5 mars 2022 6 05 /03 /mars /2022 09:01

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? LA TERRE, LE CIEL, LES CORBEAUX

 

 

C'est de qui ? Radice & Turconi.

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, ensemble.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Pendant la Seconde Guerre Mondiale, deux soldats, un allemand et un italien, s’évadent d’un camp de prisonniers en Russie en emmenant un gardien comme otage.

 

Le périple vers l’ouest est difficile et dangereux, la tension entre les 3 hommes est palpable, l’allemand est irascible, le russe inquiet et l’italien idéaliste.

Face à la réalité de la guerre et l’hostilité de l’hiver, les épreuves vont rapprocher ces soldats que tout oppose, jusqu’à la langue puisqu’ils ne se comprennent quasiment pas.

 

Nouvel album du couple transalpin qui nous a offert deux récits de mers et quelques disneys, avec un sujet aussi inattendu que fort.

 

Si l’idée de la barrière de la langue, les différences marquées entre les caractères des protagonistes  et les rebondissement du scénario sont intéressants, j’ai trouvé que Teresa Radice se laissait souvent emporter par le lyrisme de son récitatif.

En effet l’histoire est racontée par la voix off du soldat italien qui digresse beaucoup et rend l’album, à la pagination généreuse, parfois un peu redondant à lire.

 

Le dessin disneyen de Turconi lui par contre est toujours aussi beau, les étendues enneigées de Russie lui réussissent bien et il apporte à cette histoire dure une distanciation bienvenue.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :L’ETRANGE HISTOIRE DE BENJAMIN BUTTON

 

 

C'est de qui ? A. Desplats

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Alors que sa carrière internationale commence à être bien établie, Desplats est approché par David Fincher pour mettre en musique son nouveau film, au sujet  et à l’ambiance fort loin des précédents qui ont fait son succès.

 

Le compositeur français livre une partition fleuve, aux atmosphères variées et à l’unité assez forte malgré des sonorités et des arrangements parfois déroutants.

Avec son thème principal doux-amer, sa variété d’instruments utilisés (mention spéciale à la harpe et aux idiophones), le score de Benjamin Button porte l’empreinte de son auteur, avec ses répétitions de notes, ses ostinatos, son romatisme, appliquée à un film américain certes imparfait mais à l’originalité certaine.

 

Une variété et une qualité qui ont bien profitées à la lecture de l’ode à l’humanité de Radice et Turconi.

 

 

 

 

---------------

Repost0
13 août 2019 2 13 /08 /août /2019 09:46

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  THE BRIDGE

 

 

C'est de qui ? Tomasi & Duvall

 

 

La Couv':

 

Déjà croisés sur le site? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Kamiti

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? The Bridge est une évocation fouillée et souvent émouvante de la création du pont magistral qui relie New York et Brooklyn, par la famille Roebling et les dizaines d'hommes qui les ont accompagnés dans cette entreprise dantesque.

Construction qui durera près de quinze ans et coûtera la vie au père- John-, la santé au fils – Washington -dont l'épouse - Emilly- prendra la relève quand il ne pourra plus se rendre sur le chantier.

 

Voilà Peter Tomasi bien loin de son champ d'action habituel puisque on le croise en général sur du récit de super héros.

Il a choisi de s’intéresser à un destin hors du commun tout comme le monument dont il est question.Fort documenté et bien narré, l'album aurait cependant gagné à être plus concis parfois.

 

Le trait de Sara Duvall surprend de prime abord avec ce style qui emprunte aux cartoon mais aussi un peu à une certaine école du manga, mais se révèle rapidement très adapté à un scénario auquel elle apporte une touche d'originalité souvent bienvenue

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : THE KING'S SPEECH

 

 

C'est de qui ? A. Desplats

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Intéressante partition de Desplats qui, souhaitant coller à la particularité du scénario, a produit un travail poussé sur la gestion des silences du rythme et de la sonorité de sa musique.

 

Fidèle à certains de ses instruments de prédilection, le piano et les cordes ici, le compositeur français les enrichit de çi de là avec un hautbois et une harpe, insistant sur le caractère triste du film, poussant même le concept jusqu'à opter pour une approche voisine du minimalisme dans la répétition d'un thème à peu de notes pour illustrer le problème d'élocution du Roi.

 

Un score inhabituel et très réussi, qui sera d'ailleurs nommé aux Oscars, et qui, grâce à son ambiance aérienne mais profonde, accompagne bien l'épopée de la construction du pont de Brooklyn.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
6 février 2018 2 06 /02 /février /2018 13:03

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : LES DANOIS

 

 

C'est de qui ? Clarke

 

 

La Couv':

 

L'amour d'une mère est plus profond que l'océan  /  Les Danois vs La jeune fille à la perle

 

Déjà croisés sur B.O BD? oui

 

 

Une planche:

 

L'amour d'une mère est plus profond que l'océan  /  Les Danois vs La jeune fille à la perle

 

Ça donne Quoi ? Quand des enfants à peau blanche, blonds et aux yeux bleus naissent dans des familles issues de l'immigration au Danemark, le monde scientifique commence à se poser des questions. Un journaliste mène l'enquête pour tenter de comprendre si le phénomène a été provoqué ou si c'est une mutation spontanée (ce qui serait surprenant avec plus de 800 cas assez rapprochés).

 

Clarke a écrit avec cette fable humaniste un livre que j'ai trouvé original et plutôt décapant. Mais si cette mutation pouvait arriver "en vrai", que se passerait-il? Les évènements que décrit Clarke sont tout à fait réalistes et inquiétants : rejets, émeutes, ghettos où parquer les immigrés, peur de la contamination…

 

Je n'ai pas pu m'empêcher de penser au livre "Les coucous de Midwich" de John Wyndham et ses adaptations au cinéma sous le nom de "Village des damnés". Dans celle de Wolf Rilla en 1960, il est évoqué le fait que plusieurs communautés dans le monde ont été touchées par la naissance d'enfants blonds aux yeux dorés. Mais dans les villages inuits ou africains, les enfants ont été massacrés et parfois les mères aussi. Comme le film se passait en pleine guerre froide, il évoquait le sort d'un village en URSS qui avait été détruit dans un bombardement tuant tous les habitants en même temps que les enfants.

 

J'ai aussi pensé au film Yol du cinéaste turc Yılmaz Güney dans lequel la famille d'un prisonnier, en permission de sortie d'une semaine, lui commande de tuer sa femme qui l'a trahi pendant son incarcération… un crime d'honneur! Je suis sûre que Clarke a pensé à des infanticides et/ou assassinats des mères, même s'il ne l'a pas écrit.

 

Le traitement graphique est de qualité comme toujours avec Clarke qu'il soit dans un registre comique ou réaliste.

 

J'aime particulièrement la couverture qui mériterait une place dans les musées à côté des plus belles peintures de "Vierge à l'enfant" tant l'amour que cette femme porte à son bébé irradie son visage.

 

Je vous recommande cet album qui parle d'un futur peut-être pas si éloigné que cela.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? LA JEUNE FILLE A LA PERLE

 

 

C'est de Qui ?  Alexandre Desplat

 

 

La couv'

 

L'amour d'une mère est plus profond que l'océan  /  Les Danois vs La jeune fille à la perle

 

Déjà entendu chez nous? oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ça donne Quoi ? Voici une musique au rythme soutenu mais aussi tout en douceur pour ce thème de Griets qui accompagnera bien l'album sans perturber la lecture.

 

Voici un compositeur capable de passer de musique de films jeunesse à des films à grand spectacle en passant par les comédies avec le même bonheur (enfin presque!).

 

La musique choisie est toute en finesse et en délicatesse avec des volutes de flute sur un fond de violons ondulants comme des vagues. Un piano soutient tout l'ensemble discrètement. Même les cuivres savent se faire doux et tendres dans une utilisation un peu inhabituelle… tendres comme les regards des mères vers leurs enfants.

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Gen

Repost0
11 décembre 2017 1 11 /12 /décembre /2017 16:00

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

 

 

C'est quoi : TAMARA DE LEMPICKA

 

 

C'est de qui ? Greiner & Collignon

 

 

La Couv':

 

Une autre "Divine"  /  Tamara de Lempicka  Vs.  Coco Avant Chanel

 

Déjà lues chez nous? Oui, ensemble même!

 

 

Une planche:

 

Une autre "Divine"  /  Tamara de Lempicka  Vs.  Coco Avant Chanel

 

Ca donne Quoi ? J’ai complètement perdu de vue la collection sur les peintres de chez Glénat, après avoir eu quelques bonnes surprises et d’autres moins réussies.

 

Hasard des sorties et de mes goûts, je viens de lire coup sur coup deux nouveaux albums, -même s’ils ne font pas à proprement parler partie de la dite-collection- consacrés à des grands artistes du pinceau.

 

Après l’original Avant l’heure du Tigre, le duo gagnant Daphné Collignon et Virginie Greiner nous livre une tranche de la vie haute en couleur de Tamara de Lempicka, alors que la peintre polonaise et sa famille viennent de fuir la Russie, suite à la Révolution de 17, pour s’installer à Paris.

 

Là elle plonge dans la vie artistique et culturelle de la capitale, rencontrant le gratin, Cocteau, André Gide… et croque à pleine dents la vie comme les gens, au sens propre comme au figuré, sur ses toiles sensuelles au possible.

 

Une autre "Divine"  /  Tamara de Lempicka  Vs.  Coco Avant Chanel

 

Las, concilier vie de famille et vie d’artiste n’est pas toujours évident, et si Tamara est une mère et une épouse aimante, elle n’hésite pas à délaisser son foyer pour goûter aux plaisirs de la chair et vivre son art au maximum.

 

Contrairement à la plupart des autres « bio » de peintres déjà paru en BD, l’album de Greiner et Collignon ne cherche pas à être exhaustif en développant toute l’existence de la peintre, préférant se concentrer sur une tranche de sa vie, le reste étant fort bien développé dans le cahier historique en fin de volume.

Il se lit d’autant mieux et, aspect qui, une fois encore, m’a fait acheter le livre, la partie graphique est de toute beauté ; avec un sujet pareil, Daphné Collignon trouve une occasion en or de déployer son trait voluptueux, aux couleurs subtilement choisies, très rétro ; les reproductions d’œuvres sont très réussies et l’album s’admire autant qu’il se lit !

 

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

 

 

C'est Quoi ? COCO AVANT CHANEL

 

 

C'est de Qui ?  A.Desplats

 

 

La couv' 

 

Une autre "Divine"  /  Tamara de Lempicka  Vs.  Coco Avant Chanel

 

Déjà entendu sur le site? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

 

Ca donne Quoi ? A la fin de la décennie qui l’a vu reconnu à l’international et écrire pour des réalisateurs comme Ang Lee, Wes Anderson ou Stephen Frears, Alexandre Desplats trouve encore le temps de composer pour des projets plus personnels.

 

En cette année 2009 il est surbooké puisqu’il livre pas moins de sept B.O dont le blockbuster Twilight 2.

 

Pourtant il n’en bâcle pas pour autant son travail sur cette bio de Coco Chanel avec Audrey Tautou dans le rôle titre, certes on est dans un certain minimalisme, avec le piano fort en avant, mais selon le principe que l’élégance est dans la simplicité, le compositeur français tisse une partition mélancolique et pensive, entrecoupée de temps à autre de passages plus sombres, où les instruments à vents font échos aux cordes de violons sautillants.

Avec l’incursion de la harpe sur quelques pistes, les ambiances s’entremêlent et l’ensemble propose un beau panaché d’atmosphères.

 

Si pas la plus personnelle ni réussie des œuvres de son auteur ce score est néanmoins très agréable avec cette bio originale et classe de Tamara de Lempicka.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
27 décembre 2016 2 27 /12 /décembre /2016 14:25

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : ESCOBAR. EL PATRON

 


C'est de qui : Palumbo & Piccoli

 

 

La Couv':

 

Colombian Pastoral  /  Escobar. El Patron  Vs.  American Pastoral

 

Déjà croisé chez nous? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Dargaud

 

 

Une planche:

 

Colombian Pastoral  /  Escobar. El Patron  Vs.  American Pastoral

 

Ca donne Quoi ? Je ne sais pas si c’est en vieillissant, ou du fait d’être père, voire à cause de l’état désastreux du monde aujourd’hui, mais j’ai de plus en plus de mal avec ces évocations de personnalités criminelles célèbres qui auraient tendance à faire passer leur sujet pour le « héros » de l’histoire, un « mec sympathique » et ce malgré les divers exactions qu’il ait commises.

 

C’est un peu sous ce jour que l’album du duo d’auteurs italiens Escobar El Patron, présente ce baron du crime organisé en Colombie, alors qu’il vient de faire un deal avec les autorités afin de ne pas avoir à faire à la justice américaine. Escobar et ses sbires se retrouvent dans une pseudo prison grand luxe d’où ils continuent à diriger leur empire et s’adonnent à divers loisirs et autres beuveries quand ce n’est pas carrément à de petites sorties.

 

Mais c’est sans compter sans l’acharnement de leurs nombreux ennemis, services secrets ricains en tête, qui vont bientôt parvenir à faire voler en éclat cette retraite dorée et obliger le mafieux à s’échapper. Bains de sangs et autres règlements de comptes ponctueront la traque qui se conclura par la mort d’Escobar.

 

Ce que réussit fort bien ce généreux one-shot –assez bavard mais au graphisme semi-réaliste très réussi- c’est de montrer la puissance et l’influence du Roi de la cocaïne, à défaut peut être de le présenter comme  le peu fréquentable personnage qu’il était réellement.

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? AMERICAN PASTORAL

 

 

C'est de Qui ? A. Desplats

 

 

La couv'

 

Colombian Pastoral  /  Escobar. El Patron  Vs.  American Pastoral

 

La couv'

 

 

Déjà entendu chez nous ? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Ewan McGregor se décide à passer derrière la caméra (tout en restant devant également) pour adapter ce roman de Phillip Roth où, dans les années 60, un couple d’américains voit leur fille devenir une activiste radicale.

Desplats, depuis sa percée Outre Atlantique, a aussi bien su mettre en musique du gros blockbuster calibré, de la romance tire-larmes guimauve ou encore des choses plus décalée indies.

 

On ne s’interrogeait donc pas sur sa capacité à écrire le score de ce drame socio-historique mais plus à y insuffler une originalité qui commence à faire défaut à sa discographie. Si on a bien des passages aussi bien écrits qu’intéressants, et une certaine volonté de ne pas toujours faire dans le mélodique facile, on regrettera une fois encore que le compositeur se soit glissé dans certains moules pour répondre au cahier des charges. Quand ce  n’est pas le spectre de James Horner qui plane sur un thème à la trompette,  c’est celui de Jerry Goldsmith sur des passages plus fournis.

 

Certes ce ne sont pas de mauvaises influences et Desplats utilise de ci de là ses recettes à lui (l’incursion de l’électronique, les basses vrombissantes) qui font de l’ensemble une B.O dominée par la tragédie et la mélancolie assez prenante à la lecture de cet Escobar.

 

 

 

----------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags