27 novembre 2019 3 27 /11 /novembre /2019 09:20

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  MAUSART A VENISE

 

 

C'est de qui ? G. Smudja & T. Joor

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt Jeunesse

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, ensemble sur le précédent volet.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Le loup Salieri a habilement éloigné Mausart la souris prodige de la cour du Roi de France en l’expédiant se produire en Italie, mais heureusement la dernière date approche et elle doit se dérouler à Venise, lors du célèbre festival.

 

Si notre rongeur compositeur découvre avec émerveillement la cité lacustre et y fait de drôles de rencontres, elle recèle aussi des dangers insoupçonnés !

 

Suite des aventures imaginaires de Mozart version animalière sous la plume inspirée de Thierry Joor qui distille quelques jolies réflexions sur l'existence au sein de son scénario amusant et animé que les étourdissants  pinceaux de Gradimir Smudja magnifient par leur justesse, leurs couleurs chamarrées, leur soin du détail et leur expressivité manifeste.

Que ce soient les scènes d’extérieur où celles de concert aux fantastiques bestiaires, l’artiste peintre livre un admirable travail qui éblouit les lecteurs de tous âges à chaque page qui se tourne !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :LE PAVILLON D’ARMIDE

 

 

C'est de qui ? N. Tcherepnine

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Pour la chronique musicale du précédent opus je vous avouais que, si j’appréciais beaucoup la musique classique russe, j’étais moins fan de Mozart, mais pourtant j’avais choisi l’une des œuvres du génie autrichien comme accompagnement.

 

Je reviens donc ici à mes premières amours avec un soviétique moins connu que nombre de ses pairs et qui pourtant a été contemporain – et collègue- de Rachmaninov.

Si Tcherepnine est connu pour ses variations sur 3 notes d’œuvres de Rimski-Korsakov (nous y reviendrons à l’occasion), ses partitions méritent néanmoins qu’on leur accorde une écoute.

Le ballet du jour par exemple, avec ses passages dansants primesautiers, où les vents, flutes et clarinette en tête, interprètent des thèmes aériens et sautillants qui ne sont pas sans faire penser à certaines pièces de Prokoviev par exemple.

Enrichis par les percussions et des belles envolées de cordes, cette œuvre est des plus agréable avec les (més)aventures vénitiennes de notre petite et attachante souris.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab


 

 

Repost0
21 novembre 2019 4 21 /11 /novembre /2019 09:08

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LE CHEVALIER D’EON

 

 

C'est de qui ? Mogavino, Delalande & Lapo

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour les scénaristes.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Le XVIII° siècle en Europe. En ces temps politiquement troublés, la France souhaite avoir un coup d’avance que ce soit sur la Russie ou l’Angleterre, ainsi, le Roi envoie l’un de ses jeunes nobles aux traits quasi androgynes espionner pour son pays, mais… travesti en femme.

 

Dans le panier de crabes des proches de la tsarine notre chevalier d’Eon devra jouer sur du velours s’il tient à rester en vie.

 

Le duo de scénaristes n’en n’est pas à son coup d’essai coté BD « historique » puisqu’on a pu les croiser chez nous sur de fort bonnes choses.

Ici ils redonnent au personnage du Chevalier D’Eon une humanité, le montrant autant comme le manipulateur/espion qu’en a gardé l’Histoire que comme un pion entre les mains des puissants.

Cette bio romancée pleine de panache, est bien mise en image par le style semi-réaliste atypique et original de l’italien Alessio Lapo, qui a drôlement évolué depuis ses séries chez Soleil et les Humanos.

 

Le Chevalier D’Eon résonne thématiquement étrangement encore  fort aujourd’hui, que ce soit du côté des intrigues politiques comme de la recherche d’identité sexuelle.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : KING LEAR INCIDENTAL MUSIC

 

 

C'est de qui ? M. Balakirev

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? S’il a fait partie d’un groupe de fameux compositeurs dans lequel il a pu côtoyer Moussorgski, Borodine ou encore Rimski-Korsakov, Mily Balakirev n’a

ni l’aura ni – soyons honnêtes- le talent de ses pairs.

A sa décharge il faut dire qu’il s’est formé « sur le tas », de façon quasi empirique, en étudiant les œuvres de ses prédécesseurs et en dirigeant un orchestre modeste.

 

Pourtant à l’écoute de certaines de ses rares œuvres, on ne peut lui reprocher un certain sens de l’écriture et une sensibilité musicale très soviétiques.

 

Crée pour une représentation théâtrale du Roi Lear de Shakespeare, son accompagnement  musical, composé alors qu’il n’a que 22 ans, doit cependant plus aux auteurs allemands qu’à ses contemporains.

Flirtant avec le grandiose des ouvertures concertantes de l’époque, notamment celles de Beethoven, sa pièce est construite comme une sonate et, étrangement au vu du sujet de la pièce, sonne parfois très légère voire dansante.

 

Si moins épique que le score que Shostakovich écrira siècle suivant pour une version filmée du même texte, le King Lear de Balakirev mérite d’être redécouvert et le faire en lisant le Chevalier d’Eon est, croyez en mon expérience, très agréable !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
4 novembre 2019 1 04 /11 /novembre /2019 17:08

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : LE BOISELEUR

 

 

C'est de qui ? Hersent et Hubert

 

 

La Couv':

 

 

Déjà Lu chez B.O BD? Oui, pour l'une comme pour l'autre.

 

 

C’est édité par ?  Soleil

 

 

Une planche

 

 

 

Ca donne Quoi ? Dans la ville de Solidor, les nobles se battent pour acquérir à prix d'or les plus belles cages en bois conçues par Ilian, jeune apprenti du tyrannique maître Koppel. En effet la mode de cette contrée lointaine est de posséder les plus rares oiseaux exotiques.

Mais le jour où Illian prend l’initiative de créer un splendide oiseau en bois, Solidor s'empresse de vider les cages pour les remplacer par ces précieux substituts au grand dam du jeune homme. Las d'une ville sans chants d'oiseaux et d'un amour impossible pour la charmante fille de son Maître, Illian tente de redonner un sens à sa vie.

 

On connaissait Hubert pour les Ogres-Dieux et Beauté et cette méthode de détourner intelligemment les contes les plus désuets vers de possibles tragédies homériques, le voici à l'oeuvre pour une nouvelle variation au ton plus doux et certainement moins cruel qui donne une jolie histoire poétique.

 

Oeuvre qui ne serait sans doute pas la même sans le talent incroyable de Gaëlle Hersent qui livre ici probablement l'une des plus belles facettes de son travail, notamment avec de splendides doubles pages richement illustrées représentant la ville de Solidor sous un aspect féerique. Ses oiseaux ne sont pas en reste d'ailleurs!

 

Nous serons donc de retour pour l'ultime opus de cette jolie aventure (même si ce tome aurait quasiment pu se suffire à lui même!)

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : L’HISTOIRE DU SOLDAT

 

 

C'est de qui ? Stravinsky

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Probablement oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? On croit souvent, à tort, que l’Histoire du Soldat de Stravinsky est inspirée de Faust alors que sa source principale est un conte

 

Précédant de deux décennies le Pierre et le Loup de Prokoviev, Stravinsky choisit de faire de chacun des instruments un instrument soliste ; musique concue pour la scène, accompagnant un spectacle en partie chanté, c’est la version instrumentale que j’ai choisie pour aller avec le boiseleur.

 

On y apprécie bien mieux les jeux sur le rythme, les écarts entre les registres des instruments retenus pour chaque famille, et le coté parfois quasi burlesque de la pièce.

 

Si moins connue que d’autres œuvres du même registre, l’Histoire du Soldat est une musique très agréable de par ses trouvailles, son expressivité et son originalité mélodique et rythmique.

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Jet et Fab

 

 

 

 

 

 

Repost0
27 octobre 2019 7 27 /10 /octobre /2019 19:30

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : LA ROSE LA PLUS ROUGE S'EPANOUIT

 

 

C'est de qui ? Liv Strömquist

 

 

La Couv':

 

 

 

Déjà croisés sur BO BD ? non

 

C’est édité chez qui ? Rackham

 

Une planche:

 

 

Ça donne Quoi ? C'est un étrange album où les dessins ne m'ont pas vraiment attiré de prime abord. Mais ce sont les textes qui m'ont tellement accroché que je l'ai lu très vite. J'en profite pour donner un coup de chapeau aux traductrices, Kirsi Kinnunen et Anne Cavarrec, et à Mathieu Rougé pour son fantastique travail de lettrage.

 

Liv Strömquist a une grande culture philosophique et elle cite dans son ouvrage nombre d'auteurs ou illustres personnages que je ne connaissais absolument pas. Il est vrai que mes souvenirs de cours de philosophie du lycée ne m'incitaient pas à aller cherche de la lecture dans ce rayon. Les grands sujets qu'elle aborde sont nos comportements amoureux et ses problématiques : la maîtrise des élans du cœur, les conséquences d'un chagrin d’amour, papillonner sans attachement…

 

Les graphismes sont minimalistes et en N&B, mais, après quelques pages, ils ne servent plus qu'à illustrer les textes et parfois disparaissent tellement le texte est envahissant. Je reconnais avoir beaucoup ri avec l'exemple choisi de la vie amoureuse de Leonardo Di Caprio. J'ai aussi découvert les amours compliquées la poétesse Hilda Doolittle (le titre de l'album est tiré d'un de ses poèmes).

 

C'est donc un phénomène étrange car je vous conseille un album pour le texte et pas pour les graphismes… moi qui me laisse tenter par de nouveaux albums le plus souvent par les dessins.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? TOTAL ECLIPSE (RIMBAUD VERLAINE)

 

 

C'est de Qui ?  Jan A.P. Kaczmarek

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu chez nous ? non

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ça donne Quoi ? Jan Kaczmarek a débuté sa carrière de compositeur par le théâtre underground, mais ce sont ses tournées avec son orchestre du 8e jour qui l'ont fait connaitre. Après un court retour en Pologne pour composer des musiques de films, il rejoint les États-Unis où ses compositions de BO finiront par lui faire obtenir un oscar pour Neverland.

 

Pour ce film, il a composé une musique très "romantique" proche de la musique de chambre classique par moments avec une grande base de violons et de bois. Pour d'autres scènes, la musique devient très expressive comme pour les voyages en train, par exemple.

 

Au final, cela donne une musique un rien mélancolique et douce qui accompagnera les états d'âme de l'album sans perturber l'attention à porter aux textes.

 

 

 

---------------

 

 

Une Chronique de Gen

Repost0
23 octobre 2019 3 23 /10 /octobre /2019 09:19
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  STORYTELLERS. SORCIERES.

 

 

C'est de qui ?  S.M. Vidaurri Jeff Stokely, Kyla Vanderklugt et Matthew Dow Smith.

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Kinaye

 

 

Déjà croisés chez B.O BD? Oui pour certains.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Après les Dragons de la semaine dernière, et vu que les enfants sont en vacances, retournons donc auprès du feu en compagnie du vieux conteur d’histoires et de son chien et écoutons donc quatre nouveaux contes dédiés cette fois çi aux…sorcières ! (ça tombe bien en plus, c’est doublement de saison !).

 

La première histoire nous narre une légende moyenâgeuse où une sorcière protège une forêt de la cupidité d’un roi. Nous voyageons ensuite dans les montagnes du Japon où une sorcière et un jeune bucheron vivent une tragique passion, puis c’est la légende d’une île magique (aux noms différents selon les folklores, Avalon par exemple) et, enfin, le retour d’une perfide créature russe que les habitués de B.O BD connaissent déjà !

 

 

Là encore ce qui m’a frappé c’est le niveau des artistes retenus. On l’a souvent vu, dans les anthologies réunissant plusieurs dessinateurs il y a parfois de sérieuses différences de styles et de maîtrise ; ici, si les styles sont effectivement éloignés, on ne peut clairement pas dire que la qualité du trait baisse du début à la fin.

 

Ça démarre en fanfare avec un Vidaurri qui fait de superbes effets de mises en page, à l’image des livres illustrés d’antan (avec cependant un petit bémol coté lisibilité de certains passages), et le reste est à l’avenant, avec un joli choix de mise en page à l’italienne pour le conte oriental, un style anguleux pour l’histoire de l’Ile et, last but not least, quelque chose de plus réaliste et de plus sombre pour l’histoire de la Baba Yaga (personnage qui avait d’ailleurs déjà eu les honneurs d’un album chez le même éditeur, chroniqué chez nous lors d’un Mercredi Jeunesse).

 

A lire en famille le soir d’Halloween, en mangeant des bonbons !

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : THE NOON WITCH

 

 

C'est de qui ? Dvorak

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Probable.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? En cette fin de XIX° siècle Dvorak est au sommet de sa carrière et de sa popularité, lassé par une activité débordante – en marge de l’écriture de grands opéras il rentre de New York où il avait la charge du conservatoire national – il souhaite se consacrer à des choses moins ambitieuses.

Il reprend son poste de professeur au conservatoire de Prague et se penche sur le folklore tchèque, avec l’envie d’adapter an musique des légendes de son pays.

 

Il jette son dévolu sur quatre récits traditionnels remis au goût du jour par Karel Erben, dont il va tirer des poèmes symphoniques. C’est celui intitulé la Sorcière du Midi que j’ai choisi d’écouter avec le nouveau recueil de Storytellers.

 

Si Dvorak y met toute sa sensibilité musicale, l’influence des mélodies d’antan, des chants folkloriques, est terriblement présente tout au long de la pièce, lui conférant cet aspect rythmique parfois dansant rendu par les cordes notamment et que le compositeur contrebalance par l’utilisation de cuivres plus imposants.

 

Avec cet accompagnement musical, ambiance contes de fées au coin du feu garantie !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab


 

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags