre étriqué socio-familial, il part en compagnie d’une expédition scientifique vers l’Ouest encore sauvage.

 

La rencontre avec les Oglalas, sioux Lakotas va littéralement changer sa vie, sa vision de l’existence. Pour les indiens il est Celui Qui Regarde avec sa machine d’une nouvelle ère, pour lui ils sont la simplicité de la vie, la pureté originelle, parallèlement à sa découverte de la poésie de Poe et de Baudelaire il découvre celle de la Nature inviolée.

 

En inventant ce précurseur imaginaire d’Edward Curtis, Thierry Murat, avec son style graphique mixte si particulier, évoque avec talent ce voyage initiatique, cette catharsis de l’homme vers l’innocence perdue que les amoureux des récits contemplatifs et dépaysants.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? DEAD MAN

 

 

C'est de Qui ? Neil Young

 

 

La couv' 

 

 

Déjà croisé chez nous ? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? On connait l’intérêt que Jarmusch porte au rock sous maintes formes, quand le vieux routard Neil Young lui propose d’ « écrire » la musique de son western mystique, le réal’ le mieux coiffé d’Hollywood saute sur l’occasion.

 

La B.O de Dead Man est une longue improvisation à la guitare électrique –souvent saturée d’effets- de Young sur les rushes de Jarmusch, qui sera ensuite un peu agrémentée d’orgue, de gratte acoustique et d’un piano incertain, et séparée en sept pistes.

 

Miroir atmosphérique de la longue errance d’un Johnny Depp étonnamment sobre dans son jeu (mais à l’époque point n’était encore question de Jack Sparroweries extravagantes), les riffs de guitare collent aux paysages en noir et blanc et aux images léchées des deux heures du film tout comme au parcours initiatique, aux hésitations existentielles et autres réflexions poétiques du héros de Etunwan.

 

 

 

----------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost0
23 mai 2016 1 23 /05 /mai /2016 15:51

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : NUAGES ET PLUIE

 

 

C'est de qui ? Loo Hui Phang & P. Dupuy

 

 

La Couv':

 

 

Histoire de vampires chinois  /  Nuages et Pluie  Vs.  Imago Mortis

 

Déjà lus sur B.O BD? Oui, ensemble et séparément.

 

 

C’est édité chez qui ? Futuropolis

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Après le western, Loo Hui Phang  reste dans la littérature de genre avec ce nouvel album qui flirte avec le fantastique et le mythe des vampires.

 

Désabusé et perdu, Werner, soldat rescapé de la Première Guerre Mondiale qui vient de se terminer, s’est exilé en Indochine où il se fait embaucher dans une étrange fabrique peuplée d’ouvriers hébétés. Bientôt il va faire la connaissance de la fille des maîtres, aussi sensuelle que dangereuse.

 

 

Si le contexte change radicalement de son prédécesseur, Nuages et Pluie n’en n’est pas moins tout aussi intriguant et s’intéresse une fois encore aux rapports des corps, à la passion, à la soumission, avec une poésie parfois malsaine mais toujours aussi  inspirée que le trait décalé, fuyant, comme hésitant même parfois, de Philippe Dupuy rend encore plus dérangeante.

 

Dans la grande tradition des histoires de fantômes chinois, la scénariste, comme elle l’avait fait avec L’Odeur des garçons affamés, s’approprie un univers pour y développer son univers si personnel. 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? IMAGO MORTIS

 

 

C'est de Qui ? Z M. De La Riva

 

 

La couv' 

 

 

Déjà croisé chez nous? Oui

 

 

On peut écouter? Dans son intégralité même :

 

 

 

Ca donne Quoi ? C’est dans les vieilles marmites qu’on ferait les meilleures soupes ? A voir si l’on s’en tient à cette production internationale de la vieille Europe qui, outre marcher sur les plates bandes d’un genre en vogue en Italie il y a des lustres –le Giallo pour ne pas le nommer- tire des ficelles aussi grosses que possible même si l’efficacité est au rendez-vous.

 

Coté score, De La Riva lorgne lui plutôt du côté du répertoire gothique. L’espagnol, comme ses compatriotes Navarrete ou Velasquez, connaît ses classiques et utilise grand orchestre symphonique et chœurs pour exprimer l’aspect terrifiant du scénario : début menaçant mais étouffé, montée en puissance inexorable et sommets de terreur sont les principaux ingrédients de cette B.O généreuse (une trentaine de pistes) où le thème principal est bien exploité et où pas mal d’autres pistes sont intelligemment exploitées.

 

Parfois un peu extrême pour Nuages et Pluie le score s’est cependant souvent révélé des plus intéressants. 

 

 

--------------------------------------

 

Une chronique de Fab

Repost0
6 mai 2016 5 06 /05 /mai /2016 14:18

 

 

 

 

LA BD

 

 

C’est quoi ? O VOUS FRERES HUMAINS

 

 

C’est de qui ? Luz adapte Cohen

 

 

La couv’ :

 

 

Puissent tous les hommes se souvenir qu'ils sont frères.  /  O Vous Frêres Humains  Vs.  La Jeune Fille et la Mort

 

 

Déja croisés par ici? Non.

 

 

C’est édité chez qui ? Futuropolis.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne quoi ? Marseille 1905, le jour de son dixième anniversaire, alors qu’il se rend à l’école, le petit Albert s’approche d’un vendeur de rues qu’entoure une foule de badauds. Désireux d’offrir à sa mère l’un des produits que vend le camelot, le garçon l’accoste et s’entend répondre une tirade antisémite fleuve qui le laisse sans voix. Il s’enfuit alors de par les rues, dévasté par cette découverte de la haine.

 

Luz, qui, de haine, a eu son lot ces derniers mois, adapte ici d’une manière aussi inattendue que magistrale le roman autobiographique de Cohen. S’affranchissant des codes habituels du medium, il fait preuve d’une belle inventivité narrative qui retranscris avec force le propos du texte, exprimant le désarroi et l’incompréhension de l’enfant via des dessins  où l’ombre d’un Sempé plane parfois, mais un Sempé grave, tragique et au service d’un message universel et pourtant toujours prêché dans le désert (la citation du titre de cette chronique est de Voltaire, c'est dire si c'est pas neuf!)

 

 

 

Une seconde jeunesse pour ce poignant témoignage que le dessinateur a fort bien su s’approprier.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 C'est Quoi ? DEATH AND THE MAIDEN

 

 

 C'est de Qui ? W. Kilar

 

 

 La couv' :

 

 

Déjà entendu sur B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

Ca donne quoi ? Pour sa première collaboration avec Polanski, Kilar est face à une tâche compliquée : compléter une bande son composée de pièces classiques connues et importantes dans l’intrigue sans les concurrencer à l’écran. L’artiste polonais s’en sort avec les honneurs, écrivant des thèmes discrets mais très efficaces qui véhiculent tout le désarroi du personnage principal mais également sa détermination morbide. La lente et inexorable montée en tension du suspense est palpable au travers de l’orchestration de Kilar, rappelant par moments furtifs ses travaux précédents, que ce soit dans le domaine classique ou pour le Dracula de Coppola.

 

L’exercice conviendra semble-t-il à Polanski puisque il confiera la même gageure à Kilar pour le Pianiste, dont le score sera récompensé d’un César.

 

Une B.O subtile voire subreptice qui captive l’auditeur et qui exacerbe le coté dramatique et inexorable d’ O Vous Frères Humains.

 

-----------------------------

 

Une Chronique de Fab

Repost0
15 mars 2016 2 15 /03 /mars /2016 15:45

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : L’ESPRIT ROUGE

 

 

C'est de qui ? Zéphyr et Le Roy

 

 

La Couv':

 

 

Déjà lus sur B.O BD? Maximilien Le Roy oui, pas le dessinateur par contre.

 

 

C’est édité chez qui ? Futuropolis

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Artaud, écorché vif, rêveur utopiste en marge de la société et des règles, s’envole pour le Mexique où il espère replonger aux racines primales de l’existence via les croyances millénaires des tribus indigènes et s’affranchir d’un progrès galopant qu’il juge néfaste et destructeur. Mais de destructeur c’est surtout son style de vie qui va faire du tord au poète. En plein crise existentielle il décide d’essayer de se sevrer lui-même des drogues qu’il consomme quotidiennement, mauvais idée d’avoir essayé ça en pleine sierra. Entre chemin de croix halluciné, prise de position en faveur des indiens et de leurs traditions et initiation au peyotl, Artaud va vivre une expérience unique et extrême qui le marquera à jamais.

Entrecoupée de flashbacks avec les dernières années de l’artiste qui a eu la malchance de vivre à une époque où l’on pensait que le meilleur moyen de traiter la folie était les électrochocs, cette évocation d’une partie de sa vie par le toujours engagé Maximilien Le Roy est magnifiée par les peintures farouches d’un Zéphyr visiblement inspiré par son sujet. Qu’il s’agisse des passages avec les Tarahumaras où il capture la beauté sauvage des lieux et des hommes, ou des séances d’électrochocs où l’on ressent quasiment la souffrance d’Artaud, l’artiste livre une œuvre rude voire agressive mais définitivement  frappante.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? THE MAN WHO CRIED

 

 

C'est de Qui ? O. Glijov & Divers

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu chez nous? Non

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Les origines métissées d’Osvaldo Glijov, argentin d’origine roumaine et ukrainienne ont autant influencées sa musique que la période où il a vécu en Israël. En résulte un style aux confluents des genres, puisant dans des folklores aussi multiples que variés. Collaborateur occasionnel du Kronos Quartet cher à Phillip Glass, c’est avec eux qu’il enregistre une partie de la B.O de ce long métrage narrant la vie d’une jeune juive arrachée à ses origines sur fond de Seconde Guerre Mondiale et d’occupation nazie.

Mélangeant allègrement airs d’opéra, chansons tziganes, airs juifs et musique minimaliste, la bande originale de The Man Who Cried ne fait pourtant pas collage indigeste grâce à la richesse des ses influences et à la sensibilité musicale de ses arrangeurs, Glijov en tête.

Peut être parfois hors sujet avec les errances mexicaines d’Artaud, elle se révèle aussi profonde et triste que l’album à pas mal de reprises.

 

 

---------------------------------

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags