7 mai 2019 2 07 /05 /mai /2019 14:22

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  EL COMANDANTE YANKEE

 

 

C'est de qui ? Gani Jakupi

 

 

La Couv':

 

Les dessous de la révolution  /  El Commandante yankee Vs.  Che

 

Déjà lu chez B.O BD? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis

 

 

Une planche:

 

Les dessous de la révolution  /  El Commandante yankee Vs.  Che

 

Ca donne Quoi ? Si les figures aussi emblématiques que charismatiques du Che Guevara et de Fidel Castro (encore que ce dernier ne fasse pas l'unanimité, et à raison) viennent immédiatement à l'esprit quand on évoque la révolution cubaine, un autre personnage historique important de la période n'était ni cubain, ni même argentin mais bel et bien amricain.

 

Dans El Comandante Yankee l'artiste du Kosovo Gani Jakupi redore le blason de William Alexander Morgan au travers d'une biographie généreuse (plus de 200 pages) et diablement documenté (il a travaillé pendant une décennie sur son album et ça se sent).

 

Ainsi de la révolution cubaine on découvre le dessous des cartes : luttes intestines de pouvoir, trafic d'influences, ingérences étrangères et autres trahisons en tout genre.

 

Ce sont d'ailleurs des trahisons d'idéaux et des renversements de situations qui auront raison de l'engagement de notre yankee idéaliste et les soupçons de trahisons le conduiront au ...peloton d'exécution !

 

On louera le travail de recherche (et, du coup, on passera sur les quelques inexactitudes historiques auto avouées) mais je conseille de lire l'album à petites doses pour éviter d'être perdu dans les noms et autres événements.

 

Coté graphisme on est dans du  semi réalisme à la colo façon pastels avec un résultat assez original et des ambiances bien rendues.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :CHE

 

 

C'est de qui ? Alberto Iglesias

 

 

La Couv':

 

Les dessous de la révolution  /  El Commandante yankee Vs.  Che

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui je dirais.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si la présence de Soderbergh derrière la caméra et, surtout, de Benicio Del Toro devant m’avaient motivées à jeter un œil au biopic du révolutionnaire argentin, les critiques assez tièdes et la durée de l’ensemble (plus de 4h tout de même !) m’ont, avouons-le, jusqu’à présent refroidi.

 

Néanmoins, à film à longue durée, B.O riche en générale, ne serait-ce qu’en variété et durée.

Alberto Iglesias, dont  ne déçoit pas un seul instant de ce coté-là, proposant une musique loin de ce que l’on aurait pu attendre, avec, certes, une guitare acoustique assez présente, mais foin de folklore à tire larigot (même si l’on en trouve disséminé de ci de là).

 

Le piano préparé est l’instrument probablement le plus présent, apportant l’originalité à une partition sobre mais souvent intense, sentiment renforcé par des parties pré enregistrées, des flutes ou encore des percussions.

 

Si l’ensemble est assez atmosphérique, une poignée de thèmes sont plus évocatifs coté action ou suspense, finissant de faire de cette B.O l’un des point d’orgue de la carrière prometteuse d’un compositeur international.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
29 mars 2019 5 29 /03 /mars /2019 08:48

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  SISSI UNE FEMME AU DELA DU CONTE DE FEES

 

 

C'est de qui ? Girogia Marras

 

 

La Couv':

 

La vraie vie de l'impératrice   /  Sissi : une femme au-delà du conte de fées  Vs. Overture to a symphony concert

 

Déjà lue sur le site? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Steinkis

 

 

Une planche:

 

La vraie vie de l'impératrice   /  Sissi : une femme au-delà du conte de fées  Vs. Overture to a symphony concert

 

Ca donne Quoi ? Si mon frère aîné lisait ce site (dont je doute même qu’il connaisse l’existence) il rirait bien de moi qui me suis tant moqué de lui, lors de notre prime jeunesse, quand il se passionnait pour les films sur Sissi où Romy Schneider interprétait une héroïne romantique à souhaits.

 

Image que j’ai gardée du personnage, n’ayant jamais été au bout d’aucun des films en question. Si j’ai plongé dans la lecture de cette biographie dessinée je crois que c’est la faute de Fabien Nury et Mathieu Bonhomme dont la récente et très réussie Charlotte Impératrice m’a motivé à (re) découvrir sa rivale : Sissi.

 

Mais je parle, je parle…quid du propos me demanderez-vous ?

Et bien, contrairement à cette image d’Épinal que l’on (je ?) peut avoir d’ Elisabeth de Bavière, la jeune fille avait en réalité - comme pas mal de femmes couronnées à travers l’Histoire, mais ça les Reines de Sang ne cessent de nous le rappeler avec brio – une forte personnalité, un certain mépris pour l’étiquette et les obligations de cour et un réel intérêt dans tout ce qui touchait à la politique.

 

Cependant son empereur de mari et sa suite ne furent pas toujours disposés à faire cas de ses avis ce qui aurait peut être pû éviter, entre autre, le conflit avec la Prusse.

 

Si pas aussi prenant et virtuose que le Charlotte Impératrice mentionné plus haut, ce Sissi ne manque pas d’atouts, et ses 200 pages se lisent avec un intérêt constant, bien entretenu par le trait délicat de Girogia Marras, tout en dégradés de gris, a également été déterminant dans mon choix, vous savez en effet que j’apprécie tout particulièrement, à une époque où Photoshop et les palettes graphiques sont devenues une norme, le dessin réalisé « à l’ancienne ».

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :OVERTURE TO A SYMPHONY CONCERT

 

 

C'est de qui ? M. Rozsa

 

 

La Couv':

 

La vraie vie de l'impératrice   /  Sissi : une femme au-delà du conte de fées  Vs. Overture to a symphony concert

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Au sein d'une décennie chargée coté B.O (quoique moins que la précédente,) Miklos Rosza parvient néanmoins à dégager du temps pour ses compositions plus personnelles dans le registre classique.

 

Néanmoins cette Ouverture pour symphonie résonne de ses travaux pour le grand écran, que ce soit la fanfare de cuivres du début qui rappelle son Ben Hur ou les influences typiques hongroises du compositeur, avec force violons et reprises de thèmes par l'orchestre.

 

Des montées en puissance riches aux allures de sonate où romance et mélancolie viennent rivaliser avec les passages plus enlevés.

 

Outre une beauté formelle manifeste, les couleurs folkloriques sonnent tout à fait de circonstance avec la Sissi de Giorgia Marras.

 

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
3 mars 2019 7 03 /03 /mars /2019 10:23

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  FOUCHE. 3. L'HOMME D'ETAT.

 

 

C'est de qui ? Juncker & Mallet

 

 

La Couv':

 

Puissants de l'ombre  /  Fouché. L'Homme d'Etât  Vs.  Lacenaire

 

Déjà croisés sur le site? Oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Les Arènes BD

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? L'opportuniste par excellence Fouché, sert les intérêts de Napoléon, tout autant que les siens en agissant à sa guise alors que l'Empereur n'a de cesse d'affronter l'Europe entière (ou presque).

Puissant et craint, il sent néanmoins le vent tourner quand Napoléon apprend sa tentative de rapprochement avec l'ennemi anglais et le limoge.

 

Retombant toujours sur ses pattes notre homme va ourdir le retour de la royauté et la chute de l'empereur.

 

Avec ce troisième tome Juncker et Mallet concluent leur évocation d'une des figures ô combien importante de tout un pan de l'Histoire de France. La vie et la carrière du père de la police moderne, intriguant né et génie politique est un terreau riche que Juncker, féru d'Histoire qui n'en n'est pas à son coup d'essai, raconte avec une passion communicative.

 

Le dessin de Mallet, si moins original que celui de son scénariste, fait néanmoins fort bonne impression dans la retranscription historique.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :LACENAIRE

 

 

C'est de qui ?L. Petitgirard

 

 

La Couv':

 

Puissants de l'ombre  /  Fouché. L'Homme d'Etât  Vs.  Lacenaire

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ?Choisir la musique d’un biopic sur un célèbre malfrat pour accompagner celui du père de la police moderne peut paraître cavalier mais, à la lecture de la trilogie de Juncker et Mallet on aura bien saisi que Fouché n’est pas un perdreau de six semaines.

 

Laurent Petitgirard compositeur à la solide formation classique, auteur de nombreux opéras, pièces de chambre et symphonique, collabore à nouveau avec Francis Girod et choisit de mettre en avant cuivres et vents pour sa partition.

 

S’il est venu au grand écran autant par hasard que pour l’aspect lucratif, la richesse de son écriture est manifeste et n’est pas sans faire penser à d’illustres prédécesseurs des débuts du cinéma quand les grands du classique s’essayaient à l’exercice de la musique de film.

 

Mariant avec savoir faire les possibilités de l’orchestre et l’illustration musicale pure, Petitgirard livre une B.O bien au dessus du film pour lequel elle a été écrite (et qui ne sera pas un succès d’ailleurs) dont les qualités sont des plus appréciables ici.

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
24 novembre 2018 6 24 /11 /novembre /2018 08:34

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  UNE NUIT AVEC LOVECRAFT

 

 

C'est de qui ? Marcelé & Rodolphe

 

 

La Couv':

 

Week end Lovecraft  /  Une Nuit avec Lovecraft  Vs.  In Bruges

 

Déjà croisés sur le site? Oui, Marcelé comme Rodolphe.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Mosquito

 

 

 

Une planche:

 

 

Week end Lovecraft  /  Une Nuit avec Lovecraft  Vs.  In Bruges
Week end Lovecraft  /  Une Nuit avec Lovecraft  Vs.  In Bruges

 

Ca donne Quoi ? Une jeune femme, passionnée de littérature fantastique et de l’œuvre de Lovecraft en particulier, se retrouve lors d’une séquence de jeux vidéo en réalité augmentée projetée dans le Providence des années 30 où elle va rencontrer son idole.

 

Pendant une nuit d’errance l’écrivain et sa visiteuse du futur vont échanger sur les nouvelles et lettres mais aussi sur les travers de celui qui, à sa grande surprise, est mondialement célèbre presque 100 ans plus tard.

 

Rodolphe (l’un des « parrains malgré lui de B.O BD ») s’amuse avec l’œuvre du reclus de Providence en insérant dans le dialogue entre les deux protagonistes des extraits d’adaptation de textes du mythe de Cthullu.

L’effet est très réussi et enrichit un scénario intelligent où l’auteur ne fait pas l’impasse sur les parts sombres de Lovecraft.

 

De son coté Marcelé, visiblement inspiré par son sujet, alterne les techniques avec une sorte de photo réalisme retouché pour les séquences entre Mary et HPL, et des crayonnés plus old school pour les passages d’adaptations de nouvelles ; inutile de vous dire que ce sont ces scènes qui m’ont le plus emballé, me faisant même exprimer le vœux pieux aux excellentes éditions Mosquito de commander au duo d’auteurs de vraies versions des œuvres de Lovecraft dans ce style graphique !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :IN BRUGES

 

 

C'est de qui ? C. Burwell

 

 

La Couv':

 

Week end Lovecraft  /  Une Nuit avec Lovecraft  Vs.  In Bruges

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Je me souviens très distinctement m’être fait la réflexion que la B.O de Carter Burwell déservait pas mal cette comédie noire et contemplative, certes le cul un peu entre deux chaises entre le film de gangsters déconnant et le road movie intimiste (avec la ville de Bruges en guise de « road » ici).

 

En effet je trouve la partition de Burwell trop axée sur la monotonie et le minimalisme d’un piano lead mélancolique (l’un des instruments de prédilection de Burwell, qu’il ressort souvent chez les frangins Cohen par exemple), heureusement diversifié de temps à autre par la section réduite de cordes qui n’hésitent pas à aller dans l’atonal pour exprimer le suspense.

 

Mais si le long métrage aurait peut être été plus marquant avec une musique plus variée et animée, l’album à part de Rodolphe et Marcelé, plein d’autres errances urbaines et de passages plus sombres, se satisfait plutôt bien de la B.O de In Bruges.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
23 novembre 2018 5 23 /11 /novembre /2018 08:36

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LA PLUS BELLE FEMME DU MONDE

 

 

C'est de qui ? Roy & Dorange

 

 

La Couv':

 

 

Un incroyable destin  /  La Plus Belle Femme du Monde  Vs.  La Comtesse aux Pieds Nus

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour le dessinateur.

 

 

 

C’est édité chez qui ? La Boîte à Bulles

 

 

 

Une planche:

 

 

Un incroyable destin  /  La Plus Belle Femme du Monde  Vs.  La Comtesse aux Pieds Nus

 

Ca donne Quoi ? La vie d'Hedy Lamar, une des plus célèbre icône Hollywood, ressemble au scénario d'un film dans lequel elle aurait pu tourner, jugez plutot : jeune fille au caractère émancipée, inventrice inspirée en avance sur son temps (elle serait même à l'origine du WiFi!), elle est mariée à un riche autrichien qui la garde jalousement enfermée comme un joyau précieux (allant jusqu'à enregistrer ses conversations avec d'autres hommes!), mais réussit à tromper sa vigilance en se déguisant en femme de chambre et fuit l'Autriche.

 

A ces débuts rocambolesques vont succéder une gloire fulgurante due en grande partie à sa plastique impeccable plus qu'à ses talents d'actrice, une poignée de mariages malheureux et des coups d'éclats publiques qui, entre autre, feront un bel effet lors de l'effort de guerre.

 

Mais la Machine à rêve écrasant bien vite ses stars, Lamar fera quelques choix de carrière peu subtils qui, l'âge aidant, la précipiteront dans l'oubli.

 

Pour raconter cette saga, William Roy a fourni un gros travail de recherches et son scénario, loin d'être ennuyeux, rend honneur au personnage.

 

 

Un incroyable destin  /  La Plus Belle Femme du Monde  Vs.  La Comtesse aux Pieds Nus

 

Au dessin on retrouve avec un immense plaisir Sylvain Dorange dont la mini série m'avait emballé et qui se fait bien trop rare à mon goût.

L'artiste varie les techniques et les colo selon les époques et le mode de narration et son trait aussi original que particulier, hors des modes, finit de faire de cette bio une vraie réussite !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : LA COMTESSE AUX PIEDS NUS

 

 

C'est de qui ? M. Nascimbene

 

 

La Couv':

 

Un incroyable destin  /  La Plus Belle Femme du Monde  Vs.  La Comtesse aux Pieds Nus

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? La Comtesse aux pieds nus est un film majeur, emblématique s'il en est d'une certaine période hollywoodienne, dont il dévoile l'envers du décor, un des fleurons de la cinématographie de Mankiewicz avec la magnifique Ava Gardner dans un rôle à sa mesure.

 

Au pupitre on retrouve l'un des grands compositeurs européens ayant fait carrière aux Etats Unis, Mario Nascimbene, qui s'illustrera notamment dans les péplums à gros budget.

Le film de Mankiewicz est son premier boulot pour le cinéma américain, c'est la qualité de ses scores en Italie qui a motivé les studios à le faire venir travailler à Hollywood.

 

Reconnaissant, le compositeur livre une partition mémorable où la romance et la passion transpirent de chaque thèmes. A l'instar d'autres artistes venus de la vieille Europe, Nascimbene a su cependant ménager ses origines et sa sensibilité musicales qui deviendront, comme chez un Rozsa par exemple, une marque de fabrique et qui feront reconnaître dés les premières mesures les œuvres de l'italien.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags