27 mars 2019 3 27 /03 /mars /2019 14:24
 

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  AUJOURD’HUI EST UN BEAU JOUR POUR MOURIR

 

 

C'est de qui ? Colo

 

 

La Couv':

 

Ne remettez pas à demain  /  Aujourd’hui est un beau jour pour mourir  Vs.  The Cloverfield Paradox

 

Déjà lu dans le coin? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Le Long Bec

 

 

Une planche:

 

Ne remettez pas à demain  /  Aujourd’hui est un beau jour pour mourir  Vs.  The Cloverfield Paradox

 

Ca donne Quoi ? Bien, commençons par dire que, si vous n’avez pas le moral, si vous vous sentez un peu dépressif, ce n’est peut être pas le bon jour pour entamer la lecture de cet album de Colo qui, d’une certaine façon, a crée là son From Hell à lui.

En effet si les deux œuvres ont des sujets et des portées fort éloignés, ils n’ont pourtant pas en commun que leur poids et leur généreuse pagination.

Noirceur du ton, originalité de la partie graphique, fond au service de la forme… nul doute qu’à l’instar d’un Allan Moore, Colo, auteur complet d’Aujourd’hui est un beau jour pour mourir, a crée là une œuvre qui sera marquante dans sa carrière (que l’on ne peut que lui souhaiter d’être aussi riche que celle du vieux barbu de Northampton).

 

Mais recentrons nous un peu sur l’album. Il y est question de plus sieurs personnages, entretenant des liens plus ou moins proches, aux vies fort différentes mais toutes reliées même si les fils qui les lient sont parfois infimes ou n’apparaissent que très tard dans l’histoire.

 

Dans une Espagne d’un futur proche, un dirigeant de laboratoire pharmaceutique sans scrupules va charger un tueur redoutable de propager un virus à la propagation aussi rapide qu’exponentielle qui rend les victimes dépressives au point d’en mourir.

 

Dans le même temps un mystérieux activiste pirate les réseaux télévisuels à intervalles irréguliers afin de semer le doute dans l’esprit des gens par rapport à la société qui les entoure.

 

Ne remettez pas à demain  /  Aujourd’hui est un beau jour pour mourir  Vs.  The Cloverfield Paradox

 

Au sein d’un chaos rampant inéluctable, qui va créer une crise sanitaire et sociale sans précédent et surtout sans remèdes, le reste du casting (un groupe de potes musiciens assez disparate, un vieil écrivain à la recherche de l’inspiration, un restaurateur friand d’histoires, notre tueur en roue libre, etc…) va tenter, bien vainement pour la plupart, de survivre.

 

Aujourd’hui est un beau jour pour mourir est un livre foisonnant, qui, de l’aveu même de son auteur, a été pas mal improvisé, et si cela se ressent parfois sur des longueurs inévitables sur un tel marathon (on parle toue de même de plus de 380 pages de bande dessinée ici !), on ne peut être qu’épaté par le résultat qui invoque des scènes qui commencent à nous être désagréablement familières et aborde des sujets sociaux, moraux voire philosophiques traités avec un certain talent et abordés par le biais d’images souvent fortes dans un style graphique très actuel, aux teintes de couleurs souvent sombres, évocatrices de l’ambiance générale fort noire du scénario.

 

Un album qui fera date à n’en pas douter, et pas que dans la carrière de son auteur.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : THE CLOVERFIELD PARADOX

 

 

C'est de qui ? B McCreary

 

 

La Couv':

 

Ne remettez pas à demain  /  Aujourd’hui est un beau jour pour mourir  Vs.  The Cloverfield Paradox

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Il y a une dizaine d’années de ça je me souviens avoir vu un film de SF dont la fausse bonne idée était d’être filmé à la façon d’un caméscope (à la manière du déjà pénible Blair Witch) pour faire croire que ce qui se passait dedans (New York attaqué par une grosse bestiole qui la détruire consciencieusement) était vrai.

Le nom de JJ Abrams associé au bouzin et une promo savamment agencée firent pour beaucoup dans le succès d’un film aussi fatiguant que moyen.

 

Quelle ne fut pas ma surprise, alors que je cherchais quelques B.O intéressantes à utiliser pour mes futures lectures, de découvrir que non pas une mais bien deux « suites » avaient vu le jour depuis, dont celle abordée aujourd’hui, qui date de l’année dernière.

 

C’est Bear McCreary qui est aux commandes de la musique de ce Cloverfield Paradox et vu qu’on a croisé le bonhomme une paire de fois chez nous je ne vous referais pas la bonne blague qu’un compositeur qui se prénomme Ours ne doit pas forcément avoir la patte fine (pour les moins anglophones de nos lecteurs, ceux qui dormaient en cours d’anglais dés la 6°, Bear est donc en effet la traduction d’ours).

 

Surtout qu’en plus d’être facile la remarque serait un peu déplacée vu que son boulot sur le film est relativement inattendu dans le genre. En effet il propose une variété de thèmes assez impressionnante avec des rappels entre eux intelligents que ce soit coté rythmique ou mélodique, des atmosphères qui évoluent de l’action à la terreur, sans pour autant oublier des respirations bienvenues, qui sonnent plus romantiques.

 

Au rayon des instruments solistes on retrouve là encore des choses insolites comme la flute et le violoncelle, bien exploités.

 

Il ne fallait pas moins coté changement et variation pour un récit aussi dense que l’album du jour.

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
26 mars 2019 2 26 /03 /mars /2019 06:46

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  ON MARS 2

 

 

C'est de qui ? Runberg & Grun

 

 

La Couv':

 

La Planète Rouge...sang!  /  On Mars 2  Vs.  Huger Games: Catching Fire

 

Déjà lus chez B.O BD? Oui sur le précédent

 

 

C’est édité chez qui ? Daniel Maghen

 

 

Une planche:

 

La Planète Rouge...sang!  /  On Mars 2  Vs.  Huger Games: Catching Fire

 

 

Ca donne Quoi ? Pour sauver sa peau Jasmine, ex flic piégée par sa hiérarchie et déportée sur la colonie pénitentiaire de Mars, s’est convertie à la religion de l’église Syncrétique, sorte de secte ayant une influence de plus en plus importante.

Rapidement ses nouveaux « amis » vont la solliciter pour diriger une opération de putsch contre les dirigeants et les colons.

 

Mais sur la planète rouge, en 2132, tout est comme aujourd’hui sur Terre : trahisons, gangs rivaux, conflits d’intérêts et autres attentats meurtriers sont le lot quotidien !

 

Second volet tout en tensions et en suspense de la série futuriste de Runberg et Grun ; le premier connaissant les ficelles du métier sur le bout des doigts et les tirant à bon escient pour proposer un scénario prenant, et le second, avec son style réaliste virtuose précis et détaillé mettant tout ça en image avec réussite.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : THE HUNGER GAMES : CATCHING FIRE

 

 

C'est de qui ? J. N. Howard

 

 

La Couv':

 

La Planète Rouge...sang!  /  On Mars 2  Vs.  Huger Games: Catching Fire

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Newton Howard déjà auteur de la B.O du précédent et ayant collaboré avec le réal de cette suite sur deux longs, joue ici sur du velours ; un peu trop même.

 

En effet on ne pourra que lever -souvent!- un sourcil circonspect à l'écoute de pas mal des pistes de son score de Hunger Games: Catching Fire tant le compositeur navigue entre thématiques attendues et auto-citation appuyée.

 

Après le bonhomme sait y faire, a visiblement les grands moyens à sa disposition et, quand il varie son orchestration, ne fait pas les choses à moitié. Néanmoins le trop est souvent l'ennemi du bien et sa partition vérifie souvent l'adage.

Cela étant, émotion, grand spectacle, changements d'ambiances et de rythmes soudains et réussis, sont légions et comme B.O de SF, ce Hunger Games ne démérite pas ; on ne lui en demandait pas plus.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
17 mars 2019 7 17 /03 /mars /2019 13:15

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  INFINITY 8. JUSQU'AU DERNIER.

 

 

C'est de qui ? Trondheim et Killofer

 

 

La Couv':

 

Huit à l'infini  /  Infinity 8. Jusqu'au dernier.  Vs.  Rollerball.

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour le scénariste.

 

 

C’est édité chez qui ? Rue de Sèvres.

 

 

Une planche:

 

Huit à l'infini  /  Infinity 8. Jusqu'au dernier.  Vs.  Rollerball.

 

Ca donne Quoi ? Point d'héroïne sexy pour cet ultime volet de la saga SF déconnante de Trondheim et ses compères puisque c'est le bedonnant et libidineux lieutenant Refo qui va dévoiler au grand jour le pot aux roses et tenter de sauver les meubles.

Il a découvert que le capitaine Tonn Chars - l'espèce de pieuvre géante au pouvoir de reboot- cherche en fait à se venger du reste de la galaxie pour avoir éradiquer sa race 30 ans auparavant.

 

Refo se révèle un sacré meneur d'homme, ou plutôt de femmes puisque nos agentes des précédents épisodes vont rempiler pour lui filer un coup de main salvateur.

 

Bon, voici donc la conclusion du concept Infinity 8 que d'aucuns avaient qualifié de « Donjon, mais dans l'espace ! ». Si cette série s'avère moins aboutie que cet imposant prédécesseur elle ne manque pas d'atouts comme on a pu le voir au fil des tomes précédents et comblera les amateurs du scénariste.

 

Killofer rend une copie des plus honorable, dans le top 3 de la série; avec des passages assez impressionnants de ci de là, bien mis en valeur par les couleurs de Tanja Cinna.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :ROLLERBALL

 

 

C'est de qui ? Previn et divers

 

 

La Couv':

 

Huit à l'infini  /  Infinity 8. Jusqu'au dernier.  Vs.  Rollerball.

 

Déjà entendu chez B.O BD? Certains oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Pour ajouter au décalage de cette conclusion d'Infinity 8 j'ai choisi la bande originale de Rollerball qui comporte une poignée d’œuvres classiques plus ou moins célèbres (dont certaines plus que moins, le Tocata en Ré mineur qui ouvre la galette par exemple) alternées avec des compositions d'André Previn qui va d'une musique descriptive aux accents assez baroques à un psychédélisme funky très début des années 70 ou guitares wah-wah et synthé sidéral se côtoient dans un groove des plus planant.

 

Le contraste entre des pièces de Shostakovitch, Tchaikovsky et le score à proprement, parler, contre toute attente, fonctionne plutôt pas mal, surtout avec un album comme celui du jour.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
14 mars 2019 4 14 /03 /mars /2019 15:41

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  SIR NIGEL

 

 

C'est de qui ? Gine & Seiter

 

 

La Couv':

 

Petit mais costaud  /  Sir Nigel  Vs.  Quentin Durward

 

Déjà lus chez nous? Oui les deux, mais pas ensemble.

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Une planche:

 

 

Petit mais costaud  /  Sir Nigel  Vs.  Quentin Durward

 

 

 

Ca donne Quoi ? Alors que l’Angleterre est empêtrée dans la Guerre de Cent Ans, Nigel un jeune fils de chevalier impétueux dont le domaine est criblé de dettes, tient tête au clergé et se lie d’amitié avec un chevalier qui le prend à son service en tant qu’écuyer.

Les voilà en partance pour rejoindre la guerre aux cotés du Roi.

 

Si l’on connaît Arthur Conan Doyle pour son célèbre détective privé, les aventures de Sir Nigel, contées dans le roman éponyme ainsi que dans La Compagnie Blanche, méritent largement le coup d’œil.

 

Roger Seiter, décidément à l’aise dans tous les genres, s’approprie ce héros haut en couleur (façon de parler vu que Nigel est relativement petit !) et en narre les histoires avec talent.

La partie graphique est assurée par Christian Gine dans un style franco belge des plus classique mais qui ne démérite pas sur ce récit médiéval entrainant.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : QUENTIN DURWARD

 

 

C'est de qui ? Bronislau Kaper

 

 

La Couv':

 

Petit mais costaud  /  Sir Nigel  Vs.  Quentin Durward

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

Ca donne quoi? A une époque où les films de chevalerie cartonnent Outre Atlantique, les studios exploitent le filon et l'acteur Robert Taylor enchaîne les rôles de preux au grand cœur.

 

Coté B.O Miklos Rosza est le spécialiste du genre mais est pris sur un autre projet à l'époque où ce Quentin Durward est lancé. C'est donc Kaper qui le remplace au pied levé mais l'humour et la légèreté que le compositeur sait insuffler à ses projets est le bienvenu puisque le film est également moins sérieux que ses prédécesseurs, de Ivanhoé aux Chevaliers de la Table Ronde.

 

Légèreté qui sied bien également à Sir Nigel qui prend ici des airs de grand film d'époque, la partition étant évidement riche en cuivres dignes d'une fanfare médiévale et autres morceaux de bravoure orchestrale!

 

 

- - - - - - - - - - 

 

Une chronique de Fab

Repost0
10 mars 2019 7 10 /03 /mars /2019 16:16

 

 

LA BD:

 

 

C'est quoi ?  VALOIS 2

 

 

C'est de qui ? Gloris & Calderon

 

 

La Couv':

 

 

Qui est contre eux?  /  Valois tome 2  Vs.  A Walk With Love and Death

 

Déjà croisés sur le site? Oui, ensemble même !

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Une planche:

 

Qui est contre eux?  /  Valois tome 2  Vs.  A Walk With Love and Death

 

 

Ca donne Quoi ? Alors que Blasco et Henry se préparent à reprendre le chemin des affrontements avec leur troupe de mercenaires, aux cotés du roi de France, Charles VIII qui, après Milan, ne compte pas s'arrêter en si bon chemin.

Mais c'est sans compter sans la rouerie des Borgia !

 

La grande force de Gloris est de savoir utiliser son background, ici un imbroglio politico- historique aux acteurs aussi multiples que complexes, à fond tout en déroulant le fil de son intrigue.

Le destin de nos deux héros aux gueules de stars s’entremêle avec fluidité à celui des grands de l’époque, les dirigeants Napolitains, Français Florentins et j’en passe, avides de pouvoir et de conquêtes (quelles soient terrestres ou charnelles).

 

Un second tome à la partie graphique toujours aussi savoureuse qui enfonce le clou du précédent et, dans la lignée qualitative de la collection des Reines de Sang, promet encore de passionnants rebondissements.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : A WALK WITH LOVE AND DEATH

 

 

C'est de qui ? G. Delerue

 

 

La Couv':

 

Qui est contre eux?  /  Valois tome 2  Vs.  A Walk With Love and Death

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? S'il a quelques belles B.O historiques dans sa discographie, il est regrettable que Georges Delerue n'en n'ait pas eu plus à écrire tant celles qu'il a composées sont réussies.

 

Pour ce film qui se déroule durant la Guerre de Cent Ans, Delerue renoue avec ce qui a fait la richesse de ses précédents scores : le mélange d'instruments classiques modernes et d'instruments typiques du moyen age et de la Renaissance : percussions, vents, viole de Gambe, orgues,...

 

La couleur historique est donc de mise, les motifs crées par le compositeur n'en ressortent que mieux.

Travaillant pour rien moins que John Huston, pointure américaine à l'époque, Delerue met tout son talent au service de sa musique, retrouvant la grandeur des Roi Maudits.

 

Ici l'ambiance est plus au drame et à la sensibilité sans pour autant manquer de pièces plus solennelles et marquantes.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags