21 juin 2017 3 21 /06 /juin /2017 08:42

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : PLUTONA

 

 

C'est de qui ? Lemire et Lenox

 

 

La Couv':

 

Crises d'ados?  /  Plutona  Vs.  Smoking land

 

 

Déjà croisés chez nous? Lemire oui, déjà chez Futuro

 

 

 

C’est édité chez qui ? Futuropolis

 

 

 

Une planche:

 

 

Crises d'ados?  /  Plutona  Vs.  Smoking land

 

Ca donne Quoi ? Dans un monde où les super héros sont une réalité, l’une des plus célèbres d’entre eux, Plutona, est retrouvée morte dans un bois par un groupe de cinq ados on ne peut plus disparates.

 

Tiraillés entre l’envie de révéler leur découverte aux autorités pour la gloire et celle de garder ça pour eux (pour des motifs bien plus obscurs), les jeunes gens vont vivre une expérience qui les changera pour toujours.

 

Prenant comme faux motif le comics de super héros, Lemire, au scénar et aux flashbacks (une poignée de pages en intermèdes de l’histoire principale) livre un récit initiatique un peu dans l’esprit des films/séries d’ados des Goonies à Stranger Things en passant par Stand By Me.

 

Si l’ambiance est intéressante, et les personnages bien campés, le récit est peut être un peu court pour atteindre vraiment son objectif et explorer les diverses pistes amorcées.

 

Le dessin d’Emi Lenox avec son aspect faussement jeunesse est énergique, les couleurs sont originales et, dans l’ensemble c’est une bonne chose que Lemire lui ait laissé la part du lion du graphisme, le sien étant moins abordable.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? SMOKING LAND

 

 

C'est de Qui ? King Weed

 

 

La couv'

 

Crises d'ados?  /  Plutona  Vs.  Smoking land

 

 

Déjà entendu sur le site?Non

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Les français de King Weed, hormis leur pseudo et titre de LP un brin trop provoc gratuite à mon goût, ou du moins les classant dans une catégorie qui ne leur fait pas justice, ont repris le flambeau du Stoner Rock là où les pionniers ricains, Kyuss et Fu Manchu en tête l’avait laissé.

 

C’est pourtant plus vers des combo comme Karma To Burn qu’il faut chercher l’influence des rois de la beuh avec leurs grandes plages exclusivement instrumentales à bases de guitares distordues et torturées, de rythmiques plombées planantes, souvent lentes et  tournoyantes.

 

Le récit crépusculaire du duo Lemire/Lenox se trouve encore assombri par la musique des King Weed qui appuie sur la thématique du récit initiatique.

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

 

Repost0
18 avril 2017 2 18 /04 /avril /2017 07:40

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : NAM-BOK

 


C'est de qui : T. Martin

 

 

La Couv':

 

Le retour de l’esquimau  /  Nam-Bok  Vs.  Drowning By Numbers

 

Déjà croisé sur le site? Oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Futuropolis

 

 

Une planche:

 

Le retour de l’esquimau  /  Nam-Bok  Vs.  Drowning By Numbers

 

Ca donne Quoi ? "Don't shoot the messenger" comme on dit dans la langue de Jack London. C'est ce qu'aurait pu s’écrier Nam Bok le héros de la nouvelle du London en question que Thierry Martin a choisi d'adapter pour Futuro.


En effet cet esquimau, parti un beau jour sur sa frêle embarcation de pêcheur va se perdre et rencontrer d'autres hommes et avec eux la civilisation.


Les bateaux à voile, le train, les immeubles... Mais aux yeux de son peuple, à qui il revient raconter son aventure, tout ceci révèle de la plus sombre magie et Nam Bok est vu d'un plutôt mauvais œil.


Au delà du récit de grand nord cher à l'auteur de Construire un feu, c'est la parabole du choc des civilisations et le mythe du bon sauvage que l'on retrouve en sous texte.


 

 

Le retour de l’esquimau  /  Nam-Bok  Vs.  Drowning By Numbers

 

Martin alterne les portraits anguleux expressifs de personnages, proche de son style jeunesse habituel, aux pleines pages de décors superbes dont certaines n'ont rien à envier aux marines de Cromwell.

 

Une adaptation inspirée et originale d'un auteur important de la littérature américaine, trop souvent réduit à ses quelques œuvres connues.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? DROWNING BY NUMBERS

 

 

C'est de Qui ? M. Nyman

 

 

La couv'

 

Le retour de l’esquimau  /  Nam-Bok  Vs.  Drowning By Numbers

 

Déjà entendu chez nous?  Oui.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Les films de Peter Greenaway sont, n’ayons pas peur des mots, souvent difficiles d’accès. La musique qui les accompagne leur ressemble, oscillant entre minimalisme et conceptuel.

 

C’est dans ce dernier domaine que l’on peut classer la B.O de Drowning By Numbers pour lequel le réalisateur a demandé à Michael Nyman, son compositeur attitré des débuts, d’écrire une partition entièrement et exclusivement basée sur la Symphonie Concertante en Mi bémol de Mozart.

 

Le résultat est évidement très « thématique » puisque Nyman, qui joue et compose beaucoup dans le registre classique en parallèle de sa carrière cinématographique, a pondu 13 variations plus ou moins développées de la pièce musicale créeant de véritables pistes à part entière. 

 

Comme chez Mozart, l’alto et le violon sont à l’honneur et l’atmosphère faussement monotone au départ - mais en fait aussi mélodique que parfois enjouée et séduisante-  de la B.O ont apporté un décalage intéressant et amusant à l’adaptation de Thierry Martin.

 

 

--------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost0
4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 08:46

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : SCALP

 


C'est de qui : H. Micol

 

 

La Couv':

 

Panorama du Western  /  Scalp  Vs.  SnowTown

 

Déjà croisé sur le site? Oui Il y a peu même!

 

 

C’est édité chez qui ? Futuropolis

 

 

Une planche:

 

Panorama du Western  /  Scalp  Vs.  SnowTown

 

Ca donne Quoi ? Qu’il est loin le temps de cette course poursuite de dingue en total freestyle, ou cette satire acerbe et osée d’une certaine société française…

 

Le Micol 2017, toujours là où on l’attend pas et jamais à court d’inspiration a jeté son dévolu sur les milles vies de John Glanton, hors la loi, soldat, mercenaire, chef de bande sanguinaire et despotique, chasseur de scalps et tueurs d’indiens, qui finira d’ailleurs massacré par ces derniers.

 

Il en fait une fresque graphique hors normes à base de grandes cases en noir et blanc, tableaux glauques et gores, parfois scabreux dignes d’un Gustave Doré sous acides, à la démesure de la sauvagerie du personnage.

Visiblement hanté par son projet (et, quelque part dans la lignée de Terre de Feu, sa série inachevée), Hugues Micol passe un nouveau cap dans sa maîtrise et son approche du médium et nous assène avec Scalp la première claque graphique et narrative de l’année.

 

Panorama du Western  /  Scalp  Vs.  SnowTown

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? SNOWTOWN

 

 

C'est de Qui ? J. Kurzel

 

La couv'

 

Panorama du Western  /  Scalp  Vs.  SnowTown

 

Déjà entendu sur B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ? Pour leur première collaboration, les frangins Kurzel testaient déjà une formule amenée à se pérenniser pour le meilleur, à savoir des sujets de longs métrages sombres et une B.O conceptuelle, élément majeur du film.

 

SnowTown a pour sujet une série de meurtres en Australie dans les années 90, Jed Kurzel (le Monsieur Musique de la fratrie), écrit un score aux éléments qui deviendront sa marque de fabrique (et trouveront leur apogée dans l’inspiré Macbeth).

 

Nappes de mauvaises augures à base de notes répétées quasi hypnotiques, jouées par des cordes inhabituelles (Guitare, mandoline, etc…) rehaussées d’effets de feedback électro, ses pistes sont plus proches parfois de l’atmosphère sonore type underscoring que de la B.O à proprement parler tout en étant redoutable d’efficacité.

 

Une ambiance aussi conceptuelle que l’album avec lequel elle a été écoutée et dont elle a renforcé l’aspect décalé et puissant.

 

 

 

----------------------------

 

 

 

Une chronique de Fab

Repost0
13 octobre 2016 4 13 /10 /octobre /2016 15:55

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : NOTRE AMERIQUE

 


C'est de qui : Kris & Mael

 

La Couv':

C'est loin l'Amérique?  /  Notre Amérique  Vs.  Casualties Of War

Déjà croisé sur le site? Oui, ensemble même.

 

 

 

 

C’est édité chez qui ? Futuropolis

 

 

 

 

 

Une planche:

 

 

C'est loin l'Amérique?  /  Notre Amérique  Vs.  Casualties Of War

 Ca donne Quoi ? Au lendemain de l’Armistice de 1918, le destin de deux jeunes hommes opposés en apparence, Julien le français et Max l’Alsacien, vont se rejoindre et s’embarquer (au sens propre) pour porter main forte à la révolution Russe… Si de révolution il vont bien entendre parler, c’est cependant de l’autre coté de l’Atlantique que les vents –et la passion armée d’une belle mexicaine- vont emporter nos héros.

 

Quatre ans après Notre Mère La Guerre, qui restera comme une de mes séries préférées, tout genre confondus, Kris et Mael collaborent à nouveau pour un récit qui fleure bon la grande aventure à l’ancienne, avec personnages forts, action et rebondissements bien dosés et un background riche, le tout sans se départir de l’esprit littéraire, voire poétique, qui a fait la réussite magistrale de leur précédent opus.

 

Coté graphisme, le trait si particulier de Mael fait encore mouche, et ses choix de teintes selon les scènes et ambiances est assez impressionnant.

Notre Amérique a, en substance, tous les atouts pour devenir un futur classique.

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi CASUALTIES OF WAR

 

 

C'est de Qui ? E. Morricone

 

 

La couv'

 

 

 

C'est loin l'Amérique?  /  Notre Amérique  Vs.  Casualties Of War

Déjà entedu sur B.O BD? Oui

 

 

 

On peut écouter ?

 

 

  

 

Ca donne Quoi ? Après une paire d’années en mode automatique, l’un des maestro incontesté de la musique de cinéma revient sérieusement aux affaires sur un film qui hélas, comme la plupart de ceux de son réalisateur, ne passera pas l’épreuve du temps ce qui n’est heureusement pas le cas (contrairement également à celles du reste de la filmographie de De Palma) de la B.O, toujours aussi marquante.

 

A mi chemin de ses réalisations pour  le mythique Il était une fois en Amérique et le non moins excellent Mission (quoique dans un tout autre genre) Morricone amplifie le coté psychologique du scénario d’Outrages, sans mettre en avant un style trop martial ou une quelconque influence marquée asiatique, l’originalité du score résidant dans  la flûte de Pan soliste qui vient parfois s’inviter, avec autant de surprise que d’efficacité au sein de l’orchestre.

 

Parfois un peu trop mélo, cette B.O n’a pas la force d’évocation des deux citées ci-dessus mais n’en reste pas moins aussi riche mélodiquement que thématiquement.

 

 

 

-------------------------

Une chronique de Fab

 

 

Repost0
30 septembre 2016 5 30 /09 /septembre /2016 09:48

 

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : WINTER ROAD

 


C'est de qui : J. Lemire

 

 

La Couv':

L'Hiver est bien rude dans l'Ontario  /  Winter Road  Vs.  Rampart

Déjà lu chez nous? Oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Futuropolis

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Derek est un gars à qui la vie n’a pas fait de cadeau : un père brutal et alcoolique, une mère morte dans un accident de voiture et une éventuelle carrière dans le hockey brisée par un de ces accès de fureur dont il est l’objet et qui a laissé un joueur adverse sur le carreau.

 

Quand la sœur de notre écorché vif se re-pointe dans leur bled perdu de l’Amérique profonde, en cloque et camée jusqu’aux yeux, Derek se dit qu’il va peut être faire quelque chose de bien de son existence pathétique.

 

Mais il va falloir compter avec l’ex-petit ami de la sœur, qui est loin d’être le gendre idéal !

 

Si le style graphique de Lemire est peut être un brin plus mainstream (et encore !) que de par le passé, le bonhomme ne voit toujours pas la vie en rose, et c’est un euphémisme ! Si the end est relativement happy, le chemin de croix des protagonistes pour y arriver est d’une noirceur rare.

 

Avec un découpage très travaillé qui fait la part belle aux inserts et aux plans de coupe,  l’auteur croque ses loosers magnifiques avec tact du point de vue du fond comme de la forme et son pavé de plus de 270 pages se lit d’une traite comme on regarde un de ces films américains indépendants qui vous déprime mais que vous ne pouvez pas lâcher tant vous voulez savoir ce qu’il arrive à ces chiens perdus sans colliers.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? RAMPART

 

 

C'est de Qui ? D. Hinchliffe

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu dans le coin? Oui

 

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne quoi ? Le compositeur et multi-instrumentiste des peu joyeux Tindersticks, reconverti depuis quelques années avec une certaine réussite (à défaut d’une grande originalité) dans la musique de films, est derrière le pupitre de cette descente aux enfers d’un flic, ex du Vietnam, violent et aux méthodes extrêmes, campé par un Woody Harrelson tout en mâchoire.

 

La violence et le ton tragique du scénario font que Hinchliffe a du mettre un peu de stress dans son cocktail habituel et c’est pour le mieux.  De son propre aveu, ses guitares –très présentes-  suivent la paranoïa constante du personnage principal, avec des effets de réverb’ et de distos difficilement contenus créant un sentiment de tension et de suspens toujours prêt à éclater d’un effet des plus efficace.

 

De la musique sombre et sans concessions tout à fait à l’image du dernier opus de Jeff Lemire…le tout n’étant pas conseillé un jour de grosse déprime !

 

 

-----------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags