3 avril 2020 5 03 /04 /avril /2020 16:02
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  SWAN TOME 2

 

 

C'est de qui ? Néjib

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ?  Gallimard

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui sur le précédent.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Notre héroïne émancipée tient la dragée haute à ses camarades des Beaux Arts attisant forcément leur jalousie. Pendant ce temps, Scottie, dont l’amant américain est mort, à quitté l’académie et se laisse dépérir.

 

Le frère et la sœur vont devoir naviguer à vue dans cette société du Paris du XIX° où les alliés et les ennemis sont nombreux, envieux ou admirateurs, amoureux transis ou déclarés.

 

Nejib nous livre un second tome très enlevé de sa série sur la naissance de l’impressionnisme où l’on suit avec intérêt les chemins de cette fratrie américaine.

Manet, Daudet, Nadar, Degas…le who’s who des artistes de l’époque traverse ce second tome de Swan, véritable tableau d’un mouvement artistique aussi bouillonnant que le caractère de son héroïne.

 

Le trait délié de l’artiste, aux nombreux clins d’oeils aux œuvres des artistes évoqués, s’il m’avait un peu pris de court sur le tome précédent, m’a plus emballé ici.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :TOTALE ECLIPSE

 

 

C'est de qui ? Jan A.P. Kaczmarek

 

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si la vision de Agnieszka Holland de l’idylle entre Raimbaud et Verlaine ne restera pas dans les mémoires, loin s’en faut, elle aura eu au moins le mérite de faire découvrir au grand public le talent d’écriture de Jan A.P. Kaczmarek.

 

Alternant un orchestre au grand complet et un plus modeste quatuor de cordes, le compositeur évoque à la fois la passion de la liaison des deux écrivains et l’intimité de leur relation. Attaché à un certain traditionalisme folklorique, Kaczmarek le nuance via des mélodies et des arrangements très personnel.

 

Ce score se rapprocherait des œuvres de Kilar pour le grand écran, avec cependant plus de volupté et de romance, ce qui ne dépareille pas sur ce second tome de Swan, bien au contraire.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
26 mars 2020 4 26 /03 /mars /2020 14:15
 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  SEULES A BERLIN

 

 

C'est de qui ? N. Juncker

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Casterman

 

 

Déjà lu sur le site? Oui

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Alors que le III° reich vit ses dernières heures et que les troupes de Staline prennent le Reichstag, Evgeniya, jeune soviétique qui a menti sur son âge pour rentrer au NKVD, va rencontrer Ingrid, épouse d’un officier nazi qui subit depuis des semaines la répression des vainqueurs, avec tout ce que vous imaginez que cela sous entend de sévices.

Si au début l’allemande n’éprouve que haine et méfiance pour la russe, rapidement le fait qu’elles soient toutes deux bilingues et qu’elles écrivent un journal intime va rapprocher ces deux femmes ballotées dans un monde d’hommes.

 

Avec un sujet aussi fort il fallait se douter que Nicolas Juncker, adepte d’une BD historique à la fois documentée et très personnelle, allait réaliser un album marquant.

 

Seules à Berlin prend d’emblée son lecteur aux tripes par une alliance rare du fond et de la forme et la dureté des faits relatés qui pourtant ne le sont jamais avec crudité ou sensationnalisme. L’auteur choisit par exemple, pour raconter l’enfer vécu par Ingrid, de ne proposer que la lecture de son journal ; ou encore, il atténue le coté morbide de la recherche de la dépouille d’Hitler en inventant un officier Russe goguenard et cynique qui amène un second degré souvent salvateur.

 

 

Le trait de Juncker, en noir et blanc traversé de rares éclats de rouge sang, est à la fois réaliste dans ses décors et caricatural dans ses visages.

Comme c’était déjà le cas pour le très réussi La Vierge et la Putain, il est d’une grande originalité sur ce genre et n’en rend le message sur l’absurdité de la guerre et la cruauté des hommes, que plus  efficace.

Encore une belle réussite pour un auteur à part dans le paysage de la bd franco-belge.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :EXODUS

 

 

C'est de qui ? W. Kilar

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui souvent.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ?  Longtemps avant de connaître le succès grâce à Coppola et le la consécration grâce à Polanski (et oui, hélas, personne n’est parfait), Kilar se partageait entre la musique de films dans sa Pologne natale et la musique classique. Exodus, inspiré de l’épisode biblique du même nom (et non, pas par Bob Marley), contient en substance tout ce qui a fait le génie de son auteur.

 

Outre les clins d’oeils appuyés au répertoire classique (Ravel et le Boléro en tête), joue sur des motifs répétés avec de subtils enrichissements au fur et à mesure que la pièce progresse. Ajout d’instruments, amplification des percussions, augmentation des volumes… Kilar crée une impression de mouvement vers l’avant, de grandeur.

 

On retrouve aussi ce qui a fait le succès du compositeur pour le 7° art, du Roi et l’oiseau à Dracula, à savoir ces notes et accords graves plaqués au piano qui crée, sinon des dissonances au sein des mélodies, un sentiment de tension voire de malaise.

 

Une œuvre très solennelle sans pour autant être dénuée d’une certaine légèreté qui s’immisce dans l’histoire des deux héroïnes de Nicolas Juncker pour la rendre encore plus poignante.

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
11 janvier 2020 6 11 /01 /janvier /2020 13:14

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi ?  DEESSE

 

 

C'est de qui ? A. Picault

 

 

La Couv':

 

 

Déjà croisée sur le site? Oui, dans le même genre d'ailleurs !

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? L'une des chroniques les plus appréciées de nos cycles BD érotiques est celle que j'avais consacrée à Comtesse, le délicieux premier titre de la collection BD Cul réalisé par Aude Picault qui revient, toujours chez les Requins Marteaux, avec Déesse.

 

Comme d'autres grands auteurs avant elle, et non des moindres,  elle a jeté son dévolu sur une réécriture osée de la Bible, en mettant en avant le personnage de Lilith, précurseur d'Eve aux cotés d'Adam mais en version femme libre.

 

 

Et ça notre premier macho  homme le vit mal parce qu'il comptait bien asservir sa meilleure moitié sauf que dans le cas de Lilith, que nenni ! Notre héroïne jouisseuse et rebelle veut vivre en plein ses désirs et si Adam n'est pas content qu'il aille se faire voir, et qu'une de ses cotes serve à lui fournir la femelle docile dont il rêve.

 

Pendant ce temps Lilith va aller explorer les mondes et sa sexualité faisant fi des règles imposées par le patriarcat.

 

Graphiquement c'est aérien, sensuel et expressif, un trait délié tout en pastel, c'est frais et original bref un petit bonheur gentiment coquin et joliment féministe.

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : SAMSON ET DALILA

 

 

C'est de qui ? Saint Saëns

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Possible.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? On reste dans le biblique avec cette version, ô combien célèbre dans le répertoire français, de l’histoire d’amour tragique de Samson et Delilha par Camille Saint Saëns.

Le compositeur, enfant et musicien prodigue, court après le succès d’un opéra depuis des années et mettra presque une décennie avant d’écrire ce qui restera l’une de ses œuvres les plus marquantes (Succès complet au point même d’en éclipser les opus suivants, au grand dam de son auteur).

 

Cette période aura néanmoins eu le mérite de permettre à Saint Saëns de mettre à profit son immense culture musicale. Du Barque au Romantisme, c’est tout un pan de la musique classique qui s’expose dans Samson et Dalilha, les associations des bois et des cuivres, des cordes et des vents sont inventives et les changements de registre et de tessitures des plus audacieux pour l’époque.

 

Pour la lecture de Déesse, relativement courte il faut le reconnaître, c’est les parties exclusivement instrumentales que l’on préferera.

 

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

 

 

Repost0
22 décembre 2019 7 22 /12 /décembre /2019 08:33

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  SOUS LE PARADIS

 

 

C'est de qui ? G. Di Caro

 

 

La Couv':

 

 

Déjà lu sur le site? Non

 

 

C'est édité chez qui ? Tabou éditions

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Ce qui attire le plus l'oeil dans cette suite de récits courts coquins, c'est le style graphique de l'auteur italien original et soigné, qui magnifie les corps et les courbes sans pour autant les idéaliser comme il est souvent de coutume dans le genre.

 

Le genre, parlons en d'ailleurs, à mi chemin de l'érotisme cru et du porno-soft, chaque histoire possède son propre rythme, sa sensualité, son ambiance.

 

 

Voyage dans le temps et les sens, chacun des récits a aussi son héroïne sexy mais traviallée, et déroule un fil rouge scénaristique bienvenu (et rare, reconnaissons le sur le créneau), via des parodies, des hommages et autres clins d'oeil à des œuvres parfois fort éloignées (de la bible au 7° Art).

 

Lecture atypique et clairement coquine, Sous le Paradis est peut être l'un des premiers albums de BD érotique qui peut plaire autant aux lecteurs qu'aux lectrices et permet de découvrir un artiste qui a de l'avenir dans la profession (c'est tout le mal que l'on lui souhaite!).

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :LA RONDE

 

 

C'est de qui ?  O. Straus

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD?Non

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Oscar Straus, musicien et compositeur précoce, s'est essayé à maints courants et genres, sillonnant l'Europe et les Etats Unis, avant de jeter son dévolu sur l'opérette puis la musique de film.

 

Quoique Illustration musicale serait plus juste dans le cas du viennois qui, adepte d'Offenbach entre autre, concevait plus le score comme une oeuvre pour la scène que comme un accompagnement pur.

 

Si c'est à Hollywood qu'il composera ses premières B.O (dont des adaptations de ses oeuvres théâtrales), c'est les réalisateurs français qui, après-guerre, lui permettront de faire étal de tout son talent.

 

La Ronde, très joli film à sketches qui réunissait le gottha du cinéma de l'époque, donne l'occasion à Straus d'écrire une valse chatoyante en guise de thème principal et tout un panel de pièces charmantes où, si la gaieté est le principal élément, la nostalgie n'est jamais très loin, le tout évoqué avec cette touche musicale viennoise indémodable.

 

Si peut être un peu désuete sur certaines histoires de Sous le Paradis, cette B.O apporte à l'album un second degré amusant.

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

 

Repost0
3 décembre 2019 2 03 /12 /décembre /2019 08:37

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  ARISTOPHANIA TOME 2

 

 

C'est de qui ? Dorison et Parnotte

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Dargaud

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, sur le précèdent entre autre.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Les retrouvailles avec leur mère sont décevantes autant que préoccupantes pour notre fratrie, car, victime du sbire du Roi Banni, Adèle se retrouve privée d’Azur et dans un état végétatif.

Aristophania, faisant fi de l’ordre de sa Reine va tenter de former les enfants pour combattre l’ennemi, initiation qui va se révéler dangereuse et pleine de conséquences tragiques !

 

Les Dorison se suivent et ne se ressemblent pas ! Après l’énergique Undertaker de la semaine dernière, ce second volet d’Aristophania se place dans la catégorie des œuvres plus « ambitieuses » de leur scénariste, à savoir celles où il développe son background à foison. C’est d’ailleurs peut être là que cette suite pêche un peu, elle se révèle souvent bavarde alors que la situation –dans l’histoire- est dramatique.

 

Certes on ne pourra reprocher au scénariste de donner du corps à son univers, même le propos philosophique noie parfois un peu l'intrigue.

 

Là où les deux œuvre se rejoignent par contre sans problèmes c’est sur l’excellente teneur de la partie graphique.

Parnotte livre un boulot assez remarquable avec des paysages fourmillant de détails, des personnages très expressifs et des plans rapprochés aux couleurs et effets des plus réussis.

 

La suite, prévue sur deux albums encore, devrait, je l’espère se révéler plus riche en action.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :LE DESTIN

 

 

C'est de qui ?  Tcherepnine

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Le père, il y a peu.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Quelques décennies après sa rédaction Nikolai Tcherepnine choisit d'adapter le Masque de la Mort Rouge d'Edgar Allan Poe sous la forme d'un ballet auquel il donne une couleur résolument lugubre, avec des atmosphères étranges tout en étant très rythmique.

 

Outre un livret riche en possibilité scénaristique, elle permet à son auteur d'évoquer via de riches thèmes les liens intrinsèques entre les arts, évoqués par Poe lui même d'ailleurs, et de personnifier notamment via des cuivres puissants et des cordes très tourmentées, l'allégorie de la lutte perdue d'avance de l'homme contre son destin. L'une des pièces les plus ouvertement romantiques (au sens musical du terme) de Tcherepnine.

 

Jugé peut être trop avant-gardiste, voire jusqu'au-boutiste, le ballet ne sera pas retenu par le Bolshoï, ce qui ne doit pas nous empêcher d'en apprécier toute la beauté et la puissance évocatrice avec ce second tome de Aristophania.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags