28 août 2020 5 28 /08 /août /2020 09:41

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  TERRE. LE VIEUX MONDE.

 

 

C'est de qui ? Rodolphe & Dubois

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Daniel Maghen

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, ensemble d’ailleurs.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Mandor et les rescapés des terribles événements arrivés sur le vaisseau Jupiter s’approchent de notre bonne vieille Planète Bleue mais sont surpris par ce qu’elle est devenue.

Plus aucun humain ne semble la peupler, les vestiges de la civilisation auraient été complètement recouverts par la végétation, des restes de corps d’animaux hors norme jonchent les terres et des sortes de crocodiles géants attaquent leur vaisseau.

Lors d’une expédition de reconnaissance, Mandor et Beth découvrent une étrange bâtisse hors du temps où chats télépathes et rats géants ne sont pas les dernières de leurs déconvenues !

 

On ne change as une équipe qui gagne dit le dicton. La formule s’applique aussi bien à Rodolphe écrivant de la SF qu’au duo qu’il forme avec Dubois et qui a déjà ravi les fans du genre sur la trilogie précédente, TER.

On retrouve dans la première partie de ce nouveau cycle ce qui a fait la réussite du premier : des héros bien campés (quoiqu’un brin manichéens parfois), des éléments classique de S-F propices à des situations de suspense et de surprise nombreux et, surtout, une partie graphique réaliste d’une grande beauté, à mi-chemin du trait d’un Schuiten et d’un Manara.

(Ah tiens puisque l’on évoque le maestro de l’érotisme j’en profite pour évoquer mon seul petit bémol concernant le scénario de l’album : Beth se comporte un peu trop souvent comme une héroïne de l’artiste italien avec cet appétit sexuel qui touche presque à la nymphomanie, répliques à l’appui !)

 

Un nouvel arc que les amateurs de SF solide ne manqueront pas de découvrir.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :PROMETHEUS

 

 

C'est de qui ? M. Streitenfeld

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Probable

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Pas facile de succéder à des pointures comme Goldsmith, Horner ou même Goldenthal, surtout quand on a été en formation chez Remote Control la boîte de Hans Zimmer, l’homme qui a fait le plus de mal à la B.O des trois dernières décennies !

 

Mais devenu fidèle collaborateur de Ridley Scott (sur ce qui est à mon sens la moins intéressante partie de sa filmo cela dit), le compositeur teuton Marc Streitenfeld écope de la B.O de Prometheus, cinquième film de la franchise Alien, se déroulant avant le premier épisode.

 

Tout comme le film, la musique n’atteint pas les sommets que l’on aurait espérés. Néanmoins la dimension épique est belle et bien présente et ce grâce entre autre à la présence d’un orchestre de 90 instruments.

Les percussions et les cuivres sont les principaux éléments mis en valeur avec notamment des références au score de Goldsmith, subtiles mais bien présentes, remaniées à la sauce années 2010. La galette réserve de plus quelques beaux moments de tension élevée qui n‘ont pas à rougir face aux standards du genre.

 

Streitenfeld a aussi eu l’idée saugrenue de faire jouer des parties de sa partition à l’envers puis de les remettre à l’endroit en post prod’ créant une étrange atmosphère qui sied aussi bien au film qu’à pas mal de séquences de Terre, notamment celles de la seconde partie dans la grande maison abandonnée.

 

 

 

---------------

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
23 septembre 2019 1 23 /09 /septembre /2019 09:51

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LES SANS VISAGES

 

 

C'est de qui ? Pierre Dubois & Kas

 

 

La Couv':

 

 

 

C’est édité chez qui ? Le Lombard

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour Pierre Dubois.

 

 

Une planche:

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? En pleine Guerre de Trente Ans, une bande de soldats disparates qui ont choisi de cacher leurs visages sous des masques de bêtes, échappent à une armée adverse en se réfugiant dans une vallée cachée où vit en paix une communauté idyllique.

 

Nos soudards décident de rester, tenus par une main de fer par leur capitaine et peu à peu, malgré les réticences du « maître des lieux » se font accepter par les habitants du val.

 

Mais la nature humaine bestiale reprend le dessus et le bannissement de l'un d’entre eux va amener le malheur sur la communauté.

 

L'elficologue Pierre Dubois continue de se diversifier après les deux très bons westerns déjà au Lombard, il  revient ici avec une fiction au background historique   fort peu évoquée en BD (même si, au final, un peu anecdotique).

 

Ses héros sont bien campés, même si certains sont un rien manichéens, et son scénario mélange habilement les genres, de la fantasy au western, le tout avec une pincée de féerique comme il en a le secret.

 

Pour rendre l’ambiance de l'album, la partie graphique a été confiée à Kas qui, malgré une longue carrière dans le médium, n'était jamais apparu sur le site, manque qui vient se combler de la plus agréable des façons.

Son trait semi réaliste dans la veine de celui d'un Rosinsky apporte ce qu'il faut à la fois de bucolique et de furieux à l'histoire de son scénariste.

 

Un one shot réussi (encore une fois) pour la collection Signé.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

 

C'est quoi :THE BOUNTY

 

 

C'est de qui ?Vangelis

 

 

La Couv':

 

 

 

Déjà entendu chez B.O BD?Probablement une fois ou deux.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Etonnamment le dernier long métrage en date s’inspirant de la révolte du Bounty, date d’il y a presque 35 ans et Hollywood, pourtant habitué aux remakes de tous poils, ne s’y est plus intéressé depuis alors qu’avec les effets spéciaux d’aujourd’hui il n’y aurait même plus besoin de s’embêter à tourner sur un vrai bateau sur une mer réelle ;  gageons que l’échec commercial du film de 1984 n’incite pas les studios à…se mouiller !

 

Mais revenons à nos moutons, et à la B.O du film en question. Nous sommes au milieu des années 80 et le Bounty regroupe au générique les stars de l’époque (et d’autres plus vieillissantes) telles que Mel Gibson, Anthony Hopkins, Laurence Olivier, Daniel Day-Lewis et Liam Neeson, le compositeur d’origine grecque Vangelis qui vient d’exploser sur grand écran avec les score des Chariots de Feu et du Blade Runner de Scott, est choisi en lieu et place du grand Maurice Jarre, décision qui, si compréhensible à l’époque, s’avère regrettable aujourd’hui, les synthétiseurs n’ayant évidemment pas passé l’épreuve du temps.

 

La partition de Vangelis sera d’ailleurs assez critiquée pour ce choix d’instrumentation sur un film en costume même si les ambiances et le savoir faire du musicien font souvent passer outre.

 

D’ailleurs à la lecture des Sans Visages, moi qui y suis pourtant allergique, je n’ai que rarement tiqué sur les sons de synthés tant l’expression du suspense sur des parties relativement sombres est efficace. On regrettera par contre  la boite à rythme, heureusement rare pour ne retenir que l’enchainement de nappes atmosphériques certes surannées mais hypnotiques.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
24 février 2019 7 24 /02 /février /2019 13:19

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  TER. L’IMPOSTEUR

 

 

C'est de qui ? Dubois et Rodolphe

 

 

La Couv':

 

(Un peu plus de ) Science (Toujours plus de ) Fiction  /  Ter 3  Vs.  Arkham Asylum

 

Déjà croisés sur le site? Oui sur les précédents.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Daniel Maghen

 

 

 

Une planche:

 

 

(Un peu plus de ) Science (Toujours plus de ) Fiction  /  Ter 3  Vs.  Arkham Asylum

 

Ca donne Quoi ? Nos héros ont découvert d’autres habitants sur l’autre extrémité de l’immense vaisseau Jupiter mais la surprise n’en n’a été que plus désagréable, ces derniers s’étant révélés des fanatiques religieux dont la conviction est qu’il faut laisser dériver le vaisseau.

 

Après des affrontements sanglants et une tentative avortée d’évasion Mandor se retrouve prisonnier, séparés de ses amis, dont certains ne survivent pas, et va faire une découverte traumatisante.

 

Fin du premier cycle de la série SF de Rodolphe et Dubois, avec autant de tension que d’émotion dans ce troisième tome qui annonce un nouvel épisode sur Terre (avec d’ailleurs un aperçu sous forme de cahier graphique en fin d’album).

 

Le scénario pioche dans quelques ficelles classiques du genre en les mélangeant avec savoir faire et le dessin réaliste de Dubois est toujours aussi précis, efficace, pour ne pas dire spectaculaire parfois.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : BATMAN ARKHAM ASYLUM

 

 

C'est de qui ? Nick Arundel & Ron Fish

 

 

La Couv':

 

(Un peu plus de ) Science (Toujours plus de ) Fiction  /  Ter 3  Vs.  Arkham Asylum

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Premier épisode d'une série de jeux vidéo à succès -mérité- dans la lignée des films de Nolan, Arkham Asylum, inspiré du comics culte du même nom, fait honneur à l'univers du Dark Knight par sa réalisation, son game-play, son univers et, last but not least, sa B.O.

 

Sombre pour ne pas dire crépusculaire, avec une orchestration et des arrangements dignes d'une grosse production cinématographique, jouée par un orchestre philharmonique où les cuivres sont particulièrement mis en avant, la musique composée à quatre mains par Arundel & Fish, qui assureront d'ailleurs les suites, est une réussite dans le genre.

 

Bien adaptée à l'atmosphère bien plus sombre de ce troisième épisode de Ter.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
9 novembre 2018 5 09 /11 /novembre /2018 09:21

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  TEXAS JACK

 

 

C'est de qui ? Dubois et Armand

 

 

La Couv':

 

Western circus  /  Texas Jack  Vs.  Hatfields and Mc Coys

 

Déjà croisés sur le site? Oui, ensemble et séparément.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Le Lombard.

 

 

 

Une planche:

 

Western circus  /  Texas Jack  Vs.  Hatfields and Mc Coys

 

Ca donne Quoi ? Texas Jack est un tireur émérite adulé du public grâce à son show et ses exploits relatés dans des « dime novels » qui se vendent comme des petits pains ; pas étonnant qu'un jour un envoyé du gouvernement vienne le débaucher pour se débarrasser d'un desperados et de sa bande qui terrorisent une région.

Le seul petit soucis c'est que ce bon vieux Jack n'a jamais tiré que...sur des assiettes ! Heureusement que sa route va croiser celle de Sykes, marshall fin tireur.

 

On sait Dubois grand conteur, on connaît Dimitri Armand comme l'un des meilleurs dessinateurs de sa génération dans sa partie ; si leur première collaboration convainquait malgré un certain classicisme, ce nouvel album confirme l'alchimie des deux artistes.

 

Une idée de base peu commune qui fonctionne bien -l'anti-héros propulsé sur le devant de la scène qui va devoir composer avec le vieux briscard et l'ennemi ogresque à l'esprit retors- des dialogues bien amenés et, surtout, une partie graphique aux influences digérées qui fait souvent mouche.

 

Si pas exempt de -petits -défauts, on a par exemple un peu de mal parfois à distinguer des personnages à la pilosité très similaire, ce Texas Jack, en plus de ses qualités intrinsèques, a le mérite de proposer un western digne de ce nom et original à la fois ce qui, de nos jours, relève presque de la gageure !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :HATFIELDS AND MCCOYS

 

 

C'est de qui ? Debney & Morales

 

 

La Couv':

 

Western circus  /  Texas Jack  Vs.  Hatfields and Mc Coys

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui pour Debney.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Debney qui, étonnamment, dans une carrière qui couvre quatre décennies n'a jamais mis en musique de western (si ce n'est une série mineure sur le Pony express) et ce malgré un panel très large de genre-s'associe ici à Tony Morales pour le score de cette mini série sur deux familles à couteaux tirés dans l'Ouest Américain qui voyait le retour à l'écran -temporaire-de Kevin Costner et Bill Paxton.

 

Si l'on passera les pistes un peu trop mélodramatique, notamment grâce à une très belle voix féminine, le reste de la B.O contient de beaux moments de bravoure.

On sent que les deux compositeurs se sont calés dans les traces de la partition de l'excellente série Hell On Wheels avec force guitare dobro et violons, aux connotations forcément western.

 

Action et tension sont au rendez-vous d'une galette qui, si elle ne brille pas vraiment par son originalité, a le mérite de bien remplir son office, que ce soit sur la série comme sur Texas Jack.

 

 

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
21 octobre 2017 6 21 /10 /octobre /2017 16:44

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

 

 

C'est quoi :TER. 2 LE GUIDE

 

 

C'est de qui ? Rodolphe & Dubois

 

 

La Couv':

 

Retour sur Ter  /  Ter 2  Vs.  Blade Runner 2049

 

Déjà lus sur B.O BD?Oui, Rodolphe souvent et Dubois sur l’album précédent.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Daniel Maghen

 

 

 

Une planche:

 

 

Retour sur Ter  /  Ter 2  Vs.  Blade Runner 2049

 

Ca donne Quoi ? Souvenez-vous du cliffhanger vertigineux du tome précédent, digne de celui du final de la Planète des Singes, où les protagonistes de cette saga futuriste et humaniste réalisaient qu’ils n’étaient pas sur Terre.

Le vaisseau sur lequel, au fil des années s’est amassée une couche de sable et leur a permis de vivre et de construire (oui, c’est de la S.F pour ceux que je vois relever le sourcil au fond là bas !) se met alors à bouger et c’est la panique.

Notre pauvre Mandor est désigné comme responsable par les habitants de TER et, alors qu’il est capturé par ceux d’en haut afin d’être jugé, il a la vision de l’intérieur du vaisseau.

 

Tout le monde s’y rue pour échapper au désastre mais ce qui les attend à l’intérieur n’est guère plus enviable !

 

Un peu moins de légèreté, plus de tension, Rodolphe, en scénariste de métier, n’hésites pas à tirer savamment les ficelles du genre, à le mélanger à d’autres, quitte à faire passer des pilules parfois un brin grosses, pour proposer une saga de SF classe.

 

La narration, le découpage et le trait réaliste et  fort détaillé de Christophe Dubois est très à propos ici, apportant une dimension fantastique à un univers original et attrayant qui se place parmi les grandes séries du genre.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

 

C'est Quoi ? BLADE RUNNER 2049

 

 

C'est de Qui ?  H.Zimmer & B. Wallfisch

 

 

La couv' 

 

Retour sur Ter  /  Ter 2  Vs.  Blade Runner 2049

 

Déjà entendu sur B.O BD? Oui pour Zimmer, pas sur pour son séide.

 

 

On peut écouter?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Passons sur la fort probable inutilité d’imposer un remake de l’un des films de SF considéré par d’aucuns comme une œuvre majeure, sinon emblématique du genre (notre cher Lio ne tarit d’ailleurs pas d’éloges à son sujet, souvenez-vous) qui en dit de nouveau long sur l’incapacité –dirais-je stérilité ?- d’Hollywood à retrouver un souffle perdu voilà déjà des décennies, pour nous intéresser à sa B.O.

 

Idée Ô combien audacieuse (à moins qu’elle ne soit juste complètement stupide, j’hésite) de remplacer le visionnaire Vangelis, dont la musique à base de synthétiseurs habités et d’électronique planante est certes complètement datée aujourd’hui, par la définition même de la B.O formatée à grands renforts d’effets explosifs, le teuton Hans Zimmer.

 

Pas étonnant que Johann Jóhannsson ait quitté le bateau en cours de route, en effet, de son propre aveu Villeneuve, réalisateur de cette resucée au casting improbable (Ryan Gosling, sérieusement ?!), voulait une B.O faisant référence à celle de l’original.

Qu’à cela ne tienne, Zimmer, spécialiste des photocopies, s’est appuyé lourdement sur la partition de Vangelis sans jamais pourtant arriver à atteindre l’inventivité et le lyrisme de cette dernière. De plus, chassez le naturel… dés que l’action est au rendez-vous, le boss de Remote Control et son pote Wallfisch (là aussi on se demande pourquoi il fallait être deux, mais bon !) ressortent l’artillerie lourde et range la finesse au placard.

 

Une musique ambiante trop attendue, aux éclats pyrotechniques marqués, qui, si ell ne fera pas oublier son modèle, sert plutôt pas mal de score de saga SF d’envergure, et ça tombe bien, c’est ce à quoi on la destinait !

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags