29 décembre 2022 4 29 /12 /décembre /2022 13:24

LA BD:




 

C'est quoi ? DINGO QUICHOTTE


 

C'est de qui ? Vitaliano et Sciarrone


 

La Couv':


 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Non


 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Et de trois! Après Dracula et Duckenstein, j’ai eu l’occasion de lire ce Dingo Quichotte, sorte de réécriture moderne du roman de Cervantes.


 

Don Quichotte est typiquement, probablement même plus que les deux cités ci dessus, le genre d’oeuvre que tout le monde pense connaître mais que peu ont lu, si ce n’est par bribes pendant le cursus scolaire.


 

Si j’avais un peu tiqué sur certaines libertés prises dans les adaptations précédentes, là on se retrouve tout de même fort éloigné de l’intrigue d’origine avec des éoliennes en guise de moulins qui se transforment en robots!

 

Du coup j’ai moins apprécié ma lecture mais, une fois encore, le public jeunesse y trouvera son compte, comme ce fut le cas de mon cadet qui a beaucoup aimé que ce soit le rythme, l’humour comme l’aventure en général.


 

Mention très bien par contre à la partie graphique, l’artiste italien Claudio Sciarrone prouvant, comme ses compatriotes responsables des autres albums, qu’il maîtrise le style Disney sur le bout des doigts et sait marier les influences d’hier avec la dynamique d’aujourd’hui; en même temps, après plus de 30 ans à bosser pour les studios aux grandes oreilles, le contraire eût été étonnant.





 

LA MUSIQUE:




 

C'est quoi :FANTOMES EN FETE


 

C'est de qui ? D. Elfman


 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui


 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Si l’on s’est beaucoup intéressé aux grands succès de sa carrière on a finalement assez peu couvert les débuts de Danny Elfman.

Et c’est d’autant plus dommage que la décennie qui l’a vue s’imposer peu à peu au cinéma est également l’une de celle qui recèle les choses les plus intéressantes.

En effet, fort de déjà deux collaborations avec celui qui allait devenir son réal fétiche – Tim Burton- Elfman en est encore à rechercher ce qui va définir son style.

 

Dans cette comédie américaine où Richard Donner adapte le Conte de Noel de Dickens (tiens encore un conte), Elfman reprend les formules qui ont tant plus sur Pee Wee et, surtout, Beetlejuice : chœurs enfantins qui semblent tout droit sortis d’une chorale  d’halloween de noël, cuivres et cordes virevoltants dignes d’une bande son classe de film d’animation et parodie des B.O d’épouvante old school.

 

En substance ce sont déjà les thèmes de Batman (l’année suivante) ou encore Edward aux mains d’argent qui prennent forme ici et entendre le compositeur faire preuve d’une fraicheur encore intacte est un vrai plaisir, surtout pour lire ce Dingo Quichotte actualisé.





 

---------------

Repost0
19 octobre 2022 3 19 /10 /octobre /2022 09:30

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? TERROR ISLAND

 

 

C'est de qui ? A. Nesme

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Mickey, Donald et Dingo ont décidé de relancer leur agence de détectives mais cette fois ci…sur l’eau !

Après avoir acheté et monté un bateau en kit, nos 3 détectives bras cassés se lançent dans leur nouvelle enquête : retrouver monsieur Pepermint, disparu lors de l’exploration d’une ile mysatéruieuse qui recelerait un trésor.

 

Trésor qui a attisé la convoitise légendaire de Pat Hibulaire, accompagné de Ratineau ; les deux lascars étant bien décidés, une fois sur place, à se débarrasser de la souris et de ses deux compagnons.

 

Mais tout ce petit monde n’était pas préparé à ce qu l’ile leur réserve de surprises macabres et autres dangers effrayants.

 

Après un Horrifikland graphiquement bluffant mais au scénario très enfantin, Alexis Nesme revient seul à la barre de son navire en kit et propose une nouvelle aventure à mon goût plus intéressante et « intergénérationnelle » avec toujours force humour et, surtout, un coup de crayon magistral, dans un style illustratif travaillé,  qui trouve ici un terrain de jeu idéal pour faire preuve de sa maestria.

 

 

Les décors de jungle sont truffés de détails, les scènes maritimes sont superbes et Nesme se permet même de jolies trouvailles narratives aux mises en page réjouissantes.

 

Une belle réussite sur le fond comme sur la forme dans une collection qui comptait déjà quelques pépites.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :LE CORPS ET LE FOUET

 

 

C'est de qui ? C. Rusticelli

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

Ca donne Quoi ? Au début des 60’s, l’un des plus célèbre Dracula du grand écran commence à enchainer les sériez Z d’épouvante à l’image de ce long réalisé pourtant par Mario Bava dont on ne retient aujourd’hui que la partition de Carlo Rusticelli.

 

 Dans un pays qui compte les stakhanovistes de la B.O de film par poignées, Rusticelli est probablement le plus gros pourvoyeur sans pour autant que sa production s’en ressente (enfin pas trop).

 

 Il signe ici un score proche des classiques de la Hammer, avec tout l’attirail du genre, des cordes stridentes aux cuivres menaçants en passant par les percussions grondantes.

 

Pas d’une originalité à s’en relever la nuit certes mais doté d’un aspect suranné très fun avec cette Ile de la Terreur disneyenne.

 

 

 

 

---------------

Repost0
4 octobre 2022 2 04 /10 /octobre /2022 07:27

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? DRACULA

 

 

C'est de qui ? Enna & Celoni

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Non

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Mickey…euh pardon, Jonathan Ratker, rend visite au comte Dracula en Transylbetteravanie afin de lui faire signer les contrats des maisons que le comte a acheté à Londres et ses alentours. Mais bien vite la souris va se rendre compte que Dracula n’est pas le vieillard excentrique qu’il semble être et qu’une terrible menace plane sur les londoniens, à commencer par Minnina, la fiancée de Ratker.

 

 

En effet, peu de temps après, alors que Jonathan n’est toujours pas rentré dans la capitale, d’étranges évènements s’y passent, à commencer par la maladie inexpliquée de Clara-Lucillia et sa soudaine passion pour la betterave.

 

Heureusement Dingo…euh, Van Helsing, vole au secours de tout ce petit monde mais Dracula est un adversaire redoutable.

 

 

Dracula est probablement, avec le Portrait de Dorian Gray d’Oscar Wilde, l’un des romans que j’ai le plus lu et aimé dans ma jeunesse.

Néanmoins, de par sa forme épistolaire, sa pagination et, évidemment, son contenu, je ne l’ai toujours pas conseillé à mes enfants (et ce malgré les 13 ans révolus de l’ainée).

 

 

Disney, via sa branche italienne et, aujourd’hui Glénat, me facilite donc la tâche avec cette adaptation où Mickey et ses amis tiennent les rôles principaux, signée par un duo d’auteurs déjà responsables d’autres titres dans cette collection dédiées aux œuvres littéraires.

 

 

Si, je l’avoue, j’ai un peu tiqué sur cette histoire de betterave en lieu et place du sang et quelques traits d’humour saugrenus, (mais gardons à l’esprit que l’on est dans de la BD jeunesse avant tout), ce Dracula est plutôt fidèle, gardant par exemple en partie le principe du récitatif de l’original, effrayante juste ce qu’il faut, et le casting est amusant.

Cependant pour quelqu’un qui ne connaît pas l’histoire (en l’occurrence mon cadet), certaines transitions et ellipses manquent un peu de clarté.

 

 

Les graphismes sont quant à eux très réussis, avec des décors détaillés et des scènes dynamiques dans lesquels évoluent les personnages familliers de l’univers Mickey, tous bien transformés ;  le tout est bien mis en valeur par des couleurs et teintes très…gothiques !

 

 

Comme pour la poignée d’autres adaptations littéraires déjà parues chez nous (et d’autres restent à venir si l’on se base sur la production transalpine), la démarche est appréciable et l’on fait le vœux pieux qu’elle donne envie au lectorat qui ne les connaitrait pas, de se pencher sur les œuvres originales.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE DEMON BARBER OF FLEET STREET.

 

 

C'est de qui ? S ? Sondheim

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Pour accompagner cette version aux grandes oreilles du classique de Bram Stoker il fallait quelque chose de bien grandiloquent voire limite décalé.

Quoi de mieux que de la B.O de Tim Burton pour l’occasion ?!

 

Le réal’ fait ici une infidélité compréhensible à Danny Elfman, son compositeur attitré qui laisse la place à Stephen Sondheim qui, dans le monde de la comédie musicale ce n’est pas n’importe qui.

Le monsieur a quand même écrit, entre autres, pour West Side Story. Féru du Golden Age de la musique de film Hollywoodienne, sa partition le prouve via une utilisation intéressante des cordes, légèrement dissonantes, en hommage à Herrmann dont les musiques de film l’ont inspiré pour Sweeney Todd.

Si volontiers parodique, voire démonstrative, la B.O ne se cantonne pourtant pas au registre de l’horreur et du fantastique, ce qui s’est révélé tout à fait de rigueur.

 

 

 

 

---------------

Repost0
1 août 2022 1 01 /08 /août /2022 09:51

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? DONALD ET LA MISSION JUPITER

 

 

C'est de qui ? L. Bottaro et d’autres.

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Pas sur.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Dés les années 30 et leur arrivée en Italie, les histoires des héros de Disney, Mickey et Donald en tête, ont connues un tel succès que rapidement les éditions transalpines ont produit leurs propres aventures, écrites et dessinées sur place.

 

 

Parmi la ribambelle d’artistes, souvent tout aussi talentueux que leurs illustres modèles, Carl Barks et Godferson en tête, Luciano Bottero s’est imposé comme une des figures de proue, créant même un studio de dessinateurs pour satisfaire à la demande des lecteurs.

3 des récits proposés dans cette Mission Jupiter impliquent, face à Donald, oncle Picsou, Daisy ou encore Géo Trouvetout, des races d’extra terrstres assez cocasses, que ce soient les saturniens revanchards emmenés par leur chef imbu de sa personne ou les jupitériens friands de métaux, à comnencer par …l’or de Picsou !

 

 

Si, graphiquement, le trait est réussi, dans l’esprit des influences américaines citées plus haut, coté scénario j’ai moins accroché à des histoires où l’humour est certes le maître mot mais sans intrigue prenante dans aucun des récits.

 

Même l’histoire avec Dingo et la sorcière Hazel, qui aurait pu être intéressant vu qu’on y croise les personnages d’Alice au pays des merveilles, reste aussi anecdotique que les autres.

 

 

Mes deux enfants, d’habitude friands des publications estampillées Disney, n’ont d’ailleurs pas non plus beaucoup accroché à ce recueil.

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : LES INDESTRUCTIBLES.

 

 

C'est de qui ? M. Giacchino

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Initialement proposée au grand John Barry, qui n’a pas souhaité se singer lui-même, la B.O du premier volet des Indestructibles (étrange traduction du titre américain mais passons) est confiée à Michael Giacchino qui, en accord avec les souhaits du réal, donne une couleur clairement sixties à sa partition.

 

 

Les cuivres sont donc bien entendus les stars principales de ce score endiablé qui emprunte aux meilleures musiques des James Bond, celles signées par John Barry justement, le tout saupoudré d’une bonne touche d’humour typique du film d’animation à grand spectacle.

 

Ajoutez à cela quelques gimmicks de B.O de super-héros, notamment sur les thèmes dédiés aux scènes d’action, et vous obtenez une musique de qualité, certes un brin pastiche par moments mais enjouée et riche, juste ce qu’il fallait pur relever la lecture de ce Disney spatial loufoque.

 

 

 

 

---------------

Repost0
15 juillet 2022 5 15 /07 /juillet /2022 12:17

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? LA LEGENDE OUBLIEE DE PERCEVAL

 

 

C'est de qui ? Brrémaud & Bertolucci

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, ensemble même.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Le duo magique derrière la série Love et Brindille nous propose avec cette mini série en quatre tomes une relecture de l’origine de l’un des plus emblématiques chevalier de la Table Ronde, Perceval (pas celui de Kaamelott hein ! Enfin, si, un peu en fait, mais non).

 

C’est un jeune garçon qui a grandi dans un ferme et à qui la mère a caché ses véritables origines que l’on suit dans ce tome d’introduction.

Découvrant une invasion saxonne, et, par la même, que son père et ses frères sont morts en servant le Roi Arthur, Perceval quitte la maison accompagné de son hermine domestique.

 

Le duo va faire la connaissance de Noisette, une fée qui elle aussi part en quête afin de sauver son peuple dont la magie s’estompe dramatiquement.

 

 

On retrouve dans Perceval à la fois la poésie fantasy-bucolique et le style graphique disneyen délié de Brindille pour un début de récit prometteur où humour et aventure font bon ménage, qui n’est pas sans faire penser à la fois aux romans initiatiques classiques mais aussi à certains grands long métrages de Disney.

 

Un titre multigénérationnel qui tombe à pic pour lire avec vos enfants cet été !

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? DONALD LE CHEVALIER DEJANTE. LE CHEVALIER MASQUE.

 

 

C'est de qui ? S. Ambrosio & L. Pastrovicchio

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Heritage

 

 

Déjà croisés sur le site? Non

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Ecuyer rêvant de gloire mais freiné dans ses aspirations par son oncle, le roi Picsou, Donald, après avoir sauvé Géo, l’inventeur slash sorcier, hérite d’une amulette lui permettant de se transformer en un preux chevalier qui va mettre en déroute les ennemis du royaume.

Mais pour que la magie opère, Donald doit à tout prix se garder de révéler son secret et, donc, continuer à subir les quolibets de son entourage, à commencer par ses 3 neveux ou encore le chevaliers de la Table Ronde, pourtant pas reluisants !

 

On retrouve dans cette série transalpine tout le casting habituel des aventures de Donald (il y a même les Rapetout, Miss Tick, Géo Trouvetout…) transporté dans un univers médiéval où le scénariste recycle, avec métier, le coup du héros qui doit dissimuler sa véritable identité (de Zorro à Batman et j’en passe).

 

L’humour est omniprésent, le dessin et la couleur sont très bons, dans l’esprit des Mickey Parade que je lisais quand j’étais gamin et on sent que les auteurs italiens maitrisent les codes disneyens universels, mes deux enfants ayant aussi beaucoup apprécié ces aventures de chevaliers palmipèdes (et pas que)

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :IVANHOE

 

 

C'est de qui ? M. Rozsa

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Ivanohe, est un de fleurons de la discographie de Miklos Rozsa qui compte pourtant quelques-unes de plus belles B.O du 7° Art de son époque (et pas que).

 

Puisant son inspiration dans la musique médiévale et des mélodies juives pour la majeure partie, thème excepté, et employant ses habituels rythmiques très percussives pour les passages d'action, le compositeur d'origine hongroise met de côté ses habitudes emprunts au folklore européen et utilise quasi exclusivement des instruments classiques avec l'ajout d'une guitare soliste qui amène à la fois une touche surannée et une couleur exotique.

 

Un score clairement old school dont le coté suranné a parfaitement collé avec les deux albums jeunesse du jour.

 

 

 

 

 

---------------

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags