19 novembre 2017 7 19 /11 /novembre /2017 17:27

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

 

 

C'est quoi : ELRIC. LE LOUP BLANC.

 

 

C'est de qui ? Blondel, Telo, Recht, Cano.

 

 

La Couv':

 

Fantasy en série (culte)  /  Elric  Vs.  The Dark Knight Rises

 

Déjà lus sur le site? Oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Une planche:

 

 

Fantasy en série (culte)  /  Elric  Vs.  The Dark Knight Rises

 

 

Ca donne Quoi ? L’Albinos le plus célèbre de la fantasy s’est fait la malle de Melnibonée afin d’échapper à la haine de son cousin l’usurpateur. Incognito, le voici qui, connu comme le Loup Blanc ( !) parcourt les mers et les terres, abreuvant au besoin l’inextinguible soif de sa damnée compagne, Stormbringer.

A l’occasion d’une gorgée d’âmes pour cette dernière, notre anti-héros fait la connaissance de celui qui va devenir un fidèle compagnon, Smiorgan Tête Chauve, avec qui il va se rendre à Dakhos où une énigmatique jeune femme va l’entrainer dans un voyage  spatio-temporel dont il se serait bien passé.

 

A peu près à la même époque où j’ai découvert dévoré les nouvelles du Conan de R. E Howard, j’ai également lu la saga d’Elric de Michael Moorcock. Si bien moins emballé par les mésaventures de l’atypique mélnibonéen que par celles du farouche barbare (question d’âge et de sensibilité je présume), presque 30 ans après je garde pour l’Albinos une sympathie toute particulière.

 

Les quelques tentatives d’adaptations BD sorties de par le passé (dont une fort belle de P. Craig Russell) ne m’ayant jamais convaincu, je dois dire que la dream team rassemblée par Glénat me fait, depuis le début de leur série, plutôt bon effet, même si c’est, soyons honnête, plus par la partie graphique que par l’histoire en elle même (qui fait ici un brin accessoire  d’ailleurs) bien que les modifications proposées soient intéressantes (gageons en effet qu’à l’époque de ma première lecture, une Cymoril impératrice à la poitrine généreuse offerte aux regards m’aurait surement plus accroché que la version des romans).

 

L’année prochaine Glénat enfonce le clou (à coup de marteau de guerre !) en proposant des associations de la crème de la crème des scénaristes/dessinateurs du moment qui adapteront…Conan.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

 

C'est Quoi ?   THE DARK KNIGHT RISES

 

 

C'est de Qui ?  H. Zimmer

 

 

La couv' 

 

Fantasy en série (culte)  /  Elric  Vs.  The Dark Knight Rises

 

Déjà entendu sur B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Vous devez vous dire : De deux choses l’une, ou le rédac’ chef de B.O BD nous prend pour des jambons quand il affirme abhorrer Hans Zimmer ou alors il est clairement maso.

En effet, pour quelqu’un qui clame à qui veut l’entendre que je ne peux pas encadrer les compositions du rouleau compresseur teuton, je trouve qu’on croise un peu trop souvent ses œuvres dans ces colonnes

 

Avec la multiplication des films de super héros ces dernières années force est de constater que les musiques de ces longs métrages sont au moins toutes aussi bâclées, attendues et codifiées que les films proprement dit.

Et donc qui de mieux que le patron de Remote Control (ou l’un des quelconques membres interchangeables de son écurie) pour remplir le job ?

 

Ainsi, sur le troisième volet de la reprise du Batman sur grand écran, le mot d’ordre est à l’efficacité basique et froide, au grand spectacle conjuguant avec une application forcenée métronomique et pyrotechnique. Cuivres écrasants, rythmiques marteau piqueur et autres effets de bourdonnements électroniques sont donc de la fête pour une absence d’originalité dans les thématiques aussi criante que possible.

 

Néanmoins on ne peut nier l’impact évocateur de la fabrique Zimmer, surtout sur du divertissement burné, que celui-ci soit cinématographique ou…bédéphilique.

Dont acte.

 

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
19 novembre 2017 7 19 /11 /novembre /2017 08:53

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

 

 

C'est quoi : LES MONDES DE THORGAL : LA JEUNESSE /KRISS DE VALNOR.

 

 

C'est de qui ? Yann, Surzenkho, Dorison, Mariolle & Vigneaux

 

 

Les Couv':

 

Fantasy en série (sans fin!) /  Les Mondes de Thorgal  Vs.  Journey
Fantasy en série (sans fin!) /  Les Mondes de Thorgal  Vs.  Journey

 

 

Déjà croisés sur B.O BD? Tous oui.

 

 

Des planches:

 

 

La Jeunesse de Thorgal. Slive.

La Jeunesse de Thorgal. Slive.

Kriss de Valnor. La Montagne du Temps.

Kriss de Valnor. La Montagne du Temps.

 

 

Ca donne Quoi ? Alors que d’un coté, sur la Jeunesse de Thorgal,  Yann, en roue libre, continue de s’amuser avec le vivier de personnages d’une série mère passée du coté mercantile de la force voilà bien des années, en mélangeant pistes éventuellement intéressantes mais aux développement maladroits (et autres jeux de mots bien inutiles), Dorison et Mariole, pour leur second Kriss de Valnor, semblent avoir bien du mal à se dépêtrer des fils narratifs amorcés en amont.

 

Outre un Deus-ex-machina en la présence du poignard coupeur de temps, le procédé pourtant éculé narrativement du (des) double, fait ici encore plus artificiel et n’apporte pas à l’histoire une quelconque tension (même si semble t-il c’était la volonté). En fait de Kriss, la moitié de l’album est consacrée à Jolan et son affrontement avec Magnus ; là aussi on tombe dans du cliché de duel à mort dans un environnement hostile (et surréaliste !) et les scénaristes nous font un Predator/Rambo 1 à la sauce Thorgal.

 

Au final ce sont les dessinateurs qui tirent le mieux leur épingle du jeu ici ; Sur la Jeunesse, Surzenkho, avec deux séries en moins sur les épaules, rend une copie plus appliquée que les précédentes tandis que sur Kriss de Valnor, Fred Vigneaux, pour son arrivée dans le Thorgal-Verse ne démérite pas face à ses prédécesseurs avec un trait certes parfois inégal (le visage de Thorgal est assez étrange par exemple) mais qui a un petit coté old-school/fiumetti qui n’est pas pour me déplaire.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? JOURNEY

 

 

C'est de Qui ?  A. Wintory

 

 

La couv' 

 

Fantasy en série (sans fin!) /  Les Mondes de Thorgal  Vs.  Journey

 

 

Déjà entendu dans le coin? Deux ou trois fois

 

 

On peut écouter?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Vaguement inspiré au départ sur le bouquin de Joseph Campbell, Journey est un jeu vidéo relativement abstrait dont le succès a été quasi unanime.

Les joueurs incarnent des personnages dans un désert qui se dirigent vers une montagne et dont le seul mode de communication est la musique.

 

Wintory qui a déjà collaboré avec les concepteurs du jeu auparavant, conçoit sa musique comme un concerto pour violoncelle à plusieurs instruments solistes : violoncelle donc (l’instrument représentant le personnage du joueur), harpe, viole, flutes alto et basse et serpent, le tout complété par un orchestre de cordes.

Les instruments jouent des variations du thème principal en fonction de l’évolution du jeu, de l’interaction entre les éléments.

 

Si hautement conceptuelle, la musique de Journey n’en reste pas moins très mélodique, variée et, vous vous en seriez douté, originale.

 

Une vraie bouffée d’air frais sur la lecture de ces deux spin offs de Thorgal qui en avaient bien besoin même si il n’y a pas eu de miracles pour autant.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
18 novembre 2017 6 18 /11 /novembre /2017 08:05

 

 

Honte à moi, pas de chroniques musicales hier alors que pourtant j'avais du stock, mais un emploi du temps chargé et les enfants à la maison m'ont détourné de ma mission sacrée!

 

Pour la peine un cycle fantasy avec, minimum, trois chroniques ce week-end, de la nouveauté, de l'indépendant et du classique...

 
 
 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : GAULTIER DE CHALUS 1.

 

 

C'est de qui ? Pelaez & Giraud

 

 

La Couv':

 

 

Fantasy en série (B)  /  Gaultier de Chalus 1  Vs.  The Haunting

 

 

 

Déjà lus chez nous? Jamais.

 

 

 

 

Une planche:

 

 

Fantasy en série (B)  /  Gaultier de Chalus 1  Vs.  The Haunting

 

 

 

Ca donne Quoi ? La France au XIV° siècle, Gaultier de Chalus qui suite aux défaites face à l’anglais et à la disparition de sa femme et de sa fille, n’est plus que l’ombre du chevalier qu’il a été, est devenu traqueur de monstres et autres chimères.

Les habitants d’une petite ville terrorisée par un loup sanguinaire font appel à lui et, s’il y va en renâclant, il va vite réaliser que les vieux démons ne dorment jamais très longtemps.

 

J’étais passé à coté de cette série éditée chez Des Ronds dans l’Océan, et je suis assez content d’avoir eu l’occasion de rattraper ce manque. En effet si ce premier volet introductif n’est pas parfois sans faire penser à d’autres choses (le film Pacte des Loups, la série de Bonhomme & Vehlmann le Marquis D’Ananon) il présente un personnage anti-héros charismatique et énigmatique et le concept porte en soi des possibilités quasi infinies.

 

L’autre très bon point de Gaultier de Chalus c’est son graphisme original, façon illustration à l’ancienne, tout en couleurs directes (le must !), c’est ce qui sort à mon goût la série du lot et apporte une vraie plus value.

 

Un second tome vient de paraître, qui a plutôt confirmer toutes ces bonnes impressions (éventuelle chronique à venir un de ces quatre, quand je me serais dépêtré de tout ce que j'ai en attente en ce moment! )

 

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

 

C'est Quoi ? THE HAUNTING

 

 

C'est de Qui ?  J. Goldsmith

 

 

La couv' 

 

Fantasy en série (B)  /  Gaultier de Chalus 1  Vs.  The Haunting

 

 

Déjà entendu chez nous? Oui.

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si on lui préférera évidement les pierres angulaires - dans le même genre - que sont Alien, Poltergeist ou encore La Malédiction, le score de ce remake (par ailleurs peu inventif) prouve s’il était encore besoin que Goldsmith était un maître dans l’art de construire et faire monter la tension et l’effroi musical.

 

Par petites touches, subrepticement, les thèmes se développent et passent d’une ambiance faussement éthérée à un déluge musical parfois tout bonnement effrayant. Le compositeur injecte, comme c’était son habitude à l’époque, une dose d’électronique intéressante à une partition au final assez classique mais efficace, si les violons y ont une place prépondérante les percussions massives et la flute apportent une touche bienvenue.

 

Pourtant il faut bien le reconnaître, si c’est l’un des derniers grands scores du maestro dans le registre on sent déjà une sorte de facilité dans l’écriture, voire de paresse via l’autocitation.

 

Reste une œuvre très recommandable que les fans de B.O d’épouvante ne pourront qu’apprécier et qui est plus que conseillée avec ce premier volet de Gaultier de Chalus.

 

 

 

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
16 novembre 2017 4 16 /11 /novembre /2017 15:57

 

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

 

 

C'est quoi : FUNERAILLES. DESTRUCTION EVE

 

 

C'est de qui ? F. Maudoux

 

 

La Couv':

 

Résurrection  /  Funérailles. Destruction Eve  Vs.  Warhammer Vermintide

 

Déjà lu chez nous? Oui

 

 

 

C’est édité chez qui ? Ankama

 

 

 

Une planche:

 

 

Résurrection  /  Funérailles. Destruction Eve  Vs.  Warhammer Vermintide

 

Ca donne Quoi ? C’est au personnage d’Eve Van Helsing, centurion de la XIII°, que se consacre ce nouveau tome de Funérailles.

Sa jeunesse à élever ses frères alors que son père est parti affronter les troupes e Rem, la mort de ce dernier des mains de Spartacus et son enrôlement dans les troupes de Namor avant de changer de camp et de grimper les échelons.

 

Si on retrouve avec un plaisir toujours aussi grand l’univers foisonnant de la série spin off de Freaks Squeele, qu’il qualifie lui-même avec beaucoup de justesse de mélange entre les Chevaliers du Zodiaque et Game Of Thrones, dont l’arc Shonen s’est terminé au tome précédent, celui-ci crée une légère frustration dans le sens où il consiste essentiellement en un long flash back, où l’on découvre certes une autre facette de la mythique XIII° Légion mais qui nous laisse au même point d’avancement concernant l’intrigue principale.

 

Néanmoins c’est tellement riche, bien narré et bien illustré qu’on ne va pas bouder notre plaisir et on va ronger notre frein jusqu’à la parution de la suite d'une des séries de genre les plus abouties et maîtrisées de ces dernières années.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? WARHAMMER. VERMINTIDE.

 

 

C'est de Qui ?  J. Kyd

 

 

La couv' 

 

Résurrection  /  Funérailles. Destruction Eve  Vs.  Warhammer Vermintide

 

 

Déjà entendu chez nous? Oui, il y a encore peu d’ailleurs.

 

 

On peut écouter?

 

 

 

Ca donne Quoi ? D’aussi loin que je me souvienne, l’univers de Warhammer a toujours eu du succès. A l’époque où je faisais du jeu de rôle, c’était déjà un des poids lourd du genre, décliné ensuite dans le futuriste (ah, Space Hulk !) dans le domaine du jeu de figurines, du jeu de plateau, des romans, des BD et, last but not least, dans le monde vidéo-ludique.

 

C’est dans ce dernier que Jesper Kyd, on en parlait encore récemment, a fait ses armes et connu ses plus grands succès. En charge de la musique du dernier jeu estampillé Warhammer sur consoles dernière génération et PC, il livre une B.O tonitruante, pleine d’action et de coups d’éclats.

 

Alternant des passages  très dark fantasy avec des choses plus atmosphériques, qui ne sont pas sans rappeler son excellent travail sur les Assassin’s Creed, Kyd retrouve l’inspiration qui lui faisait un peu défaut ses dernières années.

 

On retrouve aussi sur la galette des morceaux de taverne joués par un combo de trois musiciens qui, s’il tranche avec le reste, permet de varier les ambiances et enrichit aussi bien l’écoute que...la lecture de ce nouveau Funérailles.

 

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
15 novembre 2017 3 15 /11 /novembre /2017 15:07

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

 

C'est quoi : LE PARTISAN

 

 

C'est de qui ? M. A. C. Quarello

 

 

La Couv':

 

Resistenza!  /  Le Partisan  Vs.  Section Spéciale

 

Déjà lu chez B.O BD? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Les éditions de l’Eléphant

 

 

Une planche:

 

Resistenza!  /  Le Partisan  Vs.  Section Spéciale

 

 

Ca donne Quoi ? Lors des derniers soubresauts du fascisme italien, à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, les troupes de résistants font le coup de main en se réunissant pour faire tomber les derniers bastions des armées du Duce.

Le grand-père de l’auteur du Partisan était du nombre et c’est de lui et de ses compagnons d’armes qu’il est question dans ce livre fort qui nous rappelle que d l’autre coté des Alpes aussi on a résisté à la tyrannie.

 

Outre un sujet qui m’a attiré, l’album de Maurizio C Quarello avait tout pour me plaire : l’album est entièrement muet, et, si vous venez de temps en temps dans le coin, vous savez que c’est un exercice de style que j’affectionne tout particulièrement, pour ne rien gâcher, Quarello a un trait réaliste soigné, tout en couleurs directes à la peinture au rendu aussi dur que poétique, jamais figé et très expressif. La narration

 

Un bien bel ouvrage tant sur le fond que sur la forme, un témoignage aussi précieux que percutant.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE :

 

 

 

 

 

C'est quoi : SECTION SPECIALE

 

 

C'est de qui ? E. DeMarsan

 

 

La Couv':

 

 

Resistenza!  /  Le Partisan  Vs.  Section Spéciale

 

 

Déjà entendu chez nous? Une paire de fois.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Elève de Michel Magne et collaborateur à ses débuts  de De Roubaix, De Marsan commence sa carrière pour le grand écran par deux films de Melville, et non des moindres : L’Armée des Ombres et Le Cercle Rouge.

 

Ce sont ces coups d’essai/coups de maître qui le mènent à travailler sur Section spéciale de Costa Gavras. Le scénario évoque la création, sous l’Occupation d’un tribunal secret destiné à juger les résistants.

 

Dés le thème principal, uniquement écrit pour percussions, De Marsan donne le ton, sa B.O sort des sentiers battus : sonorités inattendues, bourdonnements inquiétants,  piano désaccordé, cordes de guitares torturées … on est parfois plus dans le son d’ambiance (sombre et tendue) que dans la musique à proprement parler.

 

Et s’il est vrai que ce n’est clairement pas de la B.O à écouter en tant que telle,

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags