4 avril 2019 4 04 /04 /avril /2019 12:58

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi ?  SABRE

 

 

C'est de qui ? E. Feres

 

 

La Couv':

 

Le vilain petit...tigre à dents de sabre!  /  Sabre  Vs.  Prélude à l'après midi d'un faune

 

Déjà lu sur le site? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Dargaud

 

 

Une planche:

 

Le vilain petit...tigre à dents de sabre!  /  Sabre  Vs.  Prélude à l'après midi d'un faune

 

Ca donne Quoi ? Au quaternaire, alors que les grandes glaciations reviennent sur Terre, une tigresse à dent de sabre met au monde un étrange bébé, de couleur pâle aux longues pattes et au sourire béât. Ne serait ce pour ses deux longues quenottes qui dépassent, on se demanderait même si c’est le sien.

 

Pas forcément bien accepté par le reste de la portée, notre créature va néanmoins réussir à s’en sortir, en étant toujours des bons coups, qu’il s’agisse de tétée, de chasse ou ne serait-ce que de survie au jour le jour.

 

Si ce résumé, j’en conviens, peut laisser à penser que Sabre s’adresse à un jeune public : il n’en n’est rien (enfin, pas que, en tout cas). Eric Feres, dont c’est le premier album, réalise là un double exercice de style assez brillant (quoique pas dénué de quelques rares longueurs), réussissant le pari de proposer sur plus de 250 pages une histoire animalière réussie, à la narration fluide, malgré l’absence  de textes, qu’il enrichit en plus de passages science fictionnesques.

 

Le vilain petit...tigre à dents de sabre!  /  Sabre  Vs.  Prélude à l'après midi d'un faune

 

Sabre, d’un point de vue fond et forme, c’est un peu Le Vilain Petit Canard revu et corrigé par Jens Harder, l’auteur des conceptuels Alpha/Beta et Gilgamesh. Un documentaire historico animalier aux paysages pleins de bruits et de fureur dans lequel se serait glissé un cousin du lapin de Sacré Graal (Monty Python).

 

Un album hors norme que l’on pourra ranger entre la série Love de Brrémeaud et Bertolucci et le Gon de Tanaka.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :PRELUDE A L’APRES MIDI D’UN FAUNE

 

 

C'est de qui ? De Bussy

 

 

La Couv':

 

Le vilain petit...tigre à dents de sabre!  /  Sabre  Vs.  Prélude à l'après midi d'un faune

 

Déjà entendu dans le coin? Une poignée de fois oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Il est amusant de noter que si ce Prélude est aujourd’hui une pièce très connue, figurant sur maintes compils commerciales, à l’époque où il l’a écrite, alors agé d’une trentaine d’années, Debussy n’a que faire des goûts de la critique (qui ne sera d’ailleurs pas tendre avec l’œuvre) ou du public.

 

Comme Mallarmé, auteur du texte ayant inspiré ce prélude, il cultive l’ « art pour l’art » et voit dans le poème l’occasion  de bousculer un peu les codes du genre en privilégiant un ensemble réduit, axé sur les bois (le faune étant souvent associé à la flute de Pan dans l’imagerie populaire).

 

Après un début plutôt serein, la pièce prend rapidement de l’ampleur, au niveau du rythme comme de l’instrumentation, les cors se chargeant des ambiances plus enlevées.

 

Si peut être parfois un peu « sage » pour certains passages de Sabre, le Prélude à l’après-midi d’un faune se révèle néanmoins un compagnon musical de premier ordre !

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

 

 

Repost0
3 avril 2019 3 03 /04 /avril /2019 07:35

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi ?  AU CŒUR DES TERRES ENSORCELÉES

 

 

C'est de qui ? M. Surducan

 

 

La Couv':

 

Au coeur des contes  /  Au coeur des terres ensorcelées  Vs.  Shéhérazade

 

Déjà lu par ici? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Les Aventuriers de l’Etrange

 

 

Une planche:

 

Au coeur des contes  /  Au coeur des terres ensorcelées  Vs.  Shéhérazade

 

Ca donne Quoi ? Un vieux roi aveugle, exaspéré qu’un oiseau merveilleux dérobe les pommes d’or de son arbre magique, envoie ses trois fils capturer le volatile.

 

Le plus pur d’entre eux va, au fil de rencontres plus étranges les unes que les autres (un homme qui se change en loup, un roi féru d’inventions volantes, une belle jeune femme,…) réussir là où ses frères, avides de pouvoir et corrompus, ont échoué.

 

Au travers d’un mélange de féérie directement héritée de l’univers des contes (Maria Surducan a compilé trois légendes de l’Est pour écrire son scénario), et de steampunk, Au Cœur des terres ensorcelées prend également une dimension écologique avec un passage sur la modernisation au dépend de la nature.

 

Le style graphique de l’artiste, qui emprunte aussi bien à l’illustration qu’à la BD jeunesse, enrichi de décors hachurés façon carte à gratter (que nous n’avions rencontré qu’en noir et blanc chez nous mais qui rendent tout aussi bien en couleur !) finit de faire de cet album au format atypique une lecture aussi agréable qu’originale.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : SHEHERAZADE

 

 

C'est de qui ? A. Hossein

 

 

La Couv':

 

Au coeur des contes  /  Au coeur des terres ensorcelées  Vs.  Shéhérazade

 

Déjà entendu chez B.O BD? Une fois ou deux probablement.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Après une poignée de B.O pour les films de son fiston, André Hossein a l’occasion de se replonger dans ses origines musicales avec  cette adaptation des Mille et Une Nuit internationale à gros budget.

 

Le compositeur, qui a déjà derrière lui un solide bagage classique qu’il emploie sur des thèmes romantiques puissants, dignes des superproductions hollywoodiennes de l’époque, où les cordes virevoltent sur des cymbales endiablées.

 

Il marie à son orchestre des instruments typiques qui apportent la couleur exotique comme la flute, le tar (instrument à cordes perse dont il était passé maître) ou encore les clochettes.

 

Une B.O de haut vol dont le mélange grand spectacle et ambiance orientale est tout à fait de circonstance avec le très bel album de Maria Surducan.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

 

 

Repost0
17 mars 2019 7 17 /03 /mars /2019 13:15

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  INFINITY 8. JUSQU'AU DERNIER.

 

 

C'est de qui ? Trondheim et Killofer

 

 

La Couv':

 

Huit à l'infini  /  Infinity 8. Jusqu'au dernier.  Vs.  Rollerball.

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour le scénariste.

 

 

C’est édité chez qui ? Rue de Sèvres.

 

 

Une planche:

 

Huit à l'infini  /  Infinity 8. Jusqu'au dernier.  Vs.  Rollerball.

 

Ca donne Quoi ? Point d'héroïne sexy pour cet ultime volet de la saga SF déconnante de Trondheim et ses compères puisque c'est le bedonnant et libidineux lieutenant Refo qui va dévoiler au grand jour le pot aux roses et tenter de sauver les meubles.

Il a découvert que le capitaine Tonn Chars - l'espèce de pieuvre géante au pouvoir de reboot- cherche en fait à se venger du reste de la galaxie pour avoir éradiquer sa race 30 ans auparavant.

 

Refo se révèle un sacré meneur d'homme, ou plutôt de femmes puisque nos agentes des précédents épisodes vont rempiler pour lui filer un coup de main salvateur.

 

Bon, voici donc la conclusion du concept Infinity 8 que d'aucuns avaient qualifié de « Donjon, mais dans l'espace ! ». Si cette série s'avère moins aboutie que cet imposant prédécesseur elle ne manque pas d'atouts comme on a pu le voir au fil des tomes précédents et comblera les amateurs du scénariste.

 

Killofer rend une copie des plus honorable, dans le top 3 de la série; avec des passages assez impressionnants de ci de là, bien mis en valeur par les couleurs de Tanja Cinna.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :ROLLERBALL

 

 

C'est de qui ? Previn et divers

 

 

La Couv':

 

Huit à l'infini  /  Infinity 8. Jusqu'au dernier.  Vs.  Rollerball.

 

Déjà entendu chez B.O BD? Certains oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Pour ajouter au décalage de cette conclusion d'Infinity 8 j'ai choisi la bande originale de Rollerball qui comporte une poignée d’œuvres classiques plus ou moins célèbres (dont certaines plus que moins, le Tocata en Ré mineur qui ouvre la galette par exemple) alternées avec des compositions d'André Previn qui va d'une musique descriptive aux accents assez baroques à un psychédélisme funky très début des années 70 ou guitares wah-wah et synthé sidéral se côtoient dans un groove des plus planant.

 

Le contraste entre des pièces de Shostakovitch, Tchaikovsky et le score à proprement, parler, contre toute attente, fonctionne plutôt pas mal, surtout avec un album comme celui du jour.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
13 mars 2019 3 13 /03 /mars /2019 19:23

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  MASTER RACE AND OTHER STORIES

 

 

C'est de qui ? B. Krigstein aux pinceaux, Al Feldstein et William Gaines et une poignée de scénaristes.

 

 

La Couv':

 

 

Maître illustrateur  /  Master Race  Vs.  Thriller

 

Déjà croisés sur le site? Je dirais que oui, au moins pour certains.

 

 

Une planche:

 

Maître illustrateur  /  Master Race  Vs.  Thriller

 

Ca donne Quoi ? De cet employé modèle qui franchit la ligne rouge quand il en à l'occasion à cette matière avalant ce qu'elle touche ; de ce capitaine qui explore tous les vaisseaux abandonnés qu'il croise à ce survivant de l'holocauste qui retrouve un ancien tortionnaire nazi, les récits courts contenus dans ce Master Race proposent la quintessence d'un artiste et d'un genre majeur Outre Atlantique.

 

Après, comme beaucoup de scénaristes de leur époque, William Gaines et Al Feldstein, s'ils proposent souvent de très bonnes histoires, sont particulièrement bavards, décrivant souvent de façon redondantes les dessins de Kriegstein.

Les amateurs d'histoires courtes à chute type Eerie, Creepy et compagnie ne seront cependant pas dépaysés vu que la grande majorité de ceux recueillis ici sont tirés des anthologie de chez EC, Tales from the crypt, Crime Suspenstories ou encore Shock Suspenstories.

 

J'ai trouvé que beaucoup d'entre elles se tenaient mieux que leurs cousines d'épouvantes avec une certaine finesse dans les pitch.

Maître illustrateur  /  Master Race  Vs.  Thriller

 

Un mot tout de même sur l'histoire qui donne son titre au recueil, puissante sur le fond comme la forme, véritable chef d'oeuvre de narration graphique qui aura été le boulot le plus marquant de Kriegstein, celui qui l'aura fait connaître du grand public via, entre autre, l'estime que lui porte Frank Miller.

 

Un véritable trésor pour tous les amateurs de bande-dessinée old school inventive et au graphisme marquant.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THRILLER

 

 

C'est de qui ? J. Goldsmith

 

 

La Couv':

 

Maître illustrateur  /  Master Race  Vs.  Thriller

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oh oui !

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Je rassure ceux qui auraient eu un instant de surprise à la lecture du titre de la musique retenue, je n'ai pas écouté le tube interplanétaire de Bambi en lisant Master Race, mais la B.O de la série TV d'anthologie qui porte le même nom, mise en musique rien moins que par Jerry Goldsmith.

 

Tout juste sorti de Twilight Zone, celui qui allait devenir l'un des plus marquants compositeur de son époque trouve un nouveau bas à sable avec les épisodes de Thriller.

 

Cordes malmenées, percussions martelées, cuivres sonnants et autres trouvailles illustratives, Goldsmith expérimente et s'affranchit peu à peu des ses pesantes influences.

 

Pléthore de titres parmi lesquels on trouve de fort bonnes choses pour aller avec l'anthologie, BD celle ci, de Krigstein !

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
13 février 2019 3 13 /02 /février /2019 10:28

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LE CUIRASSE POTEMKINE

 

 

C'est de qui ? P. Auladell

 

 

La Couv':

 

Révolution (In)Temporelle  /  Le Cuirassé Potemkine  Vs.  Suite Symphonique

 

Déjà lu sur B.O BD? Oui, déjà chez L'An 2

 

 

 

C’est édité chez qui ? Actes Sud L’An 2

 

 

 

Une planche:

 

 

Révolution (In)Temporelle  /  Le Cuirassé Potemkine  Vs.  Suite Symphonique

 

Ca donne Quoi ? Décidément en ce moment chez L’An 2 on est révolutionnaires ! En effet, après le Manifeste du Parti Communiste et alors que Revolution vient de paraître (nous y reviendrons bientôt), c’est une adaptation inspirée du Cuirassé Potemkine d’Eisentstein signée par Pablo Auladell que l’éditeur nous propose aujourd’hui.

 

Déjà responsable d’une saisissante version du Paradis Perdu de Milton, parue il y a quelques années déjà chez L’AN 2, l’artiste espagnol délaisse ici quelque peu son style pictural flamboyant pour coller au plus près à l’esthétique du film d’Eisenstein. Fidèle à la narration et au découpage du long métrage, Il ajoute à un noir et blanc gras, de ci de là, une infime touche de couleur –rouge évidemment !-

 

Le Cuirassé Potemkine évoque un des incidents clés qui donnera naissance aux deux révolutions russes : la rébellion de l’équipage d’un navire face à leurs conditions déplorables de vie et de travail. Mutinerie soutenue par la population et qui sera réprimée dans le sang par les troupes du pouvoir en place.

 

Auladell retrouve toute la force d’expression d’une oeuvre majeure dans l’histoire du 7° Art, lui redonnant une jeunesse inespérée dans un monde où la profusion d’écrans et de média relèguent un film muet en noir et blanc à l’état de relique inregardable par une génération qui en aurait pourtant grand besoin. 

 

Vœux pieux : Maintenant Pablo, il faut nous faire une version d’Ivan Le Terrible !

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : SUITE SYMPHONIQUE OP 81

 

 

C'est de qui ? S. Prokoviev

 

 

La Couv':

 

Révolution (In)Temporelle  /  Le Cuirassé Potemkine  Vs.  Suite Symphonique

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Sous le régime tout sauf sympathique de Staline, héritier abâtardi de la révolution bolchevique, Prokoviev, bien obligé de se plier aux désidératas du petite père du peuple,  livre cette œuvre ouvertement partisane, pour ne pas dire propagandiste qui va hélas connaître un funeste sort.

 

Prévue alors que l’URSS et l’Allemagne nazie viennent de signer un pacte de non agression – le héros de l’œuvre est un soldat russe qui lutte contre l’envahisseur allemand !- et exécution sommaire du directeur de l’opéra et ami du compositeur juste avant les premières représentations, elle est interdite et il faudra deux bonnes décennies pour la voir réapparaître.

 

Sujet aidant, la musique de Prokoviev est pleine d’allant et d’élans héroïques, avec des montées de cuivres épiques dignes de certains passages de son score pour Alexandre Nevski.

Une œuvre assez grandiose pour l’adaptation d’une qui ne l’était pas moins !

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags