30 septembre 2019 1 30 /09 /septembre /2019 09:00
 

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  JOHN TANNER 1

 

 

C'est de qui ? Pavlovic & Perrissin

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour le scénariste.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? A la fin du XVIII° siècle, en Amérique, un jeune garçon est enlevé à sa famille par des indiens qui veulent remplacer le fils perdu de la femme du chef.

John Tanner, c’est son nom, va vivre dès ce moment une enfance et une adolescence  difficile au sein d’un peuple qui n’est pas le sien et dont la plupart des membres ne l’acceptent pas, jusqu’à être racheté par une autre indienne qui va l’emmener dans ses périples.

 

Un beau récit initiatique, dans la lignée de certains classiques du genre comme Jéremiah Johnson ou Le Dernier des Mohicans, tiré d’une histoire vraie que Christian Perrissin - qui s'y connait en biographies en BD -  rend attachante en appuyant sur son coté dramatique sans pour autant tomber dans le pathos.

 

Il peut compter sur le trait réaliste très old school de Boro Pavolovic qui fait partie de cette génération de dessinateurs slaves qui, depuis quelques années, emmenés par des gens comme Roman Surzhenko, percent en France pour notre plus grand plaisir.

 

Son dessin est par ailleurs fort bien mis en valeur par le travail d’Alexandre Boucq, coloriste original et talentueux qui a le mérite de garder sa personnalité dans une époque souvent formatée par le style digikore.

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :UN HOMME NOMME CHEVAL

 

 

C'est de qui ? L. Rosenman

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Une poignée de fois oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? La musique de Rosenman s’est imposée d’elle-même pour la lecture de ce premier volet de John Tanner ne serait-ce que par l’utilisation intensive et intelligente de chants indiens et d’instruments rythmiques et percussifs aux sonorités très tribales.

 

Le scénario du film évoque lui aussi le parcours initiatique d’un blanc qui embrasse la culture indienne, avec des passages de rites durs, moments forts dramatiquement, que Rosenman rend à merveille dans sa partition.

 

Innovante, voire audacieuse à une époque où les codes de la musique western aux States étaient encore très balisés dictés par ceux de la décennie précédente, la musique de A Man Called Horse est une réussite indiscutable dans sa forme comme sur le fond, apportant une vraie richesse aux images du film (et, le cas échéant, à l’album BD du jour) et ouvrant aux scores à venir des perspectives rafraichissantes.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
26 septembre 2019 4 26 /09 /septembre /2019 07:23

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  VOLTAIRE (TRES) AMOUREUX

 

 

C'est de qui ? Oubrerie

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Les Arènes

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, pas mal de fois.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Notre philosophe vieillissant s’est lassé des mondanités et des romances sans lendemains jusqu’à ce qu’il tombe sur la perle rare, Madame du Châtelet, esprit brillant s’il en est, aussi intelligente que fine, qui lui redonne des ailes.

 

Voilà Voltaire reparti pour un tour, qui « fait le jeune », se relance à corps perdu dans l’écriture et dans la cour à une belle qui sait d’ailleurs se faire désirer.  Et quand enfin nos deux tourtereaux se tombent dans les bras, la romance fait des vagues !

 

Second tome du déjà très réussi Voltaire Amoureux, cette suite est encore plus drôle, intelligente et sensuelle. Alliant le fond et la forme, Oubrerie développe ici les idées de son modèle lui faisant émettre des réflexions sur la société et le pouvoir qui résonnent encore fort d’actualité aujourd’hui.

 

Le dessin aérien et voluptueux à la fois, sert à merveille le propos de cette biographie romancée comme on aimerait en lire plus souvent.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : MOLIERE

 

 

C'est de qui ? F. Talgorn

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Une poignée de fois.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Pensée dans la grande tradition des films en costumes où le gratin du cinéma français rivalise de cabotinage (Romain « Auberge Espagnole » Duris en tête), cette bio de Molière par Laurent Tirard choisit une période peu connue de la vie de l’auteur afin de mieux broder dessus.

 

J’ai été des plus surpris de retrouver le nom de Frederic Talgorn au générique, connaissant surtout le compositeur pour son travail sur la suite de Heavy Metal et le plus oubliable Fortress (oui, celui avec Christophe Lambert, bienheureux ce qui n’ont jamais vu cette purge).

Agréable surprise cela étant puisque sa partition, si elle s’inspire de la musique d’époque, notamment avec l’utilisation d’un clavecin et l’omniprésence des cordes,  reste néanmoins assez moderne dans l’esprit avec un humour et une légèreté constants.

 

Le thème principal, très catchy, revient assez souvent tout au long de la galette sans pour autant sonner redondant.

Talgorn n’en laisse pas pour autant de côté les quelques scène plus graves du film avec, là encore, une poignée de pistes plus mélancoliques sans pour autant tomber dans la mièvrerie.

 

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
12 septembre 2019 4 12 /09 /septembre /2019 14:17
 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  IL ETAIT 2 FOIS ARTHUR.

 

 

C'est de qui ? Antico & Carlé

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis - Aire Libre

 

 

Déjà croisés sur le site? Non.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Ma première rencontre avec Jack Johnson remonte à mes seize ou dix-sept ans, à l’époque où ma culture musicale s’étend exponentiellement et où je tombe dans la période jazz dite « fusion » de Miles Davis. Après la claque Bitches Brew, je découvre A Tribute to Jack Johnson, sorte de B.O pour un documentaire sur le premier grand boxeur noir, véritable personnage plus grand que nature pour lequel Miles Davis et un combo de folie (Mc Laughlin, Herbie Hancock, Chick Corea, De Johnette et j’en passe) livre une poignée de titres à la croisée des styles qui déboitent l’auditeur.

 

Symbole d’une ségrégation fort tenace dans une Amérique sur laquelle, au début du siècle dernier, plane encore le spectre de l’esclavage, Jack Arthur Johnson devient boxeur par hasard mais se révèle vite un prodige du noble art.

Enchainant les victoires et menant grand train il va déranger la société blanche bien établie, vivant avec des femmes blanches, défrayant la chronique et, surtout, gagnant insolemment tous ses combats.

 

Cette légende vivante finit par rencontrer un adversaire aussi inattendu que surréaliste en la personne d’Arthur Cravan, poète bohème, lointain parent du grand Oscar Wilde, déserteur par conviction, boxeur à ses heures et collectionneur de femmes.

Ce dernier est d’ailleurs passé l’an dernier par le prisme de la bio en BD chez Grand Angle.

 

 

Dans Il était 2 fois Arthur, Nine Antico évoque avec force ces deux destins hors du commun en passant de l’un à l’autre à mi-parcours, couvrant ainsi des thématiques aussi variées que le racisme, le background historico politique mais aussi culturel d’une époque charnière s’il en est.

 

Le trait atypique de Grégoire Carlé, qui panache les techniques, finit de rendre la lecture de ces bio croisées très prenante, via un dessin en niveau de gris aussi sauvage que Johnson et libre que Cravan, avec des choix graphiques réussis, notamment les doubles pages de combat de boxe.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : LIVE - EVIL

 

 

C'est de qui ? M. Davis

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Dans la foulée de In a Silent Way et des deux albums cités plus haut, Miles Davis souhaite pousser un peu plus loin son concept de fusion entre jazz et électricité et explorer plus avant les possibilités de liberté que permettent ces nouvelles contrées musicales.

 

Il réunit donc tout un panel de musiciens prestigieux, de ceux qui ont participé aux trois opus précédents et des petits nouveaux et se lancent dans de longues improvisations instrumentales, de jam vertigineux et autres canons libres mais toujours en adéquation ; le tout sur une base rythmique aussi inventive qu’ultra solide.

 

La quintessence du jazz rock en gros, et ça ce n’est que sur la partie concert de l’album (Live donc), le reste étant des interprétations de morceaux de Hermeto Pascoal, autre défricheur en série de musique, compositeur et multi instrumentiste brésilien.

 

De la musique aussi novatrice, libre et originale que les deux Arthur !

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
13 août 2019 2 13 /08 /août /2019 09:46

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  THE BRIDGE

 

 

C'est de qui ? Tomasi & Duvall

 

 

La Couv':

 

Déjà croisés sur le site? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Kamiti

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? The Bridge est une évocation fouillée et souvent émouvante de la création du pont magistral qui relie New York et Brooklyn, par la famille Roebling et les dizaines d'hommes qui les ont accompagnés dans cette entreprise dantesque.

Construction qui durera près de quinze ans et coûtera la vie au père- John-, la santé au fils – Washington -dont l'épouse - Emilly- prendra la relève quand il ne pourra plus se rendre sur le chantier.

 

Voilà Peter Tomasi bien loin de son champ d'action habituel puisque on le croise en général sur du récit de super héros.

Il a choisi de s’intéresser à un destin hors du commun tout comme le monument dont il est question.Fort documenté et bien narré, l'album aurait cependant gagné à être plus concis parfois.

 

Le trait de Sara Duvall surprend de prime abord avec ce style qui emprunte aux cartoon mais aussi un peu à une certaine école du manga, mais se révèle rapidement très adapté à un scénario auquel elle apporte une touche d'originalité souvent bienvenue

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : THE KING'S SPEECH

 

 

C'est de qui ? A. Desplats

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Intéressante partition de Desplats qui, souhaitant coller à la particularité du scénario, a produit un travail poussé sur la gestion des silences du rythme et de la sonorité de sa musique.

 

Fidèle à certains de ses instruments de prédilection, le piano et les cordes ici, le compositeur français les enrichit de çi de là avec un hautbois et une harpe, insistant sur le caractère triste du film, poussant même le concept jusqu'à opter pour une approche voisine du minimalisme dans la répétition d'un thème à peu de notes pour illustrer le problème d'élocution du Roi.

 

Un score inhabituel et très réussi, qui sera d'ailleurs nommé aux Oscars, et qui, grâce à son ambiance aérienne mais profonde, accompagne bien l'épopée de la construction du pont de Brooklyn.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
6 août 2019 2 06 /08 /août /2019 14:05

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  ORWELL

 

 

C'est de qui ? Christin & Verdier

 

 

La Couv':

 

Un visionnaire! /  Orwell  Vs.  The Night of the Following day

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour le scénariste.

 

 

C’est édité chez qui ? Dargaud

 

 

Une planche:

 

Un visionnaire! /  Orwell  Vs.  The Night of the Following day

 

Ca donne Quoi ? Personnalité fascinante que celle de George Orwell, nom de plume d’Eric Blair qui, après une scolarité à Eton, et cinq années de service militaire en Birmanie décide de voir le monde et sa misère par lui même.

Ses errances  des bas fonds londoniens en compagnies des laissés pour compte, à la guerre civile espagnole alimenteront ses premiers écrits.

 

Clairvoyant face à la politique (il défend une vision pure et radicale du socialisme et méprise les détournements et abus d’un Staline entre autre), journaliste et romancier visionnaire, Orwell est un peu le chainon manquant entre un Albert Londres er un Jack Kerouac, un auteur passionnant et passionné.

 

A 80 ans passés, le scénariste de Valérian et compagnon de route indissociable de Bilal, prouve s’il était besoin qu’il est toujours aussi doué en livrant une biographie jamais didactique, miroir d’une époque, où il évoque avec respect et talent un auteur hors norme en opérant des choix narratifs payants.

 

Ainsi, au trait réaliste soigné old school en noir et blanc de Sébastien Verdier, s’opposent des styles parfois aux antipodes que l’on doit à des pointures comme Larcenet, Blutch, Guarnido, Julliard ou encore Bilal.

Ces derniers illustrent chacun une double page en couleur évoquant les œuvres marquantes d’Orwell, disséminées au fil d’un album qui rend hommage à son modèle et se conclue en évoquant l’héritage culturel de l’écrivain de façon fort lucide.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : THE NIGHT OF THE FOLLOWING DAY

 

 

C'est de qui ? S. Myers

 

 

La Couv':

 

Un visionnaire! /  Orwell  Vs.  The Night of the Following day

 

Déjà entendu chez B.O BD? Il me semble.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Dans l’hasardeuse filmographie de Marlon Brando, traversée d’autant de chefs d’œuvres que de ratés, on trouve cette Nuit du lendemain, tournée à Paris par un réalisateur américain amoureux de la capitale française et de la Nouvelle Vague mais moins regardant sur la teneur d’un scénario semble t-il.

 

Nonobstant le caractère anecdotique du long métrage, la B.O, signée Stanley Myers, mélange jazz smooth et musique d’ambiance à la limite parfois de l’expérimental, notamment dans son utilisation d’instruments à cordes comme percussions rythmiques ou encore d’effets musicaux originaux.

 

Myers début sur grand écran mais a déjà derrière lui une expérience de la musique illustrative pour des séries tv.

 

Le mélange des genres est intéressant car intelligemment pensé, ne favorisant ni l’un ni l’autre des domaines et est plutôt représentatif d’une certaine époque tout en restant une solide musique avec une certaine dose de suspense.

 

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags